Oiseau nicheur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Oisillons dans un nid

Les oiseaux nicheurs sont les oiseaux sauvages qui bâtissent leur nid pour s'y reproduire. Dans certains pays (dont en France), il existe des listes et atlas européens[1], nationaux[2],[3] et/ou régionaux[4],[5] cantonnaux[6] et urbains (ex : Bruxelles[7] ou locaux (ex : col de Balme[8]) des oiseaux nicheurs et une Liste rouge des oiseaux nicheurs, elle a montré en France métropolitaine qu'en 2016, huit ans après sa précédente mise à jour, la situation s'est encore aggravée : « un tiers des espèces est désormais menacé, contre un quart en 2008 »[9].
Les oiseaux nicheurs sont recensés selon des protocoles scientifiques.[10]

Typologie[modifier | modifier le code]

On distingue habituellement, pour un territoire donné, les oiseaux nicheurs des « oiseaux de passage » et des « oiseaux hivernants », qui se reproduisent sur un autre territoire.

Suivi[modifier | modifier le code]

Exemple de cartographie d'Atlas d'oiseaux nicheur (ici pour Turdus pilaris (1989)

Le suivi des populations, de leurs variations de distribution[11] et de l'état de santé des oiseaux nicheurs, en tenant compte du contexte climatique et biogéographique apporte des données d'évaluation environnementale et parfois de santé environnementale (en présence d'épidémies zoonotiques par exemple).

Des recensements sont pratiqués sur les continents, mais aussi en mer, sur des îles et archipels[12] pour les oiseaux marins[13] (certaines espèces ne nichent que sur des îles, parfois très éloignées des continents). Des changements phénologiques et de distribution peuvent être indicateurs de phénomènes d'adaptation ou au contraire de dyssynchronie liés au dérèglement climatique.

En France, le statut des oiseaux nicheurs dits "communs" inscrits dans le programme STOC fait l'objet d'un suivi spécifique[14]

Liste rouge des oiseaux nicheurs de France métropolitaine[modifier | modifier le code]

Au sein de la liste rouge des espèces menacées en France, elle permet de périodiquement réévaluer le niveau de menace qui concerne chacune de 284 espèces d'oiseaux nicheurs recensées et suivis en France métropolitaine. Ainsi une analyse faite conjointement par la LPO, la Société d’études ornithologiques de France (SEOF) et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) a permis de confirmer un nouveau déclin pour 48 espèces de 2008 à 2016, alors que dans le même temps seules 15 espèce avaient un statut qui s'est amélioré[15]. En 2016, 92 espèces (sur 284 ayant fait l'objet d'une évaluation[16]) sont classées menacées en France métropolitaine[15] et « 72 % ont vu leur état se détériorer »[16]. Le premier facteur de régression semble être la modification des pratiques agricole[16],[17] (ex : Verdier d'Europe et Chardonneret élégant dont les populations se sont effondrées en 10 ans. Le Bruant des roseaux et la Fauvette pitchou sont nouvellement menacés. Certains oiseaux marins, les limicoles (ex : Bécassine des marais et les galliformes (ex : Lagopède alpin) sont aussi en régression. Inversement, quelques espèces protégées (ex : Vautour moine, Elanion blanc ou Spatule blanche reconstituent progressivement leur population ce qui leur a valu un changement de statut (passant de « Vulnérable » à « Quasi menacée ». pour 15% des 284 espèces évaluées en 2016 aucun statut n'existe encore, par manque de données pertinentes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hagemeijer, W. J., & Blair, M. J. (1997). The EBCC atlas of European breeding birds. Poyser, London, 479.
  2. Ex : Yeatman-Berthelot, D., & Jarry, G. (1995). Nouvel atlas des oiseaux nicheurs de France 1985-1989. Société ornithologique de France.
  3. Gauthier, J., & Aubry, Y. (1995). Les oiseaux nicheurs du Québec. Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional. Association québécoise des groupes d’ornithologues, Société québécoise de protection des oiseaux et Service canadien de la faune, Environnement Canada (région du Québec), Montréal.
  4. Jacob J.P (2010) Atlas des oiseaux nicheurs de Wallonie 2001-2007. Direction générale de l'agriculture des ressources naturelles et de l'environnement.
  5. Ex : Guermeur, Y., & Monnat, J. Y. (1980). Histoire et géographie des oiseaux nicheurs de Bretagne. Ministère de l'environnement et du cadre de vie, Direction de la protection de la nature.
  6. Géroudet P, Guex C & Maire M (1983). Les oiseaux nicheurs du Canton de Genève: atlas, historique, distribution, écologie. Muséum [d'histoire naturelle] de Genève.
  7. Rabosée, D., & de Wavrin, H. (1995). Atlas des oiseaux nicheurs de Bruxelles, 1989-1991. Société d'études ornithologiques Aves.
  8. Catzeflis F (1976) Les oiseaux nicheurs du Col de Balme (Trient, VS). Bulletin de la Murithienne, (93), 81-92.
  9. UICN France (2016) Liste rouge nationale : le déclin des oiseaux nicheurs se poursuit en France
  10. Pough, R.H. (1950). Comment faire un recensement d’oiseaux nicheurs ?. PDF, 15 p
  11. Schmid, H., Luder, R., Naef-Daenzer, B., Graf, R., & Zbinden, N. (1998). Atlas des oiseaux nicheurs de Suisse. Distribution des oiseaux nicheurs en Suisse et au Liechtenstein en 1993-1996. Station ornithologique, Sempach, Switzerland.
  12. Thomas, T. (1986). L'effectif des oiseaux nicheurs de l'archipel de Pointe Géologie (Terre Adélie) et son évolution au cours des trente dernières années. Oiseau et la Revue Francaise d'Ornithologie, 56(4), 349-368
  13. Monnat J.Y. (2004) Les oiseaux marins nicheurs de Bretagne. Éditions Biotope.
  14. Julliard R. & Jiguet F. (2005) Statut de conservation en 2003 des oiseaux communs nicheurs en France selon 15 ans de programme STOC. Alauda, 73(4), 345-356.
  15. a et b UICN France, MNHN, LPO, SEOF & ONCFS (2016). La Liste rouge des espèces menacées en France – Chapitre Oiseaux de France métropolitaine. Paris, France. PDF, 32 p
  16. a, b et c voir p 5/32 in UICN France, MNHN, LPO, SEOF & ONCFS (2016). La Liste rouge des espèces menacées en France – Chapitre Oiseaux de France métropolitaine. Paris, France. PDF, 32 p
  17. Broyer J (1988) Dépérissement des populations d'oiseaux nicheurs dans les sites cultivés et prairiaux: les responsabilités de la modernité agricole Rapport n°ENV - 86223 ; 192 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Beaud, P., Beaud, E., & Manuel, F. (1995). Les oiseaux du Pays-d'Enhaut: atlas des oiseaux nicheurs. " Nos Oiseaux" Société romande pour l'étude et la protection des oiseaux.
  • Blondel, J., & Isenmann, P. (1973). L’évolution de la structure des peuplements de Laro-limicoles nicheurs de Camargue. Actes de la Réserve de Camargue-N° 38.
  • Cadiou, B., Pons, J. M., & Yésou, P. (2004). Oiseaux marins nicheurs de France métropolitaine 1960-2000. Biotope.
  • Devillers, P., Roggeman, W., Tricot, J., Del, M. P., Kerwijn, C., Jacob, J. P., & Anselin, A. (1988). Atlas des oiseaux nicheurs de Belgique.
  • Frochot, B., & Roché, J. (1990). Suivi de populations d'oiseaux nicheurs par la méthode des indices ponctuels d'abondance (IPA). Alauda, 58(1), 29-35 (résumé).
  • Gauthier, J., & Aubry, Y. (1995). Les oiseaux nicheurs du Québec: Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional. Association québécoise des groupes d'ornithologues, Société québécoise de protection des oiseaux et le Service canadien de la faune, Environnement Canada, région du Québec.
  • H Pough, R. (1950). Comment faire un recensement d’oiseaux nicheurs ?. PDF, 15 p
  • Yeatman-Berthelot, D., & Jarry, G. (1995). Nouvel atlas des oiseaux nicheurs de France 1985-1989. Société ornithologique de France
  • Yeatman, L. J. (1976). Atlas des oiseaux nicheurs de France de 1970 à 1975.