NGC 920

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

NGC 920
Image illustrative de l’article NGC 920
La galaxie lenticulaire NGC 920
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Andromède
Ascension droite (α) 02h 28m 45,9s[1]
Déclinaison (δ) 45° 58′ 14″
Magnitude apparente (V) 13,7[2]
14,6 dans la Bande B[2]
Brillance de surface 12,81 mag/am2[a]
Dimensions apparentes (V) 1,1 × 0,4[2]
Décalage vers le rouge +0,016748 ± 0,000033[1]
Angle de position 34°[2]

Localisation dans la constellation : Andromède

(Voir situation dans la constellation : Andromède)
Andromeda IAU.svg
Astrométrie
Vitesse radiale 5 021 ± 10 km/s [b]
Distance 70,1 ± 4,9 Mpc (∼229 millions d'a.l.)[c]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie lenticulaire
Type de galaxie S?[1],[2] S0/a?[3] Sc[4]
Dimensions 73 000 a.l.[d]
Découverte
Découvreur(s) Lewis Swift [3]
Date 11 septembre 1885 [3]
Désignation(s) IC 1799
PGC 9432
UGC 1943
MCG 8-5-12
CGCG 553.14
NPM1G +45.0061 [2]
Liste des galaxies lenticulaires

NGC 920 est une galaxie lenticulaire située dans la constellation d'Andromède à environ 229 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome américain Lewis Swift en 1885. Cette galaxie a aussi été observée par l'astronome français Guillaume Bigourdan le et elle a été inscrite à l'Index Catalogue sous la cote IC 1799[3].

NGC 920 présente une large raie HI[1].

Des mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 69,400 ± 0,583 Mpc (∼226 millions d'a.l.)[5], ce qui est à l'intérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage[c].

Identification de NGC 920[modifier | modifier le code]

Les bases de données NASA/IPAC, Simbad et HyperLeda identifie la galaxie NGC 920 comme étant PGC 9337, mais c'est une erreur.

La galaxie PGC 9377 n'est pas celle observée par Swift en 1885.

Comme l'a fait remarqué Steve Gottlieb (en)[6] en 2014, il y a trois bonnes raisons de croire que PGC 9377 n'est pas NGC 920[3]. Ce point de vue a ensuite été adopté par Wolfgang Steinicke[2] et par Harold Corwin[7].

IC 1799 est à 70 secondes d'arc à l'ouest de PGC 9377. C'est cette galaxie qui a été observée par Swift en 1885.

Premièrement, il y a trois étoiles brillantes à l'ouest et près de PGC 9377 et ce fait aurait sûrement été mentionné par Swift au lieu des étoiles peu lumineuses qu'il a notées. Deuxièmement, même en connaissant la position exacte de PGC 9377 et avec un télescope de 18 pouces (45 cm), la galaxie demeure difficile à trouver et c'est une bonne raison de croire que Swift ne l'a pas vue. Finalement, Max Wolf dans sa copie de la liste II de Swift indique qu'il est certain que celui-ci a fait une erreur d'une minute ou deux dans l'ascension droite. Or, il y a à 70 secondes d'arc à l'ouest de la position de Swift une galaxie qui correspond parfaitement à la description qu'il en a donnée. Cette galaxie est IC 1799 (PGC 9432) observée en 1891 par Guillaume Bigourdan[3].

Groupe de NGC 920[modifier | modifier le code]

La galaxie NGC 920 est la galaxie la plus brillant d'un trio de galaxies qui porte son nom. Les deux autres galaxies du groupe de NGC 920 sont NGC 933 et UGC 1867[8]. La désignation IC 1799 est utilisée dans l'article de Garcia de même que PGC 9432. Il s'agit bien de NGC 920.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La brillance de surface (S) se calcule à partir de la magnitude apparente (m) et de la surface de la galaxie selon l'équation
  2. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  3. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc). L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  4. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour IC 1799 (consulté le 17 septembre 2020)
  2. a b c d e f et g « Les données de «Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke» sur le site ProfWeb, NGC 900 à 999 »
  3. a b c d e et f (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 17 septembre 2020)
  4. (en) « IC 1799 sur HyperLeda » (consulté le 17 septembre 2020)
  5. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 17 septembre 2020)
  6. (en) « Steve Gottlieb's NGC Notes, NGC 1 thru NGC 999 » (consulté le 17 septembre 2020)
  7. (en) « Notes on NGC objects, Site de Harold Corwin » (consulté le 17 septembre 2020)
  8. A.M. Garcia, « General study of group membership. II - Determination of nearby groups », Astronomy and Astrophysics Supplement Series, vol. 100 #1,‎ , p. 47-90 (Bibcode 1993A&AS..100...47G)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 912  •  NGC 913  •  NGC 914  •  NGC 915  •  NGC 916  •  NGC 917  •  NGC 918  •  NGC 919  •  NGC 920  •  NGC 921  •  NGC 922  •  NGC 923  •  NGC 924  •  NGC 925  •  NGC 926  •  NGC 927  •  NGC 928