Festival Radio France Occitanie Montpellier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Festival Radio France Occitanie Montpellier
Image illustrative de l’article Festival Radio France Occitanie Montpellier

Genre Musique classique, musique de jazz, musique électronique et musiques du monde.
Lieu Occitanie.
Date de création 1985
Fondateurs Georges Frêche, Jean-Noël Jeanneney, René Koering et Dominique Descamps[1].
Statut juridique Association loi de 1901[2]
Médias associés France 3 Languedoc-Roussillon, France Culture, France Inter, France Musique, Midi-Libre, R.F.I.
Site web lefestival.eu

Le Festival Radio France Occitanie Montpellier est un festival annuel de musique qui se déroule au mois de juillet dans la région Occitanie, à Montpellier et dans plusieurs communes de la Métropole montpelliéraine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le festival est créé en 1985[3] à l’initiative du maire de la ville de Montpellier : Georges Frêche et du PDG de Radio France : Jean-Noël Jeanneney[4]. Ce dernier mentionne dans son introduction : « … l'ambition nouvelle, tout un mois durant, de faire la démonstration vivante de sa capacité créatrice et de la diversité de ses activités … propose aux habitants de la région cette longue rencontre autour d'un projet artistique qui mêle le classique à l'inattendu, les grands interprètes aux jeunes espoirs, les accents anciens aux sonorités de demain …[5] ».

L'ouverture s'est déroulée, le 6 juillet, par un défilé et un concert de l'école de Samba de Rio de Janeiro « Mocidade Independente de Padre Miguel » (1er prix du Carnaval de Rio en 1985), sur la Place du Nombre d'or, dans le quartier d'Antigone et dans le village de Saint-Guilhem-le-Désert avec la représentation de l'ensemble britannique de musique baroque : London Baroque[5].

Pour cette première édition avec 121 représentations artistiques, l'administration est confiée à Mme Dominique Descamps et la direction artistique à René Koering avec le soutien de structures organisationnelles dont : La Région Languedoc-Roussillon, le District de l'Agglomération de Montpellier, le Conseil général de l'Hérault et le Ministère de la Culture[6].

Pour : « concilier classique et inattendu, grands interprètes et jeunes espoirs, accents anciens et sonorités de demain… dans la grande tradition du service public… qui, seul, peut offrir un si grand choix »Jean-Noël Jeanneney (2012)[7].

La région Occitanie est aujourd'hui le premier et principal soutien du Festival, avec le concours de la Ville et de la Métropole de Montpellier et de Radio France.

Le goût de la découverte de son directeur a conduit le Festival à de nombreuses recréations lyriques (de Henry VIII de Saint-Saëns à Cyrano de Bergerac d’Alfano, et en 2006 Fiesque de Lalo), mais aussi à proposer des formes inusitées de concerts (piano itinérant, concert match) et la découverte de musiques d’aujourd’hui (jeunes compositeurs, musique électro-acoustique).

René Koering reste directeur du Festival jusqu'en 2011. Jean-Pierre Le Pavec lui succède pour les éditions 2012, 2013 et 2014. Depuis le 1er septembre 2014, la direction du Festival est confiée à Jean-Pierre Rousseau.

Le festival est co-présidé par Carole Delga et Sibyle Veil.

Le festival organise environ 200 manifestations - concerts, rencontres (comme Les Rencontres de Pétrarque avec France Culture et Le Monde ) dont 80 % sont gratuites. La plupart sont captés et diffusés sur les antennes de Radio France, essentiellement France Musique. En 2015 le Festival a accueilli plus de 120 750 spectateurs pour 211 manifestations. Du 11 au 26 juillet 2016, FestivalRF16 a proposé le Voyage d'Orient et accueilli 101 000 spectateurs pour 171 manifestations (soit une augmentation de fréquentation de 4,2 %, malgré quelques annulations dues aux événements de Nice le 14 juillet). La 33e édition du Festival a lieu du 10 au 28 juillet 2017, avec 160 événements dans 65 lieux sur tout le territoire de la grande région Occitanie. Le FestivalRF17 « Révolution(s) » célèbre le centenaire de l'année 1917, année charnière dans l'histoire politique et culturelle du monde. Cette édition 2017 ouverte à Pibrac avec le Concert Spirituel et close à Marciac a accueilli plus de 105 000 spectateurs (soit une augmentation de 17 % par rapport à 2016).

Du 9 au , le Festival Radio France Occitanie Montpellier organise 175 concerts sur l'ensemble de la Région Occitanie[8]. La thématique développée pour l'édition 2018 s'intitule « douce France »[9] et propose, en partenariat avec France Musique, une première mondiale : l'intégrale des 550 sonates pour clavecin de Domenico Scarlatti en 35 concerts par 30 clavecinistes dans 13 lieux exceptionnels de la région Occitanie, en particulier le Château d'Assas où Scott Ross avait achevé, en 1988, l'enregistrement de ces 555 sonates et où il est inhumé. La 35ème édition du Festival consacrée aux Musiques du Nord a eu lieu du 10 au 26 juillet 2019, avec 153 concerts et événements dans 70 lieux d'Occitanie et s'est achevée sur un bilan très largement positif : 101.400 spectateurs Bilan 2019 du Festival Radio France Occitanie Montpellier

Le festival de la Découverte[modifier | modifier le code]

Présenté comme un festival international de musique classique, il se démarque réellement des autres festivals, par son élargissement à toute une région, son rôle de découvreur d'interprètes, de répertoires, de lieux. 75% des concerts sont gratuits et d'accès libre.

Les soirées classiques

Il s'agit des concerts de musique classique et des opéras. Ces soirées se déroulent à l'Opéra Berlioz (situé à l'intérieur du Corum) ou à l'Opéra Comédie. Ce sont les seules manifestations payantes du Festival. Ces concerts proposent des créations ou re-créations d'œuvres lyriques méconnues en version de concert, de grandes formations symphoniques - notamment l'Orchestre National de France, l'Orchestre Philharmonique de Radio France -, des solistes virtuoses, et des chœurs. La discographie du Festival illustre cette volonté de redécouverte et de re-création d'ouvrages oubliés.

Les concerts de jazz

Une quinzaine de soirées Jazz, dont l'entrée est libre, sont organisées chaque année en plein air. Les concerts de Jazz se déroulèrent longtemps dans la cour du Couvent des Ursulines, au centre de Montpellier, trop petite pour accueillir tout le public présent. Les concerts se sont déplacés ensuite à l'Amphithéâtre d'Ô, construit en 2003 dans le domaine du même nom au nord de Montpellier et d'une capacité de 1800 places. Ils sont programmés depuis 2015 par Pascal Rozat.

Musiques électroniques (Tohu Bohu)

Une des qualités essentielles du Festival Radio France tient à l'évidence dans son souci toujours renouvelé de proposer des œuvres et des artistes rares. Une qualité qui se retrouve dans la programmation de musiques électroniques qui, depuis la création en 2001 de Tohu Bohu, invite des artistes des musiques électroniques jamais -ou si peu- venus à Montpellier.

Les concerts en région Occitanie[modifier | modifier le code]

Le festival propose des concerts dans près de 50 villes et villages d'Occitanie, des Pyrénées catalanes jusqu'aux montagnes cévenoles, de Tarbes à Mende. La plupart des concerts sont gratuits (musique classique, musiques du monde, musiques électroniques, jazz, séries thématiques, etc.).

Les concerts dans les communes voisines[modifier | modifier le code]

Le Festival propose des concerts dans les communes de Montpellier Méditerranée Métropole. Les premières années du Festival, ces concerts étaient intitulés « Quartiers de piano ». Un piano à queue était installé sur la plate-forme d'un camion et des élèves des conservatoires nationaux de musique de Paris et de Lyon proposaient au public ce qui pour beaucoup était leur premier récital. À partir de 2011, le Festival propose des concerts de musique classique dans les 30 communes de la Métropole de Montpellier.

Les Découvertes à 12h30

Les concerts Découvertes sont proposés chaque jour du Festival à l'heure du déjeuner (12 h 30) et offrent la possibilité à de jeunes solistes ou ensembles de se produire pour la première fois dans le cadre d'un grand festival. Ces concerts sont à entrée libre. Depuis toujours, le Festival se positionne en découvreur de talents.

Musique ensemble à 17 h 

Tous les jours à 17 h 30, la salle Pasteur du Corum se transforme en véritable machine à découvrir les œuvres et audaces de compositeurs « classiques » mais aussi de contemporains. Des formations de musique de chambre, des ensembles baroques, des solistes de prestige proposent des programmes variés.


Émissions et magazines de Radio France[modifier | modifier le code]

France Musique et France Culture proposent pendant le Festival de nombreuses émissions enregistrées et diffusées en direct, et invitent le public à y assister. Parmi elles, les Rencontres de Pétrarque qui ont célébré leur 30e anniversaire en juillet 2016.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Extrait de la fiche de Mme Dominique Descamps, publié le 13 novembre 2002 sur le site LesBiographies.com (consulté le 21 mai 2018)
  2. Festival de Radio France et Montpellier, publié sur le site Infogreffe (consulté le 20 mai 2018)
  3. Festival de Radio-France et de Montpellier Languedoc-Roussillon sur data.bnf.fr (consulté le 20 mai 2018)
  4. « Festival Radio France : avec la Région, des musiques pour tous, partout », publié le 1er juillet 2016 sur le site de laregion.fr (consulté le 21 mai 2018)
  5. a et b Festival Radio-France : Programme 1985, page 3/20, publié sur le site Calaméo (consulté le 21 mai 2018)
  6. Festival Radio-France : Programme 1985, page 2/20, publié sur le site Calaméo (consulté le 22 mai 2018)
  7. L’orgue à l’honneur en Languedoc-Roussillon, publié le 5 juin 2012 par Arthur de Talhouët, sur le site de Qobuz (consulté le 21 mai 2018)
  8. « Le Festival Radio France Occitanie Montpellier célébrera la France », sur www.lalettre.pro, (consulté le 18 mai 2018).
  9. L’édition 2018 du Festival Radio France Occitanie Montpellier « chante une douce France », publié le 17 mai 2018 par Sofia Anastasio, sur le site de France Musique (consulté le 20 mai 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]