Scrophulariaceae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Scrofulariacées

La famille des Scrofulariacées[1] (Scrophulariaceae Juss.) regroupe des plantes dicotylédones gamopétales. Ce sont des plantes herbacées à fleurs irrégulières (zygomorphes), largement répandues autour du monde. Ses fleurs à symétrie bilatérale dont la génétique du développement a élucidé l'organogenèse évoquent souvent un museau de bête par leur rictus et leurs lèvres (muflier) ou un visage (véronique) et lui ont valu jadis le nom de Personées donné par Tournefort[2].

Elle est la plus grande et la plus hétérogène famille dans l'ordre de Scrophulariales, comprenant environ 3 000 espèces réparties en 280 genres[3]. Ses structures florales varient en effet remarquablement malgré la grande unité fondamentale propre à la famille, hermaphroditisme, gamopétalie, zygomorphie, pentamérie à l'exception de l'ovaire bicarpellé.

Caractéristiques botaniques[modifier | modifier le code]

Appareil végétatif[modifier | modifier le code]

Les plantes de cette famille sont pour la plupart herbacées et annuelles. Certaines grimpent à l'aide des feuilles (lianes du genre Lophospermum (en), Maurandya), d'autres sont des arbrisseaux, et plus rarement des arbustes ou des arbres (Paulownia)[4]. La tige cylindrique ou quadrangulaire sans faisceaux bicollatéraux, porte des feuilles exstipulées toujours simples, entières, parfois pennatiséquées (Scrophularia canina). Ces feuilles sont souvent opposées, parfois alternes (molènes) ou verticillées, caduques ou rarement permanentes (Hebe)[5]. Quelques genres sont des hémiparasites sur les racines d'autres plantes, particulièrement des Graminées (Rhinanthus, Mélampyres, etc.), d'autres sont également parasites sur les racines (Lathraea)[6].

Appareil reproducteur[modifier | modifier le code]

L'inflorescence bractéifère terminale est spiciforme (généralement une grappe, un épi ou une panicule), les fleurs étant parfois solitaires axillaires (Gratioles, beaucoup de Véroniques). Les fleurs sont hermaphrodites et à différents degrés de zygomorphie, rarement actinomorphes, avec plan de symétrie médian, parfois en partie cléistogames (Linaires, Scrophulaires). Le calice infère, persistant est gamosépale (formé de 5 ou plus rarement 4 sépales [7] connés entre eux au moins à leur base, formant 4-5 lobes, parfois 2 lèvres), actinomorphe ou zygomorphe ; dans ce dernier cas, le sépale postérieur peut se réduire à une petite dent (diverses Véroniques et Pédiculaires) ou avorter complètement (Euphraise, Rhinanthus, etc.). La corolle caduque est gamosépale (formée de 4 ou 5 pétales soudés) est presque toujours zygomorphe et souvent bilabiée (2 lèvres bien marquées), rarement actinomorphe (Molène). Les deux pétales qui forment la lèvre supérieure sont parfois concrescents dans toute leur longueur, simulant un pétale unique plus grand que les trois autres, ce qui fait paraître la fleur tétramère (diverses Véroniques). Parfois un ou plusieurs pétales sont tendus en éperon ou gonflés à la base. Le tube corollin court ou allongé, est quelquefois fermé à la base de la gorge, formant une sorte de palais (bourrelet formé par la lèvre inférieure). L'androcée est constitué le plus souvent de 4, parfois 5 étamines épipétales. La zygomorphie s'accuse dans l'androcée par l'avortement de l'étamine postérieure (transformée en staminode filiforme ou en écaille) et la didynamie des quatre autres, voire la réduction de plusieurs étamines. Les filets des étamines sont libres, poilus ou glabres, habituellement inégaux ; les anthères sont introrses. Les Scrofulariacée se distinguent des Solanacées par la zygomorphie de leur fleur et leur androcée presque toujours didyname[8].
La formule florale est : ✶ ou
L'ovaire supère à deux loges (rarement 3 ou 1) et placentation axile, est habituellement sur disque en forme d'anneau, parfois glanduleux. Il est surmonté d’un style terminal allongé ou en forme de massue et d'un stigmate bilabié ou capitulé. Sur le placenta latéral, pariétal ou rarement central, sont insérés des ovules (2 à nombreux) anatropes ou parfois amphitropes (rarement 1 ovule par loge), unitégumentés et crassinucellés[9]. Le fruit est une capsule à déhiscence septicide, parfois loculide ou poricide, ailée ou non, habituellement à deux loges, plus rarement une baie ou un schizocarpe. Les Scrofulariacée se distinguent des Labiées par leur fruit biloculaire contenant des graines anguleuses, chiffonnées avec albumen charnu et succulent, à déhiscence longitudinale[6].

Quelques noms et genres connus en France[modifier | modifier le code]

Les principaux genres sont Verbascum, avec 360 espèces eurasiatiques pour la plupart, particulièrement de Turquie (228 espèces), Scrophularia, avec 250 espèces réparties depuis les régions de l'hémisphère nord jusqu'en Amérique tropicale[10].

Parmi les genres présents en France, on peut citer[10] :

Évolution de la classification[modifier | modifier le code]

Regroupant de nombreux genres en classification classique, les études phylogénétiques ont conduit à en déplacer un grand nombre dans d'autres familles : les Scrofulariacées (orthographe actuelle) ne comprennent ainsi plus guère en APG que les molènes, les scrofulaires ainsi que les buddleja.

La classification phylogénétique place cette famille dans l'ordre des Lamiales lui-même dans le groupe des Euasterids I.

Genres retirés de la famille des Scrofulariacées[modifier | modifier le code]

Font désormais partie, depuis APG II, de la famille des Plantaginaceae :


Font désormais partie de la famille des Orobanchaceae :

et les hémiparasites suivants:

Liste complète des genres[modifier | modifier le code]

En classifications phylogénétiques[modifier | modifier le code]

Selon Angiosperm Phylogeny Website (28 juin 2012)[11] :

Selon NCBI (28 juin 2012)[12] :

En classifications classiques[modifier | modifier le code]

Selon DELTA Angio (28 juin 2012)[13] :

Selon ITIS (28 juin 2012)[14] :

Selon Catalogue of Life (28 juin 2012)[15] :

Pollinisation[modifier | modifier le code]

Chez la plupart des Scrophulariacées (à l'exception de la Véronique, de la Blattaire, de la Scrophularia ou de l'Euphrasia aux fleurs plus ouvertes), la pollinisation entomogame s'opère essentiellement par des bourdons (genre Bombus et genres voisins) suffisamment forts pour entrouvrir les lèvres de la fleur et s'introduire à l'intérieur de la corolle pour y prélever nectar et pollen ou par des papillons à longue trompe. Certains genres (Penstemon, Castilleja) réalisent une pollinisation ornithogame grâce à la présence de nectaires qui alimentent les Colibris[16].

Plantes ornementales[modifier | modifier le code]

Plusieurs Scrophulariacées ont des structures qui jouent un rôle important dans la biologie florale (en) (crêtes, taches colorées, aires poilues ou papilleuses, glandes diverses qui ornent l'intérieur de la fleur ; corolle avec casque, éperon, poche, lèvres étalées ou en cuvette, ou gorge fermée par un palais). Pour ces raisons, beaucoup de Scrophulariacées (calcéolaires, digitales, linaires, mufliers) sont ornementales,

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Du latin scrouaria (herba), « herbe aux écrouelles », cette plante passant pour avoir la propriété de guérir cette maladie. Définitions lexicographiques et étymologiques de « scrofulariacées » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. G. Becker, Roger Heim, Tournefort, Muséum National d'Histoire Naturelle, , p. 305.
  3. (en) Michael Hickey, Clive King, 100 Families of Flowering Plants, Cambridge University Press, (lire en ligne), p. 400.
  4. Michel Botineau, Botanique systématique et appliquée des plantes à fleurs, Lavoisier, (lire en ligne), p. 1053.
  5. (en) Paul Davies, Bob Gibbons, Field Guide to Wild Flowers of Southern Europe, Crowood, , p. 176.
  6. a et b Marjorie Blamey, C. Grey-Wilson, La flore de France et d'Europe occidentale, Eclectis, , p. 352.
  7. Exceptionnellement à 3 ou 2.
  8. (en) Joachim W. Kadereit, Flowering Plants. Dicotyledons: Lamiales, Springer Science & Business Media, (lire en ligne), p. 337-338.
  9. Michel Botineau, Botanique systématique et appliquée des plantes à fleurs, Lavoisier, , p. 1054.
  10. a et b Michel Botineau, Botanique systématique et appliquée des plantes à fleurs, Lavoisier, (lire en ligne), p. 1052.
  11. Angiosperm Phylogeny Website, consulté le 28 juin 2012
  12. NCBI, consulté le 28 juin 2012
  13. DELTA Angio, consulté le 28 juin 2012
  14. ITIS, consulté le 28 juin 2012
  15. Catalogue of Life, consulté le 28 juin 2012
  16. Hermann Merxmüller, Heinrich Nothdurft, C. Radt, M. Marthaler, Flore d'Europe. Plantes herbacées et sous-arbrisseaux, Société Française du Livre, , p. 137

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :