Réserve naturelle régionale du marais de Condette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Réserve naturelle régionale du marais de Condette
Condette-marais-et-etang.jpg
Marais et étang de Condette, au printemps
Géographie
Adresse
Coordonnées
Ville proche
Superficie
35 ha[1]
Administration
Type
Catégorie UICN
IV (aire de gestion des habitats ou des espèces)
Identifiant
Création
Administration
Syndicat Mixte Eden 62

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

(Voir situation sur carte : Pas-de-Calais)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

La réserve naturelle régionale du marais de Condette (RNR198) est une réserve naturelle régionale située dans le département du Pas-de-Calais, dans les Hauts-de-France, centrée autour du lac des miroirs. Classée en 2009 en raison de la grande richesse des milieux aquatiques et inondables qui la composent (mosaïque de milieux allant de zones tourbeuses à vaseuses), elle occupe une surface de 35 hectares.

Localisation[modifier | modifier le code]

Périmètre de la réserve naturelle.

Le territoire de la réserve naturelle est dans le département du Pas-de-Calais, sur la commune de Condette. Le site s'étend sur 35 hectares, autour du lac des miroirs, entre deux massifs boisés (les forêts d'Écault et d'Hardelot) au sud de Boulogne-sur-Mer et dans le Parc naturel régional des caps et marais d'Opale.

De par la proximité du littoral, elle subit nettement l’influence climatique de la zone biogéographique dite « zone atlantique ».

Historique[modifier | modifier le code]

En 1894, dans son rapport annuel au Préfet, l'archiviste départemental demandait qu'on « déposât aux archives départementales une forte liasse des marais et du pâturage de Condette qui a trop d'importance pour la commune pour être laissée sans attache dans un coin des rayons de la mairie »[2].

Dans les années 2000, ce complexe de zones boisées et en eau reste l'une des plus belles zones humides relictuelles du parc naturel régional. Cette partie de la région est caractérisée par un degré assez élevé de naturalité.

Le site joue aussi un rôle important comme zone d'expansion de crue (ZEC), contribuant à limiter les crues en aval et l'impact des sécheresses et canicules dans cette zone.

Auparavant base de loisirs, des travaux sont faits sur le site pour 1,5 million d'euros entre 2005 et 2008 pour lui redonner son aspect naturel du début du XIXe siècle, avec l'ajout de cheminements piétons en bois de chêne et de pupitres de présentation et d'information sur l'histoire du site, sa géomorphologie, sa faune et sa flore[3]

Il a reçu le « prix de la biodiversité en milieu urbanisé » en février 2012 par le ministère du développement durable[3].

Écologie (biodiversité, intérêt écopaysager, etc)[modifier | modifier le code]

Le lac des miroirs.

Elle abrite trois grands types de milieux :

Cette mosaïque d’espaces ouverts (dont prairiaux à l’ouest du château d'Hardelot et marécageux) et de milieux boisés plus fermés abrite une importante faune, flore et fonge qui en font un des réservoirs majeurs de biodiversité du Boulonnais. Par sa position entre deux zones boisées, le marais joue un rôle essentiel dans la trame verte et bleue nationale et régionale en tant que liaison écologique entre la forêt d'Écault et son prolongement naturel, les dunes d'Ecault et avec la forêt d'Hardelot, dans une région par ailleurs particulièrement touchée par le phénomène de fragmentation écopaysagère. Les tourbes du marais contiennent une banque de graines anciennes, qui peuvent également contribuer à la résilience écologique du milieu, dans un contexte annoncé de dérèglement climatique ; ces tourbes étant par ailleurs un important puits de carbone naturel.

Flore[modifier | modifier le code]

La biodiversité végétale est particulièrement élevée dans la réserve. En 2008, 345 espèces végétales y ont été recensées, dont des espèces patrimoniales telles que : la Renoncule langue (Ranunculus lingua), le Fragon piquant (Ruscus aculeatus), le Comaret des marais (Comarum palustre) ou l'Osmonde royale (Osmunda regalis).

Faune[modifier | modifier le code]

Le marais abrite, outre des amphibiens et de nombreux oiseaux, diverses espèces de papillons et de libellules.

Le marais accueille plus de 80 espèces d'oiseaux (nicheuses ou migratrices en halte d’étape), dont le Chevalier guignette (Actitis hypoleucos), le Chevalier culblanc (Tringa ochropus), la Mouette rieuse (Chroicocephalus ridibundus), la Sterne pierregarin (Sterna hirundo), le Héron cendré (Ardea cinerea), le Râle d’eau (Rallus aquaticus), le Phragmite des joncs (Acrocephalus schoenobaenus), la Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus), le Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus), le Sizerin flammé (Carduelis flammea), le Bec-croisé des sapins (Loxia curvirostra), l'Épervier d’Europe (Accipiter nisus), la Bondrée apivore (Pernis apivorus), le Faucon hobereau (Falco subbuteo)…

Parmi les 12 espèces de mammifères observables sur le site, figurent l'Écureuil roux (Sciurus vulgaris) et le Grand murin (Myotis myotis).

Au moins 7 espèces d'amphibiens vivent dans le marais, presque tous en forte régression dans cette partie de l'Europe ou devenus très rares au nord de la France : le Crapaud commun (Bufo bufo), la Grenouille rousse (Rana temporaria), la Rainette verte (Hyla arborea), la Salamandre tachetée (Salamandra salamandra), les Tritons alpestre (Ichthyosaura alpestris), ponctué (Lissotriton vulgaris) et palmé (Triturus helveticus).

Parmi les menaces pesant sur le marais, figurent l'eutrophisation générale de l'environnement ou l'impact différé des pesticides appliqués dans le bassin versant ou apportés par les pluies.

Des actions de gestion restauratoire et/ou conservatoire de la strate herbacée sont menées notamment par le gestionnaire.

Intérêt touristique et pédagogique[modifier | modifier le code]

Une partie du site est aménagée pour être ouverte toute l'année à la promenade pédestre libre et de manière à être support d'éducation à l'environnement. Les chemins ont été adaptés à l'accès par les fauteuils roulants et les non-voyants, le site devant faire l’objet d’une labellisation « Tourisme et Handicap ».

Administration, plan de gestion, règlement[modifier | modifier le code]

La réserve naturelle est gérée par le syndicat Mixte Eden 62.

Outils et statut juridique[modifier | modifier le code]

La réserve naturelle a été créée par une délibération du . La réserve est l'un des éléments de la trame verte et bleue régionale et est importante pour le SDAGE dans le cadre de la Directive cadre sur l'eau, ainsi que pour le parc naturel régional.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Livret de découverte du Marais de Condette; réalisé par le Parc naturel régional des Caps et Marais d’Opale ; juin 2008.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Muséum national d'Histoire naturelle, « Marais de Condette (FR9300083) », sur Inventaire national du Patrimoine naturel, 2003+ (consulté le 3 juin 2014)
  2. Rapport de M. L'archiviste départemental sur la situation des archives de la préfecture, des sous-préfectures, des communes et des hospices du Pas-de-Calais et sur la bibliothèque départementale durant l'exercice 1893-1894, Arras, 1894 (extrait du volume du Conseil Général du Pas-de-Calais de la session d'Aout 1894) (consulté 2009 12 30), p 321 sur 1157
  3. a et b [PDF]Condette : protéger la diversité sur www.saee.fr, consulté le 3 avril 2017