Mario Meunier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mario Meunier
Description de cette image, également commentée ci-après
Mario Meunier en 1932.
Naissance
Saint-Jean-Soleymieux,(42560) Loire (France)
Décès (à 79 ans)
Le Crozet, Loire (France)
Nationalité Française
Domaines Hellénisme
Distinctions Ordre du Phénix
Commandeur de la Légion d'honneur
Ordre du Sauveur

Mario Meunier, né à Saint-Jean-Soleymieux le et mort le , est un helléniste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu son certificat d'études et étudié le latin auprès du curé du village qui avait remarqué son intelligence et espéré sans doute une future vocation, il fut poussé à aller perfectionner ses connaissances latines chez les trappistes d'Aiguebelle, puis, ayant revêtu la bure de novice, chez les bénédictins de Marseille. Là, auprès de maîtres érudits, il acquit une connaissance parfaite du grec ancien.

Mais, à Marseille, son séjour monastique, au cours duquel lui fut révélée la haute tradition de l'hellénisme, ne le retint pas et il chercha son épanouissement intellectuel dans le monde.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Il commença sa carrière d'intense créativité intellectuelle en fondant avec Émile Sicard, Valère Bernard, Edmond Jaloux et Francis de Miomandre une revue littéraire, "Le Feu", et y publia sa traduction de l'Antigone de Sophocle en 1907.

Un tournant important dans sa vie fut sa rencontre avec deux personnalités célèbres: le sculpteur Auguste Rodin, qui le marqua de sa puissante personnalité et la danseuse Isadora Duncan, dont il fut secrétaire, respectivement en 1910-1911 et 1912-1913[1].

La Grande Guerre brisa tous ses projets et l'entraîna dans la grande épreuve collective de sa génération ; prisonnier dès septembre 1914, il subit une lourde captivité dans un camp situé non loin du front russe.

Rentré dans ses foyers, il continua à faire découvrir et à communiquer dans de nombreuses traductions les lumières de l'hellénisme auprès du grand public qui put avoir accès, à la fois rajeunies et dans une langue impeccable, aux œuvres d'Homère, Platon, Sappho, Sophocle, Euripide, Nonnos de Panopolis, Hiéroclès, Proclus, Plutarque, Synésios de Cyrène, et surtout de Pythagore dont il transmit la pensée et traduisit les Vers d'or (L'Artisan du Livre, Paris, 1925).

Ses méditations sur l'hellénisme et les mythes grecs, en particulier La Légende dorée des Dieux et des Héros, constamment rééditée par Albin Michel depuis 1942, lui ouvrit une plus large audience.

Il collabora dans les années 1930 et pendant près de deux ans aux journaux Les Débats et L'Action Française.

Il fut attaché à l'école pythagoricienne[2] et fit partie, en 1918, de la "Corporation des artistes", laquelle fut annexée à la "Fraternité des Veilleurs" principalement animée par l'écrivain et dramaturge Oscar Vladislas de Lubicz-Milosz (1877-1939), Gaston Revel (1880-1939), Carlos Larronde 1888-1940), René Bruyez (1886-1969), Nicolas Beauduin (1881-1960) et René Adolphe Schwaller de Lubicz (1887-1961).

Mario Meunier s'était également associé au groupe artistique "Idéal et Réalité" et avait assumé sa part de sensibilité ésotérique et mystique avec le Mouvement Cosmique des années 1920[3] sous la direction de Louis Thémanlys dont les maîtres, Max Théon, de son vrai nom Louis Maximilien Bimstein (1848-1927), le co-fondateur de la Hermetic Brotherhood of Louxor, et sa femme Alma (1843-1908), diffuseront leur doctrine sotériologique et originelle dans la Revue Cosmique (1901-1934)[4] avant et après la première guerre mondiale, sous le pseudonyme partagé de Aia Aziz. Il faut souligner aussi l'existence du phalanstère de Tlemcen, en Algérie (à la Villa "Zarif" connue pour son jardin des roses), chez les Théon, installés là depuis 1889. Ce lieu initiatique sera visité vers 1907 par Mirra Alfassa (1878-1973), qui professera par la suite en Inde, aux côtés d'Aurobindo à Pondichéry, sous le pseudonyme de "Mère". N'oublions pas aussi les "causeries de Passy" (chez les Themanlys, 54 rue Nicolo, à Paris), celles du Mouvement Cosmique auxquelles participera Mario Meunier et qui réuniront des personnages déjà célèbres tels que Charles Barlet (1838-1921), Anna de Noailles (1876-1933), Edouard Schuré (1841-1929) ou encore le traducteur et occultiste Marc de Semenoff (1886 - 1968).

La deuxième guerre mondiale le vit prendre brièvement le parti de Pétain, probablement en vue d'une éventuelle admission à l'Académie (cf. Journal de Maurice Garçon).

Les travaux de Mario Meunier furent souvent cités par René Guénon. Sa nouvelle traduction des Pensées pour moi-même de Marc Aurèle (Classiques Garnier, Paris, 1951) fait toujours autorité.

Quoique principalement auteur de nombreuses préfaces, introductions ou prolégomènes à ses propres traductions d'auteurs de l'Antiquité gréco-latine - hommage au génie immortel des Anciens - tout en concision et rigueur, agrémentés d'une vaste érudition, parmi le peu d'ouvrages de la plume de Mario Meunier, il faut retenir Pour s'asseoir au foyer de la maison des dieux (Albin Michel, Paris, 1921. Réédition Véga, collection de l'Anneau d'or, Paris, 1930), écrit dans une prose chantante et dans la plus pure tradition du lyrisme littéraire français. On lui doit aussi un ouvrage intitulé La Légende de Socrate (H.Piazza, Paris, 1926) et une Vie d'Apollonius de Thyane (Grasset, Paris, 1936).Ce n'est donc pas un hasard si, dans l'Avant-propos à la nouvelle traduction du Banquet qu'il signera chez Albin-Michel en 1947, Mario Meunier insistera sur "la netteté lyrique du texte et de la pensée de Platon".

Décorations[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Le principal collège public de Montbrison, l'un des plus importants de France par le nombre d'élèves[5], porte son nom depuis 1963.

Bio-bibliographie

  • Emmanuel Dufour-Kowalski, La Fraternité des Veilleurs – Une société secrète au XXe siècle (1917-1921), Ed. Archè, Milano-Paris, 2017 (ISBN 9788872523469) et Anthologie de la Littérature Occultiste. XIXe et XXe siècle français. Edition Delphica L'Âge d'Homme. Lausanne, 2010, p. 539–546.(ISBN 9782970069805).
  • Marguerite Fournier, "Mario Meunier le petit montagnard devenu le plus grand helléniste contemporain", dans : Village de Forez, no 17, janvier 1984.
  • Jean Herbert, Shrî Aurobindo, Héraclite, préface de Mario Meunier. Derain coll. Les Trois Lotus, Lyon, 1943.Réédition sous le titre De la Grèce à L'Inde, Albin Michel, coll. Spiritualités vivantes, Paris, 1976 et 1992 (ISBN 9782226003898).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. in Pierre Feydel, Aperçus historiques touchant à la fonction de René Guénon, p. 125, Éditions Archè Milano, 2003, (ISBN 978-88-7252-219-6).
  2. Mario Meunier, Apollonius de Tyane ou le séjour d'un Dieu parmi les hommes, Paris : Éditions Bernard Grasset, 1936 et P.-P. R, Apollonius de Tyane, vie et œuvres. Mead : « comme Meunier, souhaite réhabiliter l'image d'Apollonius de Tyane, quelque peu ternie au cours de l'histoire par l'emprise croissante du Christianisme. Ces deux auteurs ont en commun la même vénération de Pythagore, vénération qu'ils attribuent également à Apollonius ».
  3. in Feydel, ouvrage cité, p. 125.
  4. Pascal Thémanlys, Max Theon et la philosophie cosmique
  5. Collège Mario Meunier à Montbrison

Liens externes[modifier | modifier le code]

Marguerite Fournier, Biographie de Mario Meunier.