Partinello

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Partinello
Partinello
Vue de Partinello.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Corse-du-Sud
Arrondissement Ajaccio
Canton Sevi-Sorru-Cinarca
Intercommunalité Ouest Corse
Maire
Mandat
Christian Cardi
2014-2020
Code postal 20147
Code commune 2A203
Démographie
Gentilé Partinellois
Population
municipale
100 hab. (2015 en diminution de 2,91 % par rapport à 2010)
Densité 5,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 18′ 46″ nord, 8° 40′ 59″ est
Altitude 160 m
Min. 0 m
Max. 1 000 m
Superficie 18,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Partinello

Géolocalisation sur la carte : Corse-du-Sud

Voir sur la carte topographique de Corse-du-Sud
City locator 14.svg
Partinello

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Partinello

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Partinello

Partinello (prononcé [paɾtiˈneːlːu]) est une commune française située dans le circonscription départementale de la Corse-du-Sud et le territoire de la collectivité de Corse. Autrefois dépendance avisienne dominant la côte occidentale de l'île, le village appartient à la microrégion des Deux-Sevi, dans la région de Vico.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le littoral communal avec la plage de Bussaglia - Rive nord du golfe de Porto.

Situation[modifier | modifier le code]

Partinello est l'une des neuf communes du Canton des Deux-Sevi, dans la microrégion Ouest Corse au nord-ouest du département de la Corse-du-Sud. La commune est enclavée dans le parc naturel régional de Corse auquel elle n'a pas adhéré. Son territoire actuel se trouvait dans l'ancienne pieve de Sevinfuori.

Commune du littoral occidental de l'île, elle se situe au nord du golfe de Porto, entre les embouchures des ruisseaux de Pilatri et de Vetricella. Sa façade maritime qui démarre de la plage de Caspiu au fond de la petite baie éponyme et se termine plage de Bussaglia, comprend deux pointes : Punta Rossa et Punta Bianca, entre lesquelles sont les Golfu di Miserinu et Golfu di u Portellu.

Communes limitrophes
Rose des vents Osani Galéria Galéria, Manso, Serriera Rose des vents
Osani N Serriera
O    Partinello    E
S
Mer Méditerranée Serriera Serriera

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Littoral de Partinello au nord de la plage de Bussaglia
Article détaillé : Golfe de Porto.

Le sous-sol de la commune est constitué principalement de monzogranite de Partinello, une roche magmatique à gros cristaux de feldspath formée au cours de l'orogenèse hercynienne[1].

Limites territoriales

La commune a des limites naturelles :

  • au nord, une ligne de crête partant de la Punta Salisei (927 m) jusqu'à Bocca di Melza (778 m), via Punta Verdiola (917 m), Bocca d'Acqua Fredda (857 m) et un point à près de (1 010 m) au sud-ouest de Capu Manganellu (1 023 m) ;
  • à l'est, de ce point culmen communal, la démarcation suit le ravin de Conche dans lequel coule le ruisseau de Santa Maria, puis le ruisseau de Vetricella jusqu'à son embouchure ;
  • au sud, c'est une côte déchiquetée, entre deux plages de galets, baignée par la mer Méditerranée ;
  • à l'ouest, la démarcation remonte le cours du ruisseau de Pilatri, jusqu'à sa source sous Capu di Figliolellu (774 m), suit la ligne de crête qui passe par Capu di Curzu (852 m), puis par la crête de Salisei jusqu'à la Punta Salisei (927 m).

Les plages de Caspiu et de Bussaglia - cette dernière se partage entre Partinello et Serriera, constituent les limites maritimes de sa façade littorale. Celle-ci donne sur le golfe de Porto, un site au patrimoine mondial de l'UNESCO, composé de l'ensemble Calanche de Piana, golfe de Girolata et réserve de Scandola. La côte est inhospitalière, soumise aux vents d'ouest et sud-ouest dominants, et n'offrant aucun abri à la navigation.

Le littoral comporte deux sites naturels acquis par le Conservatoire du littoral : Gradelle-Caspiu au nord, et Punta Bianca-Bussaglia au sud.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau de Pilatri à Gradelle-Caspiu.

La partie septentrionale de la commune est le bassin versant du ruisseau de Calanche Large, qui prend le nom de ruisseau de Vetricella[2] à partir de sa confluence avec le ruisseau de Santa Maria[3].

Parmi les autres cours d'eau, il faut retenir le ruisseau de Pilatri[4] qui délimite en partie Osani et Partinello.

Climat et végétation[modifier | modifier le code]

Pavot cornu sur la plage de Caspiu

Le territoire est composé de moyennes montagnes constituées de roches volcaniques faisant partie de l'ensemble appelé « Corse cristalline » à roches magmatiques qui couvre les deux tiers de l'île, à l'ouest de la ligne partant de Calvi et rejoignant Solenzara. Il présente de grands secteurs exempts de toute présence humaine, avec des zones rocheuses dénudées et un couvert végétal composé principalement d'un maquis dominé par des filarias mélangés à des chênes verts, d'oliviers et de genévriers cade isolés au milieu d'un haut maquis traditionnel, une végétation typique du paysage méditerranéen.

Aux abords du village, on remarque la présence de grands eucalyptus, comme à Piana et Porto.

Sur le sable en bordure de plage poussent le Panicaut maritime (Eryngium maritimum) et le pavot cornu (Glaucium flavum), plantes fréquentes sur les sables du littoral méditerranéen.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès routiers[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route D 81 qui relie Osani et Serriera, les deux communes les plus proches. Pour se rendre aux hameaux Vetriccia et Vignale, en contrebas du village, il faut emprunter la route D 324. Cette route étroite et sinueuse, se termine au bout de 2,5 km en « cul-de-sac » à la plage de Caspiu. Bussaghja, l'autre plage de la commune, est accessible par la route D 724 depuis la RD 81 sur Serriera. Distance jusqu'à la plage : 1,5 km.

Transports[modifier | modifier le code]

Le village de Partinello est distant, par route[5], de :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

L'habitat est groupé au centre de la commune, avec un village et deux hameaux :

Partinello Village[modifier | modifier le code]

Maison ruinée en face de l'église.

Le village est de construction récente (XIXe siècle), comme les villages qui l'entourent : Osani, Serriera. Beaucoup d'habitations anciennes présentent des murs en pierre de taille rouge apparente.

Il est traversé par la route D 81. La route D 324 qui naît au cœur du village, conduit à la plage de Caspiu distante de moins de 3 km.

S'y trouvent la mairie, l'église paroissiale, la Poste. Une gendarmerie existait il n'y a pas encore longtemps. La remarquable fontaine publique en galets à l'entrée du village depuis Curza, est semblable à plusieurs autres construites le long de la route D 81.

Vetriccia[modifier | modifier le code]

Vetriccia qui vient de Vetrice, qui signifie saule ou osier en langue corse, est le hameau que l'on trouve en premier en descendant à la plage de Caspiu. Ses maisons sont alignées sur une petite arête de colline.

Vignale[modifier | modifier le code]

Vignale signifie en corse « terrain planté de vigne » ou tout simplement « vigne ». Le hameau est récent, avec des habitations construites le long de la route D323.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Vers 1520 Sia était le nom de la pieve formée par la vallée du Porto. Elle était inhabitée. C'est l'Office de Saint Georges qui avait ordonné le dépeuplement de Sia en raison de l'insoumission de ses habitants à la Seigneurie des Leca, et qui avait fait brûler maisons et cultures. Peu de temps après, la contrée subit d'incessantes incursions des Barbaresques qui tuent, enlèvent des gens pour en faire des esclaves, pillent et brûlent les biens. Le seul lieu habité était Ota qui comptait environ 250 habitants[6].

En 1540 l'amiral turc Dragut, l'un des corsaires les plus célèbres de l'Empire ottoman, est capturé à Girolata par les Génois conduits par Zannetino Doria neveu d'Andrea Doria.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sevinfuori.

La population qui avait déserté la pieve au XVIe siècle puis à nouveau, au XVIIe siècle, avait été autorisée par l'Office de Saint Georges à revenir occuper les lieux à la fin du XVIe siècle. Ceux qui arrivent sont des bergers transhumants qui forment des communautés rurales.

Après la cession le 15 mai 1768 de la Corse à la France par les Génois, l'île passe sous administration militaire française. Les circonscriptions administratives territoriales sont révisées.

  • 1771 - Les anciennes pieves de Sia et de Salogna sont réunies et forment la pieve de Sevinfuori. Sevinfuori comprenait Ota, Porto, Serriera, Piana et Partinello.
  • 1790 - Avec la Révolution, les pieves prennent le nom de canton. Les cantons locaux sont appelés "canton d'Évisa" (Sevenentro) et "canton de Piana" (Sevinfuori).
  • 1793 - La pieve de Sevenentro, qui couvrait une vaste contrée dont le territoire de la future commune de Partinello, devient le canton d'Évisa.
  • 1864 - Le 18 mai est créée la commune de Partinello, en même temps que celle d'Osani et de Serriera, par un transfert de territoires communaux d'Évisa et d'Ota. Partinello se situe dans le canton d'Évisa, l'arrondissement d'Ajaccio et le département de Corse.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours CARDI Christian[7] PRG Retraité
2008 2014 CACCIAGUERA Jeanne[7]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1866. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9].

En 2015, la commune comptait 100 habitants[Note 1], en diminution de 2,91 % par rapport à 2010 (France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
305315321292335509505504407
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
436333301360417216324101111
1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 - -
11412711389101103100--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Le nom de Partinello apparait au Bulletin des Lois en 1864. Le premier recensement, fait en 1866, donne 315 habitants. La commune a compté jusqu'à 509 habitants en 1891[10].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Fontaine publique
  • Monument aux morts.
  • Fontaine publique en galet.

Église paroissiale Saint-Antoine-de-Padoue[modifier | modifier le code]

Église Saint-Antoine de Padoue

L’église paroissiale de Partinello dédiée à saint Antoine-de-Padoue, a été construite de 1851 à 1856. Elle est dotée d'un clocher-porche de trois étages surmonté d'un lanternon. Ses murs sont faits de pierre de taille locale rouge. L'édifice est formé d’une nef à vaisseau unique de quatre travées, elle remplace l’église Saint-Cervoney de Pinito, trop petite et éloignée[Note 2].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Réserve de Biosphère[modifier | modifier le code]

Partinello est concernée par la Réserve de Biosphère, zone centrale, nommée « Vallée du Fango (FR6300002) ». Cette zone couvre 4 416 ha de 9 communes[12].

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

Capu Seninu et côte ouest du nord de Bussaghia

Partinello est concernée par la zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique Capu Seninu et côte ouest du nord de Bussaghia qui couvre 1 163 ha des territoires des communes de Serriera, Osani et Partinello. Les aspects remarquables, tant paysagers qu’écologiques, de ce site jouxtant la réserve naturelle de Scandola sont attestés par la présence de 2 sites Natura 2000 désignés au titre de la Directive européenne « Oiseaux » et de la Directive européenne « Habitats ».

Cet espace protégé est repris à l'Inventaire national du patrimoine naturel sous la fiche ZNIEFF 940013121 - Capu Seninu et côte ouest du nord de Bussaghia[13].

Conservatoire du littoral[modifier | modifier le code]

La commune est concernée par deux sites naturels classés, propriété du Conservatoire du littoral :

Gradelle-Caspiu

Le site Gradelle-Caspiu a une superficie de 151 ha sur Osani et Partinello[14] ;

Bussaglia

Le site Bussaglia a une superficie de 70 ha sur Serriera et Partinello[15].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Guy Ceccaldi, le notoire « facteur de Girolata ». Retraité aujourd'hui, il était affecté au bureau de la Poste de Partinello. Il faisait sa tournée jusqu'au hameau de Girolata, s'y rendant par un long sentier pentu.
  • Jean-Dominique Luciani (1851 - 1932), Directeur des Affaires indigènes du Gouvernement Général d’Alger

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.
  2. Pinito (ou Pinetu sur les cartes de l'IGN) est un village de Serriera qui avait été construit sur les hauteurs, au nord du village. Il a été abandonné au siècle dernier par son dernier habitant. On y accède que par sentier

Références[modifier | modifier le code]

  1. J.P. Vellutini, P. Rossi, G. Michon et J.Y. Hervé, Notice explicative, Carte géol. France (1/50000), feuille Galeria-Osani (1109), Orléans, BRGM, , 109 p. (ISBN 2715921098, lire en ligne [PDF]), p. 20
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Vetricella (Y7900540) » (consulté le 16 juillet 2012)
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Santa Maria (Y7901220) » (consulté le 16 juillet 2012)
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Pilatri (Y7901060) » (consulté le 16 juillet 2012)
  5. [1] ViaMichelin.fr
  6. a et b [2] Base Infcor
  7. a et b Site de la préfecture corse- identité du maire de la commune
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. Vallée du Fango (FR6300002) sur le site de l'INPN
  13. ZNIEFF 940013121 - Capu Seninu et côte ouest du nord de Bussaghia sur le site de l’INPN.
  14. Gradelle - Caspiuy (FR1100058) sur le site de l'INPN
  15. Bussaghja (FR1100755) sur le site de l'INPN