Paul Gerimon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Paul Gerimon
Paul Gerimon.JPG
Biographie
Naissance
Activités
Autres informations
Tessiture

Paul Gérimont, (dit Paul Gerimon), né à Dinant (Belgique), est un chanteur lyrique belge doté d'une voix de basse[1] . Sa carrière internationale et ses performances en concerts et à l'opéra débutent dès les années quatre-vingt.

Débuts[modifier | modifier le code]

Au cours de ses Humanités Classiques, Paul Gerimon termine ses prix supérieurs en Chant et en Violon à l'Académie de Musique de sa ville natale. Doté d'une puissante et profonde voix de basse[2], il chante[3] dès l'âge de dix-sept ans comme soliste[4] avec la Radio Télévision Belge Francophone et est ensuite engagé comme basse-soliste au Théâtre Royal de La Monnaie[5] où il chantera durant plus de trente années. Il est également engagé dans la troupe de l'Opéra Royal de Wallonie (Liège, 1983-1986).

Carrière[modifier | modifier le code]

À partir de 1988, il est invité, outre La Monnaie de Bruxelles, au Festival d'Aix-en-Provence, au Théâtre des Champs Elysées, à l'Opéra-Comique à Paris, à l'Opéra du Rhin, à la Philharmonie de Strasbourg, à l'Arsenal de Metz, aux opéras de Tours, Rennes, Rouen et Lille, au Coliseo de Lisbonne, au Teatro Massimo de Palerme, au Covent Garden[6]Barbican Centre[7], au Barbican Hall à Londres, au Theater Carré à Amsterdam, avec le Nationale Reisopera, à l'Opéra de Nuremberg, à la Philharmonie de Berlin, au Palacio de Bellas Artes à Buenos Aires, à la Brooklyn Academy of Music à New-York, à Rome, Florence, Rio de Janeiro, Toronto, Montréal,...

Sur les scènes lyriques, il chante les rôles de Caronte[8], Plutone, Don Bartolo, Il Commendatore[9], Sarastro[10], Don Basilio, Sparafucile, Colline,... dans Nabucco, Tannhäuser, La Khovantchina[11],[12], Carmen, Tosca, Madame Butterfly, Die Frau ohne Schatten, Mahagonny, Lady Macbeth du district de Mtsensk, Albert Herring, The Phantom of the Opera,... A Bruxelles on le voit aussi au Théâtre National dans « Le Bourgeois gentilhomme » et au Théâtre de La Balsamine en Don Juan[13]. Il travaille également en collaboration avec Eugène Ionesco, Fernando Arrabal, Michel Butor, Nino Rota, Leo Küpper, Jonathan Harvey, Mireille Larroche, Trisha Brown, Mudra (Ballets du XX° siècle de Maurice Béjart) et il crée plusieurs premières mondiales dont « Le Rouge et le Noir » de Claude Prey au Festival d'Aix, « Maximilien Kolbe » de Probst-Ionesco au Meeting de Rimini, « La Petite Messe de Pâques » de Fabrizio Cassol au Théâtre de La Place (Liège), « Le Sablier du Phoenix » de Henri Pousseur sur un livret de Michel Butor au Théâtre Royal de Mons, « Missa Brevis » de Chris Christoffels à la Cathédrale Sts Michel et Gudule, « Œdipe sur la route » de Henri Bauchau et Pierre Bartholomée à La Monnaie de Bruxelles,...

En concert[14] il chante Monteverdi[15],[16] et Charpentier avec Les Arts Florissants, Le Concerto Vocale, Les Talens Lyriques, Schutz avec le Ricercar Consort ainsi que des Cantates de Buxtehude, le Magnificat et des Cantates de Bach, Les Sept Paroles du Christ en Croix de Haydn, la Messe du Couronnement et le Requiem de Mozart, La Damnation de Faust (Brander), Renard (Le Chat) de Stravinsky,...

Il travaille sous la direction de René Jacobs[17], William Christie, Christophe Rousset[18], Richard Egarr, Gianfranco Rivoli, Theodor Guschlbauer, Paul Daniel, Stefan Soltesz, Kazushi Ono, Antonio Pappano,... aux côtés de Viorica Cortez, Nelly Miricioiu, Gabriele Schnaut, Elena Zaremba, Alain Vanzo, Donald McIntyre, Franco Farina, Willard White, José van Dam[19],[20], Simon Keenlyside,...

Il participe au Tricentenaire de La Monnaie devant le roi Albert II de Belgique et la reine Paola et au quatrième centenaire de l'Opéra au Palazzo Pitti à Florence avec le Maggio Musicale Fiorentino (Plutone dans L'Euridice de Peri[21] retransmis en mondiovision). De 2004 à 2010, il est administrateur de l'Union des Artistes du Spectacle[22],[23] et d’URADEX (Droits Voisins) en Belgique. Il est également administrateur d’Ars Lyrica[24],[25].

En 2013 il chante "Caronte" (L'Orfeo) au Barbican Hall à Londres avec l'Academy of Ancient Music[26] et il crée le rôle du "Père" dans "Kafka Musical"[27] à Bruxelles en 2015, rôle qu'il reprendra en 2017.

Paul Gerimon est reconnu comme professeur de chant par le Ministère de l'Enseignement Supérieur de la Communauté française de Belgique. Il travaille comme coach vocal pour le Théâtre Royal de la Monnaie et pour la Yehudi Menuhin Foundation de 2001 à 2008 et il donne également des cours de chant au Conservatoire Royal de Liège (année 2013-2014).

Discographie et récompenses[modifier | modifier le code]

Il a plusieurs enregistrements et films à son actif dont:

  • « Maximilien Kolbe[28] » de Dominique Probst - Eugène Ionesco[29] (CD Cybelia et Integral Classic: « Orphée d'Or 1991 de l'Académie Nationale du disque lyrique »)
  • « L'Euridice » de Peri (Plutone, CD Maguelone)
  • « Wo Ma »[30] de Scelsi[31] (CD Sub Rosa)
  • « Du Mont[32] » avec Christophe Rousset (CD Emi - Virgin)
  • « Missa Brevis » de Chris Cristoffels (CD thinktalk)
  • « Amor Aeternus » de Nicholas Lens (CD Sony - BMG Classics)
  • « Œdipe sur la route » de Henri Bauchau – Pierre Bartholomée (CD evidence), with José van Dam, Live from La Monnaie.
  • « L'Orfeo[33] » de Monteverdi[34] avec René Jacobs (Caronte[35] aux côtés des Orfeos de Laurence Dale et de Simon Keenlyside, 2CD et 2DVD Harmonia Mundi: « Meilleur spectacle lyrique de l'année »[36], « Choc du Monde de la musique 2006 », « Prix Caecilia 2006 »),...

Références[modifier | modifier le code]

  1. Teonna. (December 2013)."Un bass fenomenal, Paul Gérimont, pe care l-am ascultat pentru prima dată în muzica lui Niholas Lens".
  2. Ernst, Alfred."La voix de basse".
  3. (June 2007)."Avec Paul Gérimon, une classe de primaire de Saint-Josse part « A l'école de l'opéra », véritable leçon de vie.". Le Soir
  4. "Un purcell răcit genial".
  5. (1975-2005)."Career - List of roles at La Monnaie". La Monnaie
  6. Rogers, Kurtis (September 2013)."Monteverdi’s L’Orfeo". Academy of Ancient Music
  7. (September 2013)."Belgium-born Gerimon has been described as “a true Monteverdi bass” by Gramophone, and his performance as Caronte on the award-winning Harmonia Mundi recording of L’Orfeo has been particularly acclaimed". Academy of Ancient Music
  8. (May 1998)."Orfeo DVD Harmonia Mundi". La Monnaie
  9. Leclercq, Fernand (May 1989)."Paul Gérimont campe conjointement le Commandeur et Masetto (il en était déjà ainsi au temps de Mozart); il caractérise sans problème les deux rôles et les sert avec justesse de voix et de ton".Le Soir
  10. (August 2011)."... We shall hear wonderful deep sounds from Paul Gerimont.".
  11. Debrocq, Michel (September 1998)."La Khovanshchina embrase la Monnaie".Le Soir
  12. (August 1998)."Brussels. THE THEATRE ROYAL DE LA MONNAIE has announced its 1998-9 season".
  13. De Decker, Jacques (April 1990)."Dans le rôle du tombeur - celui qui chute en fin de compte sous le coup de la foudre -, Paul Gérimon montre qu'il a, outre une voix à se damner, de sérieuses dispositions pour la comédie.".
  14. Stras, L. (January 2012)."...la basse Paul Gérimon, qui enchaîne les rôles sur les scènes belges et internationales...".
  15. (December 2005)."Une Missa Brevis belge à Rome".La Libre Belgique
  16. "One is the tremendous vocal cast - especially the lithe and mercurial Orfeo (Simon Keenlyside), the searingly affecting Messenger (Graciela Oddone) and sonorous Paul Gerimon as Caronte.".BBC Music Magazine
  17. De Rijck Camille."..les deux très belles basses infernales de Gérimon et Peeters...".
  18. "CD Du Mont - Motets en dialogue".
  19. (May 2015)."Pierre Bartholomée - Œdipe sur la route".
  20. Flament, Xavier; Debrocq, Michel (March 2003)."le Thésée de Paul Gérimon...". Le Soir
  21. "Opéra International - novembre 1999 - appréciation 5/5".
  22. Martin, Serge (November 2002)."La « Missa Brevis » sera exécutée dans la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule, à Bruxelles...". Le Soir
  23. Vantroyen, Jean-Claude (December 2005)."Musique Chris Christoffels, un artiste des mélanges". Le Soir
  24. (June 2013)."Brigitte Foccroulle dirige le baryton Paul Gérimon...". Le Soir
  25. "Résumé de carrière...".
  26. (September, 2013)." In keeping with Caronte’s updated role as a pathologist, Paul Gerimon was similarly cool, though preserving just enough of the sardonic swing of the original infernal boatman’s song to hint at a cruel mocking of Orfeo’s suffering.".
  27. (May, 2015)." Paul Gérimon, avec son incroyable voix de basse - qui lui a valu pendant des années d’être soliste au Théâtre Royal de la Monnaie - est époustouflant dans le rôle du père. Il incarne la terreur qui s’ignore et l’impuissance qui veut tout figer autour de lui.".
  28. Lacroux, François-Xavier."..la violence du chef de camp, interprété par le magnifique Paul Gérimon, basse éloquente...".
  29. "CD Dominique Probst - Maximilien Kolbe".
  30. Debrocq, Michel (January 1993)." "Wo-Ma", pour basse solo, a permis à Paul Gérimon de faire montre de sa force expressive et de sa puissance dramatique, tout au long d'une interprétation où la maturité vocale s'est exprimée avec une présence impressionnante. ". Le Soir
  31. "CD giacinto scelsi - Tre Canti Popolari".
  32. "CD Du Mont - Motets en dialogue".
  33. Tribot, Pierre-Jean (December 2006)."L’Orfeo selon Trisha Brown".
  34. (August 2007)."Dans la collégiale de Dinant, le saxophone de Sergey Kolesov croisera les notes du piano jazz de Nathalie Loriers et le style baroque de Paul Gérimon...". Le Soir
  35. Lawrence, Richard (March 2007)."... Paul Gérimon, seemingly seated on a billiard table is a menacing Charon...".
  36. Norton, Bettina (February 2010)."The Monteverdi Orfeo Film: Spectacular, Surreal, Stylish".

Liens externes[modifier | modifier le code]