Philippe Minard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Minard.

Philippe Minard est un historien français, spécialiste d'histoire économique et sociale de la France et de l'Angleterre au XVIIIe siècle.

Philippe Minard
Description de l'image Portrait philippe.minard.JPG.
Naissance (57 ans)
Pont-Audemer
Profession

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Minard, est né le 18 octobre 1961 à Pont-Audemer (Eure).

Ancien élève de l'École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses (promotion 1982)[1], il a soutenu en décembre 1994 une thèse de doctorat à l'Université Paris-1, sous la direction de Daniel Roche, ayant pour titre « L'inspection des manufactures en France, de Colbert à la Révolution ». Son dossier d'habilitation, soutenu aussi à l'Université Paris-1 en décembre 2004, a porté sur « Marché, normes et institutions en France et en Angleterre dans le "long XVIIIe siècle" ».

Enseignement[modifier | modifier le code]

Philippe Minard enseigne à l'Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis comme professeur depuis 2005.

Il enseigne en tant que directeur d'études à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) depuis 2007 au sein du Centre de Recherches Historiques (CRH) et a assumé les fonctions de directeur adjoint (2010-2013) de l'UMR 8533 du CNRS Institutions et Dynamiques Historiques de l'Économie (IDHE) dont il dirige également le site Paris 8.

Il a été professeur invité à l’université de Genève (département d’économie) de 2010 à 2012.

Axes de recherche[modifier | modifier le code]

Histoire économique et sociale, France et Angleterre, XVIIIe-XIXe siècles, et plus précisément :

  • histoire de la régulation et des institutions économiques ;
  • histoire des politiques économiques ;
  • histoire du travail et du droit du travail ;
  • histoire de la propriété intellectuelle (brevets, copyright).

Responsabilités scientifiques[modifier | modifier le code]

Actuellement, Philippe Minard est :

  • Secrétaire général de la Société d'Histoire Moderne et Contemporaine (depuis 1996).
  • Membre du comité scientifique de la Société des études robespierristes (depuis 2006).
  • Membre du Comité pour l'Histoire Économique et Financière de la France (Ministère de l’Économie) (depuis 2010)
  • Membre du Conseil de l’AFHMT (Association française d’Histoire des Mondes du Travail), Paris (depuis 2013)
  • Membre du comité scientifique de la Fondation Grenoble École de Management (depuis 2016)

Il a été :

  • Membre du Comité directeur de l'Association Française d'Histoire Économique (2002-2006)
  • Membre du Comité Exécutif International de l’International Economic History Association (2006-2012)
  • Membre du bureau directeur du Center for the History of Innovation and Creativity (CHIC), University of Warwick (2008-2010)
  • Codirecteur du Programme de Recherches Interdisciplinaire de l’EHESS sur les Îles britanniques (2009-2014)

Ouvrages et direction d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Avec Corine Maitte et Matthieu de Oliveira (dir.), "La gloire de l’industrie. XVIIe-XIXe siècle. Faire de l’histoire avec Gérard Gayot", Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 342 p. - 2012.
  • Avec Vincent Milliot et Michel Porret (dir.), "La grande chevauchée. Faire de l’histoire avec Daniel Roche", Genève, Droz, 500 p. - 2011.
  • (dir.) « De quoi la “réforme” est-elle le nom ? », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 56-4 bis, 104 p. - 2009.
  • (dir.) "Travail et société, XVIe-XIXe siècles. Angleterre-France-Belgique", Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine, 54-1 - janvier-mars 2007
  • Avec Steven Kaplan (dir.), La France, malade du corporatisme? XVIIIe-XXe siècles, Paris, Belin - 2004.
  • Avec Denis Woronoff (dir.), L'argent des campagnes : échanges, monnaie, crédit dans la France rurale d'Ancien Régime. Journée d'études tenue à Bercy le 18 décembre 2000, Paris, Comité pour l'histoire économique et financière de la France - 2003.
  • Avec Jean-Pierre Jessenne, La France moderne, 1653-1789, Paris, Hachette - 1999.
  • La fortune du colbertisme, État et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard - 1998.
  • Typographes des Lumières, suivi des Anecdotes typographiques de Nicolas Contat, Seyssel, Champ Vallon - 1993.

Responsabilités éditoriales[modifier | modifier le code]

Philippe Minard est :

  • Directeur éditorial de la Revue d'histoire moderne et contemporaine depuis 2000.
  • Membre du comité de rédaction de European History Quarterly, Sage Publications, UK depuis 2005.
  • Membre du Conseil scientifique de la revue Écologie et Politique (Presses de Science Po, Paris) depuis 2011.
  • Directeur de la collection Futurs Antérieurs aux éditions La Découverte depuis 2012.

Il a été :

  • Membre du comité de rédaction des Annales Historiques de la Révolution Française (2006-2011)
  • Membre du comité scientifique de la Revue française de socio-économie, éd. La Découverte (2009-2011)
  • Membre du Book Advisory Panel de la liste électronique H-France (2009-2013)

Engagements[modifier | modifier le code]

En 2007, il appelle à voter pour Ségolène Royal, dans un texte publié dans Le Nouvel Observateur, « contre une droite d’arrogance », pour « une gauche d’espérance »[2].

En mars 2016, il co-signe une tribune dans Libération, "Les revues de sciences sociales en danger"[3], à propos de l’article 17 de la «loi pour une République numérique» prévoyant un libre accès (au bout d'un an) aux travaux des chercheurs publiés dans les revues. A l'occasion du 16e Salon de la revue, le 16 octobre 2016 il participe à ce sujet à un débat intitulé: "Revues de sciences humaines au temps d'Internet: quelles promesses? Quelles menaces?" [4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lyon-normalesup.org/Annuaire/frame.php.
  2. "Avant qu'il ne soit trop tard", tempsreel.nouvelobs.com, 13 mars 2007
  3. « Les revues de sciences sociales en danger », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  4. André Gunthert (Actualités de la Recherche en histoire visuelle), « Où en est l'édition électronique française en SHS? », sur http://www.arhv.lhivic.org/,

Liens externes[modifier | modifier le code]