Saint-Jean-aux-Bois (Ardennes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Jean-aux-Bois
Saint-Jean-aux-Bois (Ardennes)
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Rethel
Intercommunalité Communauté de communes des crêtes préardennaises
Maire
Mandat
Guy Bertrand
2020-2026
Code postal 08220
Code commune 08382
Démographie
Population
municipale
102 hab. (2018 en diminution de 25,55 % par rapport à 2013)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 43′ 33″ nord, 4° 18′ 27″ est
Superficie 8,9 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Charleville-Mézières
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Signy-l'Abbaye
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Saint-Jean-aux-Bois
Géolocalisation sur la carte : Ardennes
Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Saint-Jean-aux-Bois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-aux-Bois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-aux-Bois

Saint-Jean-aux-Bois est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Jean-aux-Bois
Le Frety La Férée Liart
Saint-Jean-aux-Bois Maranwez
Rocquigny La Romagne Montmeillant

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est limitée au sud-est par la Malacquise, affluent gauche de Serre, c'est-à-dire un sous-affluent de la Seine par l'Oise.

Plusieurs ruisseaux qui s'y jettent traversent la commune, dont le ruisseau des Hauts-Prés.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-aux-Bois est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Charleville-Mézières, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 132 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (90,4 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (90,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (85,4 %), forêts (6,3 %), zones agricoles hétérogènes (4,8 %), zones urbanisées (3,3 %), terres arables (0,2 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Libre-Bois[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a été desservie de décembre 1885 à 1953 par la gare de Montmeillant - Saint-Jean, sur la ligne d'Hirson à Amagne - Lucquy.

Première Guerre mondiale

Le , les troupes françaises libèrent la commune, c'est la liesse générale. Le 31e régiment d'infanterie s'installe dans le village et ses alentours. Il y restera jusqu'au travaillant à la réfection des routes et à la reconstruction du pays. L'école rouvrira le [réf. nécessaire]

Entre deux guerres

Le , au cours de manœuvres militaires organisées dans le secteur de Rethel, le ciel de Saint-Jean-aux-Bois fut le théâtre d'un tragique accident aérien qui causa la mort des passagers de deux bombardiers Bloch MB.200 entrés en collision dans les nuages à 250 kilomètres à l'heure ; les appareils appartenaient à la 21e escadre de bombardement stationnée sur la base aérienne 121 Nancy-Essey. L'accident causa la mort des dix membres d'équipage (pilotes, navigateurs, radios et mécaniciens)[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Rethel du département des Ardennes. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1958 de la première circonscription des Ardennes.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Chaumont-Porcien[8]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle est désormais intégrée au canton de Signy-l'Abbaye.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes des crêtes préardennaises, créée fin 1995.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Michel Delvaux    
mars 2008 En cours
(au 28 mai 2020)
Guy Bertrand   Technicien à la Poste
Réélu pour le mandat 2014-2020 et 2020-2026[10]

La commune a fait réaménager et a rendue accessible en 2018 la mairie, qui comprend désormais une salle de réunion et mariage, un bureau secrétariat, le bureau du maire et les archives et sanitaires dans l’aile gauche, une salle multi-activités et un meublé de tourisme à l’étage[11]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[13].

En 2018, la commune comptait 102 habitants[Note 3], en diminution de 25,55 % par rapport à 2013 (Ardennes : −3,23 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
560594685778831866860833788
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
700698643632635534516461475
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
401380381330330293277267246
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017 2018
201161139138141141139107102
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La halle de Saint-Jean-aux-Bois, construite en 1752 à la suite du développement des foires et des marchés, a conservé la plupart de ses dispositions d'origine et comprend 32 piliers[15]. La halle a été restaurée en 2014[16].
  • Belle église du XIXe siècle de style néo-gothique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Capitaine Norbert Girard, commandant l’escadrille ; adjudant-chef Doffin, pilote ; sous-lieutenant Cade, observateur ; sergent Ducret, radio ; sergent Lamy, mécanicien ; adjudant-chef Pilleux, chef de bord ; sergent Aubian, pilote ; sergent Porteret, 2ème pilote ; sergent Cailleux, radio ; adjudant Maupin, mécanicien, victimes du crash aérien du [9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 18 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 18 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. a et b « La catastrophe du 5 septembre 1935 », Centre de documentation et de recherches historiques de la Base aérienne 133 de Nancy-Ochey (consulté le 23 avril 2018).
  10. « Les premiers élus en place », La Thiérache, no 2575,‎ , p. 26 (ISSN 0183-8415)
  11. « Le maire a reçu les clés de la mairie », La Thiérache, no 2786,‎ , p. 16 (ISSN 0183-8415).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. « La halle », notice no PA00078499, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. « Patrimoine : La Halle de Saint-Jean-aux-Bois restaurée », Aménagement, Conseil départemental des Ardennes, (consulté le 23 avril 2018).