Ramales de la Victoria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ramales de la Victoria
Blason de Ramales de la Victoria
Héraldique
Drapeau de Ramales de la Victoria
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Drapeau de la Cantabrie Cantabrie
Province Drapeau de la Cantabrie Cantabrie
Code postal 39800
Démographie
Population 2 877 hab.[1] ()
Densité 84 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 15′ 29″ nord, 3° 27′ 55″ ouest
Altitude 89 m
Superficie 3 440 ha = 34,4 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Cantabrie
Voir sur la carte administrative de Cantabrie
City locator 14.svg
Ramales de la Victoria
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Voir sur la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Ramales de la Victoria
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Voir sur la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Ramales de la Victoria
Liens
Site web http://aytoramales.org

Ramales de la Victoria est une ville espagnole située dans la communauté autonome de Cantabrie. Le maire de la ville est José Domingo Diego San Emeterio[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le territoire qui appartient maintenant à la municipalité de Ramales de la Victoria a livré de nombreuses traces de présence humaine datant de diverses époques préhistoriques. Il compte 28 sites archéologiques répartis dans trois secteurs[3] :

  1. Les banques d'Assos et les vallées de ses affluents ;
  2. Le fleuve et son affluent Gandara Calera ;
  3. La rivière Carranza.
Grotte de Covalanas (es)

La grotte de Covalanas (es) (en espagnol : cueva de Covalanas) est un creux dans la roche de la montagne de Haza situé sur les pentes du mont Pando, qui servait de refuge ou de temple paléolithique. Elle a été découverte en 1903 par le maire de l'époque. Les peintures sont à environ 65 m de l'entrée, et ont entre 16 000 et 23 000 ans. Elles représentent des animaux, des lignes fluides ou encore des séries de points. Depuis 1924, la grotte a été déclarée Monument artistique architectural.

Grotte de Cullalvera

La grotte ornée de Cullalvera (en espagnol : Cueva de la Cullalvera), au pied du Mont Pando près de la ville, abrite des peintures préhistoriques.

Grotte de El Mirón (es) et sa Dame rouge (en)

Découverte en 1903, la cueva de El Mirón est à quelques mètres de celle de Covalanas, entourée par les montagnes et le mont Pando. Elle a livré la première inhumation d'humain du Magdalénien trouvée en Espagne, datée de 16 600 ans AP[4], surnommée la « dame rouge de El Mirón (es) » pour la coloration des os avec de l'ocre rouge[5]. La tombe a été ornée de fleurs jaunes[6]. Cette grande femme robuste est rattachée à la culture du Magdalénien[7].

La couche de ce site contenant ses plus anciennes céramiques et ses plus anciens vestiges d'animaux domestiques a livré des grains d'amidonnier datés de 5 550 ± 40 AP (des couches moins anciennes ont quant à elles livré aussi d'autres sortes de blé dont de l'engrain)[8]. C'est le plus ancien vestige connu (en 2005) de plante domestiquée dans cette région[9].

Des fossiles de saumon y ont aussi été trouvés.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Des vestiges romains de routes et de ponts ont également été trouvés dans la ville voisine : ce territoire, habité dans l'Antiquité, est un emplacement stratégique entre les régions de la côte et l'intérieur des terres.

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

L'origine de cette ville remonte à environ l'an 1000[10].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

L'histoire de la ville est centrée sur la figure de Baldomero Espartero, le général légendaire libéral qui a battu au printemps de 1839 l'armée carliste du général Maroto, dans la célèbre bataille qui a commencé début avril. En commémoration de ces événements, la ville est devenue la Ville de la Victoire[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Société[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Voici la répartition de la population de Ramales de la Victoria et de la province de Cantabrie sur les secteurs économiques[11] :

Ramales de la Victoria Cantabrie
Secteur primaire 8.7 6.0
Travaux 17.6 13.5
Industrie 16.0 18.9
Tertiaire 57.7 61.6
Taux d'activité 48.9 52.5
Taux de chômage 12.1 14.2

L'économie de la ville est dû au tourisme des différents patrimoines, dont surtout ses grottes[11].

Culture[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine archéologique[modifier | modifier le code]

Avec 28 sites archéologiques, la municipalité possède un riche patrimoine archéologique ; ses grottes préhistoriques sont parmi les plus précieuses de la Cantabrie et les plus importantes d'Espagne[3] ; certaines sont ornées. Ces sites sont répartis dans trois secteurs[3] :

  1. Les banques d'Assos et les vallées de ses affluents ;
  2. Le fleuve et son affluent Gandara Calera ;
  3. La rivière Carranza.

Les grottes ornées incluent la grotte de Cullalvera (cueva de la Cullalvera), à proximité de la ville et d'accès facile et agréable ; la grotte de Covalanas (es), déclarée Monument artistique architectural en 1924 ; la grotte de El Mirón (es) (cueva de El Mirón) avec sa « dame rouge de El Mirón (es) ».

La richesse de ce patrimoine a été protégée juridiquement[3].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Ramales de la Victoria compte trois églises paroissiales et deux chapelles[12].

  • L'église paroissiale Saint-Pierre (en espagnol : Iglesia parroquial de San Pedro) est une église possédant une croix latine. Elle possède une petite chapelle[13]. L'église date de 1720. Elle est couverte par une voûte. Les parties les plus anciennes de l'église sont les piliers et la voûte, et le reste de l'église a été construit à partir de 1610. En 1863, l'édifice a été délabré par suite de la guerre civile et on entreprit alors la création d'une structure classique avec une concession de style baroque, pour décorer l'extérieur du bâtiment.
  • L'église paroissiale de Saint-Emeterio et de Saint-Celedonio (en espagnol : Iglesia parroquial de San Emeterio y San Celedonio) est une église situé dans Gibaja. Elle a été construite à la fin du XVe ou au début de XVIe siècle, puis a été reconstruite au début du XVIIe siècle, modifiant sa structure originale. L'église possède une nef.
  • L'église paroissiale de Notre-Dame de Guardamino (en espagnol : Iglesia parroquial de Nuestra Señora de Guardamino) a été construite à la suite de la réforme de 1640. Le retable date du XIXe siècle, du style néoclassique.
  • La chapelle de Saint-Salvador (en espagnol : Ermita de San Salvador) est situé dans le quartier Pondra. Elle a été construite avec aucun intérêt artistique, pour conserver une image gothique de la Vierge à l'Enfant du XIVe ou XVe siècle.
  • La chapelle de Saint-Juan (en espagnol : Ermita de San Juan) est situé dans le quartier Riancho. Elle est de style gothique, datant du début du XVIe siècle, avec une nef unique.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

De 1880 à 1920 sont construits des maisons aristocratiques, des quartiers, des bâtiments communautaires, des usines et un théâtre. Deux bâtiments soulignent le remarquable patrimoine civil du style classique[14].

  • Le Town Hall, construit dans le début du XXe siècle en commémoration de la victoire des libéraux lors de la bataille de succursales en 1839.
  • La Bibliothèque Juan Zorrilla de Saint-Martin (en espagnol : Biblioteca Juan de Zorrilla San Martín), construite après 1880.

Il y a d'autres bâtiments d'intérêt comme le Palais de Revillagigedo, construit au XVIIIe siècle et bien restauré à l'heure actuelle en raison des dommages de la guerre carliste ; la Maison Saravia, de style classique[14].

Patrimoine industriel[modifier | modifier le code]

La ville a une longue et forte tradition du métal, de ses ateliers, de ses moulins utilisant l'eau des rivières, et des anciennes forges qui ont maintenu en vie l'industrie des XVIIIe et XXe siècles[15].

Fêtes et traditions[modifier | modifier le code]

Verbena del Mantón.

Le Châle du Fesival (en espagnol : Verbena del Mantón) est un festival traditionnel qui veut que pendant la bataille de succursales dans l'évasion du général Maroto, il a laissé des châles de Manille. Lorsque le général Espartero entra dans le village, il trouva le coffre et donna des châles pour les femmes qui l'ont acclamé. Depuis lors, les couples participants, habillés de châles, dansent la scottish au son de l'orgue. Un jury décide qui est l'équipe gagnante. Le festival a lieu dans les beaux jardins de Jose Antonio, qui sont décorés pour l'occasion.

D'autres festivals sont célébrés[16] :

  • El Milagruco ;
  • San Juan ;
  • San Pedro ;
  • San Valentín ;
  • Nuestra Señora del Carmen ;
  • San Emeterio y San Celedonio ;
  • Virgen de Guardamino ;

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Site de la mairie de la ville.
  2. (es) « Informations municipales sur la ville »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur aytoramales.org..
  3. a b c et d (es) « Patrimoine archéologique de la ville »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur aytoramales.org.
  4. [Straus & Morales 2020] (en) Lawrence Guy Straus et Manuel R. González Morales, « The Magdalenian sequence of El Mirón Cave (Ramales de la Victoria, Cantabria) in the context of Northern Spain and the broader Franco-Cantabrian Region », dans Lawrence Guy Straus & Mathieu Langlais (dir.), Magdalenian Chrono-stratigraphic Correlations and Cultural Connections between Cantabrian Spain and Southwest France...and Beyond [« La séquence magdalénienne de la grotte d’El Mirón (Ramales de la Victoria, Cantabrie) dans le contexte de l’Espagne septentrionale et plus largement dans l’espace franco-cantabrique »], Paris, Société préhistorique française, (ISBN 2-913745-81-4, lire en ligne [PDF] sur hal.archives-ouvertes.fr), p. 185-204, p. 189.
  5. [Straus et al. 2015] (en) Lawrence Guy Straus, Manuel R. Gonzalez Morales, José Miguel Carretero et Ana Belen Marín-Arroyo, « "The Red Lady of El Mirón". Lower Magdalenian life and death in Oldest Dryas Cantabrian Spain: An overview », Journal of Archaeological Science, vol. 60, no 1 « 'The Red Lady of El Mirón Cave': Lower Magdalenian Human Burial in Cantabrian Spain »,‎ , p. 134-137 (lire en ligne [PDF] sur manuscript.elsevier.com, consulté le ).
  6. (en) María-José Iriarte-Chiapusso, Alvaro Arrizabalaga et Gloria Cuenca-Bescós, « The vegetational and climatic contexts of the Lower Magdalenian human burial in El Mirón Cave (Cantabria, Spain): implications related to human behavior », Journal of Archaeological Science, vol. 60,‎ , p. 66-74.
  7. (en) José Miguel Carretero, Rolf M. Quamb, Asier Gómez-Olivencia, María Castilla, Laura Rodríguez et Rebeca García-González, « The Magdalenian human remains from El Mirón Cave, Cantabria (Spain) », Journal of Archaeological Science, vol. 60 « 'The Red Lady of El Mirón Cave': Lower Magdalenian Human Burial in Cantabrian Spain »,‎ , p. 10-27 (résumé).
  8. [Peña-Chocarro et al. 2005a] (en) Leonor Peña-Chocarro, Lydia Zapata, Maria Jose Iriarte, Manuel González Morales et Lawrence Guy Straus, « The oldest agriculture in northern Atlantic Spain: new evidence from El Mirón Cave (Ramales de la Victoria, Cantabria) », Journal of Archaeological Science, no 32,‎ , p. 579–587 (lire en ligne [PDF] sur academia.edu, consulté le ).
  9. [Peña-Chocarro et al. 2005b] (en) Leonor Peña-Chocarro, Lydia Zapata Peña, Jesús García Gazólaz, Manuel González Morales, Jesús Sesma Sesma et Lawrence G. Straus, « The spread of agriculture in northern Iberia: new archaeobotanical data from El Mirón cave (Cantabria) and the open-air site of Los Cascajos (Navarra) », Vegetation History and Archaeobotany, no 14,‎ , p. 268–278 (lire en ligne [PDF] sur humanidades.cchs.csic.es, consulté le ).
  10. a et b (es) « Histoire de la ville »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  11. a et b (es) « Économie de la ville »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur aytoramales.org. ].
  12. (es) « Patrimoine religieux de la ville »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur aytoramales.org.
  13. Ne rentre pas dans la liste des deux chapelles de la ville.
  14. a et b (es) « Patrimoine civil de la ville »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur aytoramales.org.
  15. (es) « Patrimoine industriel de la ville »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur aytoramales.org. ].
  16. (es) « Fêtes et traditions de la ville »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur aytoramales.org.

Voir aussi[modifier | modifier le code]