Pain d'épices

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pain d'épices (homonymie).

Pain d'épices
Image illustrative de l’article Pain d'épices
Tranche de pain d'épices.

Date Moyen Âge
Ingrédients farine de céréale, miel et épices
Classification Pâtisserie

Le pain d'épices (ou pain d'épice) est un gâteau au miel, agrémenté d'épices diverses. Le pain d'épices tire son origine de l'Antiquité gréco-romaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fabrication[modifier | modifier le code]

Ingrédients[modifier | modifier le code]

Épices[modifier | modifier le code]

Outre le miel, qu'on retrouve dans toutes les recettes traditionnelles (les versions industrielles pouvant recourir à d'autres édulcorants), diverses épices parfument le pain d'épice. Certaines recettes prônent l'utilisation d'un mélange conséquent d'épices (parmi lesquelles : anis vert, badiane, cannelle, clou de girofle, gingembre, muscade, cardamome...[1]), d'autres de quatre-épices (par exemple : gingembre, cannelle, girofle, muscade[2], ou gingembre muscade, cannelle, badiane[3]). D'autres encore citent un nombre encore plus restreint d'épices (par exemple de la cannelle, ou de l'anis vert[4]).

Appellations[modifier | modifier le code]

Croatie[modifier | modifier le code]

L'« art du pain d'épices en Croatie du Nord » a été inscrit au patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'UNESCO le [5].

France[modifier | modifier le code]

L'appellation « pain d'épices de Dijon » ou « pain d'épices type Dijon » est réservée au pain d'épices dont la farine est majoritairement de la farine de blé[6].

L'appellation « pain d'épices de Reims » est réservée au pain d'épices composé de farine de seigle. C'est à Reims qu'étaient établis les premiers maîtres pain d'épiciers[7]. C'est vers le XIVe siècle que les pâtissiers rémois eurent l'idée de relever le goût du pain au miel avec des épices ; ils reçurent alors le nom particulier de pâtissiers de pain d'épices. Le 2 août 1571, les ouvriers du pain d'épices affirment leur existence, revendiquent leur monopole. La corporation des pain-d'épiciers est alors fondée dans cette ville, puis reconnue officiellement par Henri IV en 1596[8].

L'ermite de Pithiviers saint Grégoire de Nicopolis passe pour avoir inventé un gâteau au miel proche du pain d'épices. La confrérie du pain d'épices de Pithiviers commémore ce fait[9]. L'appellation « pain d'épices au miel » est réservée au pain d'épices dans la composition duquel n'entre aucune autre matière sucrante que le miel[6].

L'appellation « pain d'épices de Caen » est réservée aux pain d'épices fabriqué exclusivement dans l'agglomération caennaise et respectant une certaine recette. Ses composants essentiels sont 50 % de miel, de la farine de blé et de seigle et seulement quatre épices.

Musée du pain d'épices[modifier | modifier le code]

À Gertwiller en France existe le Musée du pain d'épices et de l'art populaire alsacien qui retrace l'histoire de cette denrée, on y trouve aussi des moules anciens, des emporte-pièces, des images ainsi que du matériel qui servait à sa fabrication. Il se trouve à côté de l'atelier de fabrication de pain d'épices, que l'on peut également visiter.

Événements[modifier | modifier le code]

Chaque année, dans la ville de Toruń, en Pologne, un festival du pain d'épices (Święto Piernika) a lieu en commémoration de la tradition de fabrication du pain d'épices, y remontant au Moyen Âge.

Chaque année, dans le temps des fêtes, les familles du Québec s'amusent à faire des maisons en pain d'épices.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mélange d'épices pour pain d'épice - Les pains d'épices - Pains d'épices LIPS à Gertwiller - Fabrication artisanale », sur www.paindepices-lips.com (consulté le 9 octobre 2018)
  2. « Pain d'épice au miel », sur 750 Grammes (consulté le 9 octobre 2018)
  3. « Après l'Alsace, Reims et Dijon, Caen a aussi son pain d'épices ! », Liberté,‎ (lire en ligne)
  4. Les Carnets de Julie, « Recette : Pain d'épices - Les carnets de Julie », (consulté le 9 octobre 2018)
  5. Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité s’enrichit de 46 nouveaux éléments.
  6. a et b Code des usages
  7. Le pain d'épice de Dijon : l'histoire
  8. Lise Bésème-Pia, Le Pain d'épice(s). Histoire, recettes sucrées et salées, anecdotes, Éditions du Coq à l'âne.
  9. « La Confrérie de Saint Grégoire de Nicopolis », sur Logis de France

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lise Bésème-Pia, Le pain d'épice, Éd. du Coq à l'âne, Reims, 2001, 143 p. (ISBN 2-912036-15-1)
  • Gérard Fritsch & Guy Zeissloff, Le pain d'épices : sous toutes ses formes, I. D., Bernardswiller, 2011, 61 p. (ISBN 978-2-915626-78-0)
  • J. Kiger, Le pain d'épices. Fabrication, analyse, Dunod, Paris, 1948, 187 p.
  • Pierre Paillon, La fabrication des produits alimentaires au miel : formules, recettes de fabrication, tours de main, réglementation, jurisprudence, analyses, Girardot et Cie, Paris, 1960, 238 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :