Robin Cook (écrivain britannique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Robin Cook.
Robin Cook
Nom de naissance Robert William Arthur Cook
Alias
Derek Raymond
Naissance
Londres, Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Décès (à 63 ans)
Londres, Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Activité principale
Distinctions
Trophées 813 1986 et 1995
Prix Mystère de la critique, meilleur roman étranger 1984 et 1995
Auteur
Langue d’écriture Anglais britannique
Genres

Œuvres principales

Robert William Arthur Cook dit Robin Cook, né le à Londres et mort dans la même ville le [1] est un écrivain britannique, auteur de roman noir.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de bonne famille (un magnat du textile), Robin Cook passe sa petite enfance à Londres, puis dans le Kent où la famille s'est retirée en 1937 dans la crainte de la guerre. Après un bref passage au Collège d'Eton, il fait son service militaire, puis travaille quelque temps dans l'entreprise familiale, comme vendeur de lingerie.

Il passe les années 1950 successivement :

En 1960, il rentre à Londres, où il accepte d'être un prête-nom pour Charlie Da Silva, un proche collaborateur des jumeaux Kray. Interrogé par la police néerlandaise à propos d'une escroquerie d'assurances liée au vol supposé d'une toile de Rembrandt, il prétend avoir définitivement renoncé à son passé de criminel en faveur d'une nouvelle vie d'écrivain. Signée Robin Cook, son premier roman, intitulé Crème anglaise (The Crust on its Uppers, 1962), le récit sans concessions d'une descente aux enfers délibérée d'un homme dans le milieu des truands londoniens, obtient à sa publication un succès de scandale immédiat. Suivront des romans de plus en plus noirs et d'un réalisme sordide quasi documentaire, notamment Comment vivent les morts (How The Dead Live, 1986) ; Cauchemar dans la rue (Nightmare In The Street, 1988) ; J'étais Dora Suarez (I Was Dora Suarez, 1990) et Quand se lève le brouillard rouge (Not Till the Red Fog Rises, 1994)

À cause de l'écrivain de polars médicaux Robin Cook, il doit adopter le pseudonyme de Derek Raymond pour le marché anglo-saxon. En France, il continue d'être édité sous son vrai nom, ce qui cause quelque confusion avec son homonyme.

Après avoir bourlingué de par le monde et avoir exercé toute sorte de petits boulots[2], il est décédé à son domicile à Kensal Green, dans le nord-ouest de Londres, le .

Son autobiographie, The Hidden Files, publiée en 1992, est parue en français sous le titre Mémoire vive (1993).

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Série Factory[modifier | modifier le code]

  • He Died With His Eyes Open (Secker & Warburg, 1984) - Prix Mystère de la critique, meilleur roman étranger 1984
    Publié en français sous le titre On ne meurt que deux fois, traduit par Jean-Bernard Piat, Paris, Gallimard, coll. « Série noire » no 1919, 1983 (ISBN 2-07-048919-1) ; réédité dans la même traduction, mais en raison d'un problème de copyright sous le titre modifié Il est mort les yeux ouverts, Paris, Gallimard, coll. « Folio » no 2078, 1989 (ISBN 2-07-038166-8) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio policier » no 95, 1999 (ISBN 2-07-040835-3)
  • The Devil's Home On Leave (Secker & Warburg, 1984)
    Publié en français sous le titre Les mois d'avril sont meurtriers, traduit par Jean-Bernard Piat, Paris, Gallimard, coll. « Série noire » no 1967, 1984 (ISBN 2-07-048967-1) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio » no 2707, 1985 (ISBN 2-07-039322-4) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio policier » no 130, 2000 (ISBN 2-07-041035-8) ; réédition avec une présentation de Nathalie Kuperman, Paris, Gallimard, coll. « Folio policier » no 130, 2015 (ISBN 978-2-070-46422-7)
  • How The Dead Live (Secker & Warburg, 1986) - Trophée 813 du meilleur roman 1986
    Publié en français sous le titre Comment vivent les morts, traduit par Jean-Bernard Piat, Paris, Gallimard, coll. « Série noire » no 2049, 1986 (ISBN 978-2-07-049049-3) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio policier » no 292, 2003 (ISBN 2-07-042742-0)
  • I Was Dora Suarez (1990) - Trophée 813 de la meilleure traduction 1990
    Publié en français sous le titre J'étais Dora Suarez, traduit par Jean-Paul Gratias, Paris, Rivages, coll. « Rivages/Thriller », 1990 (ISBN 2-86930-335-1) ; réédition, Paris, Rivages, coll. « Rivages/Noir » no 116, 1991 (ISBN 2-86930-476-5) ; réimpression 2016 (ISBN 978-2-7436-3622-7)
  • Dead Man Upright (1993) Le Mort à vif, traduit par Jean-Paul Gratias, Paris, Rivages, coll. « Rivages/Thriller », 1993 (ISBN 2-86930-695-4) ; réédition, Paris, Rivages, coll. « Rivages/Noir » no 241, 1996 (ISBN 978-2-7436-0055-6)

Autres romans[modifier | modifier le code]

  • The Crust On Its Uppers (New Authors Ltd, 1962)
    Publié en français sous le titre Crème anglaise, traduit par France-Marie Watkins et Marcel Duhamel, Paris, Gallimard, coll. « Série noire » no 1042, 1966 (ISBN 978-2-07-049547-4) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Carré noir » no 443, 1982 (ISBN 2-07-043443-5)
  • Bombe Surprise (Hutchinson, 1963)
    Publié en français sous le titre Bombe surprise, traduit par Jean Esch, Paris, Joelle Losfeld, 1993 (ISBN 2-909906-09-4) ; réédition, Paris, Rivages, coll. « Rivages/Noir » no 260, 1996 (ISBN 2-7436-0153-1)
  • The Legacy of the Stiff Upper Lip (Hutchinson, 1966)
    Publié en français sous le titre Un écart de conduite, traduit par Jean-Paul Gratias, Paris, Payot & Rivages, 2012 (ISBN 978-2-7436-2363-0) ; réédition, Paris, Rivages, coll. « Rivages/Noir » no 1014, 2016 (ISBN 978-2-7436-3630-2)
  • Public Parts And Private Places (Hutchinson, 1967)
    Publié en français sous le titre Vices privés, vertus publiques traduit par Jean-Paul Gratias, Paris, Terrain Vague, coll. « Bibliothèque de l'insolite », 1990 (ISBN 2-85208-126-1) ; réédition, Paris, Rivages, coll. « Rivages/Noir » no 166, 1993 (ISBN 2-86930-696-2)
  • A State Of Denmark (Hutchinson, 1970)
    Publié en français sous le titre Quelque chose de pourri au royaume d'Angleterre, traduit par Jean-Paul Gratias, Paris, Payot & Rivages, coll. « Écrits noirs », 2003 (ISBN 2-7436-1071-9) ; réédition, Paris, Payot & Rivages, coll. « Rivages/Noir » no 574, 2005 (ISBN 2-7436-1442-0)
  • The Tenants Of Dirt Street (MacGibbon & Kee, 1971)
    Publié en français sous le titre La Rue obscène, traduit par Jean-Paul Gratias, Paris, Rivages, coll. « Rivages/Noir » no 200, 1994 (ISBN 2-86930-842-6)
  • Sick Transit (1982)
    Le texte original anglais est resté inédit et est publié uniquement en français sous le titre Le Soleil qui s'éteint, traduit par Rosine Fitzgerald, Paris, Gallimard, coll. « Série noire » no 1902, 1982 ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio » no 2467, 1993 (ISBN 2-07-038722-4) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio policier » no 58, 2000 (ISBN 2-07-040805-1)
  • Nightmare In The Street (1988)
    Publié en français sous le titre Cauchemar dans la rue, traduit par Jean-Paul Gratias, Rivages, coll. « Rivages/Thriller », 1988 (ISBN 2-86930-134-0) ; réédition, Paris, Rivages, coll. « Rivages/Noir » no 64, 1989 (ISBN 2-86930-221-5) ; adaptation en bande dessinée sous le même titre par David Sala, Paris, Casterman/Payot & Rivages, coll. « Rivages-Casterman-Noir », 2013 (ISBN 978-2-203-04641-2)
  • Not Till the Red Fog Rises (1994) - Prix Mystère de la critique, meilleur roman étranger 1995 - Trophée 813 du meilleur roman étranger 1995
    Publié en français sous le titre Quand se lève le brouillard rouge, traduit par Jean-Paul Gratias, Paris, Rivages, coll. « Rivages/Thriller », 1994 (ISBN 2-86930-833-7) ; réédition, Paris, Rivages, coll. « Rivages/Noir » no 231, 1995 (ISBN 978-2-86930-998-2)

Autobiographie[modifier | modifier le code]

  • The Hide Files (1992)
    Publié en français sous le titre Mémoire vive, traduit par Jean Esch, Paris, Rivages, coll. « Écrits noirs », 1993 (ISBN 2-86930-694-6) ; réédition, Paris, Rivages, coll. « Rivages/Noir » no 374, 2000 (ISBN 2-7436-0710-6)

Discographie[modifier | modifier le code]

Dans un disque 33 tours intitulé Dora Suarez (Clawfist, 1993), Robin Cook lit des extraits du roman éponyme sur une musique de James Johnston et Terry Edwards (du groupe Gallon Drunk).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

  • 1991 : Passages au noir, film documentaire français réalisé par Agnès Bert (La Huit Production), documentaire dans lequel la cinéaste filme trois jours d'entretiens et de vie avec Robin Cook dans sa maison de l'Aveyron après la douloureuse expérience qu'il traversa en écrivant J'étais Dora Suarez.

Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Derek Raymond », sur Serpent's Tail (consulté le 14 novembre 2017)
  2. Mémoire vive, autobiographie parue chez Rivages, 1993)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir études dans la revue 813 no 100 (2007)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :