NGC 4861

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NGC 4861
Image illustrative de l’article NGC 4861
Image de NGC 4861 prise par Hubble avec l'Advanced Camera for Surveys
Découverte
Découvreur(s) William Herschel
Date 1er mai 1875.
Désignations 2MASX J12590234+3451339, UZC J125902.5+345150, Arp 266, MCG+06-29-003, UGC 08098, I Zw 049, CGCG 189-005, CGCG 1256.7+3508, Ho 687b, PGC 44536, IC 3961
Observation
(Époque J2000)
Ascension droite 12h 52m 23s
Déclinaison +34° 51′ 34″
Distance ~24,5 millions d'années-lumière
Magnitude app. 13,5
Constellation Chiens de chasse
Redshift 0,002785

Localisation dans la constellation : Chiens de chasse

(Voir situation dans la constellation : Chiens de chasse)
Canes Venatici IAU.svg
Caractéristiques
Type SB(s)m

NGC 4861, également connue sous la désignation Arp 266 dans l'Atlas of Peculiar Galaxies, est une galaxie naine située dans la constellation des Chiens de chasse. Elle a été découverte par l'astronome britannique William Herschel le 1er mai 1875.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

NGC 4861 est une galaxie naine distante d'environ 25 millions d'années-lumière du système solaire, observable dans la constellation des Chiens de chasse dans l'amas de la Vierge (avec une ascension droite de 12h 56m 02,3s pour une déclinaison de 34° 51′ 3″ (avec l'époque J2000))[1],[2]. Elle est (depuis le système solaire) d'une magnitude apparente de 12,9, d'une vitesse radiale par rapport au soleil de 835 km/s et d'un Décalage vers le rouge[2]

Elle recèle en son sein une forte concentration d'étoiles Wolf-Rayet (des étoiles massives au cycle de vie court éjectant beaucoup de matière) qui sont pourtant des objets célestes rares[3], ce qui fait d'elle une galaxie de Wolf-Rayet. Elle est également classée comme une galaxie HII[1], c'est à dire une galaxie dominée par de grandes régions HII, zones propice à la présence d'étoiles Wolf-Rayet.

Sa morphologie est également particulière. Ses masse, taille et vitesse de rotation correspondent aux caractéristiques d'une galaxie naine spirale. Néanmoins sa forme très irrégulière, avec une « tête » très lumineuse et une « queue » plus diffuse, la classe plutôt parmi les galaxies naines irrégulières[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

William Herschel est le premier à découvrir la galaxie, le qu'il décrit dans son Catalogue général des nébuleuses et des amas avec le numéro 4861. Elle est « redécouverte » (c'est à dire observée et répertoriée sans connaissance préalable de sa découverte antérieure) le par Max Wolf et sera référencée comme IC 3961 par John Dreyer[5].

À cause de ses caractéristiques particulières qui pour certaines la font correspondre à une galaxie (naine) spirale et pour d'autres à une galaxie (naine) irrégulière, sa classification morphologique s'est avérée complexe, et très débattue[4]. À la fois galaxie naine à spirale, éventuellement barrée, et galaxie naine irrégulière, elle est suivant les sources classée comme Im[1] (pour galaxie naine irrégulière dérivée d'une galaxie spirale (mais sans barre, elle serait IBm sinon)[6]) ou BCD[1] (pour Blue Compact Dwarf, Galaxie naine bleue compacte en français[6]), ou SB(s)m (Spirale barrée irrégulière)[2].

Ses deux caractéristiques rares, compositions et morphologie, en ont fait un sujet d'étude privilégié pour deux aspects. Sa composition chimique d'une part, notamment à l'intérieur des régions HII[7] et la recherche de vents galactiques d'autre part. Les vents galactiques sont des vents stellaires expulsés hors d'une galaxie, et qui serait un des mécanisme fondamental du recyclage des métaux et de l'énergie dans l'univers[8]. Les vents stellaires étant des flux de plasma constitués essentiellement de protons et des électrons qui sont éjectés de la haute atmosphère des étoiles à très haute vélocité[9],[10]. Or dans une galaxie naine le potentiel gravitationnel est moindre, ce qui facilite la circulation des particules, dont les vents stellaires. De plus la présence de nombreuses étoiles Wolf-Rayet dans la "tête" génère beaucoup de vent stellaire qui potentiellement vont être la source de vents galatiques[3]. Si une première étude de 1996 va en ce sens[11],[12] elle est finalement contredite par de nombreuses études postérieures[3],[13],[14],[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) NGC 4861 sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  2. a b et c (en) « NED results for object NGC 4861 », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 27 mars 2018)
  3. a b et c (en) Avaneesh Pandey, « Hubble Spies NGC 4861: A Distant Wolf-Rayet Galaxy That Defies Classification », sur ibtimes.com, (consulté le 27 mars 2018)
  4. a et b (en) « Starbirth with a chance of winds? », sur spacetelescope.org, (consulté le 27 mars 2018)
  5. (en) Courtney E. Seligman, « New General Catalog Objects: NGC 4850 - 4899 » (consulté le 27 mars 2018)
  6. a et b (en) H. B. Ann, Mira Seo et D. K. Ha, « A catalog of visually classified galaxies in the local (z ~ 0.01) universe », The Astrophysical Journal Supplement Series, vol. 217, no 2,‎ (lire en ligne)
  7. (en) Harriet L. Dinerstein et Gregory A. Shields, « Reassessing the primordial helium abundance - New observations of NGC 4861 and CG 1116 + 51 », The Astrophysical Journal, vol. 311,‎ , p. 45-57 (ISSN 0004-637X, DOI 10.1086/164753, Bibcode 1986ApJ...311...45D)
  8. (en) « Galactic Winds », Annual Review of Astronomy and Astrophysics, vol. 43,‎ , p. 769-826 (ISSN 0066-4146, DOI 10.1146/annurev.astro.43.072103.150610, arXiv astro-ph/0504435)
  9. (en) Christy Tremonti, « Galactic Winds », sur wisc.edu (consulté le 19 avril 2018)
  10. (en) « Galactic Winds », sur swin.edu.au (en) (consulté le 19 avril 2018)
  11. (en) Yuri I. Izotov, Andrew B. Dyak, Frederic H. Chaffee, Craig B. Foltz, Alexei Y. Knaisev et Valentin A. Lipovetsky, « Spectrophotometry of Blue Compact Galaxies with Broad Emission Lines: Evidence for High-Velocity Gas Motion », The Astrophysical Journal, vol. 458,‎ , p. 524 (DOI 10.1086/176835)
  12. a et b (en) Ian R. Stevens et David K. Strickland, « A ROSAT survey of Wolf-Rayet galaxies », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 294,‎ , p. 523-547 (et plus particulièrement p. 530-534) (DOI 10.1046/j.1365-8711.1998.01401.x)
  13. (en) « Hubble Spies Cometary Galaxy NGC 4861 », sur sci-news.com, (consulté le 27 mars 2018)
  14. (en) Janine van Eymeren, M. Marcelin, Bärbel S. Koribalski, Ralf-Jürgen Dettmar, D. J. Bomans, J.-L. Gach et P. Balard, « A kinematic study of the irregular dwarf galaxy NGC?4861 using H I and Ha observations », Astronomy & Astrophysics, vol. 505, no 1,‎ , p. 105-116 (ISSN 0004-6361, DOI 10.1051/0004-6361/200911766)

Sur les autres projets Wikimedia :


Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 4853  •  NGC 4854  •  NGC 4855  •  NGC 4856  •  NGC 4857  •  NGC 4858  •  NGC 4859  •  NGC 4860  •  NGC 4861  •  NGC 4862  •  NGC 4863  •  NGC 4864  •  NGC 4865  •  NGC 4866  •  NGC 4867  •  NGC 4868  •  NGC 4869