Enseignant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Professeur (enseignant))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Professeur.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article est incomplet dans son développement ou dans l’expression des concepts et des idées. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Son contenu est donc à considérer avec précaution. Améliorez l’article ou discutez-en.

Enseignant
Math lecture at TKK.JPG

Professeur de mathématiques dans une classe d'Helsinki, en Finlande.

Appellation
Professeur
Codes
CITP
ROME (France)
Une salle de professeurs dans une école japonaise en 2005.
Enseignant russe, dans une petite école de Moscou, peinte par Boris Kustodiev vers 1900.
Enseignante, en école maternelle, aux États-Unis.
Enseignant utilisant un petit ordinateur en Inde.
Enseignant et son tableau noir au Laos.

Un enseignant, aussi nommé professeur, est une personne chargée de transmettre des connaissances ou des méthodes de raisonnement à autrui dans le cadre d'une formation générale ou d'une formation spécifique à une matière, un domaine ou une discipline scolaire. Le terme «enseignant» désigne la personne qui enseigne aux élèves (au primaire et au secondaire) tandis que le terme «professeur» désigne la personne qui enseigne aux étudiants (au cégep et à l'université). Cependant, de nouveaux termes tels que "Professeur des Ecoles" sont venus remplacer le mot "instituteur/institutrice". La terminologie de "Professeur" ne se résume donc plus uniquement à l'enseignement en Université.

Lorsque l'organisation de l'ensemble de la scolarité d'un élève est prise en charge par un enseignant employé à titre privé, on parle alors d'un précepteur.

Pour exercer son métier, le professeur possède idéalement une certaine compétence pédagogique généralement acquise par l'expérience ou au cours d'une formation spécialisée.

Statut de l'enseignant[modifier | modifier le code]

De statut de salarié de l'enseignement privé ou fonction publique, dans la plupart des pays il doit lui-même avoir un certain niveau de formation (diplômes ou validation d'acquis). Des formations pédagogiques lui sont généralement accordées (formation continue). Il a un programme et des objectifs pour l'année, mais dispose d'une certaine liberté relative pour faire acquérir les savoirs et savoir-faire par ses élèves. En Europe, la liberté d’expression des universitaires est protégée par l’article 10 de la convention européenne des droits de l'homme, et la Cour européenne des droits de l'homme a plusieurs fois, dans sa jurisprudence, insisté sur l'importance de la « liberté académique », « qui (…) autorise notamment les universitaires à exprimer librement leurs opinions sur l’institution ou le système au sein duquel ils travaillent ainsi qu’à diffuser sans restriction le savoir et la vérité »[1],[2],[3],[4].

Professeurs par pays[modifier | modifier le code]

Belgique[modifier | modifier le code]

  • Dans les universités :
    • Professeur (ordinaire, extraordinaire, visiteur, associé, honoraire, émérite), chargé de cours, maître de conférences, chef de travaux, assistant.
    • Recteur (de l'université), doyen (de la faculté).
  • Dans les Hautes Écoles :
    • Professeur, chargé de cours, chef de travaux, chef de bureau d'études, maître assistant, maître (principal) de formation pratique.
    • Directeur-Président (de la haute école), directeur (du département/catégorie).
  • Dans le secondaire

Les enseignants du secondaire sont appelés professeur. Ils sont généralement diplômés universitaires (anciennement "licenciés") ou du supérieur non universitaire (anciennement "régents"). Dans des périodes de manque d'enseignants (comme après la guerre 1940-1945), d'autres diplômes étaient aussi acceptés, suivi de concours.

Canada[modifier | modifier le code]

Les titres de Professeur universitaire sont intégrés au système universitaire nord-américain. Voir la liste des titres de professeur et celles des grades universitaires au Canada. Ces dénominations sont donc comparables dans les autres pays anglophones.

Québec[modifier | modifier le code]

Primaire

Pour exercer, ils doivent désormais être titulaires d'un baccalauréat en enseignement préscolaire et primaire d'une durée de quatre ans[5]. Les enseignant(e)s travaillent en collaboration avec les intervenants du milieu éducatif (orthopédagogues, psychologues, intervenants spécialisés, infirmières/infirmiers, etc.) afin d'offrir le support approprié aux enfants qui en ont besoin. Les enseignant(e)s œuvrant au primaire sont encouragé(e)s à poursuivre constamment leur formation, à s'adapter aux nouvelles réalités de l'École québécoise.

Secondaire

Pour exercer, ils doivent désormais être titulaires d'un baccalauréat en enseignement secondaire d'une durée de quatre ans[6]. Compte tenu des options ou orientations académiques plus spécialisées devant être présentées aux étudiants(es) en vue de leur entrée à l'université bientôt, les enseignants sont généralement aussi obligés d'avoir d'autres compétences, par exemple en langues, lettres, sciences, arts etc. Pour cela, ils ajoutent à leur formation une orientation bien définie comme, Baccalauréat, options lettres, ou sciences etc.

Pour enseigner tant au niveau primaire qu'au niveau secondaire, le diplômé en enseignement doit également obtenir une autorisation d'enseigner du Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport (MELS)[7].

Supérieur

France[modifier | modifier le code]

École primaire[modifier | modifier le code]

Dans les écoles primaires publiques (classes préélémentaires des écoles maternelles et élémentaires), les enseignants sont des professeurs des écoles, ou des instituteurs avant 1990. Les professeurs des écoles sont des fonctionnaires régis par le Statut général des fonctionnaires (loi du 13 juillet 1983) et par le statut particulier des professeurs des écoles (décret du 1er août 1990)[8]. Le recrutement se fait désormais à l'issue d'un master (bac+5), l'inscription aux concours organisés par le ministère de l’Éducation nationale se faisant à l'issue de la 1re année de master (M1). Le recrutement est définitif à condition de valider l'année de M2. La création du corps des professeurs des écoles ne donne pas le titre honorifique de professeur.

Secondaire[modifier | modifier le code]

Le recrutement des enseignants du secondaire est identique à celui des professeurs des écoles et fait suite à un concours.

Dans l'enseignement secondaire (collège et lycée) public, les professeurs de collège et de lycée doivent effectuer, au moins, par semaine (selon leur statut) dix-huit heures de cours pour un certifié, quinze heures pour un agrégé, augmentées des heures supplémentaires inscrites à l'emploi du temps et certaines heures spécifiques (gestion du réseau informatique, gestion de laboratoire scientifique, heure de vie de classe...). On estime qu'une heure de cours implique au moins une heure de travail personnel (préparation du cours, correction de copies, documentation, etc.)[9].

Les enseignants peuvent avoir le statut de professeur certifié ou professeur agrégé. Les professeurs de lycée professionnel, professeurs d'éducation physique et sportive et d'éducation dans un lycée professionnel ou technique suivent ce principe mais avec des concours distincts à l'instar du certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement technique (CAPET) et du certificat d'aptitude au professorat de lycée professionnel (CAPLP) pour l'enseignement profesionnel et technique, le certificat d'aptitude au professorat d'éducation physique et sportive (CAPEPS) pour le professeur d'éducation physique et sportive. Leur carrière (échelons ...) se déroule de la même manière que les enseignants des autres matières.

Il existe d'autres statuts :

  • Les professeurs titulaires sur zone de remplacement (TZR), qui ont pour mission de remplacer les professeurs absents ou en congés. Ils sont titulaires d'une zone dans laquelle ils remplaceront des titulaires n'exerçant par exemple qu'à temps partiel. Ce sont des fonctionnaires certifiés ou agrégés ou professeur des écoles.
  • Il existe encore les professeurs vacataires qui ont, quant à eux, un statut précaire. Les vacataires ont des primes de compensation, mais ne sont payés qu'avec un mois de retard au minimum (retard qui peut aller jusqu'à six mois). Ils ne peuvent effectuer que deux cents heures au total durant une même année scolaire. Quant aux professeurs contractuels, ils sont généralement recrutés le temps d'une année scolaire, mais ils possèdent des droits complémentaires à ceux des vacataires, comme les congés payés et la comptabilisation de leurs heures d'enseignement qui, mises bout à bout, leur permettent de passer les concours internes de l'enseignement.

Supérieur[modifier | modifier le code]

Dans les grandes écoles publiques, les universités (dont les IUT, IAE... ) les enseignants-chercheurs sont titulaires d'un doctorat et éventuellement d'une habilitation à diriger des recherches. Selon leur statut, ils peuvent être professeur des universités ou maître de conférences) ou non titulaires (et non nécessairement docteurs, mais préparant un doctorat (ATER, moniteur de l'enseignement supérieur, vacataire). On trouve aussi des professeurs certifiés (dit PRCE) ou agrégés (PRAG). Les universitaires évitent en général le terme de professeur et lui préfèrent celui d'enseignant, pour éviter la confusion avec le titre de Professeur, le grade de professeur des universités et la fonction d'enseignant du primaire et du secondaire. La distinction des grades « professeur des universités » (PU) et « maître de conférences des universités » (MCU) est très ancienne. Aujourd'hui elle ne correspond plus à une distinction fonctionnelle : les MCU pouvant exercer la quasi-totalité des fonctions universitaires (présidence d'université, direction d'UFR, direction de laboratoire, cours magistraux et conférence de méthodes, direction de diplômes, direction des recherches jusqu'au master...). Seule la direction des thèses de doctorat nécessite qu'ils aient l'habilitation à diriger des recherches (HDR). Dans la plupart des disciplines le grade « PU » est accessible en milieu de carrière après obtention d'une habilitation à diriger des recherches (sorte de thèse) suivie d'une qualification et recrutement local par une « commission de spécialistes ». Au sein de certaines anciennes matières universitaires (droit, économie, sciences politiques...) subsiste une modalité de recrutement dite « agrégation » bien que très différente des « agrégations » du secondaire (faisant place à des épreuves écrite anonymes).

Pour les enseignements supérieurs se faisant au lycée (classes préparatoires, section de technicien supérieur), l'enseignant est souvent titulaire de l'agrégation.

Concours de l'enseignement[modifier | modifier le code]

Comme tout corps de la fonction publique, les enseignants sont recrutés par concours :

Il existe des concours similaires pour les conseillers principaux d'éducation et les conseillers d'orientations psychologues.

Les enseignants des établissements privés sous contrats sont recrutés par le certificat d'aptitude aux fonctions d'enseignant du second degré dans les établissements d'enseignement privé sous contrat.

Ces concours seront modifiés à partir de la session 2010 pour recruter uniquement des titulaires d’un diplôme de master. Cette « masterisation » se fera avec des réformes au niveau des concours, des IUFM et de l’enseignement universitaire[10].[Passage à actualiser]

Suisse[modifier | modifier le code]

Voir Haute école pédagogique.

Enseignants dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Les enseignants sont des personnages de prédilection souvent repris par la culture populaire mondiale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jurisprudence de la cour de justice européenne des droits de l'homme, voir Sorguç c. Turquie, no 17089/03, § 35, 23 juin 2009) ; affaire dans laquelle un professeur universitaire avait été condamné à verser une indemnité pour avoir, lors d’une conférence universitaire, distribué un article dans lequel il critiquait les procédures de recrutement et de promotion des professeurs assistants ; la Cour avait conclu à la violation de l’article 10)
  2. Jurisprudence de la cour de justice européenne des droits de l'homme Sapan c. Turquie, no 44102/04, 8 juin 2010) concernant la saisie à la demande d'un tribunal d’un ouvrage reproduisant une thèse de doctorat relative au phénomène des stars au motif que la thèse portait atteinte à l’image et à la personnalité d’une star très connue
  3. Affaire Cox c. Turquie (no 2933/03, 20 mai 2010) relative à une universitaire américaine ayant enseigné en Turquie en ayant présenté des opinions sur les questions kurde et arménienne ce qui lui avait valu une interdiction de pénétrer sur le territoire turc « au motif qu’elle compromettait la « sûreté nationale » ». La Cour a estimé que ce jugement violait l’article 10 de la Convention
  4. Affaire Lombardi Vallauri c. Italie (no 39128/05, 20 octobre 2009), où une Université catholique (du Sacré-Cœur de Milan) excluait d'office un enseignant au motif qu'il aurait pris certaines positions s’opposant « (…) nettement à la doctrine catholique », sans même entendre en débat contradictoire l'enseignant.
  5. Enseignement préscolaire et primaire, éducation au préscolaire et enseignement au primaire (Université Laval)
  6. Baccalauréat en enseignement secondaire (Université du Québec à Montréal)
  7. « Autorisations d'enseigner »
  8. Naïl Ver, Adeline Paul et Farid Malki, Professeur des écoles : droits, responsabilités, carrière, Retz Éditions, 2014
  9. Samuel Laurent, Temps de travail des enseignants : pour en finir avec les fantasmes, Le Monde, 16 novembre 2012.
  10. Communiqué du Ministère de l’Enseignement Supérieur

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :