NGC 577

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NGC 577
Image illustrative de l’article NGC 577
La galaxie spirale intermédiaire NGC 577
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Baleine
Ascension droite (α) 01h 30m 40,7s[1]
Déclinaison (δ) −01° 59′ 40″
Distance 81,3 ± 5,7 Mpc (∼265 millions d'a.l.) [2]
Magnitude apparente (V) 13,0 [3]
13,9 dans la Bande B [3]
Brillance de surface 14,0 mag/as2[3]
Dimensions apparentes (V) 1,9 × 1,5 [3]
Décalage vers le rouge +0,019804 ± 0,000020 [1]
Angle de position 140° [3]
Vitesse radiale 5 937 ± 6 km/s[4]

Localisation dans la constellation : Baleine

(Voir situation dans la constellation : Baleine)
Cetus IAU.svg
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale barrée
Type de galaxie (R')SB(r)a pec[1] SBa[3] (R)SB(rs)a?[5]
Dimensions 147 000 a.l. [6]
Découverte
Découvreur(s) (en) Aaron Nichols Skinner [5]
Date 23 octobre 1867 [5]
Désignation(s) NGC 580
PGC 5628
UGC 1080
MCG 0-4-165
ZWG 385.165
IRAS01281-0215 [3]
Liste des galaxies spirales barrées

NGC 577 est une galaxie spirale barrée. Elle est située dans la constellation de la Baleine à environ 265 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome américain (en) Aaron Nichols Skinner en 1867. Cette galaxie a été redécouverte par l'astronome allemand Wilhelm Tempel le 14 aout 1877 et plus tard inscrite au catalogue NGC sous la cote NGC 580[5].

Groupe de NGC 245 et Abell 194[modifier | modifier le code]

NGC 577 fait partie du groupe de NGC 545, la plus grosse et la plus brillante galaxie de ce groupe[7]. Le groupe de NGC 545 fait partie d'un ensemble plus vaste, l'amas galactique Abell 194[8],[9].

Deux galaxies de ce groupe, NGC 545 et NGC 547, produisent d'immenses et puissants jets de matière dans la région qui entoure leur trou noir supermassif central [10]. Ces jets ont été captés en onde radio par les radiotélescopes du VLA et sont montrés en violet sur l'image de l'amas ci-dessous. Les jets de ces deux galaxies en interaction gravitationnelle sont projetés à des distances d'environ 250 000 années-lumière[10]. Le jet plus court de la galaxie NGC 541, un peu plus bas à droite, entre en collision avec un nuage d'hydrogène coloré en bleu foncé qui a aussi été détecté en onde radio par le VLA. L'onde de choc créé par ce jet a engendré une zone de formation de formation d'étoiles, colorée en bleu pâle, imagée dans le visible par le télescope de 2,3 m de l'observatoire de Siding Spring en Australie. Ce type assez rare de pouponnière d'étoiles est connu sous le nom d'objet de Minkowski[11],[10], un exemple de trou noir créant la vie dans l'univers sous forme d'étoiles bébés.

Outre NGC 577, les principales galaxies du groupe de NGC 545 sont NGC 530, NGC 530, NGC 541, NGC 547, NGC 560, NGC 564, NGC 570, NGC 585, UGC 892 et UGC 1062 (respectivement CGCG 0118.7-0048 et CGCG 0126.4-0049 notées 0118-0048 et 0126-0049 dans un article d'Abraham Mahtessian paru en 1998)[12].

L'amas Abell 194. (Image courtesy of NRAO/AUI and Courtesy of S.Croft;W.van Breugel;W. de Vries;J.van Gorkom;H.Morganti;T.Osterloo;M.Dopita;M.Gregg)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 577 (consulté le 13 mars 2016)
  2. On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  3. a b c d e f et g (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 13 mars 2016)
  4. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. a b c et d (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 13 octobre 2018)
  6. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  7. (en) « NGC 545 -- Brightest galaxy in a Cluster (BCG) » (consulté le 12 octobre 2018)
  8. Akos Bogdan, Ralph P Kraft, William Forman, Christine Jones et al., « CHANDRA AND ROSAT OBSERVATIONS OF ABELL 194: DETECTION OF AN X-RAY CAVITY AND MAPPING THE DYNAMICS OF THE CLUSTER », The Astrophysical Journal, vol. 743 #1,‎ , p. 11 pages (DOI 10.1088/0004-637X/743/1/59, lire en ligne)
  9. (en) « Abell 194, Sky & Telescope, septembre 2017 » (consulté le 12 octobre 2018)
  10. a b et c (en) « Star birth triggered by a jet from a black hole » (consulté le 10 mars 2016)
  11. Steve Croft, Wil van Breugel, Win de Vries et al., « Minkowski's Object: A Starburst Triggered by a Radio Jet, Revisited », The Astrophysical Journal, vol. 647 #2,‎ , p. 52 pages, 15 figures (DOI 10.1086/505526, lire en ligne)
  12. Abraham Mahtessian, « Groups of galaxies. III. Some empirical characteristics », Astrophysics, vol. 41 #3,‎ , p. 308-321 (DOI 10.1007/BF03036100, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 569  •  NGC 570  •  NGC 571  •  NGC 572  •  NGC 573  •  NGC 574  •  NGC 575  •  NGC 576  •  NGC 577  •  NGC 578  •  NGC 579  •  NGC 580  •  NGC 581  •  NGC 582  •  NGC 583  •  NGC 584  •  NGC 585