Salim Lamrani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Salim Lamrani
Description de cette image, également commentée ci-après
Salim Lamrani à la conférence Axis for Peace, le 17 novembre 2005, organisée par Thierry Meyssan.
Activité principale
enseignant, écrivain
Auteur
Langue d’écriture français
Genres
politique

Salim Lamrani est un enseignant et essayiste français, maître de conférences à l'université de La Réunion[1].

Il écrit principalement sur Cuba et ses relations avec les États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Docteur ès études ibériques et latino-américaines de l'université Paris-Sorbonne (Paris-IV)[2], il est membre du Centre de recherches interdisciplinaires sur les mondes ibériques contemporains (CRIMIC) de l'université de Paris-Sorbonne (Paris IV)[3], et du Groupe interdisciplinaire sur les Antilles hispaniques et l'Amérique latine (GRIAHAL) rattachée au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC) de l’université Versailles Saint Quentin[4].

Salim Lamrani est membre du Conseil académique de la Revista Latina de Comunicacion Social de l'Université de La Laguna (Espagne)[5].

En novembre 2005, il participe à Bruxelles à une conférence internationale anti-impérialiste : Axis for Peace organisée par Thierry Meyssan, le président du Réseau Voltaire[6], aux côtés d'historiens, d’hommes politiques et de journalistes. Salim Lamrani y anime une table ronde sur le terrorisme international, avec une présentation titrée : Un demi-siècle de terrorisme états-unien contre Cuba[7]. Rudy Reichstadt, de Conspiracy Watch, qualifie la liste des participants « comme un who’s who des auteurs conspirationnistes les plus en vue de l’époque »[6].

En juin 2011, il participe au colloque international « The Role of the Media in Promoting the Dialogue of Cultures in a Globalised World » organisé par l'Unesco à Paris[3].

En janvier 2013, Salim Lamrani intègre le jury du concours international de littérature Premio Casa de las Américas de Cuba[8].

Il est l’auteur de plusieurs déclarations communes « contre le terrorisme et pour le respect de la souveraineté », signées conjointement avec des prix Nobel tels qu’Adolfo Pérez Esquivel, Rigoberta Menchú, Nadine Gordimer, José Saramago et l’intellectuel Noam Chomsky[9].

Il a été invité par des associations étudiantes et des enseignants dans plusieurs universités californiennes telles que le Chabot College à Hayward[10] ou la Thomas Jefferson School of Law de San Diego[11].

Il a donné des conférences en compagnie de Noam Chomsky[12], Ken Livingstone[13], Howard Zinn[14] et Ignacio Ramonet.

Auteur de plusieurs articles sur Marcelo Bielsa[15], il devient à partir de septembre 2017 l'interprète de l'entraîneur argentin après sa prise de fonction à Lille[16]. En novembre 2017, Marcelo Bielsa est suspendu de son poste à la suite de mauvais résultats[17].

En tant que spécialiste de Cuba, Salim Lamrani a été interviewé par plusieurs médias : RMC[18], Le Figaro[19], Radio Vatican[20], L'Humanité[21], France-Info[22], La Croix[23], le Républicain Lorrain[24], Radio Television Espanola[25], le Tampa Bay Times[26] et Voice of America[27].

Ses articles ont été publiés par plusieurs médias dont : le International Journal of Cuban Studies de l'Institut international d'études cubaines de l'Université métropolitaine de Londres (London Metropolitan University)[28], la revue d'études ibéro-américaine Confluenze de l'Université de Bologne[29], le Monde diplomatique[30], Manière de voir[30], Radio Miami[31], le Centre de recherche sur la mondialisation de Michel Chossudovsky[32], Investig'Action fondé par Michel Collon[33], Réseau Voltaire[34], Rebelion.org[35], Latinoamérica[36], Progreso Weekly[37] et Znet[38]. Il collabore également avec le site Huffington Post[39].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Salim Lamrani reçu au palais de l'Élysée par Jean-Pierre Bel, envoyé personnel du président de la République en Amérique latine, en 2016.

En tant que spécialiste de Cuba, Salim Lamrani a été reçu au Palais de l'Elysée en 2016 par Jean-Pierre Bel, alors Envoyé personnel du Président de la République pour l'Amérique Latine. Jean-Pierre Bel indique  : « C’est un garçon très sympathique, très ouvert. Il est en défense du bilan de Fidel Castro, il a ses positions un peu inconditionnelles qu’il exprime avec beaucoup de fougue et de jeunesse ». Concernant sa collaboration avec le Réseau Voltaire de Thierry Meyssan, Jean-Pierre Bel se dit très déçu : « Ce n’est pas parce que vous dénoncez le blocus américain sur Cuba que vous devez nier les réalités du monde. Je ne pouvais pas imaginer qu’on puisse aller jusqu’à se laisser amalgamer avec des gens qui ont une idéologie particulièrement nauséabonde ». Salim Lamrani a néanmoins indiqué n'avoir jamais publié d’article exclusif pour le Réseau Voltaire et que « le site a reproduit par le passé certains de mes articles, comme le font d’autres sites ». Rudy Reichstadt de Conspiracy Watch indique qu'il a écrit sur ce site entre 2005 et 2014 et considère qu'il est « très difficile d’ignorer les thèses de Thierry Meyssan quand on écrit aussi longtemps sur ce site et qu’on est quelqu’un d’informé comme lui »[7].

Noam Chomsky a cité à plusieurs reprises les travaux de Salim Lamrani, notamment sur les sanctions économiques des États-Unis contre Cuba. Noam Chomsky considère l'ouvrage État de siège : les sanctions économiques des États-Unis contre Cuba comme étant « une étude exhaustive »[40] sur le sujet. Il ajoute que le livre « analyse les conséquences dramatiques » de la politique étrangère de Washington sur le peuple cubain[41].

Le journaliste du Monde diplomatique Ignacio Ramonet le considère comme étant « sans doute le meilleur connaisseur en France des réalités de Cuba aujourd'hui »[42]. Ramonet ajoute le propos suivant : « Salim Lamrani est l'un des meilleurs connaisseurs de l'Amérique latine contemporaine et un très grand historien de Cuba. J'ai participé avec lui à de grands forums internationaux dans de nombreux pays. À chaque fois, il s'est distingué par la qualité de ses connaissances et le sérieux de ses apports. C'est un universitaire extrêmement respecté »[43].

Ramón Chao, ancien rédacteur en chef du service Amérique latine de Radio France internationale et père du chanteur Manu Chao, dit ainsi de lui qu'il est « un jeune de gauche engagé particulièrement avec Cuba et le Venezuela »[44]. Chao ajoute que « Lamrani n’entre pas dans des considérations politiques ou idéologiques. Il se base uniquement sur des faits et place les médias occidentaux face à leurs propres contradictions. Les sources utilisées ne sont pas confidentielles ; elles sont publiques et disponibles, mais soigneusement ignorées par la presse[45]. »

Howard Zinn, historien américain de l'université de Boston, auteur du best-seller A People’s History of the United State, souligne que « Salim Lamrani est un trésor d’information factuelle »[46].

Pour Wayne Smith, ancien ambassadeur de États-Unis à Cuba sous l’administration de Jimmy Carter, l’ouvrage de Salim Lamrani État de siège : les sanctions économiques des États-Unis contre Cuba est « une excellente synthèse des sanctions économiques américaines contre Cuba, la manière dont elles ont été imposées durant plus d’un demi-siècle et les dommages qu’elles causent au peuple cubain »[46].

Paul Estrade, professeur émérite de l'université Paris-VIII, spécialiste de Cuba, note que « Ce livre présente une réalité méconnue, tergiversée, voire sciemment occultée, tue en tout cas par les médias chargés de sélectionner et de décrypter l'information. Ces médias dominants, multiples mais univoques, dissimulent au sujet de Cuba une réalité que s’emploie à restituer ici Salim Lamrani. » Il souligne que « l'auteur accumule des faits précis, datés, établis, et reproduit tout un éventail d’opinions autorisées. Mesuré dans le ton, sobre dans le propos, il est prolixe dans la démonstration »[47].

Selon Le Monde diplomatique, l'ouvrage de Salim Lamrani Cuba, les médias face au défi de l'impartialité est « un travail d’analyse du traitement médiatique de la réalité cubaine » qui s'appuie « sur des chiffres d’organismes internationaux (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture [Unesco], Amnesty International, etc.). L’auteur déconstruit, point par point, ce que le quotidien espagnol présente comme une information véridique et contrastée sur Cuba. Le ton, sobre et dépouillé, accroît l’efficacité de la démonstration »[48].

Le Journal du Dimanche considère Salim Lamrani comme étant un « spécialiste reconnu des relations entre Cuba et les États-Unis »[49].

Pierre Rigoulot considère son ouvrage Cuba face à l'Empire comme un « pensum propagandiste », « largement inspiré par les officiels cubains »[50]. Pierre Rigoulot affirme également que « présenter Batista comme une brute sanguinaire, par exemple, fait partie du credo castriste », certifiant que ce dernier « n’avait pas l'âme d’un grand dictateur »[51]. Pour Louis Cornellier, Salim Lamrani « échange une propagande pour une autre et s'emploie parfois à justifier l'injustifiable ». Il précise toutefois la chose suivante : « Une chose, toutefois, est sûre, qu'illustre de façon très convaincante l'essai de Lamrani : la stratégie étasunienne, depuis 45 ans, n'a engendré que des fruits amers »[52].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://crlhoi.univ-reunion.fr/lequipe/salim-lamrani/
  2. LAMRANI, Salim - GRIAHAL
  3. a et b « LAMRANI Salim », CRIMIC (consulté le 31 août 2017)
  4. « Qui sommes-nous? », GRIAHAL,‎ (lire en ligne)
  5. « Revista Latina de Comunicacion Social »
  6. a et b Rudy Reichstadt Conspirationnisme : Un état des lieux Note no 11 - Fondation Jean-Jaurès Observatoire des radicalités politiques - 24 février 2015 [PDF]
  7. a et b Youmni Kezzouf Castrisme et sites conspirationnistes, la trajectoire loin du football de l’interprète de Marcelo Bielsa Le Monde, 17 novembre 2017
  8. (es) Jurados 2013 - Prix Casa de las Américas
  9. Les cinq prisonniers politiques cubains détenus aux États-Unis doivent être immédiatement libérés - Nadine Gordimer, Salim Lamrani, Noam Chomsky, Adolfo Pérez Esquivel et José Saramago ; La République des Lettres, 2006
  10. (en) Chabot College Automotive Student Awarded Scholarship by Local Chapter of Automotive Service Councils of California - Chabot College Press Releases, Chabot-Las Positas, 19 décembre 2006
  11. (en) Thomas Jefferson to host discussion on war on terror - Doug Sherwin, The Daily Transcript, 10 avril 2007
  12. (en) U.S. Intervention in Venezuela and in Latin America - Noam Chomsky, Venezuelanalysis.com, 11 octobre 2006
  13. (en) Ken Livingstone, Latin America Conference, December 2008, London, UK - YouTube [vidéo]
  14. Zinn & Lamrani, Boston, 2007
  15. Marcelo Bielsa et la sélection argentine : un autre regard ; Agoravox.fr, 7 mai 2016
  16. Mais qui est donc l'interprète de Marcelo Bielsa ?
  17. LOSC : la surprenante attitude de Marcelo Bielsa ! novembre 2017
  18. « Le Figaro »
  19. « Raul Castro à Paris : Pourquoi est-il devenu l'ami de la France ? », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  20. « Visite historique de Barack Obama à Cuba », Radio Vatican,‎ (lire en ligne)
  21. « L'Humanité »
  22. « France Info »
  23. « La Croix »
  24. « Le Républicain Lorrain »
  25. « RTVE »
  26. « Tampa Bay Times »
  27. « Voice of America (Afrique) »
  28. « International Journal of Cuban Studies »
  29. « Confluenze »
  30. a et b « Le Monde diplomatique »
  31. « Radio Miami »
  32. Articles de Lamrani publiés sur le site de Michel Chossudovsky.
  33. Articles de Salim Lamrani sur le site de Michel Collon
  34. 192 articles de Lamrani publiés sur le site de réseau Voltaire.
  35. Articles de Lamrani publiés par Rebelion.
  36. Source : interface de recherche du site giannimina-latinoamerica.it.
  37. Source : interface de recherche du site progreso-weekly.com.
  38. Lamrani ZSpace
  39. Salim Lamrani - Huffington Post
  40. (en) Noam Chomsky, « Anarchism, Communism and Revolutions », Truthout,‎ (lire en ligne)
  41. (en) Noam Chomsky, « The Long, Shameful History of American Terrorism », In These Times,‎ (lire en ligne)
  42. Ignacio Ramonet, Fidel Castro, Cuba et les États-Unis, p. 11
  43. « Salim Lamrani, l'interprète maximo de Marcelo Bielsa », L'Equipe,‎ (lire en ligne)
  44. Double Morale. Cuba, l'Union européenne et les droits de l’homme - Le Grand Soir, 7 janvier 2008
  45. Ramon Chao sur Cuba : Ce que les médias ne vous diront jamais - Ramón Chao, Blog Cuba Si Lorraine, 29 octobre 2009
  46. a et b (en) « The Economic War Against Cuba: A Historical and Legal Perspective on the U.S. Blockade », Monthly Review Press (consulté le 31 août 2017)
  47. Salim Lamrani, État de siège: les sanctions économiques des États-Unis contre Cuba, Paris, Éditions Estrella, (ISBN 978-2-9531-2842-0), préface
  48. « Cuba. Les médias face au défi de l'impartialité », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)
  49. « Lille : Marcelo Bielsa, autopsie d'un fiasco », Le Journal du Dimanche,‎ (lire en ligne)
  50. Pierre Rigoulot, Coucher de soleil à La Havane : La Cuba de Castro 1959-2007, Flammarion, , 524 p. (ISBN 978-2-0812-3374-4, lire en ligne), notes
  51. Pierre Rigoulot, Coucher de soleil à La Havane : La Cuba de Castro 1959-2007, Flammarion, , 524 p. (ISBN 978-2-0812-3374-4), p. 22-24
  52. Louis Cornellier Essai - Pitié pour Cuba Le Devoir, 6 août 2005