Andrea Doria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Andrea Doria (homonymie) et Doria.
Andrea Doria
Andrea Doria.jpg
Andrea Doria par Sebastiano del Piombo.
Titre de noblesse
Empereur
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 93 ans)
GênesVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Famille
Doria-Pamphili-Landi (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions

Andrea Doria (Oneglia, - ) est un condottiere et amiral de Gênes. Il est le restaurateur de la liberté génoise, un des plus grands généraux et des meilleurs marins de son siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naquit à Oneglia en Ligurie fils d'Andrea Cœva et de Maria Caracosa, tous deux de la famille des Doria. Voyant sa patrie en proie aux factions, il s'éloigna et s'engagea successivement au service du pape Innocent VIII, de Ferdinand Ier d'Aragon, roi de Naples, et d'Alphonse II de Naples, son fils[1].

Lors de l'invasion du royaume de Naples par Charles VIII, Doria resta fidèle à Alphonse tant qu'il y eut espoir de salut, mais il s'attacha quelque temps après à Jean della Rovere, qui tenait pour Charles VIII à Naples, et lutta glorieusement contre Gonzalve de Cordoue.

Ayant ensuite quitté le service de terre pour celui de mer, il arma huit galères à ses frais, attaqua les corsaires Maures et les Turcs qui sillonnaient alors la mer Méditerranée, et les défit partout où il les rencontra, notamment à Pianosa[1] en 1519.

L'Italie étant devenue à cette époque le théâtre d'une nouvelle guerre entre la France et l'Autriche, Doria embrassa d'abord le parti de la France[1] : il fut nommé par François Ier au commandement des galères françaises et battit la flotte de Charles Quint sur les côtes de Provence, 1524, mais, s'apercevant qu'il était l'objet de la jalousie des ministres français et que François Ier tardait à ratifier les promesses qu'il avait faites en faveur de Gênes, il se tourna vers Charles-Quint[1] (1528), en stipulant la restauration de la liberté de Gênes et chassa les Français de cette ville à l'aide de la flotte impériale.

J. J. Norwich, dans son Histoire de la Méditerranée, est beaucoup plus critique, l'accusant de double jeu et de félonie lors d'expéditions conjointes avec les Espagnols et les Vénitiens contre la flotte de la Sublime Porte[2].

Il mit un terme aux querelles des factions dans Gênes, et fit adopter une forme du gouvernement oligarchique en instituant l'exclusivité de 28 maisons, les Alberghi, pour les charges du gouvernement. On y trouvait les Cybo, les Doria, les Fieschi, les Giustiniani, les Grimaldi, des Habsbourg, les Pallavicino et les Spinola[3],[4]. Doria fit décréter que les doges qui, auparavant, étaient nommés à vie, seraient élus pour deux ans seulement ; quant à lui, il refusa la dignité de doge (mais accepta celle de censeur à vie), continua à servir l'empereur, il affronta plusieurs fois les Turcs dont Khayr ad-Din Barberousse, notamment à la bataille de Préveza, où il a été vaincu.

Dans sa patrie, quelques conjurations éclatèrent contre lui (Voir : Gian Luigi Fieschi), et il ternit sa gloire par sa cruauté envers ses ennemis.

Néanmoins, Gênes, ne se souvenant que de ses services, lui érigea une statue avec cette inscription : Au père de la patrie.

« Mombello,

Au gouvernement provisoire de Gênes

Citoyens, j'apprends avec le plus grand déplaisir que, dans un moment de chaleur, l'on a renversé la statue d'André Doria. André Doria fut grand marin et homme d'État ; l'aristocratie était la liberté de son temps. L'Europe entière envie à votre ville le précieux avantage d'avoir donné le jour à cet homme célèbre. Vous vous empresserez, je n'en doute pas, à relever la statue. Je vous prie de vouloir m'inscrire pour supporter une partie des frais que cela occasionnera et que je désire partager avec les citoyens les plus zélés pour la gloire et pour le bonheur de votre patrie. »

— Napoléon Bonaparte

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d D'après (en) « Doria, Andrea », dans Encyclopædia Britannica, 1911 [détail de l’édition] [lire en ligne]
  2. Cf. John J. Norwich, Histoire de la Méditerranée, Perrin, , 774 p. (ISBN 978-2-262-02123-8, notice BnF no FRBNF41321965)
  3. D’après Anne Edwards, The Grimaldis of Monaco, HarperCollins, (ISBN 0-00-215195-2).
  4. D’après Thomas Allison Kirk, Genoa and the sea: policy and power in an early modern maritime republic, 1559–1684, Johns Hopkins University Press, (ISBN 0-8018-8083-1), p. 25.

Sources[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie ancienne[modifier | modifier le code]

  • Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Andrea Doria » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (Wikisource)
  • Lorenzo Capelloni, Vita del principe Andrea Doria, Venise, 1565.
  • Adrien Richer, Vie d’André Doria, prince de Melfi, général des armées navales de France sous François Ier, ensuite de celles de l'empereur Charles Quint, Paris, Belin, 1783.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]