Nelly Vignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nelly Vignon
Description de l'image defaut.svg.
Nom de naissance Nelly Georgette Madeleine Vignon
Naissance
Lyon, Rhône-Alpes, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 63 ans)
Paris, Île-de-France, France
Profession Actrice

Nelly Vignon , née le à Lyon et morte le dans le 10e arrondissement de Paris, est une actrice française, pensionnaire de la Comédie-Française de 1952 à 1956[1]. Elle a fait principalement carrière au théâtre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nelly Vignon naît dans une famille lyonnaise dont le père est ingénieur, les grands-pères bâtonnier et professeur à la Faculté de sciences. Enfant, elle rêve de faire du théâtre, et malgré les réticences de sa famille, elle suit des cours d'art dramatique chez Marie Ventura, qui l'aide à convaincre ses parents. Elle se présente ensuite aux concours du Conservatoire, où elle remporte deux premiers prix : comédie classique et comédie moderne. Elle est ensuite engagée comme pensionnaire de la Comédie-Française, où on lui attribue de nombreux rôles d'ingénue du répertoire. En 1956, elle est remarquée par André Barsacq, du Théâtre de l'Atelier, qui l'engage pendant ses congés pour une tournée en Roumanie et en Bulgarie, où elle joue Les Fourberies de Scapin, Le Bal des voleurs et Le Rendez-vous de Senlis. Quelques mois après son retour en France, lassée des rôles de « petites ingénues », elle démissionne de la Comédie-Française, et est engagée par Jean-Pierre Grenier pour jouer Nemo. C'est au cours de l'entr'acte d'une des représentations qu'elle rencontre son futur mari, l'acteur roumain Michel Fagadau[2].

Elle connaît durant les années 1950 une certaine notoriété, et fait en 1957 la couverture du magazine Festival[2]. Elle tient également à l'occasion des rôles au cinéma ou à la télévision. Ses apparitions se raréfient cependant à la fin des années 1960. Elle a été photographiée par le Studio Harcourt[3],[4]. Elle est enterrée au cimetière d'Auteuil[5].

Carrière[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 1952 :
    • La Coupe enchantée de Champmeslé, mise en scène Jacques Clancy
    • Dom Juan de Molière, mise en scène Jean Meyer
    • Les Fourberies de Scapin de Molière, mise en scène Jean Meyer
    • Le Voyage à Biarritz de Jean Sarment, mise en scène Jean Sarment
    • La Folle Journée ou le Mariage de Figaro de Beaumarchais, mise en scène Jean Meyer
  • 1953 : Le Bourgeois gentilhomme de Molière, mise en scène Jean Meyer
  • 1954 : Port-Royal de Henry de Montherlant, mise en scène Jean Meyer
  • 1955 : Est-il bon ? Est-il méchant ? de Denis Diderot, mise en scène Henri Rollan
  • 1956 : Nemo d’Alexandre Rivemale, mise en scène Jean-Pierre Grenier
  • 1957 : Hibernatus de Jean Bernard-Luc, mise en scène Georges Vitaly
  • 1959 : Les Écrivains de Michel de Saint-Pierre, mise en scène Raymond Gérôme
  • 1960 :
  • 1962 :
  • 1965 :
    • Des enfants de cœur de François Campaux, mise en scène Christian-Gérard
    • Œil public d'après Peter Shaffer, mise en scène Michel Fagadau
    • Oreille privée de Peter Shaffer, mise en scène Michel Fagadau
  • 1968 : Un amour qui ne finit pas d’André Roussin, mise en scène André Roussin
  • 1969 : Un jour dans la mort de Joe Egg et Peter Nichols, mise en scène Michel Fagadau
  • 1973 : Butley de Simon Gray, mise en scène Michel Fagadau
  • 1981 : Et ta sœur ! de Jean-Jacques Bricaire, mise en scène Robert Manuel
  • 1984 : Mariage de Bernard Shaw, mise en scène Jean-Pierre Grenier[6],[7],[8],[9].

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre
Téléfilms

Doublage[modifier | modifier le code]

Cinéma
Télévision

Enregistrements sonores[modifier | modifier le code]

  • 1959 : Du temps où les bêtes parlaient, conte de Maurice Carême[13]
  • 1960 : Poésies de Jean de La Fontaine, Emile Veraerhen, etc.[14]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « PROMOTION 1952 – NELLY VIGNON », sur Rue Du Conservatoire.fr (consulté le 13 août 2012).
  2. a et b Lise Froz « Ingénue idéale du répertoire classique, Nelly Vignon rêve de jouer avec des talons haut et une cigarette » Festival n°423, 1957
  3. Nelly Vignon au studio Harcourt, Site du Ministère de la culture français
  4. Nelly Vignon au studio Harcourt 2
  5. Fiche de Nelly Vignon au cimetière d'Auteuil
  6. carnet de théâtre, Études (1945), février 1984, p. 206-207 sur gallica.bnf.fr
  7. Nelly Vignon au théâtre
  8. Nelly Vignon BNF
  9. Références bibliographiques
  10. Jean-Marc Doniak , Les fictions françaises à la télévision: 1945-1990, 15000 œuvres, Volume 1, Éditeur Dixit, 1998
  11. « Nelly Vignon », sur cineartistes.com, (consulté le 15 août 2015).
  12. Nelly Vignon sur dpedia
  13. L'Encyclopédie sonore, Librairie Hachette - Ducrutet Thomson écouter un extrait du 45 tours sur Gallica
  14. Poésie pour les enfants de 5 à 10 ans, Ministère de l'éducation nationale, répertoire de la radio scolaire 1960-1961, extraits du 33 T. sur Gallica

Liens externes[modifier | modifier le code]