Enseignant au collégial

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Enseignant au collégial

L'enseignant au collégial est un type de professeur du système d'éducation québécois enseignant au niveau collégial, un niveau intermédiaire entre le secondaire et l'université.

Lorsque pratiqué dans l'un des 48 cégeps de la province, le métier de l'enseignant au collégial et les tâches qui y sont reliées sont décrits dans une convention collective signée entre le gouvernement du Québec et l'une des centrales syndicales représentant les enseignants. Dans ce cas, on parle dans le langage populaire de professeur de cégep. Le reste de cet article décrit ce métier.

Le Québec compte environ 20 000 enseignants au collégial[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Rapport Parent[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rapport Parent.

Le métier d'enseignant au collégial apparaît en 1967, en même temps que la naissance des premiers collèges d'enseignement général et professionnels (cégeps), héritiers du rapport Parent, qui deviendront le principal réseau publics québécois d'enseignement collégial.

Années 2000[modifier | modifier le code]

En décembre 2005, devant la menace de l'imposition d'une loi spéciale par le gouvernement québécois, deux des trois centrales syndicales représentant les enseignants au collégial, la FNEEQ et la FEC, signent une convention collective basée sur les dernières offres patronales[2].

Le , le gouvernement passe, sous bâillon, la Loi concernant les conditions de travail dans le secteur public. À la suite d'un vote de ses membres, la FAC refuse la convention collective acceptée par les deux autres centrales et se fait imposer ses conditions de travail par la loi spéciale[3]. Les années suivantes, plusieurs syndicats quittent la FAC pour rejoindre la FNEEQ ou la FEC. La FAC perd ainsi environ la moitié de ses membres[4]. Le , à la suite d'un vote des représentants des 13 syndicats restant en son sein, la FAC est dissoute[5],[4].

Description de tâches[modifier | modifier le code]

En général, les enseignants au collégial engagés à temps plein donnent 15 heures de cours par semaine du lundi au vendredi durant les 15 semaines de chacune des deux sessions (automne et hiver) du collégial, bien que ce standard soit souvent modifié par des contraintes diverses. Les professeurs enseignent à des groupes de 5 à 50 étudiants âgés généralement de 17 à 20 ans.

En dehors des heures de prestation en salle de cours, l'enseignant prépare ses cours (en moyenne, une heure de préparation par heure de cours dispensée), corrige les travaux et examens de ses étudiants, fait de l'enseignement personnalisé et de l'encadrement auprès de certains étudiants et effectue des tâches administratives diverses (réunions de département, de comités de programmes, etc.). Plusieurs s'impliquent dans des activités parascolaires.

Les enseignants au secteur technique peuvent superviser des stages étudiants et participer à de multiples activités hors campus afin de créer des liens entre le collège et le milieu.

Finalement, les enseignants doivent se perfectionner (par exemple, en suivant des cours ou des ateliers en pédagogie) et se tenir à l'affût des derniers développements dans leur discipline[6].

Complexification de la tâche[modifier | modifier le code]

La tâche des enseignants au collégial s'est alourdie et complexifiée au cours des dernières années. On note, par exemple, un accroissement de la taille moyenne des groupes et du nombre total d'étudiants par professeur par session. De plus, avec la Réforme Robillard en 1993, les enseignants doivent s'initier à l'enseignement stratégique, à l'approche par compétence et à l'introduction des technologies de l'information et de la communication (TIC) en éducation (TICE). Ils doivent également participer à une activité d'intégration des acquis chez les étudiants qui terminent leur formation collégiale.

Au printemps 2008, les syndicats et les patrons de ce secteur se sont mis d'accord, après une année de réflexion et de travail, sur un document[7] qui décrit la tâche enseignante depuis la Réforme Robillard[8].

Environnement de travail[modifier | modifier le code]

Les enseignants au collégial travaillent dans les établissements d'enseignement collégial du Québec. Ce sont des maisons d'enseignement hiérarchiquement situées entre le secondaire et l'université. Les deux tiers de celles-ci sont situées dans la région de Montréal et de Québec.

Formation[modifier | modifier le code]

L'enseignant au collégial doit, idéalement et minimalement, posséder un baccalauréat spécialisé dans la discipline qu'il enseigne[9]. Plusieurs d'entre eux complètent une formation universitaire en pédagogie ou en recherche. En général, les enseignants en sciences doivent avoir une maitrise de recherche dans leur discipline.

Statut[modifier | modifier le code]

Il existe grosso modo deux statuts pour l'enseignant au collégial : l'enseignant permanent et l'enseignant précaire.

L'enseignant permanent est engagé à temps plein sur une base régulière et bénéficie de la sécurité d'emploi. En général, c'est une personne cumulant plusieurs années d'expérience en enseignement collégial. En cas de manque d'emploi (diminution du nombre d'étudiants, orientations de l'institution d'enseignement, etc.), elle est mise en disponibilité (MED) et, si elle n'est pas relocalisée, sera traitée à 80 % de son salaire à effectuer diverses tâches proposées par les administrateurs de son collège.

L'enseignant précaire est engagé à la session ou à l'année à temps plein ou partiel dépendamment des besoins du milieu. Bien que ce soit le lot de plusieurs jeunes enseignants, ces derniers ne sont pas les seuls à avoir ce statut. Dans certains cégeps[10], les enseignants peuvent espérer obtenir une permanence après plus de dix ans de statut précaire. On estime que 43 % des enseignants à l'enseignement régulier sont précaires[1].

Les conditions d'obtention de la permanence sont nombreuses. Dans tous les cas, l'enseignant doit avoir un minimum de trois ans d'expérience en enseignement collégial. La plupart du temps, pour un département ou une discipline donné, la permanence est accordée à l'enseignant précaire ayant cumulé le plus d'ancienneté[11].

Traitement[modifier | modifier le code]

Il existe actuellement[12] vingt échelons salariaux pour cette profession, ceux-ci passant d'environ 46 000 $ à 91 000 $ canadiens par année[13].

Un enseignant ayant 16 années de scolarité (un baccalauréat dans sa discipline par exemple) et aucune année d'expérience commence à l'échelon 1. Pour chaque année d'expérience pertinente, un échelon est gagné. Pour chaque année de scolarité supplémentaire reconnue (jusqu'à concurrence de 3), deux échelons sont gagnés.

Tous les enseignants du collégial peuvent atteindre l'échelon 17. L'échelon 18 est accessible à ceux qui détiennent une maîtrise et 18 années de scolarité. Les échelons 19 et 20 sont accessibles à ceux qui détiennent un doctorat et 19 années ou plus de scolarité.

Les enseignants engagés à temps plein sont en congé rémunéré environ deux mois l'été. Plus spécifiquement, ils ont, durant l'été, environ quatre semaines de vacances payées et environ quatre semaines de congé financées à même leur salaire. En effet, selon la convention collective en vigueur, ils sont payés moins durant toute l'année (32,5 heures par semaine) afin de continuer à recevoir un salaire durant tout l'été.

Enseignants au collégial reconnus[modifier | modifier le code]

Cégep André-Laurendeau[modifier | modifier le code]

  • Alain Therrien, enseignant en économie et homme politique québécois.
  • Jean-François Belzile, enseignant en philosophie, écrivain et fondateur de la Ligue nationale d'argumentation.

Cégep de Chicoutimi[modifier | modifier le code]

Collège Édouard-Montpetit[modifier | modifier le code]

Cégep Garneau[modifier | modifier le code]

Cégep de Granby Haute-Yamaska[modifier | modifier le code]

Cégep de Lévis-Lauzon[modifier | modifier le code]

Collège Lionel-Groulx[modifier | modifier le code]

Cégep de Maisonneuve[modifier | modifier le code]

Cégep de Sainte-Foy[modifier | modifier le code]

  • Jacques Roy, sociologue et membre-chercheur de l'Observatoire Jeunes et société.

Collège de Valleyfield[modifier | modifier le code]

Collège Vanier[modifier | modifier le code]

Cégep du Vieux Montréal[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b FAC, FNEEQ et FEQ. Enseigner au collégial : Une profession à connaître...et à reconnaître, dépliant distribué le 6 octobre 2008.
  2. « Convention collective 2005-2010 entre la Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec (FNEEQ) et le Comité patronal de négociation des collèges (CPNC) », sur www.fneeq.qc.ca, (consulté le 14 février 2009)
  3. « Convention collective 2005-2010 entre la Fédération autonome du collégial (FAC) et le Comité patronal de négociation des collèges (CPNC) », sur www.cpn.gouv.qc.ca, (consulté le 14 février 2009)
  4. a et b « La Fédération autonome du collégial se saborde », La Presse canadienne, (consulté le 16 août 2009)
  5. « Les délégués réclament la dissolution de la FAC », sur www.radio-canada.ca, (consulté le 16 août 2009)
  6. Une liste plus détaillée de la tâche enseignante au collégial est disponible ici.
  7. Comité patronal de négociation des collèges (CPNC). Enseigner au collégial... Portrait de la profession (version intégrale). mars 2008.
  8. Ballivy, Violaine. "Les tâches administratives épuisent les profs de cégep". La Presse, mercredi le 2 avril 2008.
  9. À défaut d'avoir un candidat rencontrant cette exigence, une personne ayant une expérience jugée pertinente pourra être engagée.
  10. Au Cégep de Chicoutimi, les derniers professeurs à avoir obtenu une permanence avaient une douzaine d'années d'ancienneté dans l'institution.
  11. À ne pas confondre avec "années d'expérience".
  12. Convention collective FNEEQ (CSN) 2005-2010, p. 289.
  13. Ces chiffres sont approximatifs. Il y a plusieurs variations engendrées par, entre autres, des ententes concernant l'équité et la relativité salariales. De plus, les salaires divergent légèrement d'une convention collective à l'autre.
  14. Tous ces livres sont publiés aux Éditions du renouveau pédagogique (ERPI).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]