Nismes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Nîmes.

Nismes
Nismes
Photo prise à Nismes
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Arrondissement Philippeville
Commune Viroinval
Code postal 5670
Zone téléphonique 060
Démographie
Gentilé Nismois(e)
Population 1 843 hab. (2006)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 04′ nord, 4° 32′ est
Superficie 2 464 ha = 24,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Province de Namur

Voir sur la carte administrative de Province de Namur
City locator 14.svg
Nismes

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Nismes

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Nismes
Liens
Site officiel http://www.viroinval.be

Nismes (en wallon Nîme) est une section de la commune de Viroinval située en Région wallonne dans la province de Namur. Elle y abrite le siège administratif de la commune.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé dans la vallée de l'Eau Noire, le village de Nismes est surtout connu pour ses réserves naturelles et ses curiosités géologiques de la région calcaire de la Calestienne comme le Fondry des Chiens, le Fondry Matricolo et la Roche Trouée. Il existe un petit train touristique pour un circuit d'une heure au travers des différentes régions de l'entité.

Un bras de l'Eau Noire, après la traversée des grottes de Neptune, réapparait près du centre de Nismes, à la grotte du Pont d’Avignon pour rejoindre le bras principal de l'Eau Noire. Cette réapparition d'eau n'est autre qu'une résurgence (prouvée par l'utilisation d'un colorant).

Histoire[modifier | modifier le code]

Nismes est un des plus anciens habitats de la région, on y a découvert des vestiges antérieurs au magdalénien (paléolithique supérieur), des tombes et des retranchements gallo-romains et mérovingiens.

Avec Couvin et Frasnes, le village fait partie du domaine de l’abbaye Saint-Germain-des-Prés à Paris; cédés au roi de France, Robert le Pieux, ces villages sont compris en 996 dans la dot de sa sœur Hedwige, qui épouse le comte de Hainaut Regnier IV. Cent ans plus tard, le comte Baudouin, partant en croisade, vend Couvin et ses dépendances à Otbert, au prince-évêque de Liège. Désormais et jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, Nismes va dépendre de la châtellenie de Couvin.

Son château, détruit peu après 1096, est reconstruit en 1148 par Henri de Leyen, prince-évêque. Il sera détruit définitivement en 1554 par les troupes d’Henri II, roi de France. Au XVe siècle, Nismes est le siège d’une foire et compte des bourgeois.

En juin 1793, Nismes est un des dix cantons municipaux du district de Couvin, réuni à la France dans le cadre du département des Ardennes; il comprend les deux Dourbes, Fagnolle ou Ligne, et Olloy.

Le 14 avril 1943 vers 2 h 15, un bombardier britannique, de retour d'un bombardement de Stuttgart, est abattu au-dessus du bois de Nismes. Les 7 hommes d'équipage sont tués.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des bourgmestres[modifier | modifier le code]

Liste des bourgmestres successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1958 1977 Julien Ernest Allard Parti Social Chrétien  

Économie[modifier | modifier le code]

Les bois importants fournissaient du travail à nombre d’habitants : bûcherons, sabotiers, fauldeurs ou charbonniers de bois, préparateurs d’écorces de chêne. L’industrie du fer est importante : extraction et forgerie. Vers 1830, un haut fourneau était actionné par l’Eau Noire. Au début du XXe siècle, on exploite des carrières de pierre et la saboterie occupe 200 sabotiers. Pendant un siècle, le rail a desservi la localité.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France Châtillon-en-Vendelais (France).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de l'ancienne commune de Nismes
Les armes de la commune de Nismes se blasonnent ainsi

« De gueules à la fasce d'argent. Pour se différencier de Bouillon ou Louvain qui possèdent les mêmes armes, l'écu de Nismes doit être posé devant un Saint-Lambert debout en habits épiscopaux, nimbé, tenant de la dextre une crosse, le crosseron à l'extérieur et de la senestre un livre fermé, le tout d'or[2],[3]. »

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Général Guillaume, Biographie nationale de Belgique (lire sur Wikisource), « BOSSEAU, Pierre »
  2. Concédées par Arrêté Royal du 4 octobre 1962
  3. Max Servais, Armorial des Provinces et des Communes de Belgique - Complément 1955-1968, Bruxelles, Crédit Communal de Belgique,

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Blondeau, « Histoire des cabanes abandonnées : I. Les lieux-dits de Nismes - A. Le grand bois B. Les tiennes et les champs II. Le village et les gens », Au Pays des Rièzes et des Sarts, nos 96 à 104,‎
  • Paul Magotteaux et Colette Monier, Nismes - 1.591 extraits d’actes des anciennes cours et justice de 1531 à 1742, Wépion
  • André Lépine, « La coopérative L’Espérance de Nismes en 1907 », Au Pays des Rièzes et des Sarts, no 113,‎ , p. 25 à 30
  • André Lépine (dir.) et al., « Notes d’histoire sur l’entité de Viroinval (1) », Cercle d'Histoire de Cerfontaine, no 281,‎
  • André Lépine (dir.) et al., « Notes d’histoire sur l’entité de Viroinval (2) », Cercle d'Histoire de Cerfontaine, no 377,‎
  • Itinéraire des gares rurales, vol. 4, Société Royale Belge de géographie, coll. « Hommes et paysages », , 45 p.
  • André Lépine, « La ligne 132 en cartes postales anciennes », Cercle d'Histoire de Cerfontaine, no 500,‎
  • Jean-François Goffin et Auguste Soupart, « Généalogie Martin, de Nismes et environ », Cercle d'Histoire de Cerfontaine, no 755,‎
  • Françoise Jacquet-Ladrier, Communes de Belgique, Crédit Communal,
  • Guy Lapaille, Sylvain Hottiaux et Glen Turner, Le Short Stirling BF513 n'est pas rentré : The Short Stirling BF513 failed to return, Commune de Viroinval, , 40 p.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]