NGC 613

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NGC 613
Image illustrative de l’article NGC 613
La galaxie spirale barrée NGC 613
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Sculpteur
Ascension droite (α) 01h 34m 18,2s[1]
Déclinaison (δ) −29° 25′ 06″
Distance 20,3 ± 1,5 Mpc (∼66,2 millions d'a.l.) [2]
Magnitude apparente (V) 9,9 [3]
10,7 dans la Bande B [3]
Brillance de surface 13,2 mag/as2[3]
Dimensions apparentes (V) 5,5 × 4,2[3]
Décalage vers le rouge +0,004940 ± 0,000017[1]
Angle de position 120°[3]
Vitesse radiale 1 481 ± 5 km/s[4]

Localisation dans la constellation : Sculpteur

(Voir situation dans la constellation : Sculpteur)
Sculptor IAU.svg
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale barrée
Type de galaxie SB(rs)bc[1] SBbc[3] SB(rs)bc?[5]
Dimensions 106 000 a.l.[6]
Découverte
Découvreur(s) William Herschel [5]
Date 9 décembre 1798 [5]
Désignation(s) PGC 5849
MCG -5-4-44
ESO 413-11
AM 0132-294
VV 824
IRAS01319-2940 [3]
Liste des galaxies spirales barrées

NGC 613 est une galaxie spirale barrée située dans la constellation du Sculpteur à environ 66 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome germano-britannique William Herschel en 1798.

NGC 613 a été utilisé par Gérard de Vaucouleurs comme une galaxie de type morphologique SB(rs)bc dans son atlas des galaxies[7].

La classe de luminosité de NGC 613 est II-III et elle présente une large raie HI. Elle renferme également des régions d'hydrogène ionisé[1].

D'une taille d'environ cent mille années-lumière de diamètre, elle a de très nombreux bras spiraux formés de nuages de poussières cosmiques et parsemés de plusieurs points lumineux rosâtres correspondant à des zones de formation d'étoiles. Il y a probablement une trou noir supermassif au centre de NGC 613, car est une galaxie active de type Seyfert[1].

De nombreuses mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 20,861 ± 5,687 Mpc (∼68 millions d'a.l.) [8], ce qui est à l'intérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage [2].

Capture de la première lumière de la supernova SN 2016gkg[modifier | modifier le code]

Le 20 septembre 2016, l'astronome amateur Victor Buso essayait son nouvel appareil photo sur son télescope lorsqu'il vit apparaitre un point lumineux en périphérie de NGC 613. Et ce point lumineux est demeuré en place[9]. Les observations qui suivirent la découverte de la supernova SN 2016gkg montrèrent qu'elle provenait sans doute de l’explosion d’une étoile supergéante. C’était une supernova de type IIb[10],[11].

Buso a probablement capté l’image du stade où l’onde de la détonation produite dans le cœur de l’étoile a franchi sa surface. Depuis de nombreuses années, les astronomes épient les galaxies pour observer les supernovas et ils n’ont jamais assisté à un tel évènement. La probabilité qu’avait Buso de capter cette image a été comparée à celle de gagner à la loterie.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 613 (consulté le 15 mars 2016)
  2. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  3. a b c d e f et g (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 15 mars 2016)
  4. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. a b et c (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 15 mars 2016)
  6. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  7. Atlas des galaxies de Vaucouleurs sur le site du professeur Seligman, NGC 2196
  8. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 29 novembre 2018)
  9. (en) « Amateur astronomer captures rare first light from massive exploding star » (consulté le 1er mars 2018)
  10. Charles D. Kilpatrick, Ryan J. Foley, Louis E. Abramson et al., « On the Progenitor of the Type IIb Supernova 2016gkg », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society,‎ 2016 (soumission) (DOI 10.1093/mnras/stw3082, lire en ligne)
  11. Noam Soker, « Grazing envelope evolution towards Type IIb supernovae », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society: Letters, vol. 470 #1.1,‎ , p. L102-L106 (DOI https://doi.org/10.1093/mnrasl/slx089, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 605  •  NGC 606  •  NGC 607  •  NGC 608  •  NGC 609  •  NGC 610  •  NGC 611  •  NGC 612  •  NGC 613  •  NGC 614  •  NGC 615  •  NGC 616  •  NGC 617  •  NGC 618  •  NGC 619  •  NGC 620  •  NGC 621