Rue du Chevalier-du-Guet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Anc. 4e arrt
Rue du Chevalier-du-Guet
(supprimée en 1854)
Image illustrative de l’article Rue du Chevalier-du-Guet
Plan de la rue du Chevalier-du-Guet et de la voirie avoisinante à la fin du XVIIIe siècle avec, en superposition, le tracé des rues actuelles.
Situation
Arrondissement Anc. 4e (1er)
Quartier Quartier du Louvre
Début Rue de la Vieille-Harengerie et place du Chevalier-du-Guet
Fin Rue des Lavandières-Sainte-Opportune

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue du Chevalier-du-Guet (supprimée en 1854)

La rue du Chevalier-du-Guet est une ancienne rue de Paris, disparue en 1854, située dans l'ancien 4e arrondissement (actuel 1er arrondissement).

Situation[modifier | modifier le code]

Cette rue commençait aux 1-2, rue de la Vieille-Harengerie et place du Chevalier-du-Guet et finissait aux 16-18, rue des Lavandières-Sainte-Opportune[1]. Elle était prolongée à l'est par la rue Perrin-Gasselin[2].

Les numéros de la rue étaient rouges[1]. Le dernier numéro impair était le no 7 et le dernier numéro pair était le no 12.

La rue appartenait juste avant la Révolution française à la paroisse Saint-Germain-l'Auxerrois[3]. Pendant la Révolution, la rue marquait la limite entre deux sections révolutionnaires :

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Ce nom lui vient du chevalier du guet, ou du commandant du guet, qui logeait à proximité, au commencement du XVe siècle[4].

Historique[modifier | modifier le code]

De 1300 jusqu'au milieu du XVIe siècle, elle s'appelle « rue Perrin-Gasselin » et est citée dans Le Dit des rues de Paris, de Guillot de Paris, sous la forme « le Perrin Gasselin ».

Dans les anciens plans, on trouve ordinairement la rue Perrin-Gasselin confondue avec la rue du Chevalier-du-Guet qui sont la continuité l'une de l'autre.

Un décret du 21 juin 1854 réorganise les abords des Halles et prévoit notamment le percement de l'actuelle rue des Halles[5]. Dans le cadre de cette opération d'urbanisme, la rue Jean-Lantier est prolongée jusqu'à la rue Saint-Denis, entraînant la disparition de la rue du Chevalier-du-Guet[6],[7].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, 1817.
  2. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 14e quartier « Louvre », plan 15e quartier « Marchés », îlot no 2, F/31/80/22, îlot no 2, F/31/79/03.
  3. Jean Junié, Plan des paroisses de Paris avec la distinction des parties éparses qui en dépendent dressé par J. Junié, ingénieur géographe de Monseigneur l’Archevêque et géomètre des Eaux et forêts de France en 1786 , Service des Travaux historiques de la Ville de Paris, 1904 [lire en ligne].
  4. « Mémoire historique sur l'hôtel du chevalier du Guet, à Paris, aujourd'hui mairie du IVe arrondissement », p. ???, www.jstor.org.
  5. Adolphe Alphand (dir.), Adrien Deville et Émile Hochereau, Ville de Paris : recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques, Paris, Imprimerie nouvelle (association ouvrière), , « Décret du 21 juin 1854 », p. 282-283.
  6. Frères Avril, Plan général des Halles centrales et de leurs abords, Paris, 1854 [lire en ligne].
  7. Analyse diachronique de l'espace urbain parisien : approche géomatique (ALPAGE).
  8. « Mémoire historique sur l'hôtel du chevalier du Guet, à Paris, aujourd'hui mairie du IVe arrondissement », p. 22, www.jstor.org.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]