Parti communiste d'Ukraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Parti communiste d'Ukraine
Комуністична партія України
Image illustrative de l’article Parti communiste d'Ukraine
Logotype officiel.
Présentation
Premier secrétaire Petro Symonenko
Fondation
Scission de Parti socialiste d'Ukraine
Second secrétaire Igor Alexeïev
Journal Komunist (depuis 2000)[1]
Organisation de jeunesse Komsomol d'Ukraine (en)
Positionnement Extrême gauche
Idéologie Communisme[2]
Marxisme-léninisme[2]
Populisme de gauche[3]
Patriotisme soviétique
Affiliation nationale Opposition de gauche (ru)
Affiliation continentale Union des partis communistes - Parti communiste de l'Union soviétique
Affiliation internationale Rencontre internationale des partis communistes et ouvriers
Adhérents 115 000 (2012)
Couleurs Rouge
Site web kpu.life
Ancien logo du Parti communiste d'Ukraine

Le Parti communiste d'Ukraine (Комуністична партія України, Komunistychna partia Ukraïny, abrégé en KPU) est un parti politique ukrainien.

Interdit à compter du , à la suite de l'indépendance de l'Ukraine, il réussit à se reformer le . Il reprend le nom du parti communiste ukrainien historique, qui avait été jusqu'en 1989 le parti unique en république socialiste soviétique d'Ukraine, en tant que branche locale du Parti communiste de l'Union soviétique.

Lors des élections législatives de 2014, qui font suite à l'Euromaïdan, le Parti communiste d'Ukraine n'obtient pas suffisamment de voix pour se maintenir au Parlement.

Historique[modifier | modifier le code]

Période soviétique[modifier | modifier le code]

Après 1991[modifier | modifier le code]

Le Parti communiste d'Ukraine (KPU) remporte la majorité relative aux élections législatives de 1994 et 1998 en obtenant plus de 100 députés. Aux mêmes élections de 2002, les électeurs le placent en 2e position, après le bloc « Notre Ukraine », obtenant près de 20 % des voix et 60 députés. À l'élection législative de , le KPU ne dispose plus que de 21 inscrits au groupe parlementaire communiste, présidé par Symonenko. Le parti connaît cependant une légère hausse de son résultat aux législatives de 2007, gagnant 6 élus soit un total de 27 députés inscrits.

Le , à la demande de la cellule du Parti communiste d'Ukraine de Zaporijia, un monument à Joseph Staline a été ouvert devant leur local, en présence de Aleksey Babourine, élu communiste dans la Rada (Ukraine)[4].

Pendant les manifestations Euromaïdan, le Parti communiste d'Ukraine soutient le président Viktor Ianoukovytch, en particulier en votant à l’unanimité[5],[6] en faveur des lois du [7].

Après la destitution de Viktor Yanoukovitch en , le parti est mis au ban de la politique ukrainienne : dans le contexte de la crise ukrainienne, le PC affiche en effet des positions pro-russes en soutenant l'annexion de la Crimée et la proclamation de républiques séparatistes à l'Est du pays[8]. Le groupe communiste à la Rada suprême est dissous le , à la suite d'une modification du règlement augmentant le nombre de députés nécessaires à la formation d'un groupe parlementaire[9].

Lors des élections législatives anticipées du 26 octobre 2014, le Parti communiste d'Ukraine n'obtient que 3,88 % des voix, et se voit ainsi éliminé du Parlement[10]. Le parti est dès lors miné par les dissensions internes et exclut plusieurs de ses membres[11].

Le gouvernement ukrainien interdit par décret au Parti communiste d’Ukraine de se présenter aux élections locales d'[12]. La cour d’appel administrative du district de Kiev fait droit, en , à la demande du ministère de la Justice d'empêcher le Parti communiste d'Ukraine de participer à des élections[11]. Cette décision fait suite à l'entrée en vigueur, en , d'une loi interdisant l'utilisation de symboles communistes ou nazis et proscrivant notamment l’usage du terme « communiste »[11]. Le Parti communiste d'Ukraine décide alors de saisir la Cour européenne des droits de l'homme[13]. Cependant, le parti n'est pas formellement interdit : le ministère de la Justice peut simplement l'empêcher de concourir aux élections[14]. En vertu de cette législation, la Commission électorale centrale d'Ukraine rejette la candidature de Petro Symonenko à l’élection présidentielle de 2019[15].

Secrétaires généraux[modifier | modifier le code]

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Résultats du Parti communiste d'Ukraine depuis 1998
Année Type d'élection % Représentants
1998 Législatives 24,7 121
1999 Présidentielle 23,1
38,8
2002 Législatives 20,0 66
2004 Présidentielle 5,0
2006 Législatives 3,7 21
2007 Législatives 5,4 27
2010 Présidentielle 3,5
2012 Législatives 13,2 32
2014 Présidentielle 1,5
2014 Législatives 3,9 0

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Official website. Komunist newspaper.
  2. a et b Wolfram Nordsieck, « Ukraine » [archive du ], sur Parties and Elections in Europe, (consulté le )
  3. « Populism in Ukraine in a Comparative European Context (in English) », Problems of Post-Communism, vol. 57, no. 6, pp. 3-18, november–december 2010 (consulté le )
  4. « Ukraine: une nouvelle statue de Staline », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  5. (uk) « Офіційний портал Верховної Ради України », sur w1.c1.rada.gov.ua (consulté le ).
  6. (uk) « Офіційний портал Верховної Ради України », sur w1.c1.rada.gov.ua (consulté le ).
  7. « L'opposition ukrainienne défie les nouvelles lois anti-manif », sur humanite.fr, 19 janvier, 2014 (consulté le ).
  8. Quand le Parlement ukrainien bannit son Parti communiste…, Marianne, 29 juillet 2014
  9. (uk + ru + fr + en + es) « Turchynov dissolves ukrainian Communist Party faction in Parlament », sur www.ukrinform.ua, (consulté le ).
  10. « http://au.ibtimes.com/articles/571021/20141028/ukraine-election-communist-party-poroshenko-russia-obama.htm#.VF3FGcnfCuJ Results Of Ukraine’s Election ‘A Death Sentence To The Communist Party’ – Poroshenko »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), International Business Times, 28 octobre 2014
  11. a b et c « Ukraine. Interdit, le Parti communiste voit rouge », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Ukraine Le Parti communiste interdit de se présenter aux futures élections », sur humanite.fr, 28 juillet, 2015 (consulté le ).
  13. (en) « Kiev has a nasty case of anti-communist hysteria », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. (en) « Is Communist Party banned in Ukraine? », sur 112.international (consulté le ).
  15. http://www.cvk.gov.ua/pls/acts/ShowCard?id=44568&what=0

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]