John Easton Mills

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mills.
image illustrant Montréal image illustrant un homme politique image illustrant québécois
Cet article est une ébauche concernant Montréal et un homme politique québécois.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

John Easton Mills
John Easton Mills.jpg

John Easton Mills

Fonction
Maire de Montréal
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Tolland (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 51 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

John Easton Mills (né le à Tolland (Massachusetts) - décédé le à Montréal[1]) servit brièvement à titre de maire de Montréal.

Biographie[modifier | modifier le code]

John Easton Mills immigre à Montréal d'abord pour pratiquer le commerce des fourrures avec son frère. Il multiplie ses succès commerciaux, notamment en fondant la Banque Mills et en devenant, plus tard, directeur de la Banque d'épargne de Montréal fondée en 1846. Mills acquiert alors une réputation d'homme d'affaires respectable.

En mars 1846, le Conseil de ville de Montréal tomba dans une impasse sur le choix d'un nouveau maire. John Easton Mills avait dix votes, et le maire sortant James Ferrier en avait neuf, mais Ferrier vota pour lui-même deux fois, toujours en accord avec les règles en place. La paralysie municipale se poursuivit jusqu'au mois de décembre 1846, lorsque John Easton Mills fut élu majoritairement.

En 1847, il y eut une grande épidémie de typhus à Montréal parmi les immigrants irlandais. John Easton Mills légiféra dans le but d'amoindrir l'épidémie et se porta volontaire pour soigner les malades, moment où il fut pris de la maladie lui-même et mourut après moins d'une année dans ses fonctions[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Fiche de John Easton Mills », Ville de Montréal
  2. (en) Rene Bruemmer, « Seeking hope, they found death », Montreal Gazette, Canwest,‎ (lire en ligne)