Claude Prey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Prey.
Claude Prey
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Mouvement
Genre artistique

Claude Prey est un compositeur français d'œuvres lyriques, né le à Fleury-sur-Andelle, mort le à Paris.

Parcours[modifier | modifier le code]

Après des études littéraires à la Sorbonne, Claude Prey est élève de Darius Milhaud et d'Olivier Messiaen au conservatoire de Paris. Peu attaché à la « musique pure », Prey devient un tenant du « théâtre musical ». Il doit ses premières commandes, en particulier Le Cœur révélateur, à l'aide d'Henri Dutilleux.

Parmi les compositeurs d'opéra du XXe siècle, il est de ceux qui écrivent à la fois les livrets et la musique. Ses opéras sont émaillés de citations littéraires et musicales. Amoureux des mots, il était grand connaisseur de Proust. Remarquable musicien, il est resté toute sa vie d'une grande indépendance.

Une grande partie de ses œuvres a été créée par Daniel Chabrun, chef d'orchestre français.

« Claude Prey n'encombre jamais ses œuvres de pathos idéologique ou sentimental. À tel point
  qu'il semble ne jamais rien affirmer. Et que résumer un de ses opéras tient de la gageure. Et
  pourtant, de digressions en jeux de mots, il nous donne quelque chose de très clair à entendre.
  Un peu comme la musique elle-même, dont on ne peut jamais bien dire ce qu'elle dit, mais qui
  dit très précisément quelque chose et qui nous touche. Le théâtre musical de Claude Prey n'est
  pas démonstratif ni didactique. C'est un théâtre pur, miracle contradictoire de rigueur et de folie,
  de gravité et de légèreté. »
         Michel Rostain, Entretien avec Claude Prey, Revue Lyrica N°70, 1981

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Phénix, 1957
  • Lettres perdues, opéra radiophonique, 1960
  • La Dictée, 1961
  • Le Cœur révélateur, opéra de chambre, livret Philippe Soupault d'après Edgar Poe, direction musicale Daniel Chabrun, 1962, Prix Italia
  • Jonas, opéra-oratorio, direction musicale Daniel Chabrun, 1963
  • On veut la lumière? Allons-y, opéra-parodie, direction musicale Daniel Chabrun, 1968
  • La Noirceur du lait, opéra-test en un acte, 1967
  • Fêtes de la faim, théâtre musical, création au Festival d'Avignon, mise en scène Roger Kahane, direction musicale Daniel Chabrun, 1969
  • Les Mots croisés, Paris, 1970
  • Le Jeu de l'oie, Paris, 1970
  • Donna Mobile, mise en scène de Roger Kahane, 1972
  • Les Liaisons dangereuses, opéra épistolaire en deux actes, d’après Choderlos de Laclos, Strasbourg, février 1974
  • Young libertad, opera study, Opéra National de Lyon, 1976
  • La Grand-mère française, mise en scène de Petrika Ionesco, 1976
  • Les Trois Langages, opéra pour enfants, création à la Maison de la Radio avec Armande Altaï, 1978
  • L’Homme occis, direction musicale Philippe Nahon, mise en scène Mireille Larroche, avec Armande Altaï, Rouen, 1978
  • Utopopolis, Festival d'Avignon, mise en scène Mireille Larroche, 1980
  • L'Escalier de Chambord, sous la direction de Daniel Chabrun, mise en scène de Jean-Jacques Etchevery, Tours, 1981
  • Scénarios VII, opéra pour haut-parleurs, 1982
  • Paulina ou la chambre bleue, opéra de chambre, d'après Paulina 1880 de Pierre Jean Jouve, 1983
  • Le Rouge et le Noir, opéra en cinq tableaux, d'après le roman de Stendhal, Festival d'Art Lyrique d'Aix en Provence, juillet 1989
  • Parlons fric !, « O.P.A. comique », 1992
  • Sitôt le septuor, opéra « opus Proust », 1994

Liens externes[modifier | modifier le code]