Giovanni Francesco Romanelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Giovanni Francesco Romanelli
Rape of the Sabine Women Romanelli decoration Louvre.jpg

L'Enlèvement des Sabines, détail d'une fresque du Grand cabinet de la reine au palais du Louvre

Naissance
Décès
Activité
Boreas avec Oreithyia ou Enlèvement de Oreithyia

Giovanni Francesco Romanelli (Viterbe, 1610 - Viterbe, 1662) est un peintre italien baroque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Viterbe de Laura de Angelis et Bartolomeo Romanelli, il part à Rome à l'âge de 14 ans où il est accueilli dans le palais Barberini, élève du Dominiquin puis de Pierre de Cortone, et, comme ce dernier, un des protégés de la famille. Il participa à la décoration du Palais Barberini.

Quand les Barberini furent écartés du pouvoir à la mort d'Urbain VIII, Romanelli fut appelé à Paris par le cardinal Mazarin de 1645 à 1647[1]. Il y peignit pour lui un cycle des Métamorphoses d'Ovide pour son hôtel parisien[2].

Lors d'un deuxième séjour à Paris de 1655 à 1657, il participa à la décoration des appartements de la reine Anne d'Autriche au palais du Louvre (cycle de l'Histoire des Romains et des Juifs), ainsi qu'à celle du château du Raincy. Après le congédiement de Mazarin, il a réalisé une frise pour décorer le palais épiscopal construit par le cardinal Alexandre Bichi à Carpentras.

Il fut nommé Chevalier de l'Ordre de Saint-Michel par le roi Louis XIV.

Giovanni Moneri et son propre fils Urbano Romanelli furent ses pupilles. Ce dernier entra dans l'atelier de Ciro Ferri à Rome, après la mort de son père. Il peignit à Rome et dans des églises de Velletri et Viterbe.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Allégorie du Traité des Pyrénées
  • Salle de la comtesse Mathilde (1637-1642), Vatican
  • Assomption (1638), Rome, sacristie de l'église Santa Maria dell'Anima
  • Repos de la Sainte famille (1645-1647), huile sur toile, 248 × 160 cm, musée des beaux-arts de Nantes. Peint pour un église parisienne, lors de son premier séjour[1].
  • Hercule et Omphale (1650-1660), Peinture sur toile, 100 × 133 cm, Saint-Pétersbourg, Ermitage[3]
  • Madone du Rosaire (1652), Rome, église dei SS.Domenico e Sisto
  • Appartements d'été d'Anne d'Autriche, (1655-1657), fresques, Paris, musée du Louvre
    • L'Automne et l'Hiver, écoinçons de la salle des Saisons[4]
    • Judith et Holopherne et Esther et Assuréus, chambre de la reine[4]
    • Mucius Scaevola devant Porsenna, cabinet de la reine
    • La Glorification de la France, huile sur toile, 184 × 260 cm, plafond du cabinet sur l'eau[5], conservé aujourd'ui au Palais des beaux-arts, Lille
  • Allégorie du Traité des Pyrénées (1655-1658), musée du Louvre
  • La Récolte de la manne, Musée du Louvre
  • Sibylle, Musée di Capodimonte, Napoli
  • Le Passage de la mer Rouge, huile sur toile, 197 × 145 cm, musée du Louvre
  • Décors des plafonds de l'ancien Palais des Évêques de Carpentras
  • Moïse et les filles de Jethro, Musée Magnin, Dijon
  • Charité de saint Thomas, Rome, église Sant'Agostino
  • Ariane, Rome, Collection Costaguti
  • Présentation au temple, transposition en mosaïque au maître-autel de la Basilique Saint-Pierre de Rome,
  • Déposition de la Croix, Sant’Ambrogio della Massima
  • Cartons des tapisseries pour le cardinal Francesco Barberini : les dessins sont conservés à la Villa Lante à Bagnaia (Viterbe), et les tapisseries au Palazzo Venezia (Rome)
  • Annonciation, au Musée Civique de Viterbe

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Henry-Claude Cousseau, Le Musée des Beaux Arts de Nantes, Fondation Paribas,‎ , 125 p. (ISBN 2-907333-09-7, notice BnF no FRBNF35475626), p. 26
  2. aujourd'hui la Galerie Mazarine du site Richelieu de Bibliothèque nationale de France
  3. Hercule et Omphale, Ermitage
  4. a et b Nicolas d’Archimbaud, Louvre, Editions du Club France Loisirs,‎ , 335 p. (ISBN 2-7441-1984-9), p.63
  5. Marie-Hélène Lavallée, Guides des collections : Palais des Beaux Arts de Lille, Réunion des Musées Nationaux,‎ (ISBN 2-7118-3516-2), p. 164

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]