Sigy-en-Bray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sigy-en-Bray
Sigy-en-Bray
Ancienne abbatiale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Intercommunalité Communauté de communes des 4 rivières
Maire
Mandat
Sabrina Goulay
2020-2026
Code postal 76780
Code commune 76676
Démographie
Gentilé Sigeois, Sigeoises
Population
municipale
496 hab. (2019 en diminution de 32,79 % par rapport à 2013)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 32′ 50″ nord, 1° 29′ 29″ est
Altitude Min. 90 m
Max. 228 m
Superficie 18,46 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Rouen
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Gournay-en-Bray
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Sigy-en-Bray
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Sigy-en-Bray
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sigy-en-Bray
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sigy-en-Bray

Sigy-en-Bray est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune, située dans le pays de Bray, surplombée par le Grand Mont de Sigy-en-Bray, colline calcicole culminant à 187 mètres d'altitude, est traversée par l'Andelle.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,3 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 819 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,5 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Forges », sur la commune de Forges-les-Eaux, mise en service en 1959[7] et qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,5 °C et la hauteur de précipitations de 827,2 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Rouen-Boos », sur la commune de Boos, mise en service en 1968 et à 27 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10,1 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,5 °C pour 1981-2010[12], puis à 11 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sigy-en-Bray est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Rouen, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 317 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[17],[18].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Siggei vers 1043, Sigiacus et Sigiaco en 1046 et 1048[19], Sigy en 1793[20], Sigy-en-Bray en 1962[20].

Le pays de Bray est une région naturelle du Nord-Ouest de la France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sigy est un site occupé depuis longtemps, à l'emplacement de cimetières gallo-romain et mérovingien, comme l'attestent les objets aujourd'hui exposés au musée des Antiquités de Rouen.

Rollon accorde aux sires de Gournay un domaine dont Sigy fait partie. Hugues Ier de Gournay fait bâtir un château fort, qui sera détruit au XIIe siècle. En 1040, il ordonne la fondation de l'abbaye Saint-Martin-et-Saint-Vulgain, abbaye bénédictine, qui devient ensuite prieuré. En 1282, Nicolas de Beauvais, abbé de Saint-Ouen de Rouen, y est inhumé. Souvent pillée, l'église survit à la période révolutionnaire et conserve d'importants vestiges.

 : Saint-Lucien est réunie à Sigy-en-Bray en tant que commune associée. Au départ, le projet prévoyait de réunir La Chapelle-Saint-Ouen, La Hallotière, Saint-Lucien et Sigy-en-Bray en une seule commune. Seules les deux dernières ont finalement accepté, ce qui a conduit à la création d'une commune formée de deux parties non contigües[21].

 : référendum local organisé à Saint-Lucien sur le retour à l'autonomie, le oui l'emporte avec 93 % des suffrages exprimés (119 voix pour 128 votants sur 160 inscrits)[22] mais la sous-préfecture, inquiète au sujet des finances des deux communes, ne signera pas l'acte de défusion.

L'acte de défusion de Saint-Lucien et Sigy-en-Bray est signé le par le préfet, prévoyant l'indépendance des deux communes le [23].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[24]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1925 1953 Roger Binet    
1953 1995 Henri Binet    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 avril 2009 Jean-Louis Gantier dvd Démissionnaire
mai 2009 2014 Jacques Obers   Gérant de PME à la retraite
2014 décembre 2016[25] Sabrina Bréquigny LR Adjoint administratif
Mandat écourté par la dé-fusion de Sigy-en-Bray et de Saint-Lucien
février 2017[26] En cours
(au 14 avril 2021[27])
Sabrina Bréquigny-Goulay LR Adjoint administratif
Conseillère régionale de Normandie (2021[28] → )
Réélue pour le mandat 2020-2026[29]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[30]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[31].

En 2019, la commune comptait 496 habitants[Note 8], en diminution de 32,79 % par rapport à 2013 (Seine-Maritime : +0,08 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
873854801746847802788756705
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
691798757653653618657673655
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
604572571522519513505526504
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
439409549533527559594599685
2014 2019 - - - - - - -
754496-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ancienne gare.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France Forges - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Sigy-en-Bray et Forges-les-Eaux », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Forges - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Sigy-en-Bray et Boos », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Rouen », sur insee.fr (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Adigard des Gautries Jean. Les noms de lieux de la Seine-Maritime attestés entre 911 et 1066 (suite). Annales de Normandie, 8e année, no 3, 1958. Page 166.
  20. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Paris-Normandie no 20699 du 10 décembre 2011.
  22. Paris-Normandie no 20701 du 13 décembre 2011.
  23. « Sigy et Saint Lucien retrouvent leur indépendance », sur http://www.leclaireur-ladepeche.fr/, (consulté le ).
  24. « Les maires de Sigy-en-Bray », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  25. « Sigy-en-Bray et Saint-Lucien se séparent à l’amiable : Défusion. La préfecture a accepté la séparation de Sigy-en-Bray et Saint-Lucien. Elle sera effective début 2017, des élections seront organisées avant le printemps dans les deux communes », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Au 31 décembre, le conseil municipal sera donc dissous, puis une délégation spéciale sera nommée par le préfet afin de gérer les affaires courantes de la commune et préparer les élections à Sigy-en-Bray et à Saint-Lucien, en février ou en mars ».
  26. « Sigy-en-Bray : Sabrina Bréquigny retrouve son fauteuil de maire : Sigy-en-Bray. Le conseil municipal a élu Sabrina Bréquigny au poste de maire, elle retrouve ainsi son fauteuil », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. Benjamin Epineau, « Sigy-en-Bray : Sabrina Goulay, maire « Avec cette crise, nous avons appris à garder du bon sens sur nos décisions » : Pour son second mandat en tant que maire de Sigy-en-Bray, Sabrina Goulay revient avec nous sur la gestion de la crise sanitaire ainsi que sur les projets à venir de la commune », L'Éclaireur-La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Plusieurs personnes proches m'ont fait comprendre que j'étais légitime pour me présenter, que j'avais les qualités requises et j'en avais aussi envie. Je voulais le faire mais entourée d'une bonne équipe et depuis 2014, j'ai une équipe soudée qui me suit. Cela permet de bien avancer ».
  28. Benjamin Epineau, « Près de Forges-les-Eaux : Sabrina Goulay, nouvelle conseillère régionale : Les dernières élections régionales ont donné Hervé Morin vainqueur en Normandie et deux élus du Pays de Bray font partie du conseil régional. Parmi eux, Sabrina Goulay », L'Éclaireur-La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. « Liste des maires » [PDF], Listes des élus, Préfecture de la Seine-Maritime, (consulté le ).
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.