Ofek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ofek ou Ofeq (en hébreu אופק, horizon) est le nom d'une série de satellite de reconnaissance militaires israéliens légers, construits par Israel Aircraft Industries. Le premier satellite de la famille a été lancé en 1988 par un lanceur national Shavit depuis le territoire israélien. Du fait de l'exiguité du territoire, ces satellites sont lancés sur une orbite rétrograde pénalisante mais qui évite de survoler les régions peu après le décollage. Les satellites de 200 à 300 kg emportent une caméra optique dont la résolution spatiale atteint 50 cm pour Ofek 11. Deux des satellites de la famille embarquent un radar.

Présentation[modifier | modifier le code]

Construits par l'entreprise privée israélienne de construction aéronautique Israel Aircraft Industries (IAI), les satellites Ofek résultent d'une collaboration entre IAI et le ministère israélien de la Défense.

Les satellites Ofek sont lancés en orbite rétrograde, et ce, afin qu'en cas d'échec, les débris ne puissent retomber en territoire arabe et ainsi révéler certains secrets de fabrication.
En outre, Ofek parcourt en 90 minutes une orbite terrestre basse.
On distingue trois générations dans les satellites Ofek :

  • la première génération : Ofek 1, Ofek 2
  • la deuxième génération : Ofek 3, Ofek 4
  • la troisième génération : Ofek 5, Ofek 6, Ofek 7, Ofek 9

À chaque génération, la précision des satellites augmente. Ainsi, Ofek 7 a une précision inférieure à 60 cm[1]..

Historique des lancements[modifier | modifier le code]

Tous les lancements sont effectués depuis la base aérienne de Palmachim, en Israël, par le lanceur Shavit.
Ils sont lancés vers l'ouest, vers la Mer Méditerranée - à la fois pour éviter que les débris ne tombent sur des populations, mais aussi pour que des débris ne tombent pas en territoire arabe, aux fins de ne pas révéler des secrets de fabrication[2].

Ofek 1[modifier | modifier le code]

Lancé le
Il pesait 155 kg et fit le tour de la Terre, avec un périgée de 249 km et un apogée de 1 149 km.
Ses objectifs étaient 1) l'expérimentation de la génération d'énergie solaire, 2) des tests de radio-transmissions, 3) la vérification de la capacité du système à résister dans des conditions d'apesanteur, 4) la collecte de données sur l'environnement spatial et le champ magnétique de la Terre[3] Sa durée de vie était de quelques semaines, voire quelques mois.
Il s'agissait du premier satellite israélien envoyé dans l'espace ; ce fut une réussite.

Ofek 2[modifier | modifier le code]

Lancé le
Il pesait 160 kg et fit le tour de la Terre, avec un périgée de 149 km et un apogée de 251 km.
Il effectua des tests de communication.
Ofek 1 et Ofek 2 étaient des lancements expérimentaux, la première génération des satellites israéliens de reconnaissance.

Ofek 3[modifier | modifier le code]

Ofek 3

Lancé le , par une nouvelle génération du lanceur Shavit
Il pesait 189 kg et orbita, avec un périgée de 369 km. C'est le premier satellite de la deuxième génération des satellites israéliens d'observations. Ofek 3 constituait une avancée par rapport à ses prédécesseurs, mais il n'était pas en mesure d'offrir une qualité d'imagerie de niveau militaire. On estime que le satellite peut fournir des images d'une précision d'environ 1 mètre[4]. Sa durée de vie était de deux ans.

Ofek 4[modifier | modifier le code]

Lancé le
À cause d'une erreur dans le lancement, le satellite ne put parcourir l'orbite terrestre - il tomba dans la Mer Méditerranée. Ce fut le dernier satellite de la deuxième génération des Ofek.

Ofek 5[modifier | modifier le code]

Lancé le
Beaucoup plus lourd que ses prédécesseurs (300 kg), il orbita la Terre avec un périgée de 262 km et un apogée de 774 km.
Le télescope/caméra d'Ofek 5 a été conçu par l'entreprise israélienne El-Op (Electro-Optic Industries, une filiale de Elbit Systems). La résolution des images était de 0,8 mètres. Sa durée de vie était de quatre ans.

Ofek 6[modifier | modifier le code]

Lancé le
Jumeau de Ofek 5, Ofek 6 pesait tout comme son prédécesseur 300 kg. À cause d'une erreur au lancement - le troisième étage a refusé de s'allumer - , le satellite n'a pu se mettre en orbite et est tombé dans la Mer Méditerranée.

Ofek 7[modifier | modifier le code]

Lancement d'Ofek 7 par le lanceur Shavit

Lancé le
Aussi d'un poids de 300 kg, il orbite avec un périgée de 340 km et un apogée de 576 km. Il est équipé pour prendre des images beaucoup plus précises que ses prédécesseurs. Ces images sont partagées par Israël avec les États-Unis[5]. Il est toujours en activité à l'heure actuelle.

Ofek 8[modifier | modifier le code]

Le satellite Ofek 8, aussi appelé TecSAR 2 ou encore Polaris, a été placé sur orbite avec succès le 21 janvier 2008 par un lanceur indien. Ofek 8 aurait une résolution de 10 cm. Le satellite utilise un radar à synthèse d'ouverture, plus efficace que les caméras équipant ses prédécesseurs[6].

Ofek 9[modifier | modifier le code]

Le 22 juin 2010, un lanceur Shavit a mis sur orbite avec succès le satellite Ofek 9[7].

Ofek 10[modifier | modifier le code]

Le satellite Ofek 10 a été lancé avec succès le 10 avril 2014, grâce à une fusée Shavit[8].

Ofek 11[modifier | modifier le code]

Ofek 11 est satellite stabilisé 3 axes qui utilise une nouvelle plateforme OPSAT-3000 et un instrument aux capacités accrues. La plateforme dérive de celle des satellites d'observation radar TecSar également développés par le constructeur du satellite. La caméra Jupiter, qui utilise un télescope de 70 cm d'ouverture, fournit des images panchromatiques avec une résolution spatiale de 50 cm. La fauchée est de 15 kilomètres. Le satellite a été placé en orbite le 13 septembre 2016[9].

Synthèse des caractéristiques[modifier | modifier le code]

Principales caractéristiques des satellites Ofek[10],[11],[12],[13],[14]
Désignation Date lancement Type Plateforme Masse Caractéristiques instrument Orbite Identifiant Cospar Durée de vie Commentaire
Ofeq 1 19 septembre 1988 prototype Spinnée 157 kg Dépourvu d'optique 248 km × 1170 km, 142.8° 1988-087A quelques semaines
Ofeq 2 3 avril 1990 prototype Spinnée 160 kg Dépourvu d'optique 09 km × 1577 km, 143.2° 1990-027A quelques semaines
Ofeq 3 5 avril 1995 reconnaissance optique OPSAT-1000 189 kg  ? 729 km × 367 km, 143.3° 1990-027A
Ofeq 4 23 janvier 1998 reconnaissance optique OPSAT-1000 189 kg  ? Échec du lancement
Ofeq 5 5 avril 1995 reconnaissance optique OPSAT-2000 189 kg Résolution spatiale : 70 cm 729 km × 367 km, 143.3° 2002-025A
Ofeq 6 6 septembre 2004 reconnaissance optique OPSAT-2000 189 kg Résolution spatiale : 70 cm Échec du lancement
Ofeq 7 10 juin 2007 reconnaissance optique OPSAT-2000 189 kg Résolution spatiale : 70 cm 729 km × 367 km, 143.3° 2007-025A
Ofeq 8 21 janvier 2008 reconnaissance radar TECSAR 260 kg  ? 403 km × 581 km, 41º 2008-002A Placé en orbite par une fusée indienne PSLV
Ofeq 9 22 juin 2010 reconnaissance optique OPSAT-2000 189 kg Résolution spatiale : 70 cm 729 km × 367 km, 143.3° 2010-031A
Ofeq 10 9 avril 2014 reconnaissance radar TECSAR 260 kg  ? 384 km × 609 km, 140.95° 2014-019A
Ofeq 11 13 septembre 2016 reconnaissance optique IMPS-2  ? Résolution spatiale : 50 cm 341 km × 594 km, 142.53° 2016-056A

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://ma-tvideo.france2.fr/video/iLyROoaftmNO.html
  2. Ofeq
  3. (en) Ofeq 1 et Ofeq 2
  4. Ofeq 3
  5. Voir à ce sujet l'article de Haaretz sur le lancement d'Ofeq 7
  6. https://www.theguardian.com/world/2008/jan/21/iran.marktran
  7. http://www.defensenews.com/article/20100622/DEFSECT04/6220307/Israel-Launches-Ofeq-9-Satellite
  8. http://spaceflightnow.com/news/n1404/10ofeq10/#.VG_DJvmG9yw
  9. (en) Patric Blau, « Israel Launches Advanced Optical Reconnaissance Satellite », sur spaceflight101,
  10. (en) Gunter Krebs, « Ofek11 », sur Gunter's space page (consulté le 2 aout 2017)
  11. (en) Gunter Krebs, « Ofeq 8, 10 (TECSAR 1, 2 / TechSAR 1, 2) », sur Gunter's space page (consulté le 2 aout 2017)
  12. (en) Gunter Krebs, « Ofeq 5, 6, 7, 9 », sur Gunter's space page (consulté le 2 aout 2017)
  13. (en) Gunter Krebs, « Ofeq 3, 4 », sur Gunter's space page (consulté le 2 aout 2017)
  14. (en) Gunter Krebs, « Ofeq 1, 2 », sur Gunter's space page (consulté le 2 aout 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]