Nabil Rajab

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Nabeel Rajab)
Aller à : navigation, rechercher
Nabil Rajab
Description de l'image Nabeel Rajab at his office.jpg.
Nom de naissance Nabil Ahmed Abdulrasûl Rajab
Naissance
Nationalité Drapeau de Bahreïn bahreïni
Activité principale
militant des droits de l’homme au Bahreïn (depuis 1988)
Formation
Distinctions
  • Ion Rațiu Democracy Award (2011)
  • prix Silbury (2011)
  • Freedom of Expression Award (2012)

Nabil Ahmed Abdulrasul Rajab (en arabe : نبيل أحمد عبدالرسول رجب), né le 1er janvier 1954[1], est un militant des droits de l'homme et un opposant politique bahreïnien[2]. Il est le président du Centre bahreïnien des Droits de l'homme (BCHR, selon son sigle anglais), organisation non gouvernementale sans but lucratif œuvrant à promouvoir les droits de l'homme à Bahreïn[3]. Il est également membre du Comité consultatif de la division Proche-Orient de l'organisation Human Rights Watch, secrétaire général délégué à la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH)[4],[5], ancien président de CARAM Asie[6],[7] et président du Centre des Droits de l'homme du Golfe (sigle anglais GCHR)[8].

Nabil commença à militer pour les droits de l'homme à l'occasion du soulèvement survenu à Bahreïn dans la décennie 1990, et s'engagea ensuite dans des campagnes en faveur des travailleurs immigrés employés dans les États appartenant au Conseil de coopération du Golfe. Il devint par la suite l'un des principaux militants à mener campagne contre les violations des droits de l'homme à Bahreïn, notamment contre la torture et les décès lors de détentions. Il s'est signalé à ce titre par l'usage précoce et intensif de réseaux sociaux en ligne comme mode de diffusion de ses campagnes, ce qui ne laissa de le mettre aux prises avec les autorités de son pays. Les organisations Human Rights Watch, Reporters sans frontières et Front Line Defenders le présentent comme étant spécialement visé par les autorités de Bahreïn en raison de ses activités en faveur des droits de l'homme[9],[10].

Lors du soulèvement de 2011 et 2012 à Bahreïn, au cours duquel il dirigea de nombreuses actions de protestation[11], il se heurta aux autorités politiques et aux forces de sécurité ; son domicile fut attaqué au gaz lacrymogène, il fut plusieurs fois arrêté, aurait été battu, et fit l'objet de menaces de mort[12]. En plus de critiquer le gouvernement de Bahreïn, il ne se priva pas par ailleurs de fustiger vertement le rôle joué par les alliés de Bahreïn, y compris les États-Unis.

À la suite des protestations qui eurent lieu lors du Grand Prix automobile de Bahreïn en avril 2012 et qui attirèrent l'attention des médias internationaux, Rajab fut à plusieurs reprises arrêté et incarcéré. Le 9 juillet, il fut détenu et condamné à trois mois de prison pour avoir, dans un message Twitter, « insulté les Bahreïniens »[13]; plus récemment, le 16 août, alors qu'il se trouvait encore en détention, Rajab se vit infliger une peine de trois ans d'emprisonnement sur trois chefs d'accusation en rapport avec ses activités contestataires. Ce verdict a suscité des critiques de la part des alliés occidentaux de Bahreïn et des organisations des droits de l'homme. En décembre 2012, la sentence fut réduite en appel à deux ans de prison[14].

Si les efforts de Rajab pour la défense des droits de l'homme ont été internationalement reconnus[15], il n'en reste pas moins une figure controversée au sein de la société bahreïnienne. En tant que chef de file officieux du mouvement du 14 février[16], il fait figure, selon Reuters, de héros pour les protestataires, mais est considéré avec méfiance par ceux des Bahreïniens qui redoutent que le mouvement de protestation ne débouche sur une prise de pouvoir par les islamistes chiites[17].

Biographie personnelle[modifier | modifier le code]

Né le 1er janvier 1964 au sein d'une famille des classes moyennes[18], Nabil Rajab fit à Bahreïn ses études secondaires dans une filière scientifique, qu'il acheva en 1983. Il s'inscrivit ensuite à l'université de Pune (anciennement université de Poona) en Inde, et y obtint en 1987 une licence (bachelor's arts degree) en sciences politiques et histoire[19],[18]. Marié et père de deux enfants, il gagna tout d'abord sa vie comme entrepreneur en bâtiment[18], mais en février 2012, se déclarant victime de ce qu'il appela harcèlement gouvernemental, il annonça son intention de cesser son activité professionnelle[20].

Militantisme en faveur des droits de l'homme[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

Dans un entretien qu'il accorda au journal dissident Bahrain Mirror en juin 2011[19], Rajab évoqua ses premières activités de défense des droits de l'homme, lesquelles remontent à ses années au lycée Al Houra, et décrivit deux expériences particulièrement instructives qu'il lui fut alors donné de vivre :

« Il y a deux événements qui m'ont spécialement affecté : le premier, quand un collègue s'est jeté du deuxième étage pour échapper à la police en civil qui avait assailli l'école, le second, lorsqu'un enseignant qui m'était cher a été arrêté. C'est alors que ma voix a commencé à s'élever et à devenir dérangeante. Un certain moment, j'ai été surpris en train de vandaliser un mur de l'école en le couvrant d'inscriptions sur les droits de l'homme, mais apolitiques, et l'on m'a placé alors devant le choix, soit d'être livré à la police, soit de changer d'école. J'ai donc fait le choix facile de quitter l'école, et comme j'étais alors le premier de la classe, j'ai choisi de faire le pas vers l'école Cheikh Abdul Aziz. »

Rajab se rendit en Inde pour y étudier les sciences politiques et l'histoire. Il décrocha sa licence (Bachelor's degree), mais, empêchè ensuite d'obtenir sa maîtrise (Master's degree) en raison de problèmes financiers liés à la maladie dont commençait à souffrir son père, il revint à Bahreïn pour y trouver un emploi.

Pendant toutes ses années d'étudiant, il resta indépendant de toute affiliation politique. Quoiqu'il n'eût guère alors d'idées bien précises sur ce que signifient les droits de l'homme, et qu'il fût dépourvu de toute culture en ce domaine, ignorant notamment les normes et les préceptes en la matière, il ne manquait pas néanmoins, dit-il, de s'exprimer au sein de l'Union générale des étudiants bahreïni contre toute forme d'injustice. Il s'engagea également dans différentes campagnes internationales plus spécifiquement orientées sur certains sujets particuliers[19].

Selon ses propres dires, c'est à l'occasion du soulèvement des années 1990 à Bahreïn qu'il commença à prendre part à des formes organisées d'action en faveur des droits de l'homme. En 1996, ayant émis l'idée de mettre sur pied, avec Ali Rabea et Ibrahim Kamal Al Denssed, une organisation des droits de l'homme, il fut présenté à Salman Kamal Al Den, Sabika Al Najjar, Mohammed Al Motawa et d'autres camarades ; tous ensemble, ils tinrent alors des réunions secrètes et fondèrent en 2000 la Société bahreïni des droits de l'homme[19].

Fondation de comités des droits de l'homme[modifier | modifier le code]

Après que la période oppressive déterminée par la loi sur la sécurité de l'État eut pris fin en 2000, Rajab, en tant qu'un des fondateurs de la Société bahreïnienne des droits de l'homme, l'une des premières organisations de ce type à Bahreïn, put à nouveau œuvrer ouvertement dans le domaine des droits de l'homme[19]. Par la suite cependant, il quittera ladite organisation, en même temps que quelques-uns des autres fondateurs. En 2002, à la suite de réformes politiques de grande portée menées par le gouvernement de Bahreïn, par lesquelles des groupes militants indépendants étaient désormais autorisés à opérer, Rajab entreprit, en collaboration avec Abdulhadi al-Khawaja et d'autres, de mettre sur pied le Centre bahreïni des droits de l'homme (BCHR, selon son sigle anglais)[19], où Rajab remplit le rôle de responsable du programme de formation et de chef documentaliste ; il y assuma par la suite la fonction de vice-président et de chef des relations internationales[21], jusqu'à ce qu'il reprît finalement, des mains de Abdulhadi Alkhawaja, la présidence du BCHR elle-même[21], poste qu'il occupe toujours en août 2012[22].

Nabil Rajab fut par ailleurs le cofondateur à Bahreïn de plusieurs comités des droits de l'homme privilégiant chacun un thème spécifique, comme le Comité national des victimes de la torture – Bahreïn (2003), le Comité des sans-emploi et des sous-payés (2005), le Comité pour un logement décent (2005), le Comité des bédouins (apatrides) (2005), et le Comité de défense des militants des droits de l'homme en détention (2007)[23].

Droits des travailleurs immigrés[modifier | modifier le code]

icône vidéo Vidéo externe
[vidéo] Nabil Rajab défendant les travailleurs immigrés, Londres, novembre 2010. sur Vimeo

Rajab est l'un des fondateurs du premier comité de protection des travailleurs immigrés dans les pays du Golfe, le Migrant Workers Protection Group (en 2003)[23],[24]. Le 28 avril 2007, le parlement de Bahreïn adopta une loi interdisant aux travailleurs immigrés non mariés d'habiter dans des zones résidentielles. Le BCHR publia à cette occasion un communiqué de presse condamnant cette décision comme étant une mesure discriminatoire propre à encourager des attitudes racistes de rejet envers les travailleurs immigrés[25],[26]. Rajab, alors vice-président du BCHR, déclara :

« Il est révulsant de constater que les Bahreïnis, tout en ne répugnant pas à se reposer sur les bienfaits qu'apporte le dur labeur, et souvent aussi les souffrances, de ces gens, refusent dans le même temps de vivre à côté d'eux sur un pied d'égalité et dans la dignité. La solution ne consiste pas à forcer les travailleurs immigrés dans des ghettos, mais à exhorter les entreprises à améliorer les conditions de vie des travailleurs – et non de les héberger en grand nombre dans des espaces inadaptés – et à rehausser leur niveau de vie[25],[26]. »

En octobre 2009, Nabil Rajab fut élu président de CARAM Asie pour une durée de 2 ans[27]. CARAM, organisation non gouvernementale régionale ayant son siège dans la capitale de la Malaisie, Kuala Lumpur, œuvre pour la défense des droits des travailleurs immigrés, en s'efforçant de réduire tous les dangers auxquels leurs communautés sont plus particulièrement vulnérables, y compris le VIH, et de faire respecter leurs droits sanitaires[27],[7]. Le 24 février 2010, Rajab donna devant le Congrès mondial contre la peine de mort à Genève un exposé sur le thème Travailleurs immigrés et peine de mort à Bahreïn et en Arabie saoudite[24],[28]. Il attira l'attention sur l'exceptionnelle vulnérabilité des travailleurs immigrés à cet égard dans les pays où les abus et les violations des droits ont valeur de système[28].

Activités menées conjointement avec d'autres organisations internationales des droits de l'homme[modifier | modifier le code]

Visite de Nabil Rajab (à gauche) à la Freedom House, en compagnie de Abdulhadi Alkhawaja (à droite).

En décembre 2009, Nabil Rajab devint membre du comité consultatif de la division Proche-Orient et Afrique du Nord de l'organisation Human Rights Watch, poste qu'il occupera jusqu'en février 2012[29]. En juillet 2010, la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) nomma Rajab au poste de Secrétaire général délégué et de Représentant permanent de la FIDH dans les pays du Conseil de coopération du Golfe[30],[31]. Enfin, il est également membre du Arab working group for media monitoring[32].

Reconnaissance internationale[modifier | modifier le code]

In 2011, Rajab reçut le Prix pour la démocratie Ion Rațiu, décerné chaque année par le Woodrow Wilson International Center for Scholars[33],[34]; celui-ci, dans l'exposé des motifs justifiant son choix, déclare apprécier chez le lauréat d'avoir « travaillé sans relâche, et en s'exposant à de considérables périls personnels, pour faire avancer la cause des libertés démocratiques et des droits civiques pour les citoyens de Bahreïn »[35]. Le 13 septembre, Rajab se vit remettre le prix Silbury, d'origine britannique, pour « faciliter son œuvre humanitaire en cours et ses efforts en faveur des droits de l'homme »[36]. En décembre, l'Organisation arabo-américaine pour la démocratie et les droits de l'homme l'a recensé parmi les quinze « dirigeants du printemps arabe » ; y sont également cités les militants bahreïnis Abdulhadi al-Khawaja et Mohamed al-Maskati[37].

En 2012, le BCHR dirigé par Rajab remporta le prix Freedom of Expression Advocacy Award de l'organisation londonienne Index on Censorship ; ce prix, financé par le cabinet d'avocats des droits de l'homme Bindmans LLP, vise à « apporter reconnaissance à des militants ou à des organisateurs de campagne ayant été confrontés à la répression, ou ayant eu à lutter contre des climats ou des perceptions politiques hostiles. »[38],[39]. En août 2012, le BCHR fut récipiendaire de la Médaille de la liberté Roger Baldwin décernée par l'organisation américaine Human Rights First[40] et leurs membres remportèrent en 2013 le prix Rafto en reconnaissance de « leur longue lutte courageuse pour les droits fondamentaux »[41].

Persécutions gouvernementales dans la période antérieure à 2011[modifier | modifier le code]

Marques sur le dos de Nabil Rajab dues aux coups que la police lui aurait assenés lors du mouvement de protestation de juillet 2005.

Selon l'organisation Front Line Defenders, Rajab fait l'objet depuis 2005 de harcèlements ininterrompus, incluant agressions physiques et campagnes médiatiques de dénigrement ; ces dernières sont relayées par la télévision d'État, des stations de radio, l'agence de presse de Bahreïn (la BNA, selon son sigle anglais) et la presse écrite, notamment Al-Watan, proche du gouvernement[42],[43],[44]. Lors d'une campagne postale dirigée contre lui et son épouse, des milliers de lettres auraient été distribuées[45]. Human Rights Watch aussi bien que Reporters sans frontières le signalent comme étant spécialement visé par les autorités de Bahreïn en raison de ses activités en faveur des droits de l'homme[9],[46].

D'après un rapport de la Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada, publié le 15 juillet 2005, Nabil et plusieurs autres furent battus par les Forces spéciales alors qu'ils participaient à une manifestation pacifique de solidarité avec le Comité pour les sans-emploi[47],[48]. Le BCHR affirme que Rajab contracta alors une lésion de l'épine dorsale, une fracture du bras et d'un doigt, et une blessure à la tête[48], nécessitant une hospitalisation de deux semaines.

Pendant que, au cours de l'été 2010, le gouvernement tentait de renforcer son emprise, une photographie de Rajab, assorties d'accusations selon lesquelles il soutiendrait un réseau terroriste et s'emploierait à « publier de faux rapports et de fausses informations », fut plusieurs fois publiée par le quotidien pro-gouvernemental Al-Watan[49]. Le journal Gulf Daily News publia également une photo de Rajab, le désignant comme un des « soutiens » dudit réseau[50]. Quelques jours plus tard, l'agence de presse de Bahreïn publia un fichier PowerPoint relatif au supposé réseau terroriste[51],[52], lequel fichier, selon le BCHR et Human Rights Watch, citait Rajab comme étant officiellement accusé de participation à réseau terroriste ; cependant, cette assertion se trouva supprimée dès le lendemain[49],[53].

Entre-temps, les autorités avaient édicté contre Rajab une interdiction professionnelle, par laquelle il lui était défendu d'exercer quelque activité que ce soit au Bahreïn et donc impossible d'assurer ses revenus. L'interdiction fut par la suite levée sans autre forme d'explication[54],[55]. À la mi-août 2010, un certain nombre de militants de l'opposition furent à nouveau arrêtés. Selon Rajab, un mandat d'arrêt fut lancé contre lui le 8 septembre, mais levé ensuite le 18 octobre[56]. Rajab était aussi frappé d'une interdiction de voyager durant cette période[57],[58].

Engagement dans le soulèvement de février 2011[modifier | modifier le code]

Nabil Rajab (deuxième à partir de la gauche), Ali Abdulemam (au centre) et Abdulhadi Alkhawaja (à droite) participant le 23 février 2011 à une marche pour la démocratie.

Mise en contexte[modifier | modifier le code]

Début février 2011 commença à Bahreïn une série persistante de manifestations en faveur de la démocratie, dont le centre névralgique était la place de la Perle, dans la capitale Manama, et qui s'inscrivait plus largement dans le dénommé printemps arabe. Les autorités répliquèrent par une razzia le 17 février, menée nuitamment, qui entraîna la mort de quatre protestataires et en blessa 300 autres, et que l'on désignera plus tard par jeudi sanglant[59]. Le mouvement de protestation néanmoins se poursuivit pendant encore un mois, mobilisant le 22 février plus de 100 000 personnes, événement considérable dans un pays de seulement un demi-million d'habitants[60],[61],[62], jusqu'à ce qu'un millier d'hommes de troupe et de policiers dépêchés par le Conseil de Coopération du Golfe ne vînt, sur requête du gouvernement de Bahreïn, prêter main-forte aux autorités et que l'état de siège ne fût proclamé pour une durée de trois mois[63]. Le durcissement de la répression qui s'ensuivit[64],[65] ne put empêcher quelques protestations de plus faible ampleur et des heurts de continuer à se produire à un rythme quasi quotidien, pour la plupart dans des zones situées en dehors des quartiers d'affaires de Manama, avec cependant quelques rares manifestations dans le centre de la capitale[66],[67]. En avril 2012, l'on faisait état déjà de plus de 80 personnes décédées depuis le début du soulèvement[68]. Des affrontements quasi journaliers entre manifestants et forces de l'ordre ont encore eu lieu tout au long du mois de janvier 2013[69].

Rôle de Nabil Rajab dans le soulèvement[modifier | modifier le code]

Tout au long du soulèvement, Rajab fit figure de « voix dénonciatrice des violations des droits de l'homme »[39], et fut l'un des rares à n'avoir jamais cessé de critiquer le gouvernement pendant l'état de siège[19],[70]. Il ne se priva pas de dénoncer les discriminations que subissaient les chiites, notamment à travers leur sous-représentation au parlement[71] ; toutefois, à la différence des autres groupes d'opposition, qui privilégiaient les villages chiites pour organiser des actions de protestation, Rajab insistait qu'elles eussent lieu dans la capitale même[72]. Il prit ainsi la tête de nombreuses manifestations[11], dont plusieurs à Manama, le mettant en face à face avec les forces de sécurité[72], et lui valant d'être qualifié par Al Jazeera de « chef inofficiel du mouvement du 14 février »[16] et par The Atlantic de « dirigeant de fait de la persévérante insurrection à Bahreïn »[18]. Rajab lui-même préférait se décrire comme un militant ordinaire, précisant qu'il ne s'était pas donné pour tâche d'organiser la contestation dans son pays ; ainsi il déclara : « Je suis parmi les gens et un des leurs. Si j'ai voulu jouer un rôle dans le soulèvement, c'est parce que je crois qu'il faut que nous nous mettions debout. Cela est dangereux et il nous en coûte, mais c'est la seule manière selon nous d'obtenir le changement »[18].

Le magazine Foreign Policy observa, dans son numéro d'août 2012, qu'une grande partie de la communauté sunnite voyait en Rajab plutôt un fauteur de troubles[24]; en effet, si la secte majoritaire au Bahreïn est constituée de musulmans chiites, les sunnites, qui composent une minorité notable[73], occupent le sommet du pouvoir politique[74]. Al Wefaq, le parti d'opposition le plus important, est un mouvement chiite[75], il est vrai internationalement reconnu comme modéré[76],[77] et étroitement lié aux partis d'opposition laïcs[78]. Bien que Rajab lui-même ait pris position contre le sectarisme[79], il reste néanmoins qu'un des motifs d'opposition à son mouvement est la crainte (particulièrement vive chez les sunnites[80]) que les protestations ne conduisent à l'arrivée au pouvoir des islamistes chiites[81].

Le 20 mars 2011, tôt le matin, un groupe de 20 à 25 hommes masqués, certains armés de fusils, accompagnés de plusieurs dizaines d'hommes en uniforme des forces de sécurité de Bahreïn, firent irruption au domicile de Rajab. Ses dossiers et son ordinateur furent confisqués et lui-même mis en détention. Selon ses déclarations, les hommes lui mirent des menottes et un bandeau sur les yeux, le jetèrent à l'arrière d'un véhicule, avant de l'injurier, de le frapper et de le menacer de le violer ; puis, après qu'il eut refusé de dire qu'il aimait le premier ministre, ils lui auraient donné des coups de pied. Ensuite, on l'emmena dans un lieu de détention dépendant du ministère de l'Intérieur à Adliya, dans la banlieue de Manama. Il fut relâché après avoir été brièvement interrogé à propos de quelque chose qu'il ignorait[82],[83],[84].

Le 10 avril, des officiels accusèrent publiquement Rajab d'avoir fabriqué les photographies, publiées sur son compte Twitter, du corps d'Ali Isa Ibrahim Saqer, mort en détention le 9 avril. Le ministère de l'Intérieur annonça que Rajab serait déféré devant le procureur militaire en vue d'une procédure judiciaire[85]. Lesdites photos, qui montraient des traces de lanières couvrant tout le dos de Saquer et autres signes de sévices corporels, furent certifiées authentiques par un observateur de HRW qui avait examiné le corps avant inhumation[86],[87]. Ultérieurement, cinq gardiens de prison eurent à répondre de la mort de Saqer[88].

icône vidéo Vidéo externe
[vidéo] Entretien avec Nabil Rajab réalisé par Front Line Defenders à propos des attaques contre son domicile ((en)). sur YouTube
Grenades lacrymogènes tirées sur la maison de Nabil Rajab le 18 avril (à gauche) et le 21 mai (à droite).

Lors d'incidents les 18 avril, 21 mai et 15 décembre[89], des assaillants inconnus lancèrent des grenades lacrymogènes contre la résidence de Rajab dans le village de Bani Jamra. Lors du premier de ces incidents, HRW identifia les grenades lancées comme étant des munitions de fabrication américaine, que les forces de sécurité de Bahreïn sont seules à détenir. Par ailleurs, du gaz lacrymogène pénétra jusque dans le domicile attenant, habité par la mère de Rajab, âgée de 78 ans et atteinte d'une affection respiratoire, et provoqua chez celle-ci une grave crise[86],[90]. Le 21 mai, quatre grenades lacrymogènes furent tirées en direction de la maison. Cette fois, selon Rajab lui-même, les grenades étaient plus petites que celles utilisées lors de l'attaque de la mi-avril et dépourvues de marques d'identification du fabricant[84],[91],[92].

Selon le BCHR, les autorités organisèrent en mai 2011 une campagne anonyme de calomnies dirigée contre Rajab et contre Maryam al-Khawaja, vice-présidente du BCHR[93]. Plus tard ce même mois, Rajab affirma que son oncle, Mohammad Hassan Mohammad Jawad, âgé de 65 ans, militant en détention, avait été torturé au motif de leur lien de parenté[94]. Il fit état en outre de ce que le service de sécurité de l'aéroport Muharraq de Bahreïn l'avait empêché de se rendre à Beyrouth pour assister à une assemblée de l'IFEX, l'Échange international pour la liberté d'expression, qui s'y tenait en mai[95],[96],[97], ainsi qu'à une conférence d'Amnesty International en juin[98].

Le 31 mai, peu après que le roi de Bahreïn eut appelé, sans poser de préalables, à un dialogue national, qui s'ouvrirait dès début juin[99], la cour nationale de sûreté émit un mandat d'arrêt contre Rajab en même temps que contre plusieurs parlementaires de premier plan liés à l'association politique chiite Al Wefaq[100],[101]. Rajab était accusé d'avoir diffusé de fausses nouvelles et fait de fausses déclarations concernant la situation à Bahreïn et d'avoir incité à la haine et à l'irrespect vis-à-vis d'une secte religieuse spécifique, outre d'avoir humilié le roi de Bahreïn[102]. Tous les détenus cependant furent élargis dès le même jour[103],[104].

Une délégation irlandaise s'entretient avec Nabil Rajab à son domicile le 14 juillet 2011[105].

En novembre, Rajab participa à une mission internationale composée de six membres et chargée de recueillir des éléments factuels concernant le soulèvement. La mission publia un rapport de 27 pages et formula onze recommandations pour remédier aux violations des droits de l'homme à Bahrain[106],[107]. En décembre, Rajab ainsi que deux autres militants des droits de l'homme reçurent par voie de leur compte Twitter des menaces de mort de la part d'un agent de la sûreté à la retraite[12], et le 6 janvier 2012, après avoir pris la tête d'une manifestation nocturne pacifique[38] à Fariq el-Makharqa, dans la ville de Manama, Rajab fut brièvement gardé à vue et dut être hospitalisé[108] pour cause de blessures consécutives à des coups qui lui auraient été portés, et que l'opposition imputa aux forces de sécurité[109]. Par voie de leur compte Twitter, le ministère de l'Intérieur rejeta cette accusation, précisant que la police avait trouvé Rajab « étendu sur le sol » et l'avait transporté à l'hôpital[110].

Le 12 février 2012, Rajab fut une nouvelle fois brièvement détenu après qu'il eut essayé, accompagné de sa famille, de faire une marche vers le lieu emblématique qu'est la place de la Perle à Manama[111],[112]. Rajab expliqua qu'il avait fait ce geste pour qu'il servît d'exemple propre à encourager des manifestants d'âges les plus divers à prendre part aux protestations[112]. Cependant, à la suite de l'attention médiatique dont avaient bénéficié les actions de l'opposition pendant le Grand Prix automobile de Bahreïn en avril 2012, le gouvernement décida d'opérer un serrage de vis légal[113], par l'effet de quoi Rajab fut à plusieurs reprises arrêté puis relâché.

Arrestation du 5 mai[modifier | modifier le code]

Le 5 mai, Rajab fut arrêté à l'aéroport international de Bahreïn au moment il rentrait du Liban, la veille du jour où devait avoir lieu une audition devant le tribunal en relation avec une mainfestation à laquelle il avait participé en mars[114]. Julian Assange déclara alors croire que l'arrestation de Rajab était liée à sa présence à World Tomorrow, émission de télévision animée par Assange[115], tandis que l'organisation américaine Project on Middle East Democracy (POMED) penchait plutôt pour y voir un lien avec un entretien accordé à l'émission HARDtalk de la BBC[116]. Le lendemain, le ministère de l'Intérieur publia une communiqué selon lequel Rajab avait été arrêté pour « avoir commis un certain nombre de délits »[117]. Avant son arrestation, Rajab avait annoncé son intention de ne pas assister à l'audience du tribunal, compte tenu que le pouvoir judiciaire à Bahreïn n'était autre qu'un « outil employé contre les défenseurs des droits de l'homme et les personnes appelant à la démocratie et à la justice »[72].

Le 6 mai, Rajab fut accusé, selon son avocat, « d'avoir insulté un organisme de l'État par l'intermédiaire de Twitter »[118]. Le quotidien en ligne Manama Voice identifia comme motif probable les tweets de Rajab critiquant le ministère de l'Intérieur[119]. Les tweets en question avaient en effet laissé entendre que le ministère ne menait pas « de véritable enquête sur les morts de civils »[120], ce qui, du reste, avait déjà été confirmé par un rapport de la Commission indépendante d'enquête de Bahreïn (BICI, selon son sigle anglais), lequel rapport qualifiait les constatations du ministère de l'Intérieur comme étant « dans de nombreux cas édulcorées et biaisées dans un sens qui lui est favorable. »[121].

Quoique Rajab eût plaidé non coupable devant ces accusations[114], le procureur décida de le maintenir en détention pour 7 jours[122]. Le 12 mai[123], le ministère public prolongea sa détention d'une semaine encore[118]. Le 16 mai, cinquante-cinq avocats avaient tenu à être présents dans la salle d'audience en solidarité avec Rajab, qui plaida à nouveau non coupable en alléguant que l'accusation portée contre lui était « malveillante »[124]. Nonobstant qu'une libération provisoire sous caution lui eût été accordée le 20 mai, Rajab fut maintenu en détention, sur l'accusation cette fois d'avoir « organisé des manifestations illégales ». Les militants d'opposition accusèrent les autorités de Bahreïn de chercher n'importe quel prétexte pour tenir Rajab éloigné de la place publique[125].

Dessin créé par Carlos Latuff à la suite de l'arrestation de Rajab en mai 2012.
AVIS : LES DROITS DE L'HOMME NE SONT PAS ADMIS À BAHREÏN

La porte-parole du Haut Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme se déclara préoccupée par l'arrestation de Rajab[126]. Le sénat australien adopta à l'unanimité un règlement enjoignant à son gouvernement de « faire des représentations directes aux autorités de Bahreïn à l'effet d'une remise en liberté immédiate de Nabil Rajab. »[127]. Amnesty International qualifia Rajab de prisonnier de conscience, et appela à sa libération immédiate et inconditionnelle[128]. Les organisations des droits de l'homme Arab Program for Human Rights Activists[129], BCHR[130], Cairo Institute for Human Rights Studies[116], FIDH[114], Freedom House[116], et le parti politique Al Wefaq[119], exigèrent sa libération. Le Bahrain Forum for Human Rights appela Ban Ki-moon, secrétaire-général des Nations unies, à intervenir pour faire relaxer Rajab[131], et le dessinateur politique Carlos Latuff créa pour l'occasion une caricature mettant en scène Nabil Rajab[132].

Le 28 mai, après avoir passé vingt-quatre jours en détention, Rajab était remis en liberté provisoire sous caution, mais restait sous le coup d'un interdiction de voyager[133].

Arrestation du 6 juin[modifier | modifier le code]

Après une courte période de liberté, Rajab fut à nouveau arrêté le 6 juin 2012, au motif qu'il aurait « publiquement insulté des résidents d'un quartier à prédominance sunnite en raison de leurs liens avec la dynastie régnante », soit déjà la sixième accusation portée contre lui en l'espace d'un mois[134]. Human Rights Watch et d'autres organisations des droits de l'homme, qui participaient à ce moment-là à une session de la Revue périodique universelle, demandèrent instamment la libération de Rajab[135]. Il fut relâché sous caution le 27 juin, mais en continuant de devoir faire face à trois chefs d'inculpation portant sur ses activités Twitter et deux en rapport avec l'organisation de protestations « illégales »[136].

Arrestation du 9 juillet[modifier | modifier le code]

Le 7 juillet, Rajab fut à nouveau frappé d'une interdiction de se déplacer[137], et deux jours plus tard fut arrêté à son domicile par plus d'une douzaine d'agents de sécurité masqués[138],[139], quelques heures après qu'une cour de justice l'eut condamné à trois mois de prison pour un tweet parmi six dans lequel il critiquait le Premier Ministre de Bahreïn[139] et que la cour avait jugé insultant pour les Bahreïniens[13]. L'Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l'homme qualifia l'arrestation de « détention arbitraire »[140]. Dans le tweet incriminé, Rajab avait écrit que « chacun sait que vous [le premier ministre] n'êtes pas populaire et que, n'était le besoin d'argent, vous n'eussiez pas été le bienvenu chez eux [les résidents d'al-Muharraq]. »[138] Le chef d'inculpation faisait état de « flétrissure publique à l'encontre des habitants d'al-Muharraq et mise en doute de leur patriotisme par des expressions malgracieuses diffusées par la voie de réseaux sociaux. »[141]

L'avocat de Rajab déclara que le verdict était inattendu, dans la mesure où le délit d'insulte est normalement puni d'une amende[2]. Human Rights First[142], Human Rights Watch[138], et dix-neuf membres du Congrès des États-Unis appelèrent à ce que Rajab fût remis en liberté[142]. Quatre organisations bahreïniennes des droits de l'homme publièrent une déclaration commune condamnant la sentence[143], tandis que cinq partis politiques tinrent un sit-in en solidarité avec Rajab[144]. Yousif al-Mahafdha du BCHR expliqua « qu'on l'avait arrêté pour envoyer à tous les militants le message qu'ils seront arrêtés comme lui s'ils parlent aux médias »[139].

Si Rajab fut certes, lors de l'appel prévu pour le 23 août[141], acquitté de cette accusation, il dut néanmoins rester en détention en rapport avec une autre sentence prononcée contre lui[145]. Selon l'agence bahreïnienne de presse, le juge décida de relaxer Rajab au motif qu'il « n'était pas satisfait des preuves présentées »[146]. Au cours du procès, Rajab, selon ce qu'en rapporta son avocat, se plaignit de « torture physique et psychologique » en prison et de confinement solitaire dans une « cellule sombre »[147].

Sentence du 16 août[modifier | modifier le code]

Le 16 août 2012, Rajab fut condamné à un an de prison pour chacun des trois chefs d'accusation, soit un total de trois ans d'emprisonnement[148]. Ces chefs d'accusation étaient énoncés comme suit : « pratiques illégales, incitations à attroupement, et appels à manifestation non autorisée par l'intermédiaire de réseaux sociaux », « participation à assemblée illégale », et « participation à un rassemblement illégal et appel à manifester sans notification préalable »[149]. L'accusateur public indiqua que les incitations adressées par Rajab à ses partisans avaient conduit à des actes de violence, y compris des blocages de route et des jets de cocktails molotov[148], affirmant textuellement que « le ministère public avait apporté les preuves de ce que l'inculpé avait appelé, lors d'allocutions publiques, à une manifestation pour affronter les forces de sécurité, en incitant à la violence et à l'escalade contre les forces de l'ordre, ce qui provoqua la mort de plusieurs personnes durant ces confrontations »[150]. Le pourvoi en appel devait avoir lieu le 10 septembre[146]. Rajab fut incarcéré dans la prison de Jaww[141]. Le 20 août, il fut autorisé à téléphoner pendant deux minutes avec sa famille, et fit part alors de ce qu'il était en cellule d'isolement, sans accès à la presse[151].

Réactions à Bahreïn[modifier | modifier le code]

Personnes rassemblées le 23 août faisant un sit-in en solidarité avec Rajab.
De gauche à droite : Mohamed al-Maskati prononçant une allocution lors de la manifestation, et Mohamed Albuflasa à l'écoute parmi la foule.

Samira Rajab, ministre d'État de l'Information (et lointaine cousine de Nabil Rajab)[152], déclara que Rajab avait eu un procès équitable et avait toujours pu avoir recours à l'assistance d'un avocat sans restriction aucune[153], arguant par ailleurs que si des poursuites judiciaires avaient été engagées contre lui, c'était parce que – quoiqu'il s'en défende et affirme n'être qu'un militant des droits de l'homme – il s'était en réalité investi dans une activité politique[154],[155]. C'est du reste un argument semblable (tentative de coup d'État) qu'employa contre les travailleurs sanitaires de Bahreïn un parlementaire désigné par les autorités en vue de la mise en jugement de ceux-ci[156].

L'épouse de Rajab accusa le ministre de mentir aux médias internationaux et d'avoir fabriqué les documents vidéo montrés lors d'une conférence de presse[152]. Les procédures judiciaires suivies, dit-elle encore, sont la claire démonstration de l'inexistence de toute justice véritable à Bahreïn et la preuve d'un pouvoir judiciaire sous influence[150]. Le fils de Rajab rapporta les paroles suivantes prononcées par son père : « que vous me mettiez en prison pendant 3 ans ou pendant 30, je ne renoncerai jamais. »[149]. Me Jishi, l'avocat de Rajab, déclara que le gouvernement voulait « envoyer un message » — intention confirmée par l'allocution prononcée cette même semaine par le roi de Bahreïn, où il avait été question du devoir de « protéger les citoyens paisibles et bienveillants, qui ne cherchent pas à usurper le pouvoir »[157].

Pour le BCHR, la seule raison pour laquelle Rajab avait été pris pour cible était d'empêcher qu'il pût poursuivre son travail légitime et pacifique en faveur des droits de l'homme[158]. Le parti politique El Wefaq déclara que le verdict contre Rajab était une preuve de plus de la volonté du gouvernement de ne pas trouver de solution à la crise, et souligna que les détenus politiques étaient à considérer comme des objecteurs de conscience et que donc le régime n'était pas en droit de les utiliser comme otages « dans le cadre de son plan de sécurité en réponse à la crise politique »[150]. Justin Gengler, chercheur bahreïnien établi au Qatar[159],[160], observa que l'actuel roi réformiste de Bahreïn commençait malheureusement à sonner sinistrement comme son oncle Khalifa ben Salmane al-Khalifa[161]. Le 18 août, un certain nombre de militants politiques et des droits de l'homme tinrent un sit-in en solidarité avec Rajab au siège du parti de gauche Société nationale d'action démocratique[162]. Le 31 août, un tronçon d'autoroute de trois kilomètres fut inondé par des milliers de manifestants scandant des slogans pour la libération de Nabil Rajab[163].

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

Plusieurs experts indépendants appartenant aux Nations unies, parmi lesquels le Rapporteur spécial sur les défenseurs des droits de l'homme et le Rapporteur spécial sur la liberté de rassemblement et d'association pacifiques, firent part de leur sérieuse préoccupation concernant la « campagne de persécution » dirigée par le gouvernement de Bahreïn contre les militants des droits de l'homme et appelèrent à la mise en liberté immédiate de Nabil Rajab[164]. Ils pressèrent les autorités de Bahreïn de respecter le droit de rassemblement pacifique et la liberté d'expression, et de relâcher sans retard quiconque avait été arbitrairement mis en réclusion pour avoir exercé des droits légitimes[164],[165].

À ces critiques vinrent s'associer celles exprimées par les États-Unis et l'Union européenne. Le porte-parole du Département d'État qualifia le verdict de profondément troublant[166], et rappela la liberté fondamentale pour chacun de prendre part à des actions civiques de désobéissance pacifique. Le Département d'État exhorta le gouvernement de Bahreïn à « prendre tout mesure utile propre à instaurer un esprit de confiance à travers toute la société bahreïnienne » et à « engager un dialogue véritable avec l'opposition politique et avec la société civile », des faits tels que la condamnation de Rajab étant en effet de nature à provoquer au contraire de nouvelles divisions au sein de la société de Bahreïn[150].

Sanjeev Bery d'Amnesty International critiqua la réaction américaine comme tardive et insuffisante, se référant en particulier au témoignage de Michael Posner (cofondateur et directeur de Human Rights First), dans lequel celui-ci indiquait que l'affaire Rajab était « un peu plus compliquée que cela », ainsi qu'aux réponses données aux journalistes par Victoria Nuland, porte-parole du Département d'État, où elle avoua « avoir tellement tardé » (it took [her] so long) d'appeler à la libération de Rajab[167]. La FIDH jugea la réaction américaine « cruellement insuffisante », en ajoutant que les États-Unis semblaient vouloir « clore les yeux sur les violations des droits de l'homme à Bahreïn »[168]. Le BCHR blâma la « réaction silencieuse » des États-Unis à l'arrestation de Najab, remarquant qu'il « apparaissait y avoir un lien entre l'absence de pression de la part du gouvernement américain et la volonté du gouvernement de Bahreïn de durcir la confrontation »[22].

L'Union européenne prit connaissance du verdict avec préoccupation et dit escompter que celui-ci soit « reconsidéré lors du procès en appel »[169]. Un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, après avoir réaffirmé le droit à la liberté d'expression, appela au dialogue comme moyen de résoudre la crise politique ; le quai d'Orsay publia un communiqué ainsi libellé : « Nous sommes troublés par la peine sévère infligée à M. Rajab et espérons qu'elle sera revue en appel »[170]. Un porte-parole du Foreign Office britannique se dit préoccupé par la durée de la sentence et appela les militants de l'opposition à s'abstenir d'inciter à la « violence ou à d'autres actions illégales ». « Nous insistons auprès du gouvernement de Bahreïn pour qu'il agisse de façon proportionnée dans chaque cas. Le droit des individus à protester pacifiquement et la liberté d'expression sont des éléments fondamentaux de toute démocratie moderne et doivent être respectés », ajouta le porte-parole du Foreign Office[171].

Le jugement fut sévèrement critiqué par divers groupes de défense des droits de l'homme[148]. Quarante-trois parmi ceux-ci signèrent un appel conjoint à la libération de Nabil Rajab[172]. Brian Dooley de Human Rights First qualifia le verdict de choquant, même si l'on juge selon les normes « abyssales » qui, en matière des droits de l'homme, prévalent à Bahreïn. Il fit observer qu'on ne pouvait pas considérer le régime comme s'efforçant sincèrement de se réformer au regard des droits de l'homme, si dans le même temps ledit régime jette en prison pour trois ans l'un des militants les plus estimés au monde[148]. Évoquant un « jour sombre pour la justice » à Bahreïn, Amnesty International déclara que l'emploi de tactiques aussi brutales à l'effet de réprimer les voix dissidentes pourrait laisser la communauté internationale sans aucune illusion quant à voir Bahreïn s'engager sur la voie des réformes[173]. Human Rights Watch fit remarquer que l'on attendait encore que le gouvernement démontrât que Rajab eût fait quoi que ce fût de plus que d'exercer son droit à s'exprimer librement et à convoquer des rassemblements pacifiques, et exigea sa libération[174].

La FIDH[175], Front Line Defenders[152], le Gulf Centre for Human Rights[176], Index on Censorship[176], l'IFEX[176], Julian Assange[177], la Société palestinienne pour la protection des droits de l'homme[178], Reporters sans frontières[179] et l'Organisation mondiale contre la torture[176] réprouvèrent la sentence et appelèrent à la libération immédiate de Nabil Rajab. Avaaz lança une pétition à l'intention de Barack Obama, réclamant la remise en liberté de Rajab[180]. Jane Kinninmont de l'organisation Chatham House fit état de spéculations selon lesquelles l'affaire pût être utilisée comme monnaie d'échange politique pour préparer le terrain en vue d'une nouvelle reprise du dialogue politique demandée instamment par les alliés occidentaux de Bahreïn[181]. Elle ajouta que par ce jugement était envoyé le « signal que le gouvernement adoptait désormais une ligne plus dure sur le chapitre de la contestation. »[182] Le professeur d'histoire Toby C. Jones affirma que le verdict « représentait la fin de toute semblant de réforme » à Bahreïn[182].

Pourvoi en appel[modifier | modifier le code]

Le 11 décembre 2012, si la cour d’appel acquitta Rajab du chef d’accusation d’outrage à agent et réduisit par conséquent sa sentence à deux années d’emprisonnement, elle confirma en revanche le chef d’attroupement illégal. Cependant, selon les dires de son épouse, Rajab s’attendait à être libéré. L’assistant du secrétariat d’État américain, Michael Posner, appela les autorités bahreinis à lever tous les chefs d’accusation ayant rapport à des activités militantes non violentes. Jeo Stork de HRW dénonça le pouvoir judiciaire comme étant « très politisé » et qualifia la décision de la cour de « bizarre »[183].

Le Centre des droits de l’homme du Golfe (Gulf Center for Human Rights) releva que la défense eut à affronter nombre d’obstacles tout au long du procès en appel, pointant notamment le fait que les experts internationaux cités comme témoins à décharge se virent refuser, une fois arrivés à l’aéroport, l’entrée sur le territoire national de Bahreïn, et que les avocats ne purent avoir accès aux éléments de preuve produits par le parquet[14].

Le directeur d’Amnesty International pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord fit observer que « le geste de la cour d’appel consistant à réduire d’un an la sentence de Nabil Rajab apparaît totalement creux attendu qu’a priori il n’aurait jamais dû faire quelque séjour que ce soit en prison »[184]. D’autres organisations des droits de l’homme, y compris Human Rights First, Front Line Defenders, la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) et l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) condamnèrent l’arrêt de la cour d’appel et requirent la libération immédiate de Nabil Rajab[185].

En décembre 2013, la cour refusa à Rajab une remise en liberté anticipée après qu’il eut purgé les trois quarts de sa peine, bien que la loi bahreïni en prévoie la possibilité. L’avocat de Rajab indiqua que la cour ne fournit aucun motif pour cette décision[186],[187].

Remise en liberté[modifier | modifier le code]

Le 24 mai 2014 enfin, Rajab fut libéré libéré de prison après avoir purgé la totalité de sa peine de deux ans. La FIDH accueilit la décision avec satisfaction, et dépêcha son secrétaire général, Amina Bouayach, au Bahrein pour s’entretenir avec Rajab dès qu’il serait en liberté ; « C’est une immense joie de retrouver notre ami et collègue Nabil. Nous attendions ce moment depuis très longtemps », déclara Mme Bouayach[188]. Rajab manifesta sa joie d’être à nouveau libre et lança un appel à la libération d’autres prisonniers et au respect des droits de l’homme[189].

Arrestation d’octobre 2014[modifier | modifier le code]

Le 1er octobre 2014, après avoir été cité devant le Directorat d’instruction pénale, Nabil Rajab fut arrêté une nouvelle fois ; il était alors tout juste de retour dans son pays après une tournée de soutien de deux mois en Europe, lors de laquelle il critiqua le gouvernement bahreïni en appelant à une action internationale contre celui-ci. Il fut inculpé d’« outrage publique à institutions officielles » pour avoir critiqué sur son compte Twitter le ministère de l’Intérieur et le ministère de la Défense et pour avoir supposément agi comme « le premier incubateur idéologique » des Bahreïnis ayant rejoint l’État islamique en Irak et au Levant (ISIL). Cette nouvelle arrestation intervint un mois après qu’un officier de sécurité travaillant au ministère de l’Intérieur s’était vu mettre fin à son contrat de travail après qu’il eut rejoint les rangs de l’ISIL et encouragé les autres officiers à faire défection également[190],[191]. Le procureur fit état de ce que Rajab reconnaissait avoir publié les commentaires incriminés sur Twitter[192].

Lors de sa première audition le 19 octobre, Rajab nia les accusations portées contre lui[190]. Il fut relâché à l’issue de la deuxième audition le 2 novembre, une audition suivante étant prévue pour le 20 janvier[192]. Rajab déclara être visé en raison de son engagement pacifique en faveur des droits de l’homme et de la démocratie et qu’il n’avait au demeurant aucun regret à agir de la sorte[193].

Critiques à l'endroit des États-Unis d'Amérique[modifier | modifier le code]

Rajab fut critique quant au rôle joué par les États-Unis à Bahrain tout au long du soulèvement. Le 26 juillet 2011, dans un entretien avec Al Jazira en langue anglaise, il se déclara déçu par le mutisme des États-Unis, et pointa leur incohérence en matière de démocratie et de droits de l'homme, les gouvernants américains exigeant en effet l'application de leurs normes dans les pays avec lesquels ils se trouvent en mauvais termes, mais négligeant de le faire dès lors qu'il s'agit de dictatures avec lesquelles ils sont en bonne relation[194]. Le 21 décembre 2011, lors d'un entretien avec le National Post, il critiqua le soutien américain aux dictatures royales dans la région, et mit en contraste l'attitude inflexible adoptée vis-à-vis de la Syrie et de la Libye, avec l'attitude plus complaisante des États-Unis lorsqu'il s'agit de leurs propres alliés[195].

Dans l'édition du 8 mai 2012 de l'émission World Tomorrow, Rajab accusa les États-Unis de s'opposer à l'émergence de la démocratie à Bahreïn, et fit observer qu'alors que les autorités américaines sollicitèrent la Russie de ne pas vendre d'armes à la Syrie, eux-mêmes livraient des armes au gouvernement de Bahreïn[116]. En juillet, peu avant son arrestation, Nabil Rajab releva que la présence de la cinquième flotte à Bahreïn avait pour effet de rendre plus ardue la lutte contre la monarchie, car le soutien américain, assorti de l'appui, ou du silence, de la communauté internationale, était interprété comme un feu vert donné à la repression et aux attaques contre les défenseurs des droits de l'homme[157].

Activité en ligne[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de son activité militante en faveur des droits de l'homme, Nabil Rajab fait un usage assidu des médias en ligne, en particulier des réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter. Pour renforcer le rôle privilégié qu'il entendait leur faire jouer dans ses campagnes, il cessa même de poster des messages sur les forums de discussion sur internet[196]. Ainsi en vint-il à s'investir lourdement, en temps et en effort, dans son compte Twitter, qu'il créa en mars 2009[196]. Postant majoritairement en langue arabe[18], il se rangea à la 43e place, avec 36 040 abonnés, dans la liste des 100 personnalités arabes les plus en vue sur Twitter, établie par le magazine Forbes pour 2011[196],[197] – chiffre qui s'est entre-temps accru à 175 000 au pointage de septembre 2012[176] ; à Bahreïn même, il se classa deuxième, derrière le ministre des Affaires étrangères Khalid ben Ahmed al-Khalifah[198].

Nonobstant qu'à cette occasion Nabil Rajab fût personnellement félicité par le ministre[198], l'usage qu'il faisait de Twitter pour signaler à l'attention du public les violations des droits de l'homme le mirent de façon répétée en conflit avec les autorités. En avril 2011, il fut menacé de poursuites en raison de la publication sur son compte Twitter d'une photo prétendument fabriquée du corps sans vie d'Ali Issa Saqer montrant les traces des tortures subies par la victime lors de sa garde à vue ; les menaces toutefois furent retirées après que des gardiens de prison eurent été inculpés de la mort de Saqer[199],[200],[201]. Le Réseau arabe d'information sur les droits de l'homme (ANHRI, selon son sigle anglais) vit dans cette menace de poursuites contre Rajab – laquelle représente le premier exemple dans le monde arabe d'inculpation prononcée pour motif de publication d'informations sur Twitter – l'illustration de l'implacable hostilité du gouvernement bahreïni envers la liberté d'expression et de la liberté d'internet[202].

En 2012, l'activité militante menée par Rajab sur Twitter conduisit d'abord, après qu'il eut publié des tweets critiquant le ministère de l'Intérieur, à son incarcération pour trois semaines (deux semaines pour insultes à un corps statutaire, plus une encore pour organisation de protestations illégales – condamnation qui valut au pouvoir bahreïni la réprobation des organisations internationales des droits de l'homme), ensuite fut à l'origine d'une sentence de trois mois de réclusion à la suite d'un tweet critiquant le premier ministre, et enfin, en août 2012, entraîna la condamnation de Rajab à trois peines de prison consécutives d'un an chacune pour activités politiques illégales mettant à contribution des réseaux sociaux[119]. Le 23 août, alors que Rajab avait déjà purgé plus de la moitié de la peine, le jugement en rapport avec le tweet dans lequel il critiquait le premier ministre fut révoqué; néanmoins, et bien qu'ayant fait appel des autres condamnations, Rajab fut maintenu en prison[203].

Corrélats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ar). "المغردون يحتفلون بطريقتهم بعيد ميلاد نبيل رجب "#كل_عام_وأنت_حر_يا_نبيل"". Manama Voice, 1er septembre 2012. Consulté le 1er septembre 2012.
  2. a et b "Jail for Bahrain protest leader over tweet". Al Jazeera English. 10 juillet 2012. Consulté le 10 juillet 2012. Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « AJE_10.7.2012 » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  3. « Bahrain Center for Human Rights website » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le , consulté le 17 mai 2011
  4. « "Nabil Rajab nommé secrétaire général délégué à la Fédération internationale des droits de l'homme", sur le site du BCHR » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le , consulté le 18 mai 2011
  5. "Entretien avec Nabil Rajab, président du Centre bahreïnien des droits de l'homme (BCHR), secrétaire général délégué à la FIDH", sur le site internet de la FIDH, 18 février 2011, consulté le 18 mai 2011
  6. "CARAM Asia Elects New Board of Directors", CARAM Asia website, 2 novembre 2009, Consulté le 18 mai 2011
  7. a et b (en) "President of BCHR elected to be the Chairperson of CARAM Asia for 2 years", site web BCHR, consulté le 18 mai 2011
  8. Comité de réd., « Bahrain: Vicious Attack on Human Rights defender Nabeel Rajab », Gulf Center for Human Rights,‎ (consulté le 6 janvier 2012)
  9. a et b (en) "Bahrain: End Harassment of Prominent Rights Defender". Human Rights Watch, 7 décembre 2010. Consulté le 17 août 2012. Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « HRW_7.12.2010 » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  10. (en) Internet enemies report 2012. Reporters sans fronières, 12 mars 2012. p. 8 et 14. Consulté le 16 août 2012.
  11. a et b " Bahraini activist jailed for three years". Al Jazeera English. 16 août 2012. Consulté le 16 août 2012. Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « AJE_16_August_2012 » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  12. a et b Comité de réd., « Bahrain: Death threats against Messrs. Mohammed Al-Maskati, Nabeel Rajab et Yousef Al-Mahafdha » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), World Organization Against Torture, Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « omct_7.12.2011 » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  13. a et b Andrew Hammond et Ralph Boulton (9 juillet 2012). "Bahrain court jails protest leader over tweets: lawyer". Reuters. Consulté le 9 juillet 2012. Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « R97 » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  14. a et b http://www.bahrainrights.org/en/node/5553
  15. 2011 Le Ion Rațiu Democracy Award et le prix Silbury.
  16. a et b (en) « English JSC People & Power: Anniversary of Bahrain Revolution »,‎ Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « AJE_P.26P2 » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  17. « Bahrain jails activist for three years over protests: lawyer », Chicago Tribune,‎ (consulté le 15 août 2012)
  18. a, b, c, d, e et f L'agonie de Nabil Rajab". The Atlantic. 13 février 2012. Consulté le 16 août 2012.
  19. a, b, c, d, e, f et g (ar) Comité de réd., « Special interview with Nabeel Rajab », Bahrain Mirror,‎ (consulté le 16 juin 2011)
  20. (ar). "نبيل رجب يصفِّي أعماله التجارية: لن اسمح للنظام الظالم بإبتزازي". Bahrain Mirror. 24 février 2012. Consulté le 21 août 2012.
  21. a et b "Nabeel Rajab". WAN-IFRA. 13 December 2011. Consulté le 17 août 2012.
  22. a et b « "Bahrain, emboldened by international silence, sentences Nabeel Rajab to 3 years imprisonment" » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le . Bahrain Center for Human Rights. 16 août 2012. Consulté le 16 août 2012.
  23. a et b Stephen Lendman (11 May 2012). "Activism For Justice". Rense.com. Consulté le 17 août 2012.
  24. a, b et c Jane Kinninmont (15 août 2012). "Bahrain's still stuck". Foreign Policy. Consulté le 17 août 2012.
  25. a et b Comité de réd., « Bahraini parliament moves to segregate migrants from citizens », Migrant rights,‎ (consulté le 11 juillet 2011)
  26. a et b Comité de réd., « Parliament's law to ban migrant workers who are unmarried from living in residential areas is discriminatory attitudes », Bahrain Centre for Human Rights,‎ (consulté le 11 juillet 2011)
  27. a et b "CARAM Asia Elects New Board of Directors". CARAM Asie. 2 novembre 2009. Consulté le 18 mai 2011.
  28. a et b Comité de réd., « Migrant Workers and the Death Penalty in Bahrain & Saudi Arabia » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Bahrain Centre for Human Rights, , consulté le
  29. "Middle East and North Africa Division - Advisory Committee Members". Human Rights Watch. 28 février 2012. Consulté le 16 août 2012.
  30. « "Nabil Rajab nommé secrétaire général délégué pour la Fédération internationale des droits de l'homme" » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le . BCHR. Consulté le 18 mai 2011.
  31. (en) "Interview of Nabeel Rajab, President of the Bahrain center for human rights, deputy secretary general of FIDH". Fédération internationale des droits de l'homme. 18 février 2011. Consulté le 18 mai 2011.
  32. "Events Archive – Fall 2011". Université George Washington. Consulté le 23 août 2012.
  33. "Bahraini Human Rights Activist Nabeel Rajab to Receive 2011 Ion Ratiu Democracy Award". Woodrow Wilson International Center for Scholars. 29 juillet 2011. Consulté le 31 juillet 2011.
  34. (en) "Bahrain/Washington: Nabeel Rajab Awarded the 2011 Ion Ratiu Democracy Award by the Washington based Woodrow Wilson Intemational Center for Scholars". Front Line Defenders. 28 juillet 2011. Consulté le 31 juillet 2011.
  35. Comité de réd., « Bahrain/Washington: Nabeel Rajab Awarded the 2011 Ion Ratiu Democracy Award » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Bahrain Center for Human Rights, , consulté le
  36. BCHR: "Bahraini human rights activist Nabeel Rajab receives the Silbury Prize". BCHR. 14 septembre 2011. Consulté le 2 octobre 2011.
  37. (ar). "المنظمة العربية – الأميركية للديموقراطية إختارت 15 شخصية في مجال حقوق الانسان للعام 2011". NOW Lebanon. 27 décembre 2011. Consulté le 21 août 2012.
  38. a et b "Freedom of Expression Awards 2012". Index on Censorship. Consulté le 20 août 2012.
  39. a et b Sara Yasin (6 mai 2012). Index condamne l'arrestation de l'éminent militant des droits de l'homme Nabil Rajab.. Index on Censorship. Consulté le 20 août 2012.
  40. "Nabeel Rajab’s Verdict in Appeal of Twitter Case Due Sunday". Human Rights First. 3 août 2012. Consulté le 22 août 2012.
  41. http://rafto.no/article/923/The_2013_Rafto_Prize_to_Bahrain_Centre_for_Human_Rights_BCHR_the_fight_for_inconvenient_human_rights_in_the_Gulf/tags:News%20
  42. (en). 25 novembre 2009. Consulté le 18 mai 2011.
  43. "Newly Elected Chair of CARAM Asia Faces Unfounded Media Accusations". CARAM Asie, 19 novembre 2009. Consulté le 18 mai 2011.
  44. Comité de réd., « Bahrain: Charges against human rights defender Abdulhadi Al-Khawaja », Front Line,‎ (consulté le 11 juillet 2011)
  45. (en) "Human Rights Defenders at Risk in Bahrain". Front Line Defenders, 31 octobre 2007. Consulté le 18 mai 2011.
  46. « Rapport sur les ennemis d'internet 2012 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le (rapport). Reporters sans frontières, p. 8 et 14, 12 mars 2012. Consulté le 16 août 2012.
  47. "Bahrain: Demonstrations held in Manama on 29 and 30 October 2004; numbers and treatment of those arrested and detained; whether those detained have been released; any court or legal action taken against those who participated in these demonstrations or whether they currently face any related charges (September 2004 - October 2005)". Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada (Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés). Le 31 octobre 2005. Consulté le 16 août 2012.
  48. a et b (en) "Front Line Human Rights Defenders beaten in Bahrain". BCHR. Le 16 juillet 2005. Consulté le 18 mai 2011.
  49. a et b "Letter to His Majesty Shaikh Hamad bin Isa Al Khalifa Regarding Torture of Human Rights Activists". Human Rights Watch. Le 3 septembre 2010. Consulté le 16 août 2012.
  50. Alexandra Sandels (7 September 2010). "Bahrain arrests dozens of Shiite Muslims accused of plotting coup". Los Angeles Times. Consulté le 18 août 2012.
  51. (ar). "المخطط الإرهابي". Bahrain News Agency. Consulté le 16 août 2012.
  52. (ar). "«الأمن الوطني»: تفكيك شبكة سرية لقلب نظام الحكم وتهديد الاستقرار وتقويض الوحدة الوطنية". Al-Wasat. Le 5 septembre 2010. Consulté le 16 août 2012.
  53. (en) "On the Threshold of the Parliamentary Elections: Bahrain Enters a Battle to Abolish the Work of Human Rights Defenders". BCHR, le 10 septembre 2010. Consulté le 18 mai 2011.
  54. (en) "HRW: Bahrain: Rescind Travel Ban on Rights Defenders". BCHR, le 29 septembre 2010. Consulté le 18 mai 2011.
  55. "Appeal Letter to the King of Bahrain". CARAM Asie, septembre 2010. Consulté le 18 mai 2011.
  56. "Order issued to arrest Nabeel Rajab and another order issued not to arrest". Page Twitter de Nabil Rajab, 14 novembre 2010. Consulté le 18 mai 2011
  57. (en) "Bahrain: Rescind Travel Ban on Rights Defenders". Human Rights Watch, 29 septembre 2010. Consulté le 16 août 2012.
  58. (en) "Bahrain imposes De-facto Ban on travel against Human Rights Defenders". BCHR, 29 septembre 2010. Consulté le 18 mai 2011.
  59. « Bahrain protests: Police break up Pearl Square crowd », BBC News,‎ (consulté le 24 mai 2012)
  60. Michael Slackman, « Bahraini Protesters' Calls for Unity Belie Divisions », The New York Times,‎ (consulté le 22 février 2011)
  61. Comité de réd., « Bahrain King Orders Release of Political Prisoners », RU, Associated Press,‎ (consulté le 15 avril 2011)
  62. Michael Slackman (25 février 2012). "Protesters in Bahrain Demand More Changes". The New York Times. Consulté le 21 juin 2012.
  63. Comité de réd., « Bahrain King Declares State of Emergency after Protests », BBC News,‎ (consulté le 15 avril 2011)
  64. Law, Bill (6 April 2011). "Police Brutality Turns Bahrain Into 'Island of Fear'. Crossing Continents (via BBC News). Consulté le 15 avril 2011.
  65. Patrick Cockburn, 18 mars 2011. "The Footage That Reveals the Brutal Truth About Bahrain's Crackdown – Seven Protest Leaders Arrested as Video Clip Highlights Regime's Ruthless Grip on Power". The Independent. Consulté le 15 avril 2011.
  66. Comité de réd., « Bahrain live blog, 25 janvier 2012 », Al Jazeera English,‎ (consulté le 17 février 2012)
  67. Comité de réd., « Heavy police presence blocks Bahrain protestFebruary =15 févr12 », Al Jazeera English (consulté le 17 février 2012)
  68. Gregg Carlstrom (23 avril 2012). "Bahrain court delays ruling in activists case". Al Jazeera English. Consulté le 14 juin 2012.
  69. Reportage de Rania El Gamal; rédaction Sami Aboudi et Pravin Char/Mark Heinrich, « Bahrain top court upholds sentences against uprising leaders », Reuters,‎ (consulté le 7 janvier 2013)
  70. Philip Kennicott (22 April 2011). "In Bahrain, government crackdown hits middle-class Shiites hard". The Washington Post. Consulté le 3 septembre 2012.
  71. Le roi a déçu les Bahreïnis, entretien dans Jeune Afrique, 19 mai 2011.
  72. a, b et c "Bahrain arrests prominent rights activist". The Daily Telegraph, 6 mai 2012. Consulté le 20 août 2012.
  73. Reese Erlich, « Bahrain’s monarchy stokes divisions between Sunni and Shiite »,‎ (consulté le 7 janvier 2013)
  74. Primoz Manfreda, « Why the Crisis in Bahrain Won't Go Away » (consulté le 9 janvier 2013)
  75. Joost Hiltermann, « Bahrain: A New Sectarian Conflict? »,‎ (consulté le 7 janvier 2013)
  76. « Down to the wire in Bahrain: Last chance for real political reform », Parlement européen,‎ (consulté le 7 janvier 2013), p. 6
  77. Frank Gardner, « Bahrain opposition seeks UK support as tension simmers », BBC,‎ (consulté le 7 janvier 2013)
  78. A field guide to Bahraini political parties, The Telegraph, 18 février 2011
  79. Militant anonyme, « Bahrain: The stories that aren't being covered », Al Jazeera English,‎ (consulté le 9 janvier 2013)
  80. Jason Stern, « Iran Demonstrates Hypocrisy On Bahrain Policy », Inside IRAN,‎ (consulté le 9 janvier 2013)
  81. "Bahrain jails activist for 3 years over protests - lawyer". Reuters, 16 août 2012. Consulté le 31 août 2012
  82. "Bahrain: New Arrests Target Doctors, Rights Activists". Human WR, 20 mars 2011. Consulté le 18 mai 2011.
  83. "Bahrain briefly detains human rights activist". Reuters, 20 mars 2011. Consulté le 17 mai 2011.
  84. a et b (en) "Attack Against Mr. Nabeel Rajab's house". FIDH, 23 mai 2011. Consulté le 27 mai 2011.
  85. « Nabil Rajab to be referred to military prosecutor for fabricating photo », Centre de presse du ministère de l'Intérieur,‎ (consulté le 30 décembre 2011)
  86. a et b (en) "Bahrain: Attack on Rights Defender’s Home". Human Rights Watch, 18 avril 2011. Consulté le 18 mai 2011.
  87. "Bahrain accuses human rights leader of faking pictures of beating". The Guardian, 11 avril 2011. Consulté le 18 mai 2011.
  88. "Uncertainty Reigns in Bahrain Amid Mix of Normalcy, State of Siege". PBS NewsHour, 17 mai 2011. Consulté le 18 mai 2011.
  89. Comité de réd., « نبيل رجب يتهم السلطات باستهداف منزله », Bahrain Mirror,‎ (consulté le 28 décembre 2011)
  90. "Bahraini activist's home tear gassed". CNN, 19 avril 2011. Consulté le 18 mai 2011.
  91. "Home of a Bahraini activist is attacked, again, rights group says". CNN, 22 mai 2011. Consulté le 22 mai 2011.
  92. Roy Gutman (21 mai 2011). "Bahrain's top human rights activist targeted two days after Obama speech". McClatchy Newspapers, 21 mai 2011. Consulté le 22 mai 2011.
  93. (en) "The Observatory: Slandering campaign against Mr. Nabeel Rajab and Ms. Maryam Al Khawaja", Bahrain Centre for Human Rights, 30 June 2011. Consulté le 13 juillet 2011.
  94. "Focus on torturing activist Moh'd Hassan Moh'd Jawad (aged 65) because he is my uncle". Page Twitter de Nabil Rajab, 23 mai 2011. Consulté le 23 mai 2011.
  95. "I was prevented from traveling again to attend a meeting for IFAX in Beirut". Page Facebook de Nabil Rajab, 29 mai 2011. Consulté le 29 mai 2011.
  96. "I was stopped by security forces in airport just now". Page Twitter de Nabil Rajab, 29 mai 2011. Consulté le 29 mai 2011.
  97. "I was prevented from traveling, going home now". Page Twitter de Nabil Rajab, 29 mai 2011. Consulté le 29 mai 2011.
  98. "Today I was prevented from traveling for the third time in 2 months, I was invited by Amnesty international to a conference in Cairo", Page Facebook de Nabil Rajab, 18 juin 2011. Consulté le 19 juin 2011.
  99. (en) His Majesty calls Executive and Legislative to promote national harmony through dialogue. Bahrain News Agency. 31 May 2011. Consulté le 31 mai 2011.
  100. (ar). "استدعاء أمين عام الوفاق الشيخ علي سلمان و3 برلمانيين مستقيلين ونبيل رجب". Bahrain Mirror, le 31 mai 2011. Consulté le 31 mai 2011.
  101. "I was called by the military court today evening". Page Twitter de Nabil Rajab, 31 mai 2011. Consulté le 31 mai 2011.
  102. "They added a new charge to me that wasn't on the paper: humiliating king of Bahrain", Page Twitter de Nabil Rajab, 1er juin 2011. Consulté le 3 juin 2011.
  103. (en) "Summons for Mr. Nabeel Rajab for interrogation", FIDH, 3 juin 2011. Consulté le 3 juin 2011.
  104. "I was released from military court building by 11:30 pm and they were respectful during investigation", Page Twitter de Nabil Rajab, 1er juin 2011. Consulté le 3 juin 2011.
  105. "Irish delegation at my home". Nabil Rajab, 15 juillet 2011. Consulté le 18 juillet 2011.
  106. Wafa Ben Hassine (24 janvier 2012). "Nabeel Rajab, Bahraini Human Rights Activist: Tunisia’s Support is a “Moral Obligation”". Tunisia-live.net. Consulté le 21 août 2012.
  107. "International Mission to Bahrain Report says promises for reform unfulfilled, while situation deteriorates". IFEX, 24 janvier 2012. Consulté le 21 août 2012.
  108. Dorothy Parvaz, « Bahraini activist beaten by 'riot police' », Al Jazeera English,‎ (consulté le 8 janvier 2012)
  109. « Bahrain activist Nabeel Rajab 'beaten by police' », BBC News,‎ (consulté le 6 janvier 2012)
  110. Comité de réd., « MOI statement regarding attack on Nabeel Rajab », Ministrère de l'Intérieur de Bahreïn,‎ (consulté le 6 janvier 2012)
  111. "Bahrain: Human rights activist Nabeel Rajab detained at protests". IFEX, 14 février 2012. Consulté le 22 août 2012.
  112. a et b "Nabeel Rajab explains why he is taking his family to the Pearl Roundabout". Witness Bahreïn, 12 février 2012. Consulté le 22 août 2012.
  113. "Factbox: Key political risks to watch in Bahrain". Reuters. 28 June 2012. Consulté le 1er juillet 2012.
  114. a, b et c (en) "Bahrain: FIDH Demands the Immediate Release of its deputy secretary general Nabeel Rajab". FIDH, 6 mai 2012. Consulté le 6 mai 2012.
  115. « "Bahrain arrests main human rights activist Nabeel Rajab" » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le . Russia Today, 5 mai 2012. Consulté le 6 mai 2012.
  116. a, b, c et d "Nabeel Rajab: “Americans are Against Democracy in Bahrain Now”". Project on Middle East Democracy, 8 mai 2012. Consulté le 20 août 2012.
  117. (ar). "القبض على المدعو نبيل رجب لارتكابه عدداً من الجرائم". Police Media Center, 6 mai 2012. Consulté le 6 mai 2012.
  118. a et b "Bahrain extends detention of human rights activist". The Daily Telegraph, 13 mai 2012. Consulté le 20 août 2012.
  119. a, b et c (ar). "إعتقال نبيل رجب بسبب تغريدات "مهينة" لـ"الداخلية"". Manama Voice, 6 mai 2012. Consulté le 6 mai 2012.
  120. "Bahrain activist gets bail but still detained". Al Jazeera English, 20 mai 2012. Consulté le 22 août 2012.
  121. « Report of the Bahrain Independent Commission of Inquiry », Bahrain Independent Commission of Inquiry,‎ , p. 224
  122. (ar). "محمد الجشي: النيابة العامة تقرر حبس نبيل رجب لمدة 7 أيام". Al Wasat, 6 mai 2012. Consulté le 6 mai 2012.
  123. (ar). "حبس نبيل رجب سبعة أيام بتهمة الدعوة والمشاركة في تجمهر". Al-Wasat, 13 mai 2012. Consulté le 21 août 2012.
  124. (ar). Ali Turaif (17 May 2012). "نبيل رجب ينفي «إهانة قوات الأمن»… ويؤكد: القضية كيدية". Al-Wasat. Consulté le 21 août 2012.
  125. « Bahraini activist granted bail but not released », Reuters,‎ (consulté le 20 mai 2012)
  126. (ar). "الأمم المتحدة تعلق على اعتقال الناشط البحريني نبيل رجب". Radio des Nations unies, 8 mai 2012. Consulté le 21 août 2012.
  127. "Australian Senate offers support for jailed Bahraini activist". Australian Greens, 10 mai 2012. Consulté le 22 août 2012.
  128. « Bahraini activist Nabeel Rajab is 'prisoner of conscience' », Amnesty International,‎ (consulté le 9 mai 2012)
  129. (ar). "’البرنامج العربي للنشطاء’: اعتقال رجب مخالفة صارخة للمادة 13 من العهد الدولي". Bahrain Mirror, 9 mai 2012. Consulté le 21 août 2012.
  130. (en) "Bahrain Authorities Continue to Detain, Target and Harass Human Rights Defenders". Bahrain Center for Human Rights, 5 mai 2012. Consulté le 6 mai 2012.
  131. (ar). "الإفراج بكفالة عن حقوقي بحريني". Al Jazeera, 20 mai 2012. Consulté le 21 août 2012.
  132. "Bahraini human rights activist Nabeel Rajab arrested at airport". WL central, le 5 mai 2012. Consulté le 21 août 2012.
  133. (ar). Ali Turaif, 29 mai 2012. "الإفراج عن الناشط نبيل رجب ومنعه من السفر". 'Al-Wasat. Consulté le 21 août 2012.
  134. (en) « Bahrain rights activist Nabeel Rajab back in detention », BBC News,‎ (consulté le 6 juin 2012)
  135. (ar). "منظمات حقوقية دولية تطالب البحرين بالإفراج عن نبيل رجب". Al-Wasat, 12 juin 2012. Consulté le 21 août 2012.
  136. "Bahrain releases leading activist, pays uprising victims". France 24. Agence France-Presse, 27 juin 2012. Consulté le 1er juillet 2012.
  137. (ar). Ali Turaif, 9 juillet 2012. "المحكمة تقضي بحبس نبيل رجب 3 أشهر بتهمة سب أهالي المحرق". Al Wasat. Consulté le 9 juillet 2012.
  138. a, b et c "Bahrain: Rights Activist Jailed for ‘Insulting’ Tweets". Human Rights Watch, 11 juillet 2012. Consulté le 22 août 2012.
  139. a, b et c Linda Gradstein, 10 juillet 2012. "Jailed for tweeting in Bahrain". The Media Line (The Jerusalem Post). Consulté le 22 août 2012.
  140. (en) "Bahrain: Arrest of Mr. Nabeel Rajab". FIDH, 22 juillet 2012. Consulté le 22 août 2012.
  141. a, b et c "Urgent action: Bahraini activist sentenced to three years". Amnesty International, 21 août 2012. Consulté le 22 août 2012.
  142. a et b "Group of US lawmakers call on Bahrain king to release prominent rights activist". Associated Press (The Washington Post), 11 août 2012. Consulté le 12 août 2012.
  143. (ar). "4 جمعيات حقوقية بحرينية تستنكر حبس رجب وحل جمعية «أمل»". Al-Wasat. 13 July 2012. Consulté le 21 août 2012.
  144. (ar). Zainab al-Tajer (18 juillet 2012). "جمعيات سياسية تتضامن مع الناشط الحقوقي نبيل رجب". Al-Wasat. Consulté le 21 août 2012.
  145. (ar). Ali Turaif (23 August 2012). "براءة الناشط الحقوقي نبيل رجب من سب أهالي المحرق". Al-Wasat. Consulté le 23 août 2012.
  146. a et b "Bahrain appeals court acquits protest leader of Twitter insult". Reuters, 23 août 2012. Consulté le 24 août 2012.
  147. "Bahrain activist acquitted but remains in jail". AFP (France 24), 23 août 2012. Consulté le 24 août 2012.
  148. a, b, c et d "Bahrain jails activist for three years over protests: lawyer". Reuters, 18 août 2012. Consulté le 16 août 2012.
  149. a et b "Bahrain jails prominent activist Rajab for 3 years". Russia Today, 16 août 2012. Consulté le 16 août 2012.
  150. a, b, c et d "US, European Union criticize 3 years’ prison term handed down to Bahrain activist". Associated Press (The Washington Post). 16 août 2012. Consulté le 17 août 2012.
  151. (en) "Update: Human Rights defender Nabeel Rajab subjected to ill-treatment in prison and placed in a solitary confinement". Centre bahreïnien des droits de l'homme (BCHR), 21 août 2012. Consulté le 22 août 2012.
  152. a, b et c (ar). "زوجة نبيل رجب تتهم سميرة رجب بـ"الكذب" و"الفبركة"". Manama Voice, 20 août 2012. Consulté le 21 août 2012.
  153. "Bahraini teenager killed in clash with police". Reuters, 18 août 2012. Consulté le 18 août 2012.
  154. (ar). Hussain al-Wasti (19 August 2012). "سميرة رجب: إدانة نبيل رجب ليست بـ «التجمهر» فقط بل التحريض على التظاهر وسط العاصمة". Al-Wasat. Consulté le 20 août 2012.
  155. (ar). "سؤال: لماذا إستهدفتم نبيل رجب؟… سميرة رجب: ترك العمل الحقوقي وتوجه للعمل السياسي". Manama Voice. 19 August 2012. Consulté le 20 août 2012.
  156. « Bahrain says charged medics 'attempted coup' »,‎ 1 octobre 2011 éditeur=al jazeera (consulté le 24 mai 2012)
  157. a et b Robert Mackey et Kareem Fahim (16 août 2012). "Bahrain Sentences Activist to 3 Years in Prison for ‘Inciting’ Protests". The New York Times. Consulté le 18 août 2012.
  158. "Bahraini activist sentenced to prison". CNN, 17 août 2012. Consulté le 17 août 2012.
  159. Andrew Hammond (13 juin 2012). "Bahrain economic reforms takes hit as hardliners battle uprising". Reuters. Consulté le 18 août 2012.
  160. Andrew Hammond (4 juin 2012). "Bahrain says group follows violent Shi'ite cleric". Reuters. Consulté le 18 août 2012.
  161. Justin Gengler (14 août 2012). "Why Bahrain's Sunni Political Societies Are Unpopular—Among Sunnis". Religion et politique à Bahrain. Blogspot. Consulté le 18 août 2012.
  162. (ar). Zainab al-Tajer (20 août 2012). "سياسيون وحقوقيون ونشطاء يتضامنون مع نبيل رجب". Al-Wasat. Consulté le 21 août 2012.
  163. "Thousands join Bahrain rally to call for release of rights activist". Associated Press (The Washington Post). 31 août 2012. Consulté le 31 août 2012.
  164. a et b (en) "Independent UN experts call for end to persecution of rights defenders in Bahrain". Centre de presse de l'ONU, 23 août 2012. Consulté le 24 août 2012.
  165. (en) "Bahrain: UN experts demand end to campaign of persecution against human rights defenders". Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme. 23 août 2012. Consulté le 24 août 2012.
  166. Andrew Hammond; Rania El Gamal, « Bahrain jails activist for three years over protests », Chicago Tribune,‎ (consulté le 17 août 2012)
  167. Sanjeev Bery (21 août 2012). "Nabeel Rajab: Why Did the U.S. State Department Drag Its Feet?". Amnesty International. Consulté le 22 août 2012.
  168. "U.S government turns a blind eye to human rights violations in Bahrain: Nabeel Rajab jailed for three years over ’illegal gatherings’, but U.S reaction is delayed and weak". FIDH, 21 août 2012. Consulté le 22 août 2012.
  169. (en) "Statement by the Spokesperson of EU HR Ashton on the sentencing of Mr Nabeel Rajab in Bahrain". Union européenne et Nations unies, 16 août 2012. Consulté le 17 août 2012.
  170. (fr) "Point de presse du 17 août 2012". Ministère des Affaires étrangères et européennes, 17 août 2012. Consulté le 20 août 2012.
  171. (en) "UK expresses concern at sentence for Bahraini opposition activist". Foreign and Commonwealth Office, 16 août 2012. Consulté le 20 août 2012.
  172. "Release Bahraini human rights activists now, say international groups". IFEX, 17 août 2012. Consulté le 20 août 2012.
  173. "'Dark day for justice' in Bahrain as activist receives three-year prison sentence". Amnesty International, 16 août 2012. Consulté le 16 août 2012.
  174. "Bahrain sentences prominent activist to 3 years prison for instigating, partaking in protest". Associated Press (The Washington Post), 16 août 2012. Consulté le 16 août 2012.
  175. "Bahraini rights activist jailed for three years". AFP (France 24), 16 août 2012. Consulté le 16 août 2012.
  176. a, b, c, d et e (ar). "6 منظمات حقوقية دولية تدعو إلى الإفراج عن نبيل رجب". Al-Wasat, 18 août 2012. Consulté le 18 août 2012.
  177. (ar). "مؤسس ويكيليكس: يجب الإفراج عن نبيل رجب". Manama Voice, 19 août 2012. Consulté le 20 août 2012.
  178. (ar). "مؤتمراً صحفياً للحكومة اليوم بشأن نبيل رجب وسط إدانات واسعة.. والشيخ علي سلمان: النظام يصرخ كالطفل". Manama Voice, 18 août 2012. Consulté le 18 août 2012.
  179. "Rights activist Nabeel Rajab give three-year jail sentence". Reporters sans frontières, 16 août 2012. Consulté le 20 août 2012.
  180. "Free Nabeel Rajab from the Al Khalifa dictatorship in Bahrain". Avaaz, 17 août 2012. Consulté le 22 août 2012.
  181. Louisa Loveluck and agencies (16 août 2012). "Bahraini human rights activist gets three-year sentence for demonstration". The Guardian. Consulté le 17 août 2012.
  182. a et b Catherine Cheney (21 août 2012). "Bahrain Shuts the Door on Reform". Worldpoliticsreview.com. Consulté le 22 août 2012.
  183. « Bahrain activist Nabeel Rajab's prison sentence reduced », BBC,‎ (consulté le 27 avril 2014)
  184. http://www.amnesty.org/en/news/bahrain-must-release-activist-after-hollow-appeal-verdict-2012-12-11
  185. http://bahrainrights.org/en/node/5554
  186. « Bahraini activist Nabeel Rajab denied early release », BBC,‎ (consulté le 27 avril 2014)
  187. « Bahrain court rejects jailed activist's request for release », Agence Reuters,‎ (consulté le 27 avril 2014)
  188. « Bahrain: La FIDH aux côtés de Nabeel Rajab, enfin libre », FIDH,‎ (consulté le 24 mai 2014)
  189. « Top Bahrain activist released from prison », Associated Press,‎ (consulté le 24 mai 2014)
  190. a et b « Bahrain: Release activist facing three years in jail for ‘insulting’ tweets », Amnesty International,‎ (consulté le 11 novembre 2014)
  191. « Bahrain: Rights Activist Detained », Human Rights Watch,‎ (consulté le 11 novembre 2014)
  192. a et b Maha El Dahan, Sonya Hepinstall et Farishta Saeed, « Bahrain releases prominent activist Rajab, next hearing January 20 »,‎ (consulté le 11 novembre 2014)
  193. « Bahrain human rights activist freed on bail », Al Jazeera,‎ (consulté le 11 novembre 2014)
  194. "The US and the new Middle East: The Gulf", Al Jazeera English, 26 juillet 2011. Consulté le 31 juillet 2011.
  195. Adrian Humphreys, « The Arab Awakening: A Bahraini activist struggles to keep protests alive », National Post,‎ (consulté le 28 décembre 2011)
  196. a, b et c (ar). "نبيل رجب: تويتر فضاء الربيع العربي". Bahrain Mirror, 7 janvier 2012. Consulté le 21 août 2012.
  197. List of top 100 Arabs on Twitter, Forbes, 2011. Consulté le 10 juillet 2011.
  198. a et b "Congratulating my compatriots @NABEELRAJAB (43)", Khalid Al-Khalifa, 4 juillet 2011. Consulté le 10 juillet 2011.
  199. "Government accuses activist of fabricating photo in Bahrain". CNN, 11 avril 2011. Consulté le 17 mai 2011.
  200. "Nabeel Rajab to Appear Before the Military Public Prosecutor". Agence de presse de Bahreïn, 10 avril 2011. Consulté le 18 mai 2011.
  201. "Nabil Rajab to be referred to military prosecutor for fabricating photo". Centre de presse de la police de Bahreïn, 10 avril 2011. Consulté le 18 mai 2011.
  202. "Bahrain: First Arabic Case Over Publishing on Twitter". Réseau arabe d'information sur les droits de l'homme, 11 avril 2011. Consulté le 17 mai 2011.
  203. « Bahrain court overturns Twitter conviction for jailed rights activist, lawyer says », The Washington Post,‎ (consulté le 23 août 2012)