Liart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Liart
Panorama sur les toits de l'église et de l'hôtel-de-ville.
Panorama sur les toits de l'église et de l'hôtel-de-ville.
Blason de Liart
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Charleville-Mézières
Canton Signy-l'Abbaye
Intercommunalité Communauté de communes Ardennes Thiérache
Maire
Mandat
Frédéric Delamarre
2014-2020
Code postal 08290
Code commune 08254
Démographie
Population
municipale
584 hab. (2015 en augmentation de 8,75 % par rapport à 2010)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 46′ 15″ nord, 4° 20′ 32″ est
Superficie 13,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Liart

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Liart

Liart est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 en cours
(au 3 avril 2014)
Fréderic Delamarre   Réélu pour le mandat 2014-2020[1]

Liart a adhéré à la charte du parc naturel régional des Ardennes, à sa création en décembre 2011[2].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2015, la commune comptait 584 habitants[Note 1], en augmentation de 8,75 % par rapport à 2010 (Ardennes (département) : -1,94 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
517 541 552 553 553 560 552 570 592
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
571 565 567 560 630 687 680 721 751
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
722 806 809 794 721 628 690 668 627
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2015 -
582 595 587 521 535 537 548 584 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom du village est mentionné dès le début du XIe siècle, celui de la paroisse au XIIe.

Nicolas II, seigneur de Rumigny, revient habiter l’antique castel de sa famille contrairement à ses ancêtres qui résidaient habituellement à Florennes (Belgique). Un de ses premiers soins est de rendre au prieuré Saint-Pierre de Rumigny, dont il  est l’avoué ou protecteur, sa splendeur primitive. Avec Gui, abbé de Saint-Nicaise à Reims, il construit à fonds communs les villages de Liart et de Bay sur les terres de ce prieuré. Suivant l’accord conclu en 1100, le prieuré doit jouir de toute la dîme et de tous les cens, avec la moitié des revenus seigneuriaux, l’autre moitié revenant au seigneur de Rumigny.

Ajoutons que ce Nicolas II de Rumigny, prit part à la 2e  croisade et qu’il a été inhumé dans l’abbaye de Bonnefontaine qu’il avait fondée en 1152 à son retour de Terre Sainte. [7]

Vitrail central du chœur de l'église évoquant la légende.

Une statue de la Vierge (abritée à l'origine dans un oratoire à « Notre-Dame-du-Lierre » (d'où proviendrait le nom de la commune), enlacée de lierre et trouvée par hasard dans les bois, serait à l'origine du village. Quelques cas d'apparitions mariales ont d'ailleurs été signalés à Liart au milieu du XIXe siècle, jamais explicitement reconnues par l'église.

Le château du village fut détruit à la fin du XVIe par les Calvinistes.

Liart devint chef-lieu de canton en 1800.

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Collège multisite de Signy-le-Petit Liart

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Liart (Ardennes).svg

Les armoiries de Liart se blasonnent ainsi :
Coupé d’un et parti de trois :au 1) fascé d’argent et de gueules de huit pièces, au 2) d’azur semé de fleurs de lys d’or brisé en chef d’un lambel de gueules, au 3) d’argent à la croix potencée soudée cantonnée de quatre croisettes du même, au 4) d’or aux quatre pals de gueules, au 5) d’azur semé de fleurs de lys d’or à la bordure cousue de gueules, au 6) d’azur au lion contourné d’or à la queue fourchue, armé, lampassé et couronné de gueules, au 7) d’or au lion de sable armé et lampassé de gueules, au 8) d’azur semé de croisettes recroisetées au pied fiché d’or aux deux bars adossés du même brochant sur le tout ; sur le tout d’or à la bande de gueules chargée de trois alérions d’argent ; au lambel de gueules brochant en chef sur le tout.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le buste de Charles Goutant surmonte le monument érigé à sa mémoire.
  • Jules Desplous[9] : né le 26 septembre 1852 à Liart, mort à Paris le 30 avril 1919 Docteur en médecine, maire de Rimogne (1899-1905 et 1908-1912), il fut conseiller général des Ardennes.
  • Famille Dupin : notaires royaux de père en fils : Pierre Dupin (vers 1635-vers 1703), Pierre Dupin (1677-1756), Jean Dupin (1714-1784) et Pierre-Marie Dupin (1764-1816), dernier notaire connu de cette famille à Liart.
  • Charles Goutant, né à Liart en 1847 et mort à Sedan en 1906, président du Conseil général des Ardennes de 1901 à 1904 et sénateur de 1898 à 1906.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Un second mandat de maire pour Frédéric Delamarre », Le Courrier La Gazette, no 2339,‎ , p. 34 (ISSN 0183-8415)
  2. Création du PNR des Ardennes
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. Chanoine C-G. Roland, Histoire généalogique de la Maison de Rumigny-Florennes, Annales de la Sté Arch. de Namur, tome 19, 1891. Réédition de 1982, p. 125-126.
  8. Notice no PA00078458, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Biographie du docteur Desplous


Liens externes[modifier | modifier le code]