Raid sur Saint-Malo (1693)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raid sur Saint-Malo.
Raid sur Saint-Malo
Description de cette image, également commentée ci-après
Coupe du brûlot anglais lancé sur Saint-Malo lors du raid.
Informations générales
Date 26-29 novembre 1693
Lieu baie de Saint-Malo
Issue Échec du raid anglais
Dégâts matériels importants
Belligérants
Drapeau de l'Angleterre Royaume d'AngleterreDrapeau du royaume de France Royaume de France
Commandants
John Benbow
Thomas Phillips
Forces en présence
30-40 bâtiments,
dont 1 brûlot
Pertes
5-6 hommes

Guerre de la Ligue d'Augsbourg

Batailles

Philippsburg · Sac du Palatinat · Baie de Bantry · Mayence · Walcourt · Fleurus · Cap Béveziers · Boyne · Staffarda · Québec · Coni · Mons · Leuze · Aughrim · La Hougue · Namur (1692) · Steinkerque · Lagos · Neerwinden · La Marsaille · Charleroi · Saint-Malo · Rivière Ter · Texel · Camaret · Bruxelles · Namur (1695) · Dogger Bank · Carthagène · Barcelone · Baie d'Hudson

Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 48° 41′ nord, 2° 01′ ouest

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Raid sur Saint-Malo

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

(Voir situation sur carte : Ille-et-Vilaine)
Raid sur Saint-Malo

Géolocalisation sur la carte : Saint-Malo

(Voir situation sur carte : Saint-Malo)
Raid sur Saint-Malo

Le raid sur Saint-Malo est une descente navale menée par les Anglais à la fin du mois de contre le port français de Saint-Malo en Bretagne. Après plusieurs jours de bombardement de la cité corsaire, les Anglais lancent un brûlot — resté dans l'histoire sous le nom de « machine infernale » — rempli de poudre à canon et de mitraille contre les remparts de la ville. L'opération échoue et l'attaque ne cause que d'importants dégâts matériels, sans faire de victime côté français.

La volonté anglaise de détruire Saint-Malo[modifier | modifier le code]

En 1693, la France est engagée depuis cinq ans une lutte victorieuse contre la coalition européenne connue sous le nom de Ligue d'Augsbourg, emmenée par le prince d'Orange, devenu Guillaume III, roi d’Angleterre. Sur mer, la Marine française a essuyé un cuisant échec à La Hougue au printemps 1692[1] ; défaite bientôt vengée par la prise du « convoi de Smyrne » un an plus tard au large des côtes du Portugal. La France se tourne alors vers la course et la guerre d'escadre apparaît vite surannée.

Le commerce anglais est alors particulièrement affecté par les corsaires de Saint-Malo (et de Dunkerque). Les Français appellent cette ville « la cité corsaire », mais les Anglais parlent de Saint-Malo, comme d'un « nid de guêpes ». La « course » se pratique de père en fils depuis le IXe siècle. De 1688 à 1697, les registres de l'amirauté anglaise constatent que les corsaires malouins avaient pris aux Anglais et aux Hollandais 162 navires d'escorte et 3 384 bâtiments marchands de toutes tailles.

Cible toute désignée pour une attaque, Louis XIV ordonne à Vauban en 1689 de renforcer les fortifications de la ville. Il modifie non seulement les remparts de la ville et du château pour y placer de l'artillerie[2], mais il dessine également les plans de forts positionnés sur les principales îles de la baie. Certaines de ces îles avaient déjà été fortifiées avant 1689, mais Vauban consolide les défenses de la baie afin de protéger la ville d'une attaque anglo-hollandaise.

Une attaque préparée dans le secret[modifier | modifier le code]

Pour mettre un terme à ces attaques, une opération est imaginée avec pour objectif de détruire cette place. Pendant deux ans, des ouvriers maintenus au secret dans la Tour de Londres travaillent à la conception d’une nef mystérieuse sous les ordres du prince d'Orange.

Cette « machine infernale » aux voiles noires mesurait 84 pieds (26 m) de long, possédait trois ponts, jaugeait 300 tonneaux et portait 23 canons. Pour mieux s'approcher des côtes il ne calait que 7 pieds. Ses voiles étaient noires et ses flancs gorgés de poudre, de bombes, de paille hachée et de mitraille. Maçonné en dedans, le navire était chargé de barils de poudre, de poix, de soufre, et de 350 carcasses contenant des boulets, des chaînes, des grenades, des canons de pistolets chargés, des toiles goudronnées et autres combustibles.

Le bombardement anglo-hollandais et l'échec de la « machine infernale »[modifier | modifier le code]

Le 26 novembre 1693, une flotte anglo-hollandaise de trente à quarante voiles apparaît au large du cap Fréhel. Après avoir bombardé le fort La Latte et l'archipel des Ébihens, elle vient mouiller devant Saint-Malo. Cette flotte comprend dix vaisseaux de ligne de 50 à 60 canons, plusieurs frégates de 20 à 30, des galiotes à bombes, de grosses chaloupes, ainsi que la « machine infernale » destinée à faire sauter la ville corsaire. Cette flotte est commandée par le commodore John Benbow, montant le HMS Norwich (48 canons) et Thomas Phillips, second ingénieur de l'ordonnance.

Le 27 novembre, les Anglais paraissent à la pointe du jour et s'emparent du fort de la Conchée, encore inachevé. Ils font prisonniers 30 ou 40 maçons qui travaillaient alors sur l'édifice et brûlent une remise dans laquelle ces derniers rangeaient leurs outils[3]. Des bombes sont tirées par les Français depuis le fort Royal et la ville, empêchant la flotte de s'approcher comme elle avait pu le faire la veille. Un des boulets coupe le mât d'une galiote alors qu'un autre fracasse la proue d'une seconde[4]. Les tirs anglais reprennent à 21 h 0 (seules 22 bombes sont tirées), puis à nouveau à h 0 le lendemain matin. Les dégâts causés par ces bombardements sont minimes… sur les cinquante à soixante bombes tirées au petit matin, seule une vingtaine atteint la ville. Une maison est touchée, sans prendre feu, quelques toitures sont endommagées et des vitres brisées[4].

Le 28 au matin, le corsaire malouin Le Maupertuis, paraît à la pointe du cap Fréhel avec une prise hollandaise L'Isabelle, de 300 tonneaux et 21 canons. L'escadre anglaise tente, en arborant le pavillon blanc, couleur du pavillon français, d'arraisonner le malouin qui parvient à s'échapper en abandonnant malgré tout sa prise, qui était moins bonne marcheuse[4]. Le jour-même, le duc de Chaulnes, gouverneur de Bretagne et M. l'Intendant arrivent à Saint-Malo accompagné de plusieurs membres de la noblesse afin d'organiser la défense de la ville[5]. Deux chefs d'escadre, le marquis de Coëtlogon et le marquis d'Infreville, qui se trouvaient à proximité de Saint-Malo se rendent également sur place accompagnés d'une vingtaine d'officiers, la plupart capitaines de vaisseau[5]. Un grand nombre de canonniers et d'officiers d'artillerie sont également appelés en renfort par le duc de Chaulnes. Le 28 novembre, les Anglais débarquent sur l'île de Cézembre sur laquelle il ne restait, dans le monastère, qu’un Père et deux frères récollets, les autres s'étant réfugiés à Saint-Servan[5]. Le soir, le chevalier de Sainte-Maure est envoyé en reconnaissance à bord d'une chaloupe et s'approche très près de la flotte ennemie. Pendant la nuit du 28, plusieurs chaloupes anglaise viennent reconnaître les rochers entourant la ville[6]. Vers h 0, commence un bombardement inoffensif pour la cité.

Le 29 novembre, les Anglais bombardent le Fort Royal. À la nuit tombée, ils lancent la « machine infernale », laquelle devait aller se cramponner au mur de la ville, près du château, et renverser, incendier par son explosion toute la cité. L'objectif défini par la prince d'Orange était la Tour Bidouane qui servait alors de poudrière à Saint-Malo.

Ce navire arrive sans obstacle jusqu'à cinquante pas de la muraille ; sans que personne ne le voie ni n'essaye de l'arrêter. Mais tandis qu'il longeait la ligne des roches qui va du Fort Royal au Fort de la Reine, un violent coup de vent d'ouest s'abat sur le navire et le précipite sur un écueil, nommé par la suite « les roches aux Anglais ou le Rocher de Gros Malo » à l'ouest de la ville fortifiée, et s'ouvre par le fond. Pressé par la circonstance, l’ingénieur y met le feu ; mais l'effet est loin d’être complet, parce que les poudres avaient commencé à se mouiller, et que, le brûlot étant incliné vers le large, les carcasses ne tombent pas sur la ville.

Le feu mis avec précipitation produit une explosion épouvantable, les maisons en sont secouées à deux lieues à la ronde, tout le ciel pendant quelques minutes flambe comme une monstrueuse fournaise ; sur la ville tombe une pluie de projectiles. Les dégâts matériels sont importants, toutes les vitres de la ville volent en éclats et les ardoises de trois cents maisons sont arrachées, mais pas un mur n'est renversé, et pas un homme tué. Seul le cabestan, pesant deux milliers, est lancé dans la place, et écrase une maison. Les seules victimes sur terre sont un chat et deux chiens. Les Anglais ont cinq ou six morts à déplorer : les hommes chargés de conduire la « machine infernale », qui n'avaient pu s'enfuir à temps et dont la chaloupe avait sombré sous les montagnes d'eau soulevées par l’explosion.

Les suites de l'attaque[modifier | modifier le code]

Malgré l'échec du plan initial, des dommages considérables sont infligés et les forces commandées par Benbow s'emparent du fort de La Conchée, emportant l'artillerie et les prisonniers à Guernesey[7]. Benbow, insatisfait du résultat de la campagne fait passer le capitaine Henry Tourville en cour martiale, l'accusant de couardise pour n'avoir pas amené ses navires plus près de Saint-Malo. Ce dernier n'est cependant pas condamné, et il s'avère que ses mortiers étaient défectueux[8].

Du 14 au 18 juillet 1695, la ville de Saint-Malo supporte un nouveau bombardement de la part d'une flotte anglo-hollandaise de 75 navires commandée par l'amiral Lord Berkeley.

Une rue est appelée rue du Chat qui Danse dans la vieille ville de Saint-Malo (à l'intérieur des remparts) en référence à cet épisode et à l'unique chat qui aurait reçu une braise sur la queue après l'explosion du brûlot[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans les semaines qui suivent La Hougue, une flotte composée d’une trentaine de navires anglo-hollandais vient en reconnaissance à Saint-Malo et y sonde les passes. (Lécuillier 2007)
  2. L'ingénieur parisien Siméon Garangeau modifie les courtines et les parties supérieures des tours pour permettre l'installation de pièces d'artillerie.
  3. Le Moyne de La Borderie 1885, p. 71
  4. a, b et c Le Moyne de La Borderie 1885, p. 72
  5. a, b et c Le Moyne de La Borderie 1885, p. 73
  6. Le Moyne de La Borderie 1885, p. 74
  7. Stephen 1889, p. 208–214
  8. Allen 1852, p. 76-81
  9. « Visite du Fort National Anciennement Fort Royal »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

en français 
  • Arthur Le Moyne de La Borderie, Le bombardement et la machine infernale des Anglais contre Saint-Malo en 1693 : récits contemporains, en vers et en prose, avec figures, Nantes, Société des bibliophiles bretons et de l'histoire de Bretagne, , XI-98 p., in-8 (lire en ligne)
  • Jean Marmier, « Le bombardement de Saint-Malo vu par le P. Commire (1693) », Annales de Bretagne, t. 80, nos 3-4,‎ , p. 491-498 (lire en ligne)
  • Guillaume Lécuillier, « « Quand l’ennemi venait de la mer » », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, nos 114-4,‎ (lire en ligne)
en anglais 
  • (en) Joseph Allen, Battles of the British Navy, Henry G. Bohn, (ISBN 0217704085)
  • (en) Leslie Stephen, George Smith, Sidney Lee, Robert Blake, Dictionary of national biography, Smith, Elder, & Co, (ISBN 0198651015). 

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]