Vierves-sur-Viroin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vierves-sur-Viroin
Vierves-sur-Viroin
Entrée sud sur le Viroin
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Arrondissement Philippeville
Commune Viroinval
Code postal 5670
Démographie
Gentilé Viervois(e)
Population 800 hab. (2006)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 04′ nord, 4° 38′ est
Superficie 1 114 ha = 11,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Province de Namur

Voir sur la carte administrative de Province de Namur
City locator 14.svg
Vierves-sur-Viroin

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Vierves-sur-Viroin

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Vierves-sur-Viroin

Vierves-sur-Viroin (en wallon Viêpe) est une section de la commune belge de Viroinval située en Région wallonne dans la province de Namur.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Elle fait partie de l'association qui regroupe les plus beaux villages de Wallonie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village à flanc de coteaux où dévalent les rues et ruelles escarpées, Vierves, un des plus beaux villages de Wallonie, présente d'anciennes habitations qui se blottissent autour du majestueux château des barons de Hamal.

Dans le creux de la vallée coule clair et limpide, le Viroin qui semble s'attarder par ses méandres dans la fraîcheur verte des prairies.

Vierves est célèbre pour son carnaval, une manifestation folklorique authentique du pays.

Vierves compte 800 habitants (en 2006), des associations, des artisans...

C'est l'un des huit villages de charme de la commune de Viroinval, entité comptant 12 000 hectares de paysages exceptionnels et variés au sein desquels se répartissent 3 régions géologiques : la Fagne schisteuse et ses dépressions humides, la Calestienne et ses sites remarquables (pelouses calcicoles, fondrys, grottes, pics rocheux), et enfin, les contreforts de l'Ardenne et ses forêts profondes.

3 vallées parcourent Viroinval : celle de l'Eau Noire, celle de l'Eau Blanche qui se rencontrent pour former la vallée du Viroin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Terre de la Principauté de Liège. Commune du département des Ardennes transférée à la province de Namur en 1815.

Le 3 septembre 1944, un détachement du maquis de Regniessart — Refuge C 50 La Fauvette — attaque des autos blindées ennemies au carrefour de la route de Treignes (N 99) et de celle de Matagne-la-Petite, en dehors du village. Au cours de cet échange de tirs, Jean Verlaine, un résistant est tué d’une rafale de mitrailleuse. A l’endroit même où il est tombé, un monument rappelle sa mémoire[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de l'ancienne commune de Vierves
Les armes de la commune de Vierves se blasonnaient ainsi :

« De gueules à cinq fusées d'argent accolées en fasce. Provient des armes de la famille de Hamal qui possédait la baronnie de Vierves[2],[3]. »

Monument[modifier | modifier le code]

  • Monument à Jean Verlaine, résistant tué à l'ennemi lors de la libération, km 12 de la RN 99[4].
  • Pierre tombale de Samuel Aldersea, entrepreneur britannique du chemin de fer de l’Entre-Sambre-et-Meuse, décédé en 1853. (ancien cimetière)

Jumelage[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Itinéraire des gares rurales, vol. 4, Société Royale Belge de géographie, coll. « Hommes et paysages », , 45 p.
  • André Lépine, « La ligne 132 en cartes postales anciennes », Cercle d'Histoire de Cerfontaine, no 500,‎
  • André Lépine (dir.) et al., « Notes d’histoire sur l’entité de Viroinval (1) », Cercle d'Histoire de Cerfontaine, no 281,‎
  • André Lépine (dir.) et al., « Notes d’histoire sur l’entité de Viroinval (2) », Cercle d'Histoire de Cerfontaine, no 377,‎
  • André Lépine, « 80 monuments insolites d’Entre-Sambre-et-Meuse », Cercle d'Histoire de Cerfontaine, no 520,‎

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Liutenant Verset, On s'est battu à Vierves le 3 septembre 1944, cahier du Musée de Cerfontaine n° 281, , pages 27-28.
  2. Concédées par Arrêté Royal du 4 septembre 1910
  3. Max Servais, Armorial des Provinces et des Communes de Belgique - Complément 1955-1968, Bruxelles, Crédit Communal de Belgique,
  4. André Lépine, 80 monuments insolites d'Entre-Sambre-et-Meuse, cahier du Musée de Cerfontaine n° 520, , page 79.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]