Pensées pour moi-même

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Marc Aurèle, fragment d'un bronze conservé au Louvre (170 ap. J.-C.).

Les Pensées pour moi-même (En grec ancien, Τὰ εἰς ἑαυτόν, Ta eis heauton), souvent simplement intitulé Pensées est le titre d'une série de réflexions divisées en douze livres, rédigées en grec entre 170 et 180 par l'empereur Marc Aurèle qui régna de 161 à 180 apr. J.-C., et écrites au moins partiellement pendant ses campagnes militaires[1]. Les Pensées n'étaient au départ qu'un journal non destiné à être publié et révélé au public, mais devant être détruit à la mort de l'auteur. N'étant pas destinées à être lues par quiconque excepté l'auteur lui-même, le texte est adressé à Marc Aurèle lui-même. L'empereur s'y fait de nombreux reproches, réexpose périodiquement les mêmes idées et se donne des exercices afin de ne pas céder aux multiples tentations et facilités auxquelles il est exposé et de persévérer dans la voie de la philosophie qu'il reconnaît comme la seule mesure de la valeur d'un homme.

L'édition Budé préfère renommer l'œuvre Écrits pour lui-même, arguant que le titre des Pensées n'est pas authentique auprès des manuscrits et des éditeurs anciens, et que cela induirait la confusion avec l'œuvre homonyme de Pascal, qui ne sont que des recueils divers, ce n'est pas une œuvre achevée.

Rédigées dans un style simple et froid, les Pensées sont une suite d'épigrammes et de courtes réflexions portant sur le devoir, la mort et la conduite du sage face aux erreurs et à la méchanceté des Hommes. Marc Aurèle, lui-même philosophe stoïcien développe la tradition d'Épictète selon laquelle tout Homme a le profond devoir de ne pas s'inquiéter de ce qui ne dépend pas de lui, c'est-à-dire les biens matériels, les honneurs, l'opinion des gens, mais doit en contrepartie se rendre parfaitement maître de ses émotions, avis, opinions et jugements, la seule chose dont il possède une parfaite maîtrise.

Par rapport à celle de son « prédécesseur », Épictète, la philosophie de Marc Aurèle est fortement orientée sur la notion de devoir et de responsabilité, notions importantes pour un empereur régnant sur un empire à son apogée mais souffrant de révoltes chroniques et de corruption. L'auteur se remémore sans cesse la nécessité de ne pas éprouver de colère et de haine à l'endroit des méchants et de ne pas laisser le mépris ou la honte l'atteindre, mais de se conformer à son devoir et à la justice pour être un exemple d'Homme droit et ainsi tenter de corriger son entourage plutôt que de le punir. Les Pensées contiennent également de nombreuses allusions à la corruption de la cour impériale et à la nécessité, malgré cet environnement, de ne pas se détourner de la voie de la philosophie[2].

Mise en Contexte[modifier | modifier le code]


a) Biographie de Marc-Aurèle[modifier | modifier le code]

Marc Aurèle naît en 121 à Rome dans une famille d’aristocrates. Son père est magistrat tandis que son grand-père est consul et préfet de l’empereur Hadrien. À 12 ans, Marc Aurèle abandonne l’habit des enfants de patriciens et revêt l’habit des philosophes popularisé par Diogène le Cynique. En 138, Hadrien désigne son successeur Antonin Le Pieux. Ce dernier adopte Marc-Aurèle et en fait son successeur légitime. Durant cette période, Marc-Aurèle se familiarise avec la fonction d’empereur et continue sa formation philosophique auprès de Fronton et Junius Rusticus qui lui fait découvrir Epictète. En 161, Antonin meurt et Marc- Aurèle est intronisé empereur. Durant les premières années de son règne, il partage le pouvoir avec son frère adoptif Lucius Verus jusqu’à la mort de celui-ci en 169. Si le règne d’Antonin avait été prospère et pacifique, celui de Marc-Aurèle est semé d’embûches. Le Tibre déborde et la guerre se profile à l’horizon. En Orient, l’actuelle Arménie est envahie par les Parthes. Puis, en 166, c’est du côté du Rhin que les tensions se manifestent. Jusqu’en 175, Marc-Aurèle mène une longue campagne militaire et ne rentre plus à Rome. C’est durant cette période, qu’il écrit ses Pensées pour moi-même.  En 175, les Germains sont vaincus mais Marc-Aurèle doit cette fois, faire face à la rébellion de son ancien général Avidius Cassius, qui, le croyant mort, s’est fait proclamer empereur. Cassius est assassiné mais Marc-Aurèle insiste pour ne pas punir les sénateurs complices trop sévèrement. Si cette apparente indulgence est l’image que la postérité retiendra de cet empereur philosophe, en 177, des persécutions contre les chrétiens ont lieu et ne sont pas réfrénées par ce dernier.  Puis, en 178, des nouvelles invasions en Germanie contraignent l’empereur à repartir en campagne et il meurt deux ans plus tard, certainement atteint de la peste, à Vienne ou près du Sirmium[3].

b) L’apparition et l’évolution de la philosophie stoïcienne[modifier | modifier le code]

L’histoire du stoïcisme est traditionnellement répartie en trois grandes périodes. On estime que la philosophie stoïcienne a été fondée par Zénon de Cittium, au IIIe siècle av. J.-C. avec la fondation de l'école du Portique. La première période est qualifiée d’ancien stoïcisme avec Zénon de Cittium, Cléante et Chrysippe. Puis vient le stoïcisme moyen avec Panétius (IIe siècle av. J.-C.) et Cicéron dans son De officiis. Enfin, le stoïcisme impérial  s’illustre avec Sénèque (Ier siècle), Epictète (Ier-2ème) et Marc-Aurèle (121). La philosophie stoïcienne se divise en trois grands domaines de réflexion. Tout d’abord la réflexion canonique (philosophie de la connaissance, épistémologie), puis la physique (philosophie de la nature qui peut s’accompagner d’observation, totalité englobante) et enfin l'éthique, d’où son caractère systématique. C’est Epictète qui introduit la distinction cardinale entre ce qui dépend de nous et dont il faut se soucier et ce qui ne dépend pas de nous. Il détermine trois domaines ou « sujets auxquels doit s’exercer l’homme qui veut être honnête » : « éviter l’erreur » et ne donner son « assentiment » qu’aux représentations objectives ; ne désirer que ce qui dépend de nous, accomplir son devoir dans la vie sociale. Ces canons de la philosophie stoïcienne, Marc-Aurèle s’efforce de les suivre dans Pensées pour moi-même. Marc-Aurèle se prête, durant sa vie à l’exercice philosophique qui consiste non seulement en une formation théorique mais bien plus que cela. Être philosophe signifie se prêter à une conversion qui implique l’adoption d’un certain mode de vie. L’écriture fait partie intégrante de cet exercice qu’est la vie philosophique. Marc-Aurèle rédige donc, dans ce cadre les ta eis heauton, les choses qui sont à l’intention de soi-même. Ainsi, les Pensées pour moi-même ne sont pas qu’un art de gouverner mais également un art de vivre.

c) Pensées pour soi-même…[modifier | modifier le code]

Ta eis heauton, les choses qui sont à l’intention de soi-même. Cette traduction littérale, reprise plus tard comme étant Les Pensées pour moi-même, soulève d’emblée une question :  Que signifie dialoguer avec soi-même ?  « Si tu supprimes ton opinion sur ce qui semble t’affliger, tu te places toi-même dans la position la plus inébranlable. – Qui, toi-même ? La raison – Mais je ne suis pas que raison » Si quelque chose en toi vient à souffrir…. Le danger est que la raison elle-même souffre, elle ne doit pas se chagriner elle-même, le moi empirique peut jouer son rôle, être affecté, mais le moi rationnel ne doit pas être entraîné dans la souffrance.(8, 40 du Manuel d’Epictète).  Epictète recommandait de ne pas seulement comprendre les principes de la philosophie selon une appréhension intellectuelle, mais également de se perfectionner par un exercice de lecture. La langue grecque entre en résonance avec le choix initial du mode de vie philosophique de Marc-Aurèle. Sentences, forme dialoguée, discussions philosophiques, exhortations, évocation de modèles.


Les pensées se font hypomnemata, soutien de la mémoire par l’écriture, une mémoire-habitude et non seulement une mémoire conservatrice. Il s’agit d’écrire uniquement pour s’influencer soi-même, se concentrer sur les principes de vie essentiels : « ces pensées te suffisent, elles sont pour toi des principes (dogmata) ». Par ailleurs, les pensées sont traversées de la perspective de la mort imminente. Face à une série de crises il y a trois dogmes : Premièrement, contrôler son discours intérieur, ensuite ne faire que ce qui rend service à la communauté humaine et enfin accepter les évènements que nous apporte le cours de la nature du tout, qui s’inscrivent dans une totalité rationnelle, selon leur postulat transcendantal. Chaque évènement y est l’effet nécessaire d’une disposition régie par une intelligence universelle. Il y a donc trois niveaux dans l’existence. Le niveau personnel, social, et cosmologique. Notre propre expérience n’y est cependant pas référentielle, elle est purement locale, optique, et n’a pas d’enjeu ontologique fondamental comme dans la pensée moderne. Selon le postulat d’Hadot, nous n’assistons pas à l’effusion spontanée d’une âme mais à un exercice accompli selon des règles définies. Cela suppose un canevas préexistant sur lequel l’empereur-philosophe pourrait poser son propre motif.                                                                            

Marc-Aurèle est donc tributaire d’une structure discursive et s’inscrit dans un mode de vie philosophique. Il y a dans les pensées une conscience morale guidant une vie avec une pureté d’intentions, la seule volonté de faire le bien. Il y a également une conscience intellectuelle, comprenant la réfutation de l’illusion, de l’erreur car il est capital de bien juger les choses et les évènements. Enfin, il y a une conscience cosmique, c’est-à-dire un placement permanent dans la perspective du tout. De ce triptyque de consciences naissent trois modes qui ont comme but fondamental de se réconcilier avec la nature logos suivant les trois modes : une raison intérieure à l’individu (règle de pensée), raison intérieure à la communauté humaine et enfin la raison intérieure au cosmos. Ainsi de manière évidente : « en tous lieux et sans cesse, il dépend de toi d’être pleinement satisfait de l’occurrence présente, se comporter selon la justice avec les hommes présents, de fixer ton attention afin qu’il ne se glisse rien d’incompréhensible. » Amour du destin, justice et amour des hommes et vérité de la pensée, voici le triptyque qui habite l’ensemble du recueil et montre une philosophie qui s’étend jusqu’au mode de vie. L’intériorisation des conflits dans la conscience théorique marquent une sortie de la conscience historique et une renonciation à l’effectivité. L’évènement n’y a qu’une valeur optique, et non ontologique. Ce schème est emprunté à Epictète et montre bien que Marc-Aurèle s’inscrit dans une tradition philosophique.


Présentation générale de l’œuvre[modifier | modifier le code]

a) présentation thématique de l’œuvre[modifier | modifier le code]

1/ La discipline du jugement[modifier | modifier le code]

« Si tu souffres à propos de quelque chose d’extérieur, ce n’est pas cette chose qui te trouble, mais ton jugement sur elle ; il dépend de toi de le faire disparaître. » (Pensées VIII, 47). La pensée de Marc-Aurèle s’inscrit dans le stoïcisme et prolonge l’idée que nos passions et nos émotions sont causées par les jugements que nous portons sur les choses. Il y a premièrement ce que nous entendons puis ce que nous percevons. À la première représentation objective nous ajoutons un jugement de valeur. C’est ce jugement qu’il faut apprendre à discipliner. Ce qui ne dépend pas de nous ne nous appartient pas et nous n’avons donc pas le droit de poser de jugement moral dessus. Pour Marc-Aurèle, il faut se détacher par des exercices spirituels des émotions et décrire la chose telle qu’elle est, sans jugement de valeur.

2/ Amour du destin[modifier | modifier le code]

Cette formule nietzschéenne est un des grands thèmes abordés par Marc-Aurèle. « Le propre d’un homme bon est d’aimer et d’accueillir avec joie ce qui lui arrive. » (III,16,3) La pensée de Marc-Aurèle y dessine le monde comme Tout où toutes les parties sont en harmonie les unes avec les autres. Dès lors, même si le destin peut avoir des conséquences cruelles, ces conséquences sont nécessaires à l’harmonie du Tout. Accepter le destin, c’est accepter d’être partie du Tout et aimer l’œuvre de la nature.

b) La subdivision structurelle par livres[modifier | modifier le code]

L’ouvrage de Marc-Aurèle intitulé à postériori Pensées pour moi-même est divisé en douze parties et se présente sous forme d’aphorismes ou de paragraphes plus ou moins longs mais discontinus. Il ne s’agit pas d’un ouvrage unifié avec une progression théorique linéaire. Les Pensées n’ont pas valeur de journal intime mais plutôt de manuel, d’une sorte de livre de bord de vie philosophique. Marc-Aurèle y soliloque pour se remémorer les règles de vie à suivre pour progresser vers la sérénité et discipliner ses actions.

Livre I[modifier | modifier le code]

Le livre I rend hommage aux hommes qui ont marqué Marc-Aurèle. Il y établit ce qu'il doit à chacun de ses aïeux, de ses parents, amis, éducateurs, et érige en modèle les exemples qu'ils lui ont donnés. C’est le seul livre qui contient des allusions biographiques et est donc probablement écrit en dernier.

Livre II[modifier | modifier le code]

Le livre II et III mentionnent « chez les Quades, près du Gran » et « à Carnuntum » ( une base militaire située le long du fleuve du Danube). Ces deux livres sont centrés autour du thème de la mort «  il faut accomplir chaque action de la vie comme si c’était la dernière ».  La mort y est une possibilité perpétuelle et marque l’urgence d’une réforme personnelle. Le sentiment du vieillissement, du temps qui passe sont le point de départ d’une urgence d’agir avec le sens du bien commun, en harmonie avec la nature et les autres, sans effroi devant la mort conçue comme un mal de nature à compromettre l’harmonie du monde et la qualité éthique de la vie.  

Livre III[modifier | modifier le code]

Il y a une progression du livre II au livre III avec l’introduction du thème de l’intelligence de la nature, la pronoia, l’intelligence téléologique capable de prévoir. Marc-Aurèle y aborde tout d’abord son finalisme, qui fait du corps humain une partie du monde et de son âme une partie du législateur, puis les trois exercices légués par Epictète dont la faculté de se faire une opinion : hupolepsis. Marc-Aurèle développe l’idée de l’art d’habiter avec les autres, un art qui au-delà de la simple sociabilité, explore la possibilité d’une communauté cohérente, stable et obéissant aux dieux suite à un jugement qui y reconnaît la sagesse du Tout (prévention, précipitation). L’obéissance n’est pas l’obéissance par conformisme mais selon la nature, par sens de la cohérence, kata physin (par opposition à para physin). Le telos est de vivre selon la nature, c’est-à-dire la vertu, c’est-à-dire vivre selon l’expérience des évènements qui arrivent selon la nature, car notre nature est une partie de l’univers, en accord avec la nature universelle et individuelle.

Livre IV[modifier | modifier le code]

Le livre IV contient des méditations sur la mort et la brièveté de la vie dont est souligné le caractère éphémère, loin d’une méditation plus sereine, un climat protreptique similaire à celui des Lettres à Lucilius, dans un travail où apparait l’antagonisme entre la vie d’apparence et la vie de sagesse. Le chapitre III propose une méthode de méditation, route vers la quiétude comme ordre parfait. La méthode est la méditation de doctrine associée à la nécessité de mémorisation de préceptes ou d’argumentations comme la disjonction, argumentation par disjonction entre les atomes et la providence. Le providentialisme et l’atomisme deviennent, par ce procédé, convergents par leurs conséquences non théoriques mais éthiques. Il ne s’agit donc pas de construire et défendre une thèse mais de mettre en présence des arguments opposés et indépendants qui renforce la thèse initiale.

Livre V[modifier | modifier le code]

Le livre V commence par une pensée matinale pour donner le ton du livre, bien que ce livre soit plutôt abstrait en ce qu’il traite de la vie personnelle et de la vie selon la nature; pensée comme concept plutôt que comme environnement concret. Les thèmes abordés y sont le principe cosmologique de cause active et de matière passive avec un passage sur l’éternel retour.

Livre VI:

Le livre VI permet d’avoir une vue d’ensemble du stoïcisme de Marc-Aurèle. Il y reprend et prolonge les dogmes stoïciens formulés dans l’œuvre d’Epictète. Le premier dogme introduit l’idée qu’il n’y a de bien et de mal que le bien et le mal moral qui se situent dans la volonté de l’homme, dans ce qui dépend de lui. Le reste, ce qui ne dépend pas de nous, n’est ni bien, ni mal. Le deuxième dogme c’est qu’il y a dans l’univers un « principe directeur » : la Raison universelle qui produit les êtres et les évènements selon un plan rigoureusement rationnel.  De ce principe découle en l’homme un principe directeur, la raison qui donne à l’homme la possibilité d’être tel qu’il veut. De là découlent des règles de vie dans les trois grands domaines de l’existence humaine : ce que l’homme fait, subit et pense. Ce qu’il subit c’est tout ce qui ne dépend pas de lui. Ce qu’il doit faire, c’est tout ce qui dépend de lui. Ce qu’il pense, ce sont les représentations de la réalité et les jugements de valeur qu’il dépend de lui de porter. De ces trois domaines de la vie humaine découlent des règles de vie. Dans le domaine de vie de la pensée, il faut dénuder les événements et les choses de leur fausse valeur et ne pas juger ce qui ne dépend pas de nous. Dans le domaine de la vie de l’action, il faut traiter autrui avec un véritable amour et de la bienveillance ainsi que bien agir dans la société. Enfin, dans le domaine de vie de ce que l'on subit, il faut accepter les évènements que la Raison universelle nous a attribués comme destin.

Livre VII[modifier | modifier le code]

Le livre VII est une plaque tournante entre deux livres où deux thèmes dominent: la nature avec le précepte de la patience et celui d’agir avec droiture avec les autres êtres humains.

Livre VIII[modifier | modifier le code]

Le livre VIII propose des attentes de la vie, raisonnables et comporte une dimension plus autobiographique, dont le chapitre XXVII qui concerne l’entrelacement de la place d’empereur de Marc-Aurèle..

Livres IX, X, XI[modifier | modifier le code]

Les Livres IX, X et XI présentent des chapitres courts et des reprises. L’importance de la physique est un thème abordé dans le livre IX. Le livre XI quant à lui, fait des capitules à mémoriser.

Livre XII[modifier | modifier le code]

Enfin, le Livre XII propose une récapitulation du thème : où la grâce est, est la paix.



Plan détaillé du Livre I et II[modifier | modifier le code]

Livre I[modifier | modifier le code]


I.             Bienfaits reçus des hommes[modifier | modifier le code]


a)    Le grand-père[modifier | modifier le code]

Il s'agit ici d'un exposé des dettes spirituelles de Marc-Aurèle, de sorte qu’une connivence est créée dans ce dévoilement de doutes qui n’est d’ordinaire pas l’apanage des maîtres stoïciens qui en prennent la posture. La « bonté coutumière » traduit le kaloéthès, dans le cadre d’une morale de la honte par opposition à une morale de la culpabilité selon la distinction de Dodds[4].

On peut ici, relever deux références. La première se trouve dans le Manuel d’Epictète : « celui qui m’insulte devient pareillement mon camarade d’entraînement, il m’entraîne à être patient, à ne pas me mettre en colère, à montrer de la douceur ». La deuxième est d' Aristote qui s’oppose à cette idée de l’absence de colère qui devient alors un défaut puisqu’on pourrait être taxé d’impassibilité dont la douceur tient le milieu par rapport à l’irascible dans les circonstances aristotéliciennes.

b)    Le père[modifier | modifier le code]

Puisqu’il est seulement question de « celui qui [l’] a engendré » le père est demeuré une fonction, une mémoire, et non une personne.

Exemple de virilité p.44 (MA II,5 ; III,5), fermeté, force d’âme dans une conception morale de la virilité, de sorte que dans les Entretiens d’Epictète, Achille ou Alexandre ne perdent qu’avec leur perte de réserve.

c)    La mère[modifier | modifier le code]

On observe par ailleurs une dialectique des vertus qui se corrigent, se compensent, s’équilibrent. La religion, la piété est une attitude générale de respect qui concerne autant les dieux que la famille.

d)    L’arrière-grand-père[modifier | modifier le code]

Il y a des dépenses, qui même dans leur largesse, sont nécessaires, comme le fait remarquer Marc-Aurèle au sujet de l’éducation. Il y a donc une exception au principe de frugalité.

II.Apprentissage de la philosophie[modifier | modifier le code]


a)    Le précepteur[modifier | modifier le code]

Au nom d’une certaine civilitas, l’empereur se devait de participer aux jeux. Parmulariens et scutariens s’y affrontaient dans un spectacle morbide, décrit dans la lettre à Lucilius 95 §33, homo sacra res homini (l’homme, chose sacrée pour l’homme), « on l’égorge de nos jours et par passe-temps ». Sous la polémique démesurée se distingue une uniformité de sorte que la distance face aux passions du spectacle sanglant devient un schème existentiel. Les calomnies sont des propos qui divisent les hommes, alors que le philosophe se veut symbolè (sustine et abstine).

b)    Diognète[modifier | modifier le code]

Dans le livre I, la découverte de la philosophie se fait non seulement par l’enseignement de Diognète lui-même avec qui il y aurait l’écriture de dialogues mais aussi avec d’autres maîtres comme Rusticus, un homme dévoué à l’Empereur. Pour Diognète il s’agissait des traits extérieurs de la philosophie alors que Rusticus en propose le sens, dans une forme d’itinéraire philosophique.

c)    Junius Rusticus[modifier | modifier le code]

Pourquoi ne pas écrire de traités ? Un traité est un ensemble de principes théoriques (dogmata), abstraits, qui ne s’articule pas avec une pratique concrète d’un point de vue stoïcien. (Manuel 46) « En aucun lieu ne te dis toi-même philosophe » « ne te répands pas en discours sur les principes, mais fais ce qui découle des principes ».

Trois genres philosophiques sont à distinguer : le genre « elenktique », elenktikos (réfutatif) pour dénoncer les erreurs ; protreptique pour encourager à la pratique de la vertu (exhortatif); et didaskalikos, qui enseigne les principes théoriques (didactique) dit l’épidictique pour l’éloquence d’apparat. Marc-Aurèle recommande lui-même de ne pas faire parade de son obéissance à la raison: "évite de faire le César" ( VI, 30,1).

d)    Apollonius de Chalcédoine[modifier | modifier le code]

Apollonius de Chalcédoine, philosophe stoïcien, enseigne la liberté par rapport aux passions et aux choses qui ne dépendent pas de nous. Marc-Aurèle remarque sa qualité pédagogique de patience face aux moments d’errements et ses explications claires et concises.

e)    Sextus de Chéronée[modifier | modifier le code]

Sextus, philosophe stoïcien et neveu de Plutarque, lui enseigne le bon gouvernement et " l'art de s'accommoder à toutes espèces de gens"

f)     Alexandre le Grammairien[modifier | modifier le code]

Alors que d’autres enseignent le discours persuasif, sa fonction est plus technique et modeste. Il apprend de lui une certaine méthode pédagogique face à l’erreur. Au lieu d’humilier les élèves, le maître cesse de corriger par un langage moral. La relation pédagogique implique donc de se livrer à une réduction qui implique de se dépouiller des rapports psychologiques, du danger du mépris, de l’ironie, dont l’art du pédagogue doit se prémunir. Alexandre crée par ailleurs une forme de fiction pédagogique, comme le préconisait Rousseau, dans des réponses qui glissent la correction de l’erreur sans reprendre à proprement parler, sans répression de l’erreur, dans une correction insensible. Au lieu de faire usage de la culpabilité de la faute et de montrer les opérations, l’éducation se fait implicite, de sorte que les élèves apprennent à son contact sans s’être aperçus qu’ils apprenaient, sans mettre à nu tous les mécanismes du discours. Comme il  y a une ruse de l’histoire, il y aurait une ruse de la raison pédagogique, loin de l’ "obsession parménidienne " , obsession de l’analyse, gestion psychanalytique. Au contraire, il y aurait là une pratique démocratique du savoir que le « commun débat », dans une interactivité de la construction du savoir, le comportement linguistique réglé atteint par un débat sur le fond pour corriger la forme.

g)    Cornélius Fronton[modifier | modifier le code]

Homo novus, il est professeur de rhétorique. Il enseigne comment défendre l’indéfendable, défendre le pour et le contre, mais ce ne sont pas ces leçons que Marc-Aurèle retient de Fronton, dans la mesure où sa vie philosophique lui a fait prendre ses distances avec les présupposés de l’exercice rhétorique, loin du côté ludique et artificiel de la rhétorique au discours. Fronton déplore le manque de qualité sociale de la bourgeoisie romaine, d’après son regard étranger de Numide, phrygien.

h)    Alexandre le Platonicien[modifier | modifier le code]

L’excuse du temps, le devoir envers les proches, l’usage du temps sont les thèmes exploités dans son traité sur la brièveté de la vie. Le temps soustrait à la nécessité, dans une mise en scène de l’urgence alors que le loisir est un courage de vouloir le rien. Celui qui n’a pas le temps n’a, au fond, pas de méthode, comme quelqu’un qui a à épeler un mot et oublie des lettres dans l’urgence. Le monde, Dieu, les compagnons d’existence, voilà ceux auxquels on doit penser.

i)      De Cinna Catullus[modifier | modifier le code]

Catullus enseigne à Marc-Aurèle que la relation amicale elle-même prévaut sur les contenus, que l’amitié est plus importante que la vérité, contrairement à ce que disait Aristote au sujet de Platon.

j)      Claudius Severus[modifier | modifier le code]

Marc-Aurèle apprend auprès de lui l’apprentissage de la philosophie péripatéticienne. L'amour de la famille, de la vérité et de la justice, l'amour des proches, l'expérience concrète associée à des concepts y sont des thèmes centraux: la vérité et la justice ne seraient donc rien en dehors d’une relation pratique avec nos semblables

Livre II[modifier | modifier le code]

Le livre II consiste en une exhortation argumentée à ne pas se comporter en adversaire avec les autres hommes. Cette exhortation est accompagnée d’une réflexion sur les causes des difficultés des relations. Le livre II contient deux axes : le mouvement des hommes contre ses semblables et le dépassement de cette adversité par un mouvement du moi éthique. Il y a un effet de synthèse dialectique final, un enjeu de désamorçage de la dialectique de l’adversité. Le mouvement profond du texte consiste en ces deux formes de l’adversité: celle subie et celle initiée au dépassement de l’adversité par le replacement de ces relations dans la nature universelle.

L'entrée en matière du Livre II se fait dans le cadre de la vie philosophique et de l’exercice quotidien de la sagesse. Le sage s’adresse à lui-même comme à son propre disciple, et anticipe, va au-devant de la journée, des situations en leur donnant une règle, voire un principe.

La déclinaison des difficultés relationnelles est illustrée par Marc-Aurèle par des figures archétypiques où l’adversité est de l’ordre de l’intrusion, de l’ingérence importune ou de ceux qui font preuve d’hybris ou d’indifférence. La typologie est ici une progression allant de l’adversité implicite à l’adversité déclarée. L’hostilité sournoise du fourbe lui succède , plus blessante encore, dans sa trahison, jusqu’à l’insociable, figure-limite de la sociabilité dans la privation de relation, « exilé » de celui « qui se tient éloigné de la raison sociale ».

Il n’est donc pas question de probabilité mais de cause d’une advenue tenue pour inévitable. Tous ces défauts sont arrivés à ces hommes (sumbebekos, l’accident distinct de la substance), de sorte qu’ils les affectent du dehors sans les déterminer. L’étiologie de la méchanceté distingue les hommes, l’humanité dans son essence de la méchanceté accidentelle de ces hommes, du fait de leur « ignorance des biens et des maux ». Ignorance rapportée aussi bien aux choses bonnes qu’aux choses mauvaises.

Les ressources du moi éthique devant cette situation sont la connaissance du bien et du mal, et la mise en perspective du méchant par rapport à la nature. Le mal n’est pas ici question d’esthétisme, mais de nature morale et sne sont pas des en-soi. Ils qualifient une action humaine digne d’être approuvée de tous : une belle conduite est estimable de chacun. Le sage recourt donc à l’anthropologie métaphysique, la parenté avec le divin qui rend la méchanceté inefficiente sur le moi éthique, puisque la communauté génétique avec le méchant transcendant les situations empiriques. La dimension biologique de ce lien n’est pas seulement matérielle, mais est aussi une intelligence commune et une participation au divin.

Cette méchanceté adventice ne peut nuire au moi éthique, mais seulement au moi empirique, qui doit les rencontrer sans les affronter. Le véritable mal serait que ce mal l’atteigne dans sa nature : « aucun être humain ne peut me nuire », ce qui prend à revers  la thèse contemporaine selon laquelle le plus grand mal est celui qu’un homme fait à un autre.

Après l’adversité subie vient la réaction du moi par rapport à ces adversités subies, la tentation de l’adversité commise.  Il y a une analogie du corps et des membres, du tout et de la partie « car nous sommes nés pour coopérer » ce qui renvoie à une (commune finalité, téléologie), commune nature (essence, ontologie) et commune origine (divin, généalogie).

Manuscrits et éditions[modifier | modifier le code]

Le texte des Pensées a été entièrement préservé grâce à deux manuscrits seulement. Le premier est le codex du XVIe siècle Vaticanus Graecus 1950 et le second est le codex Toxitanus (T), qui a reçu son nom du poète Michael Toxites (forme latinisée de Michael Schütz) qui, probablement en avril 1556, a donné le manuscrit à l'humaniste Gesner, selon la dédicace qui est rédigée avant le texte et également dénommé Palatinus (P)[5] par ses éditeurs et qui aujourd'hui a disparu. C'est ce dernier dont s'est servi Xylander pour son editio princeps, traduction en latin de l'original grec, et imprimée à Zurich en 1559 par Andreas Gesner.

Et après?[modifier | modifier le code]

Pour Jean Cottraux, Les Pensées pour moi-même ont apporté un éclairage signifiant quant aux thérapies cognitives et comportementales modernes. Selon lui, « Marc Aurèle est considéré comme l'ancêtre des thérapies cognitives et comportementales, qui visent à comprendre sur le plan théorique et à traiter des pathologie comme l'anxiété, les obsessions et les phobies, la dépression ou encore les troubles de la personnalité ». En effet, au fragment 47 du Livre VIII des Pensées, Marc-Aurèle écrit: « si tu souffres à propos de quelque chose d'extérieur, ce n'est pas cette chose qui te trouble mais ton jugement sur elle ». Ce fragment rappelle de près le principe fondateur de la psychologie cognitive qui consiste en l'affirmation que la réalité est une construction. Dans le même domaine, un autre précepte du stoïcien sert de fondement : selon lui, il faut nécessairement que l'action ait une « clause de réserve », ce qui signifie que l'on doit être conscient de l'existence des obstacles dont on ne doit pas être malheureux, puisque ces obstacles ne dépendent pas de nous . En psychologie positive, lorsqu'un individu ne trouve pas le succès, il peut expliquer cela au travers d'attributions internes ou externes. S'il attribue l'échec à des causes internes, il en endosse l'entière responsabilité. Si, au contraire, il trouve des causes externes à cet échec, l'échec en devient circonstanciel, en clair un obstacle qui ne dépend pas du moi. La psychologie cognitive montre que la dépression advient plus souvent chez les premiers sujets et tend donc à corriger cette attitude pour cheminer vers la résilience et l'acceptation des choses qui ne sont pas en notre pouvoir. Ainsi donc, des siècles plus tard, Marc Aurèle et sa philosophie stoïcienne laissent des traces.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marc Aurèle, Pensées pour moi-même, I.XVII et II.XVII
  2. Ibid., V.XVI
  3. Martin Duru, « L'EMPIRE SUR SOI », Philosophie magazine,‎
  4. (en) Eric Robertson Dodds, The Greeks and the irrational
  5. Car il était conservé à la Bibliothèque palatine de Heidelberg

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :