Villegouge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Villegouge
L'église Saint-Pierre.
L'église Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Libourne
Canton Le Libournais-Fronsadais
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Fronsac
Maire
Mandat
Jeanine Medes
2014-2020
Code postal 33141
Code commune 33548
Démographie
Population
municipale
1 262 hab. (2015 en augmentation de 2,02 % par rapport à 2010)
Densité 91 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 58′ 05″ nord, 0° 18′ 23″ ouest
Altitude Min. 11 m
Max. 81 m
Superficie 13,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Villegouge

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Villegouge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villegouge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villegouge

Villegouge est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Villegouge[1]
Vérac Galgon
Tarnès Villegouge[1] Saillans
Lugon-et-l'Île-du-Carnay Saint-Germain-de-la-Rivière Saint-Aignan

Géologie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur un plateau d’altitude moyenne qui s’élève vers le sud. Le ruisseau de la Moulinasse et un de ses affluents de rive gauche s’y fraient un passage (bassin de l'Isle). Au point de vue géologique, Villegouge se situe à la limite entre deux types d’affleurements qui partagent grossièrement la commune : au nord du bourg : les sables du Périgord ; au sud, le calcaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine du nom: wisigothique ? ou plus exactement médiévale ; son nom à l’époque s’orthographiait : Villagosia. Il signifie sans doute ville des Goths, gardant le souvenir de l’époque Wisigothique.

Les hommes du néolithique ont trouvé sur le tertre de Thouil le meilleur des sites pour y fixer leur camp ; l’emplacement de leurs cabanes, des débris de cuisine et autres tessons de céramiques nous renseignent avec exactitude sur leur vie. Le tertre est pratiquement toujours occupé aux différentes périodes ; à l’époque gallo-romaine toutefois, les vestiges archéologiques les plus nombreux se trouvent vers Meyney et Canet, car proches de la villa de Saint-Aignan.

Les documents médiévaux tendent à montrer que la commune a beaucoup souffert des dégâts de la guerre de Cent Ans.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Jeanine Medes DVD Retraitée

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2017, le Conseil national des villes et villages fleuris de France a attribué une fleur à la commune au Concours des villes et villages fleuris[2].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2015, la commune comptait 1 262 habitants[Note 1], en augmentation de 2,02 % par rapport à 2010 (Gironde : +6,85 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
881835799855802840798835810
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
810800866863877877775774768
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
870834787751741752753762766
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
7097157739681 1001 1071 1611 2191 260
2015 - - - - - - - -
1 262--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre de Villegouge, c’est une église romane du XIe siècle restaurée en 1880 et 1890. Sa porte du XVe siècle d’aspect roman présente cinq voussures en arc brisé, des courtes colonnes aux chapiteaux énormes. Sa nef a quatre travées dont seules les deux premières à l’est sont de la fin du XIIe siècle. Elle dépendait, jusqu’au XVIe, de l’abbaye de Saint-Sauveur-de-Blaye ; puis elle fut unie au couvent des pères minimes de Bordeaux.
  • Château de Pommiers : Propriété à cheval sur la commune et sur Vérac.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Évariste Dumoulin (1786-1833), journaliste
  • Mlle Belly, fille du percepteur de Villegouge est la première femme diplômée de la faculté de médecine de Bordeaux en 1884[7].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Site des villes et villages fleuris, consulté le 3 décembre 2017.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. « L'Intransigeant » 15 juillet 1884

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.