Romain Huret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Huret.

Romain Huret, né en 1972 à Abbeville, est un historien français, spécialiste de l'histoire des États-Unis du XXe siècle, se consacrant principalement à l'étude des inégalités économiques et sociales aux États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études au Lycée Masséna de Nice, Romain Huret obtient une maîtrise d’histoire nord-américaine à l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne (1994) avec pour directeur de mémoire l'historien André Kaspi. L'année suivante, il obtient l'agrégation d’histoire. Après avoir enseigné au Lycée militaire d'Aix-en-Provence dans le cadre de son service militaire, puis au Lycée Le Corbusier à Aubervilliers, il entame en 1997 une thèse à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) sous la direction de Jean Heffer, puis de François Weil. De 2000 à 2004, il est attaché temporaire d'enseignement et de recherche à l'université d'Artois (notamment pour la préparation de la question d'histoire contemporaine au CAPES et à l'agrégation d'histoire). Après avoir soutenu son doctorat en 2003, il devient Maître de conférences à l'université Lumière Lyon 2.

Membre de l'Institut universitaire de France de 2008 à 2013, il intervient régulièrement sur les ondes de France-Culture[1] et écrit fréquemment dans les quotidiens Libération[2] et Le Monde[3]. En 2012, il soutient son Habilitation à diriger des recherches à l'université Paris 1- Panthéon Sorbonne avec pour garant l'historien Christophe Charle. Deux ans plus tard, il est élu directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales. En 2016, il intervient à plusieurs reprises dans les médias pour décrypter l'ascension de Donald Trump sur France Culture[4], Libération[5] ou encore Télérama[6]. En croisant des données sociales et médicales, il évoque une "Amérique sous antidépresseurs," selon la formule qu'il utilise pour le quotidien AOC.[7]

Travaux[modifier | modifier le code]

Ses travaux portent principalement sur l'histoire des inégalités aux États-Unis. Son premier ouvrage, La Fin de la pauvreté ? Les experts sociaux en guerre contre la pauvreté aux États-Unis (1945-[8]1974), est publié aux Éditions de l'EHESS (2008)[9]. L'ouvrage a été traduit aux États-Unis et publié chez Cornell University Press en 2018[8]. Dans une perspective d'histoire sociale de l'État, il s'intéresse à la construction d'un savoir sur la pauvreté dans l'Amérique des années 1950 et 1960. Au moment de sa parution, le magazine La Recherche en fait le livre du mois[10]. Romain Huret raconte le combat d'une génération d'économistes, de travailleurs sociaux et de statisticiennes qui s'interrogent sur la pertinence de la fameuse courbe de Kuznets, prévoyant une baisse inexorable des inégalités. Ces experts prônent un volontarisme politique en matière de distribution des revenus aux États-Unis, notamment l'idée d'un revenu minimum garanti. Leur échec annonce le creusement des inégalités à partir de la fin des années 1970, comme l'a démontré Thomas Piketty dans son ouvrage Le Capital au XXIe siècle (2013).

En 2010, Romain Huret publie une étude de l'Ouragan Katrina (2010), qui ravagea La Nouvelle-Orléans en 2005, toujours aux éditions de l'EHESS[11]. Ce travail prend à rebours l'idée d'une erreur humaine et gestionnaire de l'administration du président conservateur George W. Bush. À l'inverse, le livre décortique la rationalité politique et bureaucratique à l'œuvre au long de ce qu'il appelle la "longue semaine de la catastrophe" comme le souligne la journaliste Catherine Calvet dans son compte-rendu pour le quotidien Libération[12].

En 2014, son ouvrage American Tax Resisters parait chez Harvard University Press[13]. À la croisée de l'histoire sociale de l'impôt et de l'histoire politique du conservatisme, Romain Huret retrace la généalogie du discours antifiscal aux États-Unis. Fondée sur une étude minutieuse des pétitions envoyées au Congrès, la recherche enracine cette résistance à l'impôt dans l'épaisseur sociale et professionnelle qui l'a vu naître. Dans un entretien accordé au Boston Globe, Romain Huret en détaille les principales conclusions[14]. Dans le Times Higher Education, l'historien britannique de l'impôt, Martin Daunton, écrit : "The Tea Party did not arise from nowhere, but had a long history that Huret explains here with wit and style as he details the myriad forms of Americans’ resistance to paying tax[15]."

En 2019, il s'apprête à publier un travail de recherche portant sur le « célibatisme » (adapté de l'anglais "singlism") et les difficultés particulières que pose son accroissement, aux Etats-Unis et dans les sociétés occidentales privilégiant généralement les couples, en particulier les couples mariés. Il fait le lien entre la condition des célibataires et le mouvement des Gilets Jaunes dans une tribune parue dans Libération : Les célibataires au cœur du grand débat ?[16] et finalise un livre provisoirement intitulé les Oubliés de la Saint-Valentin. Célibataires, ordre social et inégalités aux Etats-Unis (XXe-XXIe siècles).

Publications[modifier | modifier le code]

  • La fin de la pauvreté ? Les experts sociaux et la Guerre contre la pauvreté aux États-Unis (1945-1974), Paris, Ed. de l'EHESS, (traduit en 2018 chez Cornell University Press, The Experts' War on Poverty: Social Research and the Welfare Agenda in Postwar America)
  • Katrina 2005 : l'ouragan, l'État et les pauvres, Paris, Ed. de l'EHESS,
  • American Tax Resisters, Cambridge, MA, Harvard University Press, 2014

Références[modifier | modifier le code]

  1. Présentation de Romain Huret sur le site de France Culture
  2. « Page de Romain Huret sur le site de Libération », sur Libération.fr
  3. Romain Huret (Historien des Etats-Unis, directeur d’études à l’EHESS), « A Charlottesville, « la résurgence d’une obsession identitaire », de la « défense de la race blanche » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 23 janvier 2018)
  4. « Les Etats-Unis vus par les philosophes (4/4) : Et si Trump avait tout compris ? », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le 23 janvier 2018)
  5. « De quoi Trump est le nom », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 23 janvier 2018)
  6. « Trump ou “la déstabilisation permanente” : l'historien Romain Huret décrypte la présidentielle américaine - Idées - Télérama.fr », Télérama.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 23 janvier 2018)
  7. « Une Amérique sous antidépresseurs | AOC media - Analyse Opinion Critique », sur aoc.media (consulté le 6 novembre 2018)
  8. a et b Romain D. Huret, The Experts' War on Poverty: Social Research and the Welfare Agenda in Postwar America, Cornell University Press, coll. « American Institutions and Society », (ISBN 9780801450488, lire en ligne)
  9. « Les Éditions de l'EHESS: La fin de la pauvreté ? », sur editions.ehess.fr (consulté le 25 février 2018)
  10. « La Fin de la pauvreté ? », sur www.larecherche.fr (consulté le 25 février 2018)
  11. « Les Éditions de l'EHESS: Marseille au temps des troubles, 1559-1596 », sur editions.ehess.fr (consulté le 25 février 2018)
  12. « Essai Cyclone Katrina, Opération ouragan », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2018)
  13. « Site de Harvard University Press »
  14. (en) « 150 years of American tax resistance - The Boston Globe », BostonGlobe.com,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2018)
  15. (en) « American Tax Resisters, by Romain D. Huret », Times Higher Education (THE),‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2018)
  16. « Les célibataires au cœur du grand débat ? », sur Libération.fr, (consulté le 26 mars 2019)

Lien externe[modifier | modifier le code]