NGC 787

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

NGC 787
Image illustrative de l’article NGC 787
La galaxie spirale NGC 787 par SDSS.
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Baleine
Ascension droite (α) 02h 00m 48,6s[1]
Déclinaison (δ) −09° 00′ 09″
Magnitude apparente (V) 12,9 [2]
13,7 dans la Bande B [2]
Brillance de surface 14,59 mag/am2[3]
Dimensions apparentes (V) 2,5 × 1,9[2]
Décalage vers le rouge +0,015744 ± 0,000087[1]
Angle de position 90°[2]

Localisation dans la constellation : Baleine

(Voir situation dans la constellation : Baleine)
Cetus IAU.svg
Astrométrie
Vitesse radiale 4 720 ± 26 km/s[4]
Distance 64,7 ± 4,8 Mpc (∼211 millions d'a.l.) [5]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale
Type de galaxie (R)SA(rs)b?[1] Sb[2] (R)S(r)b?[6]
Dimensions 153 000 a.l.[7]
Découverte
Découvreur(s) Christian Peters [6]
Date 27 février 1865 [6]
Désignation(s) PGC 7632
MCG -2-6-15 [2]
Liste des galaxies spirales

NGC 787 est une galaxie spirale située dans la constellation de la Baleine à environ 211 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome allemand Christian Peters en 1865.

La classe de luminosité de NGC 787 est II.[1]

Selon la base de données Simbad, NGC 787 est une galaxie LINER, c'est-à-dire une galaxie dont le noyau présente un spectre d'émission caractérisé par de larges raies d'atomes faiblement ionisés[8].

Avec une brillance de surface égale à 14.59 mag/am2, on peut qualifier NGC 787 de galaxie à faible brillance de surface (LSB en anglais pour low surface brightness). Les galaxies LSB sont des galaxies diffuses (D) avec une brillance de surface inférieure de moins d'une magnitude à celle du ciel nocturne ambiant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 787 (consulté le 2 avril 2016)
  2. a b c d e et f « Les données de «Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke» sur le site ProfWeb, NGC 700 à 799 »
  3. La brillance de surface (S) se calcule à partir de la magnitude apparente (m) et de la surface de la galaxie selon l'équation
  4. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  6. a b et c (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 2 avril 2016)
  7. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  8. (en) « Simbad, NGC 787 -- LINER-type Active Galaxy Nucleus » (consulté le 26 août 2020)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 779  •  NGC 780  •  NGC 781  •  NGC 782  •  NGC 783  •  NGC 784  •  NGC 785  •  NGC 786  •  NGC 787  •  NGC 788  •  NGC 789  •  NGC 790  •  NGC 791  •  NGC 792  •  NGC 793  •  NGC 794  •  NGC 795