Philotas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Philotas (homonymie).
Philotas
Philotas et les autres conspirateurs condamnés à la lapidation, 1696
Philotas et les autres conspirateurs condamnés à la lapidation, 1696

Décès 330 av. J.-C.
Drangiane
Origine Royaume de Macédoine
Allégeance Alexandre le Grand
Grade Hipparque des Compagnons
Conflits Conquête de l'empire perse
Faits d'armes Bataille du Granique
Bataille d'Issos
Bataille de Gaugamèles
Famille Fils de Parménion

Philotas (en grec ancien Φιλώτας / Philôtas) est un général de l'armée macédonienne sous le règne d'Alexandre le Grand. Il est condamné à mort en octobre 330 av. J.-C., accusé d'avoir participé à un complot contre la vie du roi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière sous Alexandre[modifier | modifier le code]

Philotas est le fils aîné de Parménion, l'un des principaux généraux de Philippe II et d'Alexandre le Grand ; il a pour frère Hector et Nicanor. Au début de l'expédition contre l'empire perse en 334 av. J.-C., il porte le titre prestigieux d'Hipparque et dirige la cavalerie lourde des Compagnons (hétairoi), soit environ 1 500 à 1 800 cavaliers. Il s'illustre en particulier à la bataille de Gaugamèles en 331.

L'exécution de Philotas[modifier | modifier le code]

Philotas est, selon Quinte-Curce[1], impliqué à l'automne 330 av. J.-C. dans un complot contre la vie du roi, alors sans enfant et donc sans héritier patrilinéaire. Il est confondu pour n'avoir pas révélé au souverain le danger qui le menace alors qu'un tiers l'en avait expressément diligenté. En effet, Dymnus, l'un des conjurateurs, adepte de pédérastie, confie à Nicomaque, un jeune prostitué dont il est épris, ses intentions, en lui faisant jurer par serment devant les dieux à l'intérieur de ne rien révéler. Nicomaque parjure néanmoins son serment et révèle tout à son frère Cébalinus. Ce dernier somme alors Philotas à plusieurs reprises d'en avertir le roi. Ce qu'il ne fait pas en lui assurant que le roi ne lui a pas laissé le temps de lui en parler. Plus tard, Philotas affirme qu'il n'a donné aucun crédit à ces informations provenant d'un débauché et qu'il n'a pas voulu accuser à la légère les amis du roi d'un crime aussi grave, Nicomaque et Cébalinus n'étant par ailleurs que des enfants.

Selon l'usage macédonien, c'est le peuple en temps de paix, et l'armée en temps de guerre, qui juge les crimes capitaux. Sur les accusations du roi, faisant état de faits de lèse-majesté antérieurs, celle de Cratère, un de ses rivaux particulièrement virulent dans cette affaire, et enfin celle de Coénus, le mari de sa sœur, des aveux lui sont soutirés sous la torture. Le lendemain ses déclarations sont lues devant l'assemblée. L'assemblée de l'armée macédonienne le condamne finalement à être lapidé, comme le veut la coutume ; sort que subissent les autres conjurés dénoncés par Nicomaque. Il est exécuté à Phrada-Prophtasia, capitale de la Drangiane.

La crainte de la loi macédonienne qui condamne les parents (au sens large) de quiconque a conspiré contre le roi à périr avec le coupable provoque la panique chez tous les parents de Philotas. Alexandre proclame alors qu'il exempte les parents des coupables. Le père de Philotas, Parménion, est néanmoins assassiné en Médie en automne 330.

La portée politique de l'exécution de Philotas[modifier | modifier le code]

Alexandre semble avoir attendu une occasion pour éliminer un opposant influent. Philotas, comme nombre de Macédoniens, n'accepte pas l'adoption du cérémonial perse. Lui et son père, Parménion, n'approuvent pas non plus la poursuite de l'expédition vers les provinces de l'empire perse aussi éloignées que l'Arie et la Drangiane, aux frontières de l'Iran et de l'Afghanistan actuels. Par ailleurs il se moque des prétentions du roi à être considéré comme le fils de Zeus Ammon. Quant à l'ambitieux Cratère, il voit sans doute là un moyen d’éliminer un rival qui pourrait lui faire de l’ombre. Le rôle de Parménion dans cette supposée conjuration n'est pas clairement établi ; pour autant Alexandre diligente des officiers l'assassiner en Médie, saisissant l'opportunité d'éliminer un officier de la « vieille garde » méfiant envers les rêves asiatiques du roi. Finalement l'exécution de Philotas s'inscrit dans une longue tradition de conflits entre aristocratie et monarchie macédonienne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il est la source principale au sujet de cette affaire : Quinte-Curce, Histoire d'Alexandre le Grand, VI, 7.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources antiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier Battistini (dir.) et Pascal Charvet (dir.), Alexandre le Grand, Histoire et dictionnaire, Paris, Laffont, coll. « Bouquins », (ISBN 222109784X)
  • Paul Goukowsky, Le monde grec et l'Orient : Alexandre et la conquête de l'Orient, t. 2, PUF, coll. « Peuples et civilisations », (ISBN 978-0415642736)