Robert Coulondre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Robert Coulondre
Bundesarchiv Bild 183-E01278, Berlin, Grüne Woche, Darré, Himmler, Helldorf, Coulondre.jpg

Heinrich Himmler, Richard Walther Darré, Wolf Heinrich von Graf Helldorff, Robert Coulondre.

Fonctions
Ambassadeur de France en Suisse
-
Charles Alphand (d)
Ambassadeur de France en Allemagne
-
-
Ambassadeur de France en Union soviétique (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père

Robert Coulondre, né le 11 septembre 1885 à Nîmes et mort le 6 mars 1959 à Paris est un diplomate français. Fils de l'homme politique Gaston Coulondre, il est ambassadeur de France en Union soviétique entre 1936 et 1938, en Allemagne de 1938 à 1939, où il est chargé de transmettre la déclaration de guerre française, et en Suisse en 1940. Il est enterré au cimetière du Rayol-Canadel-sur-Mer.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il passe une licence de droit et apprend la langue chinoise avant d'intégrer le Quai d'Orsay. Devenu ambassadeur à Moscou, il essaie en vain, avec le colonel Auguste Antoine Palasse, attaché militaire, de faire passer le message qu'un rapprochement entre l'Allemagne et l'Union soviétique est fort possible en cas de poursuite d'une politique « d'apaisement »[1].

Il est nommé ambassadeur à Berlin en 1938, après les Accords de Munich, en remplacement d'André François-Poncet, nommé à Rome pour perturber l'alliance germano-italienne. Sur demande de Édouard Daladier, il remet un ultimatum à Joachim von Ribbentrop, ministre des affaires étrangères du Reich, le 1er septembre 1939, quand Adolf Hitler attaque la Pologne. Entre mai et octobre 1940, il est ambassadeur à Berne.

Il laisse un témoignage de ses ambassades à Moscou et Berlin : De Staline à Hitler : souvenirs de deux ambassades : 1936-1939.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J. Bouvier, J. Gacon, La vérité sur 1939, Éditions sociales, 1953, p. 142

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick Cabanel, « Auguste Jean Robert Coulondre », in Patrick Cabanel et André Encrevé (dir.), Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1 : A-C, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2015, p. 761-762 (ISBN 978-2846211901)
  • (en) Franklin L. Ford et Carl E. Schorske, « The Voice in the Wilderness: Robert Coulondre », in Gordon A. Craig und Felix Gilbert (dir.), The Diplomats, 1919-1939., Princeton University Press, Princeton, rééd. 1994, p. 555-578 (ISBN 0-69103-660-8)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]