Sorbollano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sorbollano
Sorbollano
Paysage.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Corse-du-Sud
Arrondissement Sartène
Canton Sartenais-Valinco
Intercommunalité Communauté de communes de l'Alta Rocca
Maire
Mandat
Dolis Quilichini
2014-2020
Code postal 20152
Code commune 2A285
Démographie
Gentilé Sorbollanais
Population
municipale
73 hab. (2015 en augmentation de 2,82 % par rapport à 2010)
Densité 9,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 45′ 10″ nord, 9° 06′ 35″ est
Altitude 700 m
Min. 358 m
Max. 1 160 m
Superficie 7,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Sorbollano

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Sorbollano

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sorbollano

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sorbollano

Sorbollano est une commune française située dans le circonscription départementale de la Corse-du-Sud et le territoire de la collectivité de Corse. Le village appartient à la piève de Scopamène, en Alta Rocca.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sorbollano se situe au sud du plateau du Coscione, dans l'Alta Rocca, dans le « territoire de vie » nommé Alta Rocca du parc naturel régional de Corse.

Relief[modifier | modifier le code]

Sorbollano est une commune de l'intérieur, de moyenne montagne, située au sud-est du massif de l'Incudine. Son relief est accidenté, sans partie plaine.

Le territoire est délimité sur sa partie occidentale, par une ligne de crête passant par Punta di a Cuciurpula, le plus haut sommet de la commune avec 1 164 m, « à cheval » sur Serra-di-Scopamene et sur Sorbollano. À l'est, son territoire est marqué par le ruisseau de Codi jusqu'à Barbiragiu. De ce lieu-dit, la limite emprunte une ligne de crête passant par Pointe de Contra d'Ucellu (821 m) et Punta di Sarracinu (781 m) avant de gagner le lit du Rizzanese. Le Rizzanese et le ruisseau de Furvicilla son affluent définissent ses limites méridionales.

La commune s'étale depuis Campu di Bonza au nord jusqu'au lit du Rizzanese au sud qui le sépare de Levie. Son territoire occupe :

  • la partie basse du vallon du ruisseau de Codi (il prend sa source à 1 740 m, à environ 2 500 m à l'ouest-sud-ouest du Monte Incudine et serpente jusqu'à sa confluence avec le Rizzanese).
  • le vallon du ruisseau de Furvicilla, autre affluent du Rizzanese qui nait à 670 m d'altitude sous le cimetière communal.

Habitat[modifier | modifier le code]

Les gens vivent regroupés dans le bourg construit autour de sa moyenâgeuse église Sant'Andrea maintes fois remaniée, bâtie à une altitude moyenne de 700 mètres. L'habitat est ancien, plusieurs habitations datent du XVIe siècle. Une quinzaine de maisons du village sont inscrites à l'Inventaire général du patrimoine culturel. Ces bâtiments sont soit en granite et moellon, soit en pierre de granite taillée, avec une couverture en tuiles creuses ou creuses mécaniques.

Accès[modifier | modifier le code]

  • La route D 20 relie Sorbollano avec les communes situées au sud, Zoza et Sainte-Lucie-de-Tallano.
  • La D 420 traverse son territoire et relie le village à Serra-di-Scopamene à l'ouest, à Quenza et à Zonza à l'est.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Serra-di-Scopamene Quenza Quenza Rose des vents
Serra-di-Scopamene N Quenza,
O    Sorbollano    E
S
Serra-di-Scopamene Levie Quenza,
Levie

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

La présence de l'homme à l'âge du fer est attestée par les découvertes sur le site archéologique de Cuciurpula.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Sorbollano était une communauté de bergers et d'artisans. Il n'y avait pas de sgio (seigneurs).

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Au début du XVIe siècle Sorbollano se situait dans la pieve de Tallà qui avait vers 1520 pour lieux habités : Quenza, la Serra, Auguliena, Cherubia, Chargiagu, Loreto, lo Fraxeto, l’Olmigia, lo Poggio, Santa Lunia, Santandeia, Lasano. Altagene, Ortovecchio, Santantonio, Soza[1].

Au début du XVIIIe siècle, Sorbollano se situait dans la pieve de Scopamene (Scupanmena) qui était alors composé de Scopamene 472 hab., Sorbodà, Serra 525 hab., Aule 520 hab., Quenza 815 hab., et Zirubbia 252 hab[2].

La pieve relevait de la juridictioncivile de Sartène.

En 1853 Sorbollano et Serra-di-Scopamene cèdent une partie de leurs terres pour la création de la commune de Sotta.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

1954 : le canton de Serra-di-Scopamene comprend les communes de Aullène, Monacia-d'Aullène, Pianottoli-Caldarello, Quenza, Serra-di-Scopamene, Sorbollano, Sotta et Zerubia. Sorbollano comptait cette année-là 386 habitants.

Économie[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle Sorbollano était connu pour sa production d'oignons, d'où le surnom de Chjudadji donné à ses gens, et son appellation à l'époque de « capitale microrégionale de la culture de l'oignon ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 mars 2001 Antoine-Toussaint Filippi Apparenté PCF  
mars 2001 en cours Dolis Quilichini[3] DVG Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2015, la commune comptait 73 habitants[Note 1], en augmentation de 2,82 % par rapport à 2010 (France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
532500498538634663693681418
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
423460303330434539585606577
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
599624565514513528301386115
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015 -
114110637369796673-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Environnement[modifier | modifier le code]

Parc naturel régional[modifier | modifier le code]

La commune de Sorbollano est adhérente au parc naturel régional de Corse[8] dans son « territoire de vie » nommé Alta Rocca.

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

Sorbollano se trouve dans la zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique appelée ZNIEFF 940004238 - Forêts claires et maquis préforestiers du Haut Rizzanese Deuxième génération[9].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine sacré[modifier | modifier le code]

Église Sant'Andrea[modifier | modifier le code]

L'église Saint-André (Sant'Andrea) est l'église paroissiale de Sorbollano. Elle a été construite au Moyen Âge, à une date indéterminée. Elle a été mentionnée dans un rapport de visite de Mgr  Mascardi qui en soulignait le mauvais état. En 1686, elle était une annexe de l'église paroissiale Saint-Nicolas de Serra-di-Scopamène.

L'édifice a subi des remaniements, notamment la réfection de la tour-clocher, entreprise par le maitre-maçon Angelelli Grimaldu, qui avait été gravement endommagée par la foudre en 1838, suivie d'une nouvelle restauration au début du XXe siècle . Bâti en pierre de granite taillé, matériau issu de la formation géologique régionale, elle a un plan allongé simple terminé par un chevet plat, avec une chapelle latérale.

L'église Saint-André est inscrite à l'Inventaire général du patrimoine culturel[10].

Patrimoine civile[modifier | modifier le code]

  • Quinze maisons du village sont inscrites à l'Inventaire général du patrimoine culturel[11]. Les plus anciennes ont été construites au XVIe siècle, plusieurs ont été remaniées au fil du temps.
  • La fontaine du village, construite en granit blanc en 1880
  • Le lavoir communal

Le site archéologique de Cuciurpula[modifier | modifier le code]

S'étendant à la fois sur les hauteurs de Sorbollano et de Serra-di-Sopamène, le site de Cuciurpula avec une quarantaine d'habitats, sous le pointe éponyme (1 164 m), révèle son occupation à l'âge du fer.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Fêtes et loisirs[modifier | modifier le code]

  • 30 novembre, Sant'Andrea, fête patronale
  • 21 août, fête de la Saint-Christophe sur la place du village

Randonnées[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par le sentier de randonnée Mare a Mare Sud qui relie Propriano à Porto-Vecchio.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. ADECEC Eléments pour un dictionnaire des noms propres Cervioni
  2. Francesco Maria Accinelli in L’histoire de la Corse vue par un Génois du XVIIIe siècle - Transcription d’un manuscrit de Gênes - ADECEC Cervioni et l’Association FRANCISCORSA Bastia 1974
  3. Préfecture de Corse, Liste des élus de Corse, consultée le 12 septembre 2010
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. [http://inpn.mnhn.fr/espace/protege/FR8000012 Le Parc naturel régional de Corse sur le site de l'INPN}
  9. ZNIEFF 940004238 - Forêts claires et maquis préforestiers du Haut Rizzanese sur le site de l'INPN
  10. Notice no IA2A000395, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Voir la liste des maisons dans la base Mérimée


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :