Aller au contenu

Namur (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Namur
Namur (Québec)
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Québec Québec
Région Outaouais
Subdivision régionale Papineau
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Gilbert Dardel
2021-2025
Code postal J0V 1N0
Constitution
Démographie
Gentilé Namurois et Namuroise
Population 633 hab. ()
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 54′ 00″ nord, 74° 56′ 00″ ouest
Superficie 5 810 ha = 58,1 km2
Divers
Code géographique 2480110
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Outaouais
Voir sur la carte administrative d'Outaouais
Namur
Géolocalisation sur la carte : Québec
Voir sur la carte administrative du Québec
Namur
Géolocalisation sur la carte : Canada
Voir sur la carte administrative du Canada
Namur
Liens
Site web www.namur.ca

Namur est une municipalité canadienne du Québec située dans la MRC de Papineau, dans la région de l'Outaouais.

Initialement nommé « La Nouvelle-Belgique », l'endroit doit son nom à l'établissement, dans la seconde moitié du XIXe siècle, de familles belges originaires de la province de Namur. Aujourd'hui, la municipalité vit essentiellement de l'exploitation forestière et organise, chaque année durant l'été, un festival des bûcherons.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts de Namur sont intimement liés à l'immigration belge. Les trois principaux instigateurs de cette installation sont les Belges Édouard Simays[1] et Pascal-Julien Verbist[2] ainsi que le Canadien Édouard-André Barnard[3].

En 1869, le gouvernement du Canada envoie Édouard Simays dans son pays natal en tant qu'agent d'immigration. Sous son impulsion, les premiers colons belges s'installent en 1871 dans le canton de Suffolk, territoire à partir duquel sera formée la municipalité de Namur[4]. Par la suite, le gouvernement du Québec nomme Édouard-André Barnard et Pascal-Julien Verbist agents d'immigration pour la Belgique, mais également pour la France, l'Allemagne (Alsace-Lorraine) et la Suisse[5],[3],[2]. Leur but est de recruter des agriculteurs de langue française et de religion catholique[3]. Les Belges sont rapidement rejoints par plusieurs familles venues de France ainsi que par quelques familles italiennes[5].

L'endroit est initialement nommé La Nouvelle-Belgique ou encore La Petite-Belgique. En 1874, la localité prend officiellement le nom de Namur en l'honneur de la ville belge du même nom[6].

En 1876, le missionnaire protestant Georges-Clément Mousseau s'installe à Namur avec trois familles francophones de Montréal récemment converties par le pasteur Charles Chiniquy[7]. Il a pour but d'y établir une colonie pour les protestants canadiens-français et francophones en général[7]. Cette même année, les Namurois se convertissent en grand nombre au protestantisme[7]. On construit un bâtiment servant à la fois d'église, de presbytère et d'école en 1877[8]. En 1879, la paroisse est officiellement constituée[8]. Elle prend le nom de Saint-Paul treize ans plus tard[8]. La communauté construit l'église actuelle en 1899[8]. Elle est aujourd'hui affiliée à l'Église unie du Canada[8]. En 1905, suite à des changements législatifs, l'école du village, bien que desservant des enfants de langue française, doit se rattacher à une commission scolaire anglophone parce que non catholique[8]. En 1909, Namur est l'un sinon le seul village du Canada à majorité franco-protestante[9].

La municipalité de Namur est constituée en 1964 en se détachant de la municipalité des cantons unis de Suffolk-et-Addington. À l'origine incluse dans le comté de Papineau, Namur fait partie de la municipalité régionale du comté (MRC) de Papineau depuis 1983.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte
Dans la MRC : Papineau.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016 2021
513543532487596572633
(Sources : Statistique Canada)

Langues maternelles[modifier | modifier le code]

Selon le recensement du Canada de 2021, les langues maternelles des Namurois se répartissent comme suit[10] :

  • Français : 89,6 %
  • Anglais : 8,8 %
  • Français et anglais : 1,6 %
  • Langues non officielles : 0,8 %

Économie[modifier | modifier le code]

Namur est aussi la municipalité québécoise où le salaire moyen est le plus faible. En effet, selon le recensement de 2021, les habitants ont, en moyenne, un salaire annuel de 29 300 $[11].

Administration[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville de Namur.

Les élections municipales se font en bloc pour le maire et les six conseillers[12].

Namur
Maires depuis 2005
Élection Maire Qualité Résultat
2005 Gilbert Dardel Voir
2009 Voir
2013 Voir
2017 Voir
2021 Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

Gentilé[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2011, le gentilé des habitants de Namur était Namurien et Namurienne. Il a été modifié pour Namurois et Namuroise, identique à la ville belge de Namur. Le changement est effectif depuis [13],[14].

Éducation[modifier | modifier le code]

À Namur, l'éducation en français est chapeautée par le Centre de services scolaire aux Coeur-des-Vallées, qui dessert les MRC de Papineau et des Collines-de-l'Outaouais ainsi qu'une partie de Gatineau[15].

La municipalité compte une seule école sur son territoire : l'École intermédiaire de Namur (en anglais : Namur Intermediate School), établissement anglophone relevant de la Commission scolaire Western Québec. L'enseignement prodigué s'étend du niveau préscolaire, primaire et secondaire jusqu'à la 8e année (2e secondaire)[16]. Namur est également incluse dans la zone de services de l'École secondaire régionale Laurentian (en) (Laurentian Regional High School) de Lachute[17], établissement le langue anglaise de la Commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier, où l'enseignement va jusqu'à la dernière année du secondaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Denise Latrémouille, « Édouard Simays et sa mission d'agent d'immigration en Europe en 1869 », Revue Cap-aux-Diamants, no 152,‎ , p. 12
  2. a et b « Verbist, Pascal-Joseph » Accès libre, sur Répertoire du patrimoine culturel du Québec (consulté le )
  3. a b et c « Barnard, Édouard-André » Accès libre, sur Dictionnaire biographique du Canada (consulté le )
  4. « Namur (Québec - Canada) » Accès libre, sur Namur relations internationales (consulté le )
  5. a et b Pierre Trépanier, Société historique de l'Ouest-du-Québec, « La colonie franco-belge de Namur (1871-1881) », Asticou, no 18,‎ , p. 14-32 (lire en ligne Accès libre [PDF])
  6. « Namur » Accès libre, sur Commission de toponymie du Québec (consulté le )
  7. a b et c Municipalité de Namur, Église Unie Saint-Paul de Namur (Plaque),
  8. a b c d e et f « 10e assemblée générale à Namur et histoire de l'Église Saint-Paul », Le Bulletin de la Société d'histoire du protestantisme franco-québécois, no 37,‎ (lire en ligne Accès libre [pdt])
  9. Jean-Louis Lalonde, Société d'histoire du protestantisme franco-québécois, « Rey, Jean-Stanislas (1870-1936) » Accès libre, (consulté le )
  10. « Profil du recensement, Recensement de la population de 2021 - Namur, municipalité (MÉ), Québec [subdivision de recensement] » Accès libre, sur Statistique Canada, (consulté le )
  11. Statistics Canada Government of Canada, « Profile table, Census Profile, 2021 Census of Population - Namur, Municipalité (MÉ) [Census subdivision], Quebec », sur www12.statcan.gc.ca, (consulté le )
  12. « Liste des municipalités divisées en districts électoraux », sur DGEQ (consulté en )
  13. « Procès-verbal de la séance du conseil municipal du mois de juillet 2011 (Point 2.0 Adoption de l’ordre du jour) », sur Municipalité de Namur (consulté le )
  14. « Procès-verbal de la séance du conseil municipal du mois de mai 2011 (Point 6.1 - Changement de gentilé) », sur Municipalité de Namur (consulté le )
  15. « Administration » Accès libre, sur Centre de services scolaire au Coeur-des-Vallées (consulté le )
  16. (en) « Educational Project » Accès libre, sur Namur Intermediate School, Commission scolaire Western Québec (consulté le )
  17. (en) « Laurentian Regional HS Zone » Accès libre [PDF], sur Laurentian Regional High School, Commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]