Bataille de la Boyne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Bataille de la Boyne
Description de cette image, également commentée ci-après

Toile de Jan Wyck, vers 1693

Informations générales
Date
Lieu Proximité de Drogheda (Irlande)
Issue Victoire orangiste
Belligérants
Jacobite Banner.png Jacobites
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Flag of England.svg Orangistes
Drapeau des Provinces-Unies Provinces-Unies
Commandants
Jacobite Banner.pngJacques II Flag of England.svgGuillaume d'Orange,
Flag of England.svgMaréchal de Schomberg,
Flag of England.svgMénard de Schomberg
Forces en présence
23 000 hommes 36 000 hommes
Pertes
1 500 750

Batailles

Philippsburg · Sac du Palatinat · Baie de Bantry · Mayence · Walcourt · Fleurus · Cap Béveziers · Boyne · Staffarda · Québec · Coni · Mons · Leuze · Aughrim · La Hougue · Namur (1692) · Steinkerque · Lagos · Neerwinden · La Marsaille · Charleroi · Saint-Malo · Rivière Ter · Texel · Camaret · Bruxelles · Namur (1695) · Dogger Bank · Carthagène · Barcelone · Baie d'Hudson

Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 53° 43′ 23″ Nord 6° 25′ 01″ Ouest / 53.723, -6.417

Géolocalisation sur la carte : Irlande

(Voir situation sur carte : Irlande)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de la Boyne.

La bataille de la Boyne (en irlandais : Cath na Bóinne) se déroule le (soit le du calendrier julien) entre deux rivaux aux trônes d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande, le catholique Jacques II d'Angleterre et le protestant Guillaume III ou Guillaume d'Orange qui a déposé Jacques lors de la Glorieuse Révolution en 1688. La bataille remportée par Guillaume III est le tournant de la Rébellion jacobite qui est la tentative infructueuse de Jacques II de reconquérir le trône.

Origine et déroulement[modifier | modifier le code]

Cette bataille a lieu près de la ville de Drogheda sur les bords d'un petit fleuve, la Boyne. Louis XIV de France a envoyé un corps expéditionnaire en Irlande pour aider Jacques II à reconquérir le trône que le parlement anglais lui avait retiré en raison de sa fidélité au catholicisme et de sa volonté de conserver le pouvoir absolu pour le confier à sa fille Marie II et son gendre Guillaume III.

Au cours de la bataille, les 36 000 soldats de Guillaume d'Orange commandés par le maréchal Schomberg, qui n'est autre que le réfugié huguenot Armand-Frédéric de Schomberg écrasent les 23 000 soldats (dont 7 000 Français) de l'armée franco-jacobite. Le maréchal Schomberg y trouve la mort.

La défaite de Jacques II et son exil[modifier | modifier le code]

Cette défaite met fin aux espoirs de Jacques II de reconquérir le trône. Il doit s'exiler définitivement en France. Les espoirs de la population irlandaise catholique de s'émanciper de la tutelle anglaise s'éteignent également. Les soldats de Jacques II s'exilent avec lui, pour la plupart en France, mais aussi en Espagne, quelques-uns vont offrir leurs services de mercenaires dans d'autres pays européens. En France, ils furent assez nombreux pour constituer des régiments irlandais au service du roi et constituer la Brigade irlandaise. Ces soldats exilés étaient particulièrement valeureux, car ils défendaient une cause perdue. On les avait surnommés les Wild geese (Oies sauvages en français).

Article détaillé : Brigade irlandaise.

De nos jours[modifier | modifier le code]

La bataille de la Boyne est une victoire décisive à l'avantage des Irlandais protestants qui en ont fait une célébration symbolique. De nos jours, en Irlande du Nord, les Orangistes commémorent encore le souvenir de "leur victoire" de la bataille de la Boyne (célébrée le 12 juillet, alors qu'elle a eu lieu l'équivalent du 10 juillet 1690) par des défilés. Ces marches orangistes, qui passent par les quartiers catholiques, sont considérés comme des provocations par les catholiques. Ces défilés alimentent les rivalités ancestrales qui sont la cause profonde des conflits permanents du XXe siècle entre Irlandais du nord.

Notes et références[modifier | modifier le code]