Minimoog

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Minimoog
Image illustrative de l’article Minimoog
Minimoog
Fabricant Moog
Dates 1970
Caractéristiques
Type analogique
Polyphonie 1 voix
Oscillateur 3 VCO
Filtre 24 dB/oct
Mémoires -
Clavier 44 touches

Le Minimoog est un synthétiseur analogique monophonique, inventé par Bill Hemsath et Robert Moog. Commercialisé en 1970[1], cet instrument fixa plusieurs standards pour les synthétiseurs analogiques au niveau de l'interface de contrôle notamment. On peut en jouer via son clavier intégré, une nouveauté à l'époque. Il a été fabriqué de 1970 à 1981[1],[2].

Ce synthétiseur s'appuie sur la synthèse soustractive : les oscillateurs fournissent des formes d'ondes riches en harmoniques, que le filtre permet d'adoucir.

Le Minimoog fonctionne avec quatre sources de sons : trois oscillateurs (VCO) et un générateur de bruit. Le troisième oscillateur peut être commuté en LFO (oscillateur basse fréquence) et utilisé pour moduler les deux autres oscillateurs ou le filtre. Les sons mélangés via les contrôles de la section mixer passent ensuite par le fameux « filtre Moog » — un VCF passe-bas résonnant à quatre pôles, 24 dB/oct — et un amplificateur (VCA), qui tous deux possèdent leur propre générateur d'enveloppe.

Détail du panneau de contrôle du Minimoog.

Ce synthétiseur reste aujourd'hui encore une référence dans le monde de la musique électronique et ce plus de cinquante ans après sa sortie : une réédition, le Minimoog Voyager, a vu le jour en 2002. Elle reprend l'architecture de l'original, tout en lui ajoutant des fonctionnalités modernes, et sa qualité sonore est voisine de celle du Minomoog.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Le Minimoog a été, et est encore utilisé par de nombreux musiciens, dont :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://moogarchives.com/chrono.htm
  2. Le dernier numéro de série est 13180 ([1]).
  3. admin, « Moog Minimoog », sur vintagesynth.com, (consulté le ).
  4. http://italic.ch/article/anthony-cedric-vuagniaux-tony-snake-un-seul-et-meme-bonhomme