Saillans (Gironde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saillans.
Saillans
Le château de Carles (sept. 2014)
Le château de Carles (sept. 2014)
Blason de Saillans
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Libourne
Canton Le Libournais-Fronsadais
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Fronsac
Maire
Mandat
Martine Tillet-Faurié
2014-2020
Code postal 33141
Code commune 33364
Démographie
Gentilé Saillanais
Population
municipale
386 hab. (2014 en augmentation de 0,26 % par rapport à 2009)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 57′ 42″ nord, 0° 16′ 29″ ouest
Altitude Min. 2 m
Max. 80 m
Superficie 6,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Saillans

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Saillans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saillans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saillans
Liens
Site web www.mairiedesaillans.com

Saillans est une commune du sud-ouest de la France située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située sur l'Isle près de Libourne et de Galgon dans la grande périphérie de Bordeaux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont Galgon au nord, Les Billaux à l'est, Libourne au sud-est, Fronsac au sud, Saint-Aignan au sud-ouest et Villegouge à l'ouest.

Communes limitrophes de Saillans
Galgon
Villegouge Saillans Les Billaux
Saint-Aignan Fronsac Libourne

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune a la même origine que le mot français saillant qui désigne une « saillie », un lieu en « hauteur »[1].

Ses habitants sont appelés les Saillanais[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le lieu abrite, en 1398, l’église Sanctus Severinus de Selhans qui est totalement détruite en 1672[1].

À la Révolution, la paroisse Saint-Seurin de Saillans forme la commune de Saillans[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
       
  1854 Jean Baptiste Crabit    
1854 1865 Jean Adrien Puchaud    
1865 1885 Alphonse Crabit    
1886 1887 Louis Landreau    
1888 1905 Jean Dehaut    
1905 1907 Vincent Jean Olier    
1987 1919 Edmond Olier    
1919 1965 Rémy Barraud    
1965 1977 Roger Arnaudin    
1977 1989 Michel Rullier    
1989 2008 Jean Tillet    
mars 2008 en cours Martine Tillet-Faurie SE Fonctionnaire

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France Saillans, département de la Drôme (France) depuis le [5].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7].

En 2014, la commune comptait 386 habitants[Note 1], en augmentation de 0,26 % par rapport à 2009 (Gironde : +6,37 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
485 480 513 456 460 476 436 469 444
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
421 461 468 456 430 423 465 418 400
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
439 424 408 398 372 349 403 372 373
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
370 390 348 422 407 362 403 375 386
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Productions viticoles en appellations fronsac et bordeaux-supérieur.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La nef
  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg L'église Saint-Seurin, qui date du XIVe siècle est inscrite[10] à l’inventaire des Monuments historiques depuis 1925.
L’église Saint-Seurin était, à l’origine une chapelle à patronage laïque dont on ne connait pas la date de construction, cédée par le seigneur Arnaud de Carle lorsque l’ancienne église, située près du port de Saillans, est tombée en ruine.
Rebâtie au XVIIe siècle, l’église actuelle a conservé un portail à voussures datant du XIVe siècle.
Extérieur : La partie basse de la façade est romane. Le portail a quatre voussures an arc brisé qui sont supportées par un jeu de minces colonnettes moulurées à la base et au sommet.
Le portail est encadré par deux petits contreforts à talus où sont incrustées des plaques à décor gothique. Le tout est dominé par une corniche moulurée.
La partie supérieure de la façade, datant du XVIIe siècle, présente un haut mur surmonté de deux baies à cloches qui encadre un mouvement de lignes courbes sur les côtés et le sommet.
Mur Sud : Retour du contrefort et de la corniche, deux petits contreforts plats entre trois baies romanes sans ornement.
Mur Nord : Mur rond des fonts baptismaux, avec deux baies simples encadrant un petit contrefort.
L’Abside : Énorme contrefort à large base moulurée, deux baies simples et trois contreforts inégaux et une sacristie.
Intérieur
Porche : Plafond plat plâtré, avec un arc en plein cintre sur piliers soutenant la tribune.
Nef : voûte, de faux joints, limité par une corniche, ouvrant sur le bas côté par trois arcs en plein cintre, les deux derniers arcs étant très grands.
Fonts baptismaux en cul de four sur corniche, ouverture très soignée avec un arc brisé orné de rectangles sculptés et montés sur colonnes et encadrés de pilastres. Retable de l’autel du bas côté en bois et plâtre dorés.
Chœur : l’arc triomphal en plein cintre sur piliers surmonte un arc brisé mal ajusté qui retombe sur des colonnes aux chapiteaux feuillus prolongés pas une corniche tout autour du chœur.
Les vitraux
Les vitraux sont l’œuvre de Dagrant et de Lieuzere, maîtres-verriers bordelais, et datent de la deuxième moitié du XIXe siècle. Les représentations sont :
Le sanctuaire : le Sacré-Coeur et saint Seurin ;
La nef : saint Benoît Larbre, le mendiant de Dieu ; le curé d'Ars et Jeanne d'Arc en guerrière  ;
Le bas-côté nord : Notre-Dame de La Salette et Sainte Jeanne d'Arc, bergère.
Mobilier
  • Bénitiers de pierre sculptée. Il porte une tête de mort.
  • Chair à prêcher, à figures sculptées.
  • Un confessionnal traditionnel.
  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svgVierge à l’Enfant
La statue, en albâtre, vient d'Angleterre et date du XVe siècle. Elle est classée[11] à titre d'objet au Monuments historiques depuis 1951. Très probablement la statue était dans la première église de Saillans se situant près du port. Avec la destruction de cette église la statue se trouvait alors dans les jardins du presbytère. Assez dégradée, cette sculpture a fait l’objet d’une restauration. Elle est ensuite placée dans l’église.
Cette Vierge à l’enfant trouve ici une belle incarnation polychromique. Elle repose sur un socle en pierre décoré d’une croix grecque.
Marie tient de sa main droite le Christ tandis que, de sa main gauche, elle tient une rose, fleur royale et emblème de la vierge Marie. Il s’agit de son attribut selon l’iconographie religieuse traditionnelle.
  • Château Barbey et château Labory, famille Trocard depuis 1628.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saillans

Les armes de Saillans blasonnent ainsi :

De sinople à une croix hosannière d'or soutenue d'une rivière ondée d'argent mouvant de la pointe, mantelée d'azur, accostée de deux grappes de raisin de gueules tigées et vrillées de sable, celle de dextre posée en bande et celle de senestre posée en barre, et surmontée de la façade de l'église du lieu d'or maçonnée de sable, ouverte et ajourée du champ.[5]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Saillans sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 25 novembre 2014.
  2. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr.
  3. Historique des communes, p. 45, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 26 novembre 2014.
  4. Les maires de Saillans sur le site de la commune.
  5. a et b Le jumelage sur le site de la commune, avec photo des blasons.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  10. « Fiche d'inscription de l'église Saint-Seurin », notice no PA00083709, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Fiche de classement de la Vierge à l'Enfant », notice no PM33000659, base Palissy, ministère français de la Culture
  12. « Classement MH de la croix de cimetière », notice no PA00083708, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Inscription MH du château de Carles », notice no PA00083904, base Mérimée, ministère français de la Culture