Pain d'épices de Reims

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pain d'épices de Reims
Lieu d’origine Reims
Date Moyen Âge
Ingrédients Farine de seigle, miel et épices
Classification Pâtisserie

Le pain d'épices de Reims est un gâteau à la farine de seigle et au miel aromatisé avec diverses épices. Le pain d'épices trouve ses origines au Moyen Âge en Chine, puis en Europe, et notamment à Reims où la mention de « pâtissier pain d'épicier » paraît la plus ancienne[1].

Appellation[modifier | modifier le code]

L'appellation « pain d'épices de Reims » est réservée au pain d'épices composé de farine de seigle[2]. C'est à Reims qu'étaient établis les premiers maîtres pain d'épiciers[1],[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est vers le XIVe siècle que les pâtissiers rémois eurent l'idée de relever le goût du pain au miel avec des épices ; ils reçurent alors le nom particulier de pâtissiers de pain d'épices[3]

Le 2 août 1571, les ouvriers du pain d'épices affirment leur existence, revendiquent leur monopole. La corporation des pain-d'épiciers est alors fondée dans cette ville, puis reconnue officiellement par Henri IV en 1596[4].

Avant la Révolution française, la ville en comptait douze[5], ce nombre fut divisé par deux pendant le Premier Empire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b Le pain d'épice de Dijon : l'histoire
  2. a et b Conseil national des arts culinaires, Champagne Ardenne : produits du terroir et recettes traditionnelles, Albin Michel/CNAC, coll. « L’inventaire du patrimoine culinaire de la France », , 255 p. (ISBN 2-226-11516-1), « Pain d'épices de Reims », p. 74-75
  3. René Gandilhon, « Le pain d'épices de Reims », Arts et traditions populaires, nos 1-2 année VII,‎ , p. 20-49
  4. Lise Bésème-Pia, Le Pain d'épice(s). Histoire, recettes sucrées et salées, anecdotes, Éditions du Coq à l'âne.
  5. J-B-F Géruzez, Descritpion historique et statistique de la ville de Reims ; ouvrage divisé en vingt chapitres..., Reims, Paris, Châlons, 1817, p623.