Batis de Lampsaque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Batis (homonymie)

Batis de Lampsaq

Philosophe Grec

Antiquité

Naissance -IIIe siècle
Décès -IIIe siècle
École/tradition épicurisme
Principaux intérêts Histoire, Philosophie
Influencé par Épicure

Batis de Lampsaque est une étudiante d'Épicure à Lampsasque au début du IIIe siècle av. J.-C. Batis est la sœur de Métrodore et la femme d'Idoménée[1].

À la mort de son fils, Métrodore écrit à sœur pour la réconforter[2], en lui disant que « tout le Bien des mortels est mortel »[2], et « qu'il y a un certain plaisir à se laisser aller à la tristesse et qu'on doit chasser cette envie dans de tels moments »[3]. Épicure écrit une lettre à Batis pour la mort de Métrodore en -277[4].

Parmi les fragments de lettres découverts parmi les papyrus à la Villa des Papyri à Herculaneum, certains pourraient avoir été écrits par Batis[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Diogène Laërce, Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres [détail des éditions] [lire en ligne], X, 23.
  2. a et b Sénèque, Lettres, XCIII, 9.
  3. Sénèque, Lettres, XCIX, 25 ; cf. Platon, Phédon, 59a.
  4. Pap. Herc. 176
  5. H. Klauck et D. Bailey, Ancient Letters And the New Testament: A Guide to Context And Exegesis, Baylor University Press, 2006, page 154.