Paulownia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


Paulownia est un genre d'arbres, les paulownias, de la famille des Paulowniacées, qui sont originaires de Chine et de Corée. Cette essence est principalement utilisée pour son bois, pour stabiliser les sols ou fournir du fourrage, mais aussi comme arbre d'ornement, notamment l'espèce communément nommée paulownia : Paulownia tomentosa.

Description[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'arbre à feuilles caduques, au port étalé, peut mesurer jusqu'à 20 m de haut.

Ses rameaux pubescents et ses grandes feuilles de 20 à 30 cm cordiformes ont un dessous tomenteux (soyeux) qui lui a donné l'appellation Tomentosa et de longs pétioles.

Les fleurs violettes mellifères ont une odeur de violette et ressemblent à celles du Catalpa ou de la digitale mais elles sont en panicules apparaissant avant les feuilles, au printemps.

Les fruits sont des capsules solides ovales et pointus, persistantes en hiver, mesurant jusqu'à 5 cm de long. Ils s'ouvrent à maturité des graines.

Habitat et répartition[modifier | modifier le code]

Ces espèces d'arbres sont originaires de Chine et de Corée. Ils poussent spontanément sur les terrains en friches.

Ils sont cultivés ailleurs dans les villes et les parcs, notamment en Europe et en Amérique du Nord.

Classification[modifier | modifier le code]

Dans la classification phylogénétique APG II (2003) le genre Paulownia est assigné à la famille des Paulowniacées. Dans la classification classique de Cronquist (1981) ce genre était classé dans la famille des Scrofulariacées.

Le genre a été décrit en 1835 par les naturalistes bavarois Philipp Franz von Siebold (1796-1866) et Joseph Gerhard Zuccarini (1797-1848).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom fut donné par Philipp Franz von Siebold en l'honneur d'Anna Pavlowna, princesse des Pays-Bas, fille du tsar Paul Ier de Russie. Il est parfois appelé « arbre d'Anna Paulowna ».

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Selon GRIN (8 juillet 2017)[2] :


Selon Catalogue of Life (8 juillet 2017)[3] :


Le paulownia et l'homme[modifier | modifier le code]

Utilisation[modifier | modifier le code]

Paulownia ornemental dans L'Alcazaba d'Almería (Espagne)

Le Paulownia s'utilise en ornement, isolé ou en alignement. Il supporte bien la taille et la pollution.

En Chine, le polownia est utilisé pour son bois. Son large système racinaire empêche l'érosion des sols. Il peut être utilisé en agroforesterie car ses feuilles riches en azote fournissent un bon fourrage, pour les ruminants et les porcins notamment.

Enfin son bois est aussi utilisé dans la fabrication de skis.[réf. nécessaire]

Horticulture[modifier | modifier le code]

Plantation de paulownias près de Valence (Espagne).

L'arbre se reproduit facilement par semis et donne ses premières fleurs vers l'âge de huit ans.

Le paulownia préfère un sol humifère, drainant, à pH neutre (7) mais il tolère une large variété de types de sol. Pour cette raison, il fonctionne écologiquement comme une plante pionnière. Il pousse bien tant qu'il est en plein soleil mais ne survit pas si des arbres plus grands viennent à le mettre à l'ombre. Il peut en revanche survivre aux feux de forêt car ses racines se régénèrent vite et sa croissance est rapide. Dans les zones à hiver très rigoureux, on peut rabattre l'arbre à la fin de l'hiver afin qu'il reparte de souche au printemps. Dans ce cas, il poussera de 3 à 4 m dans l'année et formera des feuilles plus grandes (jusqu'à 60 cm). En revanche, il ne fleurira pas car les fleurs apparaissent uniquement sur du bois de deux ans.

Aspects culturels[modifier | modifier le code]

Kiri (Paulownia sp), emblème du premier ministre et du gouvernement japonais sur une pièce de 500 Yen.

On doit le nom actuel de cette plante à un rapprochement fait en 1835 par Philipp von Siebold (voir ci-dessus) entre la noblesse et la beauté de cet arbre et celles de la princesse Anna Pavlovna de Russie, mais aussi au fait que le paulownia était « fort en honneur au Japon » d’après ce botaniste[4].

Selon la tradition chinoise, le paulownia est associé symboliquement avec le phénix et l'impératrice[5]. Attribué à Zhuangzi, un personnage légendaire ayant vécu à Meng, en Chine du nord, de 370 à 301 av. J.-C., le recueil de légendes qui porte son nom précise que le phénix ne peut se poser que sur les Paulownias[6]. Motifs utilisés dans les vêtements destinés à la maison impériale chinoise dès le début du xie siècle, le Paulownia et le phénix sont associés aux symboles des quatre orients[7].

Dans certaines régions de Chine, la tradition voulait qu'on plante un paulownia à la naissance d'une fille. L'arbre grandissait avec elle et pour son mariage, l'arbre était abattu et son bois servait de dot.

Au Japon, depuis l'époque de l'empereur Go-Daigo qui a régné de 1318 à 1339, les feuilles de paulownia constituent un des emblèmes destinées à honorer des personnages méritants[8]. Le shogun Ashikaga Takauji a reçu de Go-Daigo cette distinction, dont la famille Ashikaga s'est emparée jusqu’au xvie siècle. À partir de cette époque, l'empereur l'a attribuée au daimyo, Toyotomi Hideyoshi (1536-1598)[9]. Fondé par l'empereur Meiji en 1875 l’ordre du Soleil levant décoré avec des feuilles de paulownia constitue une importante distinction du gouvernement japonais, le même mon étant utilisé pour représenter le Cabinet du premier ministre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Tropicos, consulté le 8 juillet 2017
  2. GRIN, consulté le 8 juillet 2017
  3. Catalogue of Life, consulté le 8 juillet 2017
  4. P a u l o w n i a Sieb et Zucc. [= Siebold et Zuccarini] (1835, Fl. Jap. 1: 25 –SI E B O L D et ZU C C A R I N 1 8 3 5, doc.rero.ch/lm.php?url=1000,43,42,20110822000130-ZZ/32-13.pdf
  5. Liza Dalby, East Wind Melts the Ice : A Memoir Through the Seasons, University of California Press, , p. 50-51
  6. Fusheng Wu, Written At Imperial Command: Panegyric Poetry In Early Medieval China, State University of New York Press, , p. 247
  7. Francine Hérail, La cour et l'administration du Japon à l'époque de Heian, Genève, , p. 339
  8. Liza Dalby, op. cit., pp. 50-51
  9. Imagawa Yoshimoto Japanese Daimyo

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :