Stjørdal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Stjørdal
Blason de Stjørdal
Héraldique
Stjørdal
Vue de Stjørdal
Administration
Pays Drapeau de la Norvège Norvège
Région Trøndelag
Comté Trøndelag
Centre administratif Stjørdalshalsen
Maire Ivar Vigdenes
Démographie
Gentilé Stjørdaling
Population 24 145 hab. (1 janvier 2020[1])
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 63° 28′ 30″ nord, 11° 10′ 15″ est
Superficie 93 827 ha = 938,27 km2
Divers
Langue officielle Neutre
Localisation
Localisation de Stjørdal
Localisation de Stjørdal dans le comté de Trøndelag
Géolocalisation sur la carte : Norvège
Voir sur la carte administrative de Norvège
City locator 14.svg
Stjørdal
Géolocalisation sur la carte : Norvège
Voir sur la carte topographique de Norvège
City locator 14.svg
Stjørdal

Stjørdal écouter (appelé localement Sjørdam écouter) est une ville et une commune norvégienne située dans le comté de Trøndelag. Le centre administratif est Stjørdalshalsen.

Stjørdal est un important centre industriel et de services mais aussi une commune agricole et sylvicole. C'est également un important nœud de communication avec les routes européennes E6 et E14 qui se séparent à Stjørdalshalsen.

La commune possède de nombreux vestiges historiques et fut dans les temps pré-chrétien un centre de pouvoir dans le Trøndelag. De plus, la commune présente de nombreux intérêts touristiques, entre autres le château de Steinvikholm, l'église de Værnes et la gare de Hell.

Nom[modifier | modifier le code]

La municipalité tire son nom de la vallée et du district de Stjørdalen (dal signifie vallée en norvégien). L'origine du nom est quelque peu controversée. La théorie la plus communément acceptée est que l'ancien nom de la rivière Stjørdalselva viendrait du vieux norrois Stjóri ou Stjóra qui peut signifier « contrôle » ou « transmission »[2]. Cela peut vouloir dire que la forme de la vallée serait comme une artère pour la rivière et donc le nom Stjørdal voudrait dire : « la vallée qui contrôle la rivière jusqu'au fjord »[2].

Les manuscrits datant d'avant la Peste noire (1349) utilisaient la forme Stjoradal pour la ville, stjørdølir pour les habitants[3]. Lorsque le danois devint la forme écrite officielle au XVe siècle, le nom a beaucoup évolué : Støwredal (1464), Styerdall (1530), Schørdall (1632), Steurdall (1665)[3].

Finalement, les deux orthographes utilisées devinrent Størdalen et Stjørdalen. Ces noms sont à la forme définie (dalen = la vallée), il est rare que le nom soit à la forme indéfinie St(j)ørdal dans les années 1880[3]. Le , la paroisse de Stjørdalen est divisée en deux ; par décision du gouvernement le nom de la commune passe alors à la forme indéfinie et devient Stjørdal, ce qui a suscité l'indignation de la population[3].

En same, la municipalité s'appelle Skierde.

Géographie[modifier | modifier le code]

La vallée de Stjørdalen entre Hegra et Meråker.
La vallée de Stjørdalen entre Hegra et Meråker.
Le port de Stjørdal
Le port de Stjørdal

La commune s'étend sur 938,27 km2 dans le centre du comté et comprend la vallée de Stjørdalen et le village de Skatval.

La commune est constituée de 45 % de tourbière et zones montagneuses, 40 % de forêts exploitées, 10 % de terres cultivées, 3 % de constructions et infrastructures de communication et de 2 % d'eau[4].

Un cinquième de la commune est à moins de 150 m d'altitude. Au nord et au sud se trouvent des collines jusqu'à 600 m d'altitude. Les montagnes situées à l'est, à la proximité de Meråker, atteignent les 900 m tandis qu'au sud-est la plus haute montagne de la commune, Storskarven, atteint 1 171 m[5].

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Levanger Rose des vents
Malvik N Meråker
O    Stjørdal    E
S
Selbu

Géologie[modifier | modifier le code]

Stjørdal appartient au Trondheimsfeltet, une région géologique datant du cambrien et composée de failles inverses.

Une grande partie de la roche se compose de phyllite. La rivière a creusé dans les sédiments et a formé des plaques argileuses. Il y a plusieurs plaques argileuses dans la commune et de nombreux glissements de terrain ont façonné le paysage. Le dernier glissement d'importance date de 1962. À Hegra, ces glissements ont donné des noms de lieu ou de ferme comme Leirfall ou Lerfald[N 1]. Il y a d'autres plaques argileuses dans la commune mais dans des lieux qui ne posent pas problème quant à la sécurité.

Parc et réserve naturels[modifier | modifier le code]

La commune est incluse dans le parc national de Skarvan og Roltdalen et dans la réserve naturelle Øvre Forra.

Réserve naturelle Øvre Forra[modifier | modifier le code]

La réserve naturelle d'Øvre Forra se situe sur les communes de Verdal, Meråker et Stjørdal. C'est un lieu privilégié par les oiseaux migrateurs. La réserve, créée en 1990[6] pour protéger une grande tourbière, abrite une flore et une faune riches, et est presque intacte de toutes interventions techniques. La réserve couvre un territoire de 102 à 108 km2 (d'après la Direction norvégienne pour la gestion de la nature, la réserve couvre 102,53 km2[7] alors que pour l'université norvégienne de sciences et de technologie elle en couvre 108[8]).

Climat[modifier | modifier le code]

La commune est abritée par les montagnes et jouit d'un climat continental avec des pluies modérées et des hivers froids. Au-delà des montagnes, le climat est océanique car affecté par la mer de Norvège[9]. Le fjord de Trondheim amoindrit cependant le froid de l'hiver et la chaleur de l'été.

La commune dispose de deux stations météorologiques, l'une à Værnes, l'autre à Kvithammer. La première, établie à 12 m d'altitude est au sud de Stjørdalshalsen ; la seconde, établie à 40 m d'altitude est au nord. Cependant, la moyenne des mesures effectuées entre 1961 et 1990 montre peu de différences que ce soit en termes de températures ou de précipitations. La moyenne annuelle des températures est de 5 °C pour les deux stations alors que la moyenne des précipitations est de 892 mm pour la station de Værnes et de 900 mm pour celle de Kvithammer.

Relevé météorologique de Stjørdal (Værnes)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −5 −4,5 −2,3 1,3 5,3 8,7 11,2 10,7 7,4 3,2 −1,3 −4,5 −5
Température moyenne (°C) −1,7 −1,4 1 4,9 9,3 12,3 14,8 14,2 10,6 6,1 1,5 −1,2 5,87
Température maximale moyenne (°C) 1,3 1,8 4,4 8,9 13,9 16,8 19,4 18,5 14,5 9,3 4,3 1,8 9,58
Précipitations (mm) 75 65 55 44 56 69 88 91 96 84 70 82
Source : (Période 1981-2010)eklima.no
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
1,3
−5
75
 
 
 
1,8
−4,5
65
 
 
 
4,4
−2,3
55
 
 
 
8,9
1,3
44
 
 
 
13,9
5,3
56
 
 
 
16,8
8,7
69
 
 
 
19,4
11,2
88
 
 
 
18,5
10,7
91
 
 
 
14,5
7,4
96
 
 
 
9,3
3,2
84
 
 
 
4,3
−1,3
70
 
 
 
1,8
−4,5
82
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Population[modifier | modifier le code]

Localités[modifier | modifier le code]

Localités contemporaines[modifier | modifier le code]

Localités de Stjørdal telles que définies par le Bureau central des statistiques (SSB)
Localités de Stjørdal telles que définies par le Bureau central des statistiques (SSB)

Pour le Bureau central des statistiques (SSB) les localités de Stjørdal sont les suivantes au [10] :

Le total est donc de 15 326 habitants vivants dans les localités comptabilisées par le SSB. La différence avec la population officielle s'explique par le fait que, d'une part, des personnes habitent bien en dehors des localités, d'autre part que des localités désormais historiques ne sont plus prise en compte (ex : Lånke[N 2]).

Localités historiques[modifier | modifier le code]

Les localités historiques sont des hameaux ou des villages qui ne sont plus comptabilisés par le Bureau central des statistiques comme étant des localités. Parmi ces anciennes localités, on compte :

En 1990, le Bureau central des statistiques dénombrait 58 villages et hameaux[13].

Démographie[modifier | modifier le code]

Depuis 2008, Stjørdal est la ville la plus peuplée du comté[14] bien que le centre administratif de Stjørdalshalsen ne compte que 11 416 habitants[10]. Elle est la commune du comté qui compte la croissance la plus élevée[14].

Évolution de la population de Stjørdal de 1965 à 2010[15] :

1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010
12 878 13 545 15 201 16 107 16 717 17 276 17 546 18 238 19 562 21 375

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Épée de la période viking trouvée à Steinvik. Photo : NTNU
Épée de la période viking trouvée à Steinvik. Photo : NTNU

Des pétroglyphes et des fouilles récentes montrent que des humains s'étaient établis à Stjørdal dès l'Âge de la pierre comme en atteste des sculptures trouvées ainsi que des gravures rupestres dans quatre localités : Stjørdalshalsen, Lånke, Hegra et Skatval. À l'Âge du fer, il y avait deux centres de pouvoir dans le Trøndelag : le premier formé de Verdal/Sparbu, le second à Værnes.

Sur la montagne Høgberget près d'Auran ont été trouvées les ruines d'un assez grand castro, placé stratégiquement au-dessus de la montagne avec vue sur le Strindfjorden (une partie du Trondheimsfjord). Aujourd'hui la montagne est recouverte de forêts mais les ruines sont toujours visibles. Le castro a été découvert dans les années 1970. Tandis que trois des façades donnant vers le fjord sont abrupte, la quatrième, celle donnant vers le nord et les terres, est plus accessible. Autour du sommet, il y a des pierres qui ont probablement servi aux fondations et des arbres abattus pour les palissades[16]. Il y avait également un cairn au sommet.

Période Viking[modifier | modifier le code]

Le hameau de « Fløan Østre » où serait mort Sigurd.
Le hameau de Fløan Østre où serait mort Sigurd.

Stjørdal formait avec Neadalen et Klæbu le Stiordølafylki[N 3],[17]. Le Stiordølafylki comptait d'autres grandes fermes comme Auran, Berri ou Fløan qui était le siège du Fljođaætten, c'est-à-dire un aett et de ses lendmenn dont deux sont connus à travers les sagas : Ivar av Fljođar et Ivar Fljoðekoll.

Avant même l'an 1000 et le christianisme, Værnes était un centre politique, culturel et religieux de la région.

Snorri Sturluson a écrit que le chef Tolberg qui habitait Værnes perdit beaucoup de sa puissance lorsque Harald Hårfagre préposa Håkon Ladejarl à la collecte d'impôt pour tout le Trøndelag.

D'après l’Heimskringla de Snorri Sturluson, Sigurd Håkonsson était venu de Lade à Oglo (l'ancien nom de Skatval) pour un banquet en . La maison fut alors entourée par des hommes des fils d'Eirik et incendiée : Sigurd fut brûlé à l'intérieur. Il y a débat quant au lieu de l'incendie : était-ce dans le hameau de Fløan ou celui d'Auran ? Il n'y a pas encore eu de recherches archéologiques pour apporter à cette question une réponse définitive[18].

Les grandes exploitations sont devenues avec le christianisme des sites d'églises. Værnes étant le siège du chef le plus prestigieux, ce n'est donc pas sans raison que la plus ancienne église de la vallée est celle de Værnes.

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Château de Steinvikholm
Château de Steinvikholm

Le château de Steinvikholm fut construit de 1524 à 1532. C'est la plus grande fortification médiévale norvégienne qui ait été construite[19]. Le château était pour l'époque très moderne et à la pointe au niveau des défenses militaires, mais les techniques militaires évoluant très vite, le château est vite devenu obsolète[20].

Le château a servi aussi de résidence à l'archevêque Olav Engelbrektsson et fut le dernier bastion de l’Église catholique en Norvège avant que l'archevêque ne soit contraint à l'exil avec la Réforme en 1537. De 1532 à 1556, le lensherre de Trondhjem habitait au château[21]. En 1546, Steinvikholm connut un incendie. Durant la guerre de sept ans, le château fut assiégé et pris par les Suédois sans avoir à combattre. Le château devint le lieu de travail du lensherre jusqu'en 1575, date à laquelle Steinvikholm semble avoir été définitivement abandonné.

À partir de 1661, le château en ruine fut utilisé par la population comme carrière[22]. L'histoire du site fut alors oubliée jusqu'en 1849, date à laquelle l'association Fortidsminneforeningen entreprit des fouilles archéologiques. L'association acheta les ruines en 1893 pour effectuer des travaux de reconstruction[23].

Création de Stjørdalshalsen[modifier | modifier le code]

Bien qu'il y avait déjà des fermes à Stjørdalshalsen dès l'époque viking, il faut attendre le XVIIIe siècle pour qu'on parle enfin de village. La zone n'était habitée que par de petits paysans jusqu'à ce que viennent s'y installer artisans et ouvriers. Ils louaient alors de petites constructions dans les fermes sans être tenu de travailler pour le propriétaire comme pouvaient l'être les métayers. Ceux qui venaient là n'avaient bien souvent connu que des échecs dans leur village d'origine et étaient venus s'installer à Stjørdalshalsen dans l'espoir d'une vie meilleure.

Cependant, la plupart était si pauvre qu'ils ne pouvaient se permettre de louer une parcelle de terre. Ils vivaient dans une petite pièce chez un fermier. Certains durent faire preuve d'originalité : tel un certain Bertil qui vivait dans un bateau retourné ou Hans Lom qui vivait dans une petite hutte de terre appelée Lomplassen.

Lorsque les petits paysans ont vu les avantages qu'avaient ceux qui travaillaient dans les fermes comme journalier, ils furent nombreux à en faire de même.

Cette migration a entrainé l'apparition d'une petite rue avec des maisons qui est à l'origine de la localité actuelle. En 1825, on comptait 228 habitants dont 54 venaient de Værnes et 36 de Prestmoen. Le village avait alors fort mauvaise réputation. En 1855, alors que le village comptait 567 habitants, le pasteur de Værnes écrit que ceux qui vivent à Stjørdalshalsen étaient les fardeaux des communes dans lesquels ils vivaient auparavant.

En 1837, Stjørdal devient une commune et un district formés sous le nom de Stjørdalen par Stjørdal et Meråker. En 1850, le district est divisé en Bas et Haut Stjørdal. Le Stjørdalen comptait 11 643 habitants dont 6 543 vivaient dans le Bas-Stjørdal. En 1874, le Haut-Stjørdal est divisé en communes : Hegra et Meråker.

L'arrivée de l'entreprise Tangen Brud, en 1824, engage le véritable développement de Stjørdalshalsen. Il s'agissait d'une briqueterie qui s'est diversifiée (céramique, poterie) et qui exportait dans le Nordland et le Jämtland jusqu'à sa fermeture en 1962.

La famille Løken a ouvert plusieurs industries à Stjørdal, la distillerie de la ville étant l'industrie la plus importante. Elle produisait essentiellement des spiritueux à base de pommes de terre. Stjørdal n'ayant jamais été un lieu de décision, il n'y avait donc ni bourgeoisie ni fonctionnaires du royaume contrairement à Trondheim ou Levanger. À part quelques marchands, la population de Stjørdal se composait de paysans, d'ouvriers et d'artisans.

Stjørdalshalsen en 1900
Stjørdalshalsen en 1900

À partir de 1887, Værnes connait une présence militaire qui va permettre une croissance de la ville[24]. En 1902, le Bas-Stjørdal est à son tour divisé en communes : Lånke, Skatval et Stjørdalshalsen.

Exode[modifier | modifier le code]

En raison de la très grande pauvreté, le XIXe siècle connut un exode très important qui concernait souvent des familles entières. Les gens partaient pour l'Amérique du Nord, surtout pour les états du Wisconsin et Minnesota ainsi que dans le centre du Canada. Il s'est même trouvé de nouveaux bâtiments n'abritant presque que des habitants originaires de Stjørdal. Rien que pour Skatval 945 personnes sont parties (556 hommes et 389 femmes)entre 1851 et 1920[25]. Le pic fut atteint au cours des années 1880[26]. Cette disproportion entre les sexes ramenée sur l'ensemble du pays ne fut pas sans conséquences. C'était le pasteur qui était chargé de noter dans le livre de sa paroisse le nombre des migrants[27].

Depuis l'indépendance (1905)[modifier | modifier le code]

La forteresse d'Hegra est construite après 1905 pour parer à d'éventuelles attaques de la Suède.

Bien avant la création de l'aéroport, Værnes connut son premier vol d'un planeur motorisé le . Le planeur qui s'appelait Olav Tryggvasson vola pendant 7sept minutes[28].

En avril-, 248 soldats norvégiens se battent sous les ordres de Hans Reidar Holtermann face aux Allemands pendant 23 jours. Les troupes norvégiennes avaient une femme dans leurs rangs, Anne Margrethe Strømsheim, plus connue sous le nom de « Lotta fra Hegra ».

Le , les communes de Stjørdal, Lånke, Hegra et Skatval sont fusionnées pour former la commune actuelle de Stjørdal. Elle obtient le statut de ville le .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Hôtel de Ville
L'Hôtel de Ville

La commune est dirigée par un conseil municipal de quarante et un membres élus pour quatre ans[29].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1999 2013 Johan Arnt Elverum Centre  
2013 En cours Ivar Vigdenes Centre  

Ce tableau présente les résultats aux élections communales de 1987 à 2011 (pourcentages des voix).

Parti 1987 1991 1995 1999 2003 2007 2011
Ap 39.3 35.8 37.2 37.6 37.1 32.9 43.5
Høyre 13 12.4 16.3 15.8 11.8 10.8 15.8
Frp 9 5.4 4.8 7.2 9.2 14 8.1
KrF 6.5 6.3 6.5 7.7 5.2 4.2 3.9
Sp 16.5 21.5 20.5 16.2 20 25 17.7
Rødt 0.8 1.4 1.5 1.1 0.7
SV 7.7 12 7.3 8.8 12.6 4.6 4.2
Venstre 7.3 5.3 7.3 5.3 4.1 4.8 4.5
De Grønne 2.5 1.5
Demokratene 0.1

Société[modifier | modifier le code]

Éducation et santé[modifier | modifier le code]

Halsen Ungdomsskole
Halsen Ungdomsskole

Les écoles publiques (primaire et collège) sont : Elvran skole, Flormo skole, Forradal skole, Fosslia skole, Halsen skole, Halsen ungdomsskole, Haraldreina skole, Hegra barneskole, Hegra ungdomsskole, Kvislabakken skole, Lånke skole, Skatval skole, Skjelstadmark skole et Stokkan ungdomsskole.

En 2011, 24,6 pour cent de la population a eu une formation supérieure[30] contre 19.3 pour cent dans le Trøndelag et 29 pour cent pour l'ensemble de la Norvège[31].

L’Institut universitaire du Nord-Trøndelag (Hogskolen i Nord-Trøndelag) a une antenne locale à Stjørdalshalsen, qui délivre parmi ses formations : pédagogie pour l'apprentissage de la conduite et travailleur social. Cette dernière formation connait un succès important (ouverture en )[32].

L'un des plus grands lycées de la région, le lycée Ole Vig (Ole Vig videregående skole) (1 200 élèves) se situe à Stjørdalshalsen. La Croix-Bleue dirige à Skatval le lycée privé Aglo videregående skole.

L'école militaire des forces armées, Heimevernets utdanningssenter Værnes (HVUV), située à l'aéroport de Værnes, a été fermée en 2008[33].

L'administration pour la santé, Helse Midt-Norge est présent à Stjørdal qui accueille également un centre médical régional et un centre pour la psychiatrie en plus de divers cabinets médicaux et de maisons de soins infirmiers . Les hôpitaux les plus proches sont ceux de Trondheim et de Levanger.

Médias[modifier | modifier le code]

Le journal Stjørdalens Blad[34] a été créé en 1892. Il est publié à Stjørdal, et recouvre les communes de Stjørdal et Meråker. Le journal fut au départ un organe de la gauche radicale avant de s'orienter vers l'Arbeiderpartiet. Aujourd'hui le journal se déclare indépendant de tout parti.

Le journal gratuit Stjørdals-Nytt a été créé en 1984[35]. Il est distribué dans les communes de Stjørdal, Meråker, Åsen et Frosta pour le comté du Nord-Trøndelag, et Malvik, Selbu et Tydal pour le Sør-Trøndelag. Le précurseur de Stjørdals-Nytt est l'ancien journal Stjørdalingen, qui parut de 1924 à 1985.

Stjørdal est couvert par une station de NRK-Trøndelag à Trondheim et Steinkjer. Les journaux Adresseavisen et Trønder-Avisa ont aussi un bureau à Stjørdal.

Emplois et industries[modifier | modifier le code]

« Hellsenteret », le plus grand centre commercial de Stjørdal.
Hellsenteret, le plus grand centre commercial de Stjørdal.

Depuis les années 1960, la commune est devenue un important centre industriel et de services dans le Nord-Trøndelag avec Levanger et Verdal. Cependant, Stjørdal possède la plus grande variété industrielle[36] avec plus de 2 000 entreprises qui emploient plus de 8 000 personnes[37]. La commune emploie plus de 1 600 personnes[37].

En 2009, 17.6 pour cent des emplois sont liés à l'industrie pétrolière. En 2004, l'industrie manufacturière représentait plus de la moitié des emplois avec des entreprises comme Glen Dimplex[38], Microplast AS (présent depuis 1968)[39], Norsk Leca, Nordplasta[40].

Stjørdal est également une commune agricole : importantes cultures de céréales et de pommes de terre. C'est également une commune d'élevage ovin et volailler. L'agriculture et la sylviculture représentent 3.5 pour cent des emplois (taux légèrement supérieur à la moyenne nationale norvégienne).

Il y a un grand nombre de magasins répartis dans la commune entre les rues commerçantes de Stjørdalshalsen et les centres commerciaux Torgkvartalet et Hellsenteret.

Culture[modifier | modifier le code]

Un centre culturel est en construction[41],[42]. Il doit ouvrir fin 2013 début 2014[43]. Il doit inclure une bibliothèque, un cinéma, la maison des jeunes, une salle de concert et une église. Le centre sera entouré d'un parc. Pour l'instant, le cinéma se trouve dans le même bâtiment que la mairie tandis que la maison des jeunes et la bibliothèque se trouvent à proximité de la mairie.

Le lieu du millénaire est à Stjørdalshalsen. Il s'agit du marché situé entre les rues Kjøpmannsgata et Torgkvartalet[44].

Blason[modifier | modifier le code]

Blason de Stjørdal
Blason de Stjørdal

Lorsque la commune dut choisir un blason en 1983, il y avait un large consensus pour choisir un motif de l'ancien sceau du Stiordølafylki datant de 1344. Le sceau, qui avait presque 650 ans, montrait Marguerite d'Antioche qui avait terrassé un dragon, symbole du mal.

Le chef des archives, l'héraldiste Hallvard Trætteberg, consultant pour la commune, pensait qu'il y aurait trop d'éléments dans le blason et que celui d'une commune ne pouvait avoir une figure humaine[45]. Il pensait que le blason devait représenter le dragon seul sur fond rouge. Arne Stuberg, adjoint au maire pour le Senterpartiet, proposa une chope de bière sur fond rouge comme un symbole de la bière de Stjørdal[45].

Le , la proposition de Trætteberg est validée par le conseil municipal et par le conseil de la commune le de la même année[45],[46].

Dialecte[modifier | modifier le code]

Le dialecte de Stjørdal appartient au groupe régional des dialectes appelés Trøndersk. Dans ce groupe, il appartient au sous-groupe des dialectes appelés inntrøndersk du sud.

Parmi quelques particularités du dialecte de Stjørdal, on trouve : une voyelle supplémentaire dans la prononciation (un [ø] antérieur), un son se situant entre le [æ] et le [ø] standards et le datif reste encore utilisé, quoique bien moins qu'il y a encore une quarantaine d'années.

L'augmentation de la migration, combinée à la régionalisation croissante des dialectes norvégiens en général, font que le dialecte de Stjørdal s'approche de plus en plus de celui de Trondheim aussi bien d'un point de vue syntaxique que lexicographique.

Sport[modifier | modifier le code]

La commune a plusieurs clubs de sport. Parmi toutes ces équipes, on compte le club de football masculin Stjørdals-Blink[47] qui monta par deux fois en 2e division dans les années 1990 sans jamais réussir à s'y maintenir. Aujourd'hui le club évolue en 3e division (le 4e niveau du football norvégien). Stjørdal possède un club et un terrain de golf[48], un club d'athlétisme : Stjørdal Friidrettsklubb[49],, de cyclisme Stjørdals-Blink Sykkel[50], d'escalade Stjørdal Klatreklubb[51].

Il y a d'autres sports bien représentés, en particulier les sports automobiles. Une manche du championnat de Norvège de rallye se déroule à Stjørdal[52].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Les lieux les plus visités de Stjørdal sont : Steinvikholm, la forteresse d'Hegra, l'église de Værnes et la gare de Hell.

Chaque année, depuis 1992, a lieu à proximité de la gare de Hell le festival de blues Blues in Hell qui se tient au mois de septembre[53].

Le musée en plein air de Stjørdal se situe à Værnes avec l'église, l'ancien presbytère et son jardin, et une tombe viking.

Transports[modifier | modifier le code]

Le terminal A de l'aéroport.
Le terminal A de l'aéroport.

Stjørdal est un nœud de communication où se mêlent plusieurs modes de transport.

Routes[modifier | modifier le code]

La route européenne 6 qui part de Suède, entre en Norvège par le sud, passe à Oslo, Lillehammer, Hamar avant de rejoindre Trondheim.

À Trondheim, la route européenne 14 débute. Mais jusqu'à Stjørdalshalsen, elle fait route commune avec la route européenne 6. À Stjørdal, les routes se séparent : la E6 continue vers le nord (Levanger, Steinkjer) tandis que la E14 part vers l'est (Meråker) avant de rejoindre la Suède.

Aéroport[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Trondheim Værnes est situé à Stjørdal, dans la localité de Værnes. C'est le principal aéroport de la région et depuis 2006, le quatrième du pays en termes de trafic passager[54]. Depuis 1994, l'aéroport est desservi par le train.

Chemins de fer[modifier | modifier le code]

La gare de « Langstein », aujourd'hui fermée.
La gare de Langstein[N 4] aujourd'hui fermée.

La commune de Stjørdal ne compte pas moins de 5 gares en fonctionnement.

La commune comptait trois gares supplémentaires qui ne sont plus desservies aujourd'hui. La gare de Langstein (fermée en 2002)[55], sur la ligne du Nordland ; les gares de Sona[56] et Flornes[57], sur la ligne de Meråker, fermées en 1971.

Jumelages[modifier | modifier le code]

En 2011, Stjørdal n'a toujours formalisé aucun jumelage avec des villes ou des communes. Stjørdal établit des liens d'amitiés avec des villes non dans le cadre strict d'un jumelage, mais plutôt de manière informelle[58].

Stjørdal connait différents partenariat avec les communes suivantes :

Personnalités de la commune[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Art et culture[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

Marit Arnstad en 2012
Marit Arnstad en 2012.
Ingvild Kjerkol en 2007
Ingvild Kjerkol en 2007.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (no) Olav Vinge, Skatval. Vår historiske arv, t. 4, Skatval Historielag, (ISBN 82-995735-6-4)
  • (no) Per Agnar, Skatval. Vår historiske arv Skatval Historielag, t. 5, Skatval Historielag, (ISBN 9788299573573)
  • (no) Jon Leirfall, Liv og lagnad i Stjørdalsbygdene. Stjørdal og Meråker kommuner, t. 1, , 412 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Glissement de terrain se dit en norvégien leirskred
  2. De fait la majeure partie des habitants de Lånke vivent à Hell qui, tout en étant une localité est le centre de la localité de Lånke : Hell était en quelque sorte une sous-localité. C'est donc dans un souci de simplification que la localité de Lånke n'est plus comptabilisée ; ce qui a pour conséquence que les habitants de Lånke ne vivant pas à Hell ne sont plus comptabilisés comme vivants dans une localité.
  3. Le Stiordølafylki était un Fylke composé de la vallée de Stjørdalen (Stjørdal et Meråker), de la vallée de Neadalen (Selbu et Tydal) et Klæbu dans le Trøndelag. Le siège était situé à Værnes
  4. Langstein est un village appartenant à la localité de Skatval. La gare est située entre celle de Skatval et celle d'Åsen. Le hameau comptait, en 1990, 178 habitants.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Alders- og kjønnsfordeling i kommuner, fylker og hele landets befolkning (K) 1986 - 2020 », Statistisk sentralbyrå,
  2. a et b (no) « Stjørdalens krønike 6 de Hans Olav Løkken »
  3. a b c et d Berg, Kaare (1995). Stjørdal. Fra strandsted til storsamfunn, p. 57–64. Historielagene i Stjørdalsbygdene. (ISBN 82-993759-0-8).
  4. (no) « www.stjordal.kommune.no »
  5. (no) http://www.dirnat.no/multimedia/46010/Presentasjon--Stjordal-A4.pdf&contentdisposition=attachment Stjørdal kommune presentasjon
  6. (no) « www.lovdata.no »
  7. (no) « Site de la direction norvégienne de la gestion de la nature »
  8. (no)http://www.ntnu.no/c/document_library/get_file?uuid=40be91a0-6b5a-473a-9eef-a9ee0325020a&groupId=10476 Per Gustav Thingstad - Ornitologisk statusrapport fra Øvre Forra etter feltsesongen 2011
  9. (no)http://snl.no/Stjpour centC3pour centB8rdal
  10. a et b (no) « Villes de Norvège par population »
  11. a et b http://www.ssb.no/a/folketellinger/kommunehefter/1990/kh_1990_1714.pdf
  12. (no)http://www.ssb.no/a/fob2001/kommunehefte/1714/fob_1714_tabeller.pdf
  13. (no)http://www.ssb.no/a/folketellinger/kommunehefter/1990/kh_1990_1714.pdf Bureau central des statistiques (1990) p. 36-40
  14. a et b (no) « Stjørdal øker mest »
  15. (no)http://www.ssb.no/folkendrhist Évolution de la population de 1951 à 2010 - Bureau central des statistiques
  16. Vinge, Olav red., (2005). Skatval. Vår historiske arv, tome 4, p. 88. Skatval Historielag.
  17. (no)http://www.ntnu.no/c/document_library/get_file?uuid=3e1c31d2-67f3-4495-b528-3cb897ce3001&groupId=10476 Dag Bertelsen (2003)
  18. Auran, Per Agnar (2007). Skatval. Vår historiske arv, tome 5, p. 65. Skatval Historielag.
  19. Leirfall, Jon (1969). Steinvikholm – borgen og byggherren, p. 3. Steinvikholms venner.
  20. Nordeide, Sæbjørg Walaker (2000) : «Steinvikholm slott» – SPOR – Nytt fra fortiden, nr. 2, p. 4–8.
  21. Auran, Per Agnar (2007). Skatval. Vår historiske arv, bind 5, s. 524. Skatval Historielag.
  22. Auran, Per Agnar (2007). Skatval. Vår historiske arv, tome 5, p. 436. Skatval Historielag
  23. Wallem, Fredrik B. (1917). Steinvikholm. F. Bruns Boghandels Forlag, Trondhjem.
  24. (no) http://www.historier.no/index.php?option=com_sobi2&sobi2Task=sobi2Details&catid=496&sobi2Id=768&Itemid=305 «1901 - Tønsåsen og unionsoppløsningen» Historier.no
  25. Vinge, Olav red., (2004). Utvandringen til Amerika, p. 49. Skatval Historielag.
  26. Vinge, Olav red., (2004). Utvandringen til Amerika, s. 50. Skatval Historielag.
  27. Pettersson, Kjell Erik red., (2007). Historisk årbok nr. XVI, p. 189. Historielagene i Stjørdalsbygdene.
  28. (no) Historier.no
  29. (no) Kommunestyre, Store Norske Leksikon
  30. (no) http://www.adressa.no/nyheter/trondheim/article3225859.ece Adressa.no «Dette stedet har færrest med høyere utdanning» Article de Oda Leraan Skjetne du 28.06.2012
  31. (no)http://www.regjeringen.no/nb/dep/krd/tema/fornying-i-kommunene/manedens-eksempel/liste/okonomi-i-balanse-stjordal-og-hurum-komm.html?id=613716
  32. (no) http://www.bladet.no/nyheter/article5423076.ece
  33. http://www.nrk.no/trondelag/hvuv-legges-ned-1.5231625 NRK Trøndelag, article du 28.03.2008
  34. (no) http://www.bladet.no/ Site internet du journal
  35. (no) http://www.adressa.no/nyheter/article587229.ece
  36. (no)http://snl.no/Nord-Trpour centC3pour centB8ndelag/npour centC3pour centA6ringsliv
  37. a et b https://www.stjordal.kommune.no/MerOm/nokkelopplysninger/Sider/default.aspx
  38. (no)http://www.glendimplex.no/om-glen-dimplex-nordic
  39. (no)http://www.microplast.no/public.aspx?pageid=52640
  40. http://www.norplasta.com/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=1&Itemid=3&lang=en
  41. (en) http://www.reiulframstadarkitekter.no/projects.asp?menu=projects&category=culture&submenu=&IDwork=152&page=1&IDimage=984 Projet du centre culturel
  42. (no) http://www.bladet.no/kultur/article6583885.ece Article de bladet.no du 03.04.2013
  43. (no) http://www.bladet.no/kultur/article5749077.ece Bladet.no article du 25.09.2011
  44. (no)https://www.stjordal.kommune.no/MerOm/tusenarssted/Sider/default.aspx
  45. a b et c http://www.forn.no/maltol/9924.htm
  46. http://www.lovdata.no/cgi-wift/wiftldles?doc=/app/gratis/www/docroot/for/lf/ov/ov-19831125-1734.html Lovdata
  47. (no) http://kxweb.no/portal/theme/organization/main.do
  48. (no) http://www.stjordalgolf.no/
  49. http://www.sfik.no/ Stjørdal Friidrettsklubb
  50. (no) http://www.stjordalsblinksykkel.org/ Stjørdals-Blink Sykkel
  51. (no) http://www.stjordalklatreklubb.no/ Stjørdal Klatreklubb
  52. (no) http://bilsport.no/nm-apning-i-rallycross-i-stj%C3%B8rdal/
  53. (no) http://www.bluesinhell.no/
  54. (no)http://www.ssb.no/flytrafikk
  55. (no)http://www.riksantikvaren.no/?module=Articles;action=Article.publicShow;ID=1426
  56. (no)http://forsk.njk.no/stdb/index.php?Stnr=4313&aut=&mod=st&sid=1587
  57. (no)http://forsk.njk.no/stdb/index.php?Stnr=4314&aut=&mod=st&sid=1589
  58. a et b (no) https://www.stjordal.kommune.no/aktuelt/Sider/En-vellykket-reise-.aspx En vellykket reise- Franck Norby Site de la commune de Stjørdal(07.12.2011)
  59. (no) https://www.stjordal.kommune.no/samarbeid/Sider/Bangkok-i-Thailand---vennskaps--og-sosterbyavtale.aspx Bangkok i Thailand - vennskaps- og søsterbyavtale- (10.02.2011) Site de la commune de Stjørdal
  60. (no) https://www.webcitation.org/5nQ8AbE1u Kulturutveksling Stjørdal - Panajachel på Ole Vig vg. skole- (20.09.2005)