Officier radiotélégraphiste de la marine marchande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Radiotélégraphiste et Officier de marine.
Officier radiotélégraphiste de la marine marchande
Cargo Asie 1922.jpg

Station radiotélégraphique en 1922

Station radio de bord

L'ancien métier d’Officier radiotélégraphiste de la marine marchande remonte au début du XXe siècle à une époque où les navires communiquaient principalement en radiotélégraphie. En France, le métier d’officier radiotélégraphiste de la marine marchande créé en 1904 a cessé en 1997.

L’Opérateur radiotélégraphiste[modifier | modifier le code]

L’Opérateur radiotélégraphiste était là pour :

  • Localiser le navire par radio.
  • Établir les communications publiques.
  • Établir les communications bateau-bateau.
  • Établir les communications opérations portuaires.
  • Établir les communications pour l'approvisionnement.
  • Établir les communications nautiques.
  • Établir les communications de détresse.
  • Établir les communications des messages familiaux. Les voyageurs qui couraient le monde réclamèrent les possibilités de télégraphier au cours de leurs voyages.

Qualifications de radiotélégraphiste[modifier | modifier le code]

certificat d’opérateur radiotélégraphiste de deuxième classe
certificat d’opérateur radiotélégraphiste de deuxième classe

Dans le cadre du SMDSM de 1999, la France interrompt définitivement l'emploi de la radiotélégraphie morse dans les bandes marines depuis les navires français.
Depuis le 31 janvier 1997. La fonction d'officier radiotélégraphiste embarqué disparaît alors[1]. Il n’y a plus de radiotélégraphiste présent dans les navires sous pavillon français.

Il était nécessaire de posséder un des certificats suivants [2] :

  • certificat général d’opérateur des radiocommunications (Chef de poste tous navires).
  • certificat d’opérateur radiotélégraphiste de première classe (Chef de poste tous navires).
  • certificat d’opérateur radiotélégraphiste de deuxième classe (Chef de poste cargo, bateaux de pêche et radiotélégraphiste tous navires).
  • certificat spécial d’opérateur radiotélégraphiste. (Navires de plaisance et petits bateaux de pêche).

Pour configurer, programmer, modifier, réparer une station de bord de navire, il était nécessaire de posséder un des brevets suivants :

  • brevet de radioélectronicien de première classe
  • brevet de radioélectronicien de deuxième classe
  • brevet de radioélectricien de première classe
  • brevet de radioélectricien de deuxième classe

Le certificat d'opérateur radiotélégraphiste de première classe ou le certificat général d’opérateur des radiocommunications et le diplôme de radioélectronicien de première classe de la Marine Marchande préparé à l'École Nationale de la Marine Marchande étaient transformés en Brevet d'Officier Radioélectronicien de première classe de la Marine Marchande après 24 mois de navigation.

Même chose pour le certificat d’opérateur radiotélégraphiste de deuxième classe transformé en Brevet d'Officier Radioélectronicien de deuxième classe.

Le Brevet d'Officier de première classe était nécessaire pour assurer les fonctions de Chef Radio sur les Paquebots et les Ferries.

En général, il y avait trois Officiers Radio sur les Paquebots et un élève Radio en formation qui attendait de faire le cours de Radio Marine Marchande ou attendait de faire ses 24 mois de navigation pour avoir le Brevet.

Mais en général tous passaient Officier dérogataire avant les 24 mois.

Le journal du service radioélectrique[modifier | modifier le code]

Station radiotélégraphique de la frégate météorologique France.

Le journal du service radioélectrique doit être tenu à bord des navires. Ce journal contient :

  • Le nom du radiotélégraphiste assurant la veille ;
  • les heures de début et de fin de cette veille ;
  • les interruptions de cette veille ;
  • les communications de détresse, urgence, sécurité ;
  • les communications avec les stations côtières ;
  • les opérations d’entretien des batteries ;
  • les essais de matériel.

Quelques dates[modifier | modifier le code]

Station radiotélégraphique du paquebot RMS Olympic en 1913.

En France :

L'appel en bande décamétrique[modifier | modifier le code]

La Propagation en haute fréquence de la bande décamétrique ou Haute fréquence est utilisée pour les radiocommunications à grande distance (portée jusqu'à 12 000 km en permanence et le reste du monde plusieurs heures par jour avec une puissance d'émission inférieure à 1 000 W) de la station de bord de navire.

Tableau des fréquences d'appel assignées aux stations de navires[7] pour la radiotélégraphie morse manuelle de classe A1A ou pour la radiotélégraphie morse automatique de classe A1B à des vitesses de transmission ne dépassant pas 40 bauds[8].

Largeur des voies dans chaque bande : 0,5 kHz.

Groupe en bande décamétrique Bande des

MHz

Bande des

MHz

Bande des

MHz

Bande des

12 MHz

Bande des

16 MHz

Bande des

22 MHz

Bande des

25 MHz

Voie commune dans le monde 4 184 kHz 6 276 kHz 8 368 kHz 12 552 kHz 16 736 kHz 22 280,5 kHz 25 172 kHz
Mer des Caraïbes et Océan Atlantique 4 182 kHz 6 277 kHz 8 366 kHz 12 550 kHz 16 734 kHz 22 279,5 kHz 25 171,5 kHz
Le Golfe du Mexique 4 183 kHz 6 278 kHz 8 367 kHz 12 551 kHz 16 735 kHz 22 281,5 kHz
Océan Pacifique Nord 4 185 kHz 6 279 kHz 8 368,5 kHz 12 552,5 kHz 16 736,5 kHz 22 282,5 kHz 25 172,5 kHz
Pacifique Sud 4 186 kHz 6 280 kHz 8 370 kHz 12 554 kHz 16 737,5 kHz 22 283,5 kHz
émetteur récepteur de naufrage 500 kHz et 8 364 kHz
Les Secteurs des périodes de silence radio de 3 minutes. En rouge pour la fréquence 500 kHz (Télégraphie). En bleu pour la fréquence 2 182 kHz (Téléphonie)

.

Fréquence 8 364 kHz[modifier | modifier le code]

Jusqu'au , la fréquence 8 364 kHz était désignée pour être utilisée par les stations d'engin de sauvetage équipées pour émettre sur les fréquences des bandes comprises entre 4 000 kHz et 27 500 kHz et désirant établir avec les stations des services mobiles maritime et aéronautique des communications relatives aux opérations de recherche et de sauvetage [9].

Fréquence 143 kHz[modifier | modifier le code]

À la place de la bande décamétrique. Les stations de navires peuvent utiliser cette fréquence d’appel des paquebots en radiotélégraphie de 143 kHz de la bande des 2 100 mètres pour joindre un continent, (143 kHz remplacent la longueur d'onde d’appel de 1 800 mètres en radiotélégraphie désignée aussi par la fréquence 166,5 kHz). La fréquence des appels internationaux dans la bande de 100 kHz à 160 kHz est de 143 kHz à l'aide d'émission A1A ou J2A. Quand une station de navire dans la bande de 100 kHz à 160 kHz kHz désire communiquer avec une station côtière, il doit appeler sur la fréquence 143 kHz à moins que la Liste internationale des stations côtières en dispose autrement. Les stations côtières doivent répondre de leur fréquence normale de travail dans cette bande. Seuls les appels individuels, les réponses à ces appels, et la transmission de signaux préparatoires au trafic peuvent être transmises sur 143 kHz.

L'appel en bande hectométriques[modifier | modifier le code]

La fréquence de 500 kHz (désignée aussi par sa longueur d'onde: 600 mètres est la fréquence internationale de détresse et d'appel en radiotélégraphie morse sur ondes hectométriques pour les stations du service mobile maritime et aéronautique[10].

Cette bande de moyenne fréquence est comprise de 415 kHz à 535 kHz, avec une portée d'exploitation jusqu'à 1 000 km.

Canaux utilisés par les navires

Pour tous les navires, dans la bande hectométrique, la puissance maximale des émetteurs radiotélégraphiques homologués marine est comprise entre 150 W et 1 000 W.

Canaux Utilisations
410 kHz Fréquence normale de radiogoniométrie en radiotélégraphie morse (positions des navires et des aéronefs) [11]
425 kHz Radiotélégraphie morse régions 2 et 3 (sauf Europe et Afrique) de navires à navires [12]
454 kHz Radiotélégraphie morse de navires à navires
458 kHz Radiotélégraphie morse région 1 (Europe et Afrique) de navires à navires[10]
468 kHz Radiotélégraphie morse de navires à navires
480 kHz Radiotélégraphie morse de navires à navires
500 kHz Fréquence internationale de détresse en radiotélégraphie morse. L'appel de routine, de sécurité et d'urgence est autorisé entre l'heure H + 18 et H + 45 et entre H + 48 et H + 15[10].
512 kHz Radiotélégraphie morse de navires à navires. Les stations de navires peuvent utiliser cette fréquence comme fréquence d’appel supplémentaire lorsque la fréquence 500 kHz est employée pour la détresse. Dans les zones à fort trafic, la fréquence est utilisée pour l'appel de routine [13].

Période de silence radio du Temps universel coordonné[modifier | modifier le code]

  • Dans les stations radios internationales, une montre marque l'heure du Temps universel coordonné comme référence.
  • Sur la fréquence 500 kHz (maritime et aéronautique), les stations effectuent un silence radio de h + 15 à h + 18 et de h + 45 à h + 48.
  • Dans le monde, depuis 1999. Les émissions doivent cesser dans la bande comprise entre 495 kHz à 505 kHz durant la période de silence radio.
  • Dans quelques pays appliquant toujours l'ancienne recommandation, les émissions doivent cesser dans une bande comprise entre 490 kHz à 510 kHz durant la période de silence radio.
  • L’appel de routine, de sécurité et d’urgence est autorisé aux heures de h + 18 à h + 44 et de h + 48 à h + 14 avec un dégagement sur une fréquence de travail.
  • Les radiocommunications pour la détresse sont libres sur la fréquence 500 kHz.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'arrêté du 21 avril 1995. Art. 10. - Les titulaires d'un certificat d'opérateur délivré en application de l'arrêté no 4052 du 28 décembre 1976 susvisé peuvent utiliser les équipements des stations radioélectriques de navires jusqu'au 31 janvier 1997.
  2. Arrêté du 28 décembre 1976 concernant les examens d'aptitude aux emplois de radiotélégraphiste et de radiotéléphoniste à bord des stations mobiles.
  3. conférence internationale radiotélégraphique de Londres
  4. Brest message numéro 30 du .
  5. Union internationale des télécommunications Appendice S13 section 3 Veille sur les fréquences de détresse A20 veille obligatoire jusqu'au
  6. « REFLETS DE L'OMI CATASTROPHES ET SURVIE - LE SAUVETAGE EN MER page 11 le code Morse n'est plus utilisé. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  7. APPENDICE 34 Mob-87: (Voir l'article 60 et la résolution 312 (Rév. Mob-87))
  8. Convention et Règlements administratifs de l'Union internationale des télécommunications. Rec. UIT - RÉSOLUTION 312 (Rév.CMR-97) Procédures d'appel en télégraphie Morse A1A et A1B à ondes décamétriques.
  9. Référence aux dispositions du règlement des radiocommunications RR5.111 ; AP17, Parties A, B
  10. a, b et c Référence aux dispositions du règlement des radiocommunications RR472/S5.83 ; RR2970 ; RR3010 ; RRN3067 ; RR4679A ;
  11. Référence aux dispositions du règlement des radiocommunications RR468/S5.76
  12. Référence aux dispositions du règlement des radiocommunications RR4237
  13. Référence aux dispositions du règlement des radiocommunications RR4237 ; RR4239

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Station radiotélégraphique type Marconi

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]