Sarto Fournier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fournier.

Sarto Fournier
Illustration.
Fonctions
Maire de Montréal
Prédécesseur Jean Drapeau
Successeur Jean Drapeau
Député de Maisonneuve—Rosemont
Prédécesseur Nouvelle circonscription
Successeur Jean-Paul Deschatelets
Sénateur de De Lanaudière
Prédécesseur Édouard-Charles Saint-Père
Successeur Thomas Lefebvre
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance East Broughton
Date de décès (à 72 ans)
Lieu de décès Ottawa
Parti politique Parti libéral du Canada

Sarto Fournier, né le à East Broughton et décédé le à Ottawa, est un homme politique québécois. Il a été maire de Montréal de 1957 à 1960.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a d'abord été élu député de la circonscription Maisonneuve—Rosemont à la Chambre des communes du Canada en tant que membre du Parti libéral du Canada lors de l'élection de 1935. Il a été réélu au même poste à quatre reprises. Le , il est nommé au Sénat canadien par le premier ministre Louis St-Laurent, devenant le plus jeune membre de la Chambre haute du Parlement canadien.

Après deux tentatives infructueuses en 1950 et en 1954, Fournier est élu à la mairie de Montréal en 1957, par une majorité d'à peine 4 000 voix. L'appui de Maurice Duplessis, qui voyait dans Jean Drapeau un adversaire potentiel[1], est un facteur déterminant de sa victoire. Par contre, ses accointances avec le premier ministre de l'Union nationale lui vaudront d'être exclu de la Fédération libérale du Québec en 1958[2].

Il eut un règne semblable à celui de Fernand Rinfret, un homme qu'il a côtoyé et qu'il admirait[3]. Le maire Fournier n'ose pas agir par crainte de l'opposition et compte donc peu de réalisations à son actif. Par contre, il a soumis la candidature de Montréal afin d'accueillir l'exposition universelle de 1967. Il termine derrière Moscou, mais le Bureau international des expositions confie l'organisation de l'Expo 67 à la métropole québécoise, après le désistement de la capitale soviétique, deux semaines après l'élection de 1962[4].

Il a été défait à nouveau par Jean Drapeau lors des élections municipales de 1960 et de 1962. Il retourne au Sénat du Canada, où il terminera ses jours à l'âge de 72 ans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marsolais 1993, p. 274-280.
  2. Marsolais 1993, p. 276.
  3. Marsolais 1993, p. 277.
  4. Marsolais 1993, p. 271.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude V. Marsolais et al., Histoire des maires de Montréal, Montréal, VLB, coll. « Études québécoises » (no 33), , 323 p. (ISBN 2-89005-547-7)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]